Constitutions des Prêtres du Prado en version sous-titrée

CONSTITUTIONS DE L’ASSOCIATION DES PRÊTRES DU PRADO

Chapitre 1 : Origine et nature de l’ « Association des Prêtres du Prado »

1 Le fruit d’une grâce accordée par l'Esprit-Saint à Antoine Chevrier

2 En méditant le mystère de l’Incarnation la nuit de Noël 1856

3 Demander la grâce de la pauvreté et des collaborateurs

4 Faire de l’Evangile la règle de notre vie, connaître Jésus-Christ, c’est tout

5 Poussé par la rencontre des pauvres de ce monde, suivre le Christ à la crèche, la croix, au tabernacle

6 Un institut séculier qui comprend des prêtres et des laïcs consacrés

Première Partie : Vocation et mission du Prado  au sein des Eglises diocésaines

Chapitre 2. La vocation apostolique des pradosiens

7 Une vocation en Eglise

8 Témoins de l’envoyé du Père en nous rendant disponible à son Esprit qui nous appelle à suivre le Christ à la crèche, à la croix, au tabernacle

« La crèche, voilà le commencement de toute œuvre de Dieu »

9 Poussés par l'Esprit à suivre le Christ à la crèche

« La croix, c’est le salut, c’est la gloire »

10 Accepter d’être crucifiés avec le Christ

« Prenez et mangez : devenir du Bon Pain »

11 « Prenez et mangez » comme devise spirituelle

Disciples de Jésus-Christ

12 Consacrer beaucoup de temps à contempler Jésus-Christ dans l’Ecriture

« Connaître Jésus-Christ, aimer Jésus-Christ, imiter Jésus-Christ, suivre Jésus-Christ, voilà tout notre désir, voilà toute notre Vie ! »

13 Dans la contemplation de l’Ecriture, prendre Jésus-Christ comme seul maître pour conduire les petits à la foi et transformer le monde

14 Annoncer l’Evangile en partageant la vie des pauvres

15 accueillir avec joie les compagnons que Dieu nous donne

Promesses de Jésus à ses disciples

16 Promesse du royaume faite par le Christ à ses disciples

Chapitre 3 : La mission de l’« Association des Prêtres du Prado »

17 Ranimer sans cesse l’élan de l’esprit qui poussait le Christ vers les pauvres

18 Comme association proposer des initiatives missionnaires en fonction des besoins des pauvres

19 Former des prêtres pauvres

20 Former des catéchistes pauvres pour les pauvres

Chapitre 4 : Prêtres séculiers et laïcs consacrés dans une Eglise diocésaine

22 prêtres et laïcs au service de l’évangélisation des pauvres

A. Les prêtres

23 prêtres diocésains participant à tout ce qui fait la vie du presbyterium

24 L’évêque notre véritable responsable

25 Pas de méthode propre mais faire connaître notre vocation auprès des pauvres

26 Faire connaître notre désir de ne pas être séparés les uns des autres

27 Nous proposer comme fidei donum

28 Demander à nos frères de nous soutenir dans notre réponse auprès des pauvres

B. Les laïcs consacrés :

29 un signe au milieu des pauvres afin de leur faire connaître Jésus-Christ et l’amour du Père

30 en menant une vie de pauvreté

31 en veillant à rester parmi les petits et sous des formes diverses

32 si possible en équipe de vie commune

33 partager tout ce qui fait la vie ordinaire des pauvres

34 Annonce d’un directoire des frères…

Deuxième Partie :  La réponse des pradosiens à l’appel de Dieu.

Chapitre 5 : Le contenu de l’engagement personnel

36 Pas satisfaire une règle, un engagement soutenu à suivre Jésus-Christ de plus près

« Connaître Jésus-Christ, c’est tout, le reste n’est rien »

37 Engagés à étudier l’Evangile et à le faire passer dans nos vies

38 Contempler la vie des hommes à la lumière de l’Evangile

39 Découvrir le visage du Christ en accueillant aussi la vie de l’Eglise

« Avoir l’Esprit de Dieu, c’est tout »

40 En nous, l'Esprit-Saint doit produire tout l’extérieur… prier l'Esprit-Saint

41 Recevoir et discerner l’appel des pauvres comme voix de Dieu aujourd'hui

42 Recevoir l'Esprit-Saint en Eglise, à l’école des saints, dans la foi simple des pauvres

43 Des constitutions pour nous aider ; l’Esprit de Dieu est rare…

« Une seule chose est nécessaire » : annoncer Jésus-Christ aux pauvres.

44 Nous choisirons de préférence la compagnie des pauvres, nous livrer à de nouvelles formes d’apostolat au risque d’y perdre notre réputation

45 Elaborer une parole de foi simple grâce au travail dans le creuset de notre cœur

« Ce n'est pas le livre qui instruit, c'est le prêtre ».

46 Travailler à ce que les pauvres aient une place privilégiée dans l’Eglise et puissent exprimer leur foi

« La voie des conseils, c'est celle de l'amour véritable »

47 Nous conformer au Christ dans sa charité

48 Pratiquer les conseils évangéliques

Pauvreté.

49 Nous devons être des pauvres

50 lutter en faveur de la libération des pauvres

51 Renoncer aux biens de la terre… là où il n’y a pas à souffrir quelque chose…

52 Accomplir nous-mêmes des tâches matérielles

53 Règle du nécessaire pour chacun et pour l’institut

54 Mettre en commun les biens, partager avec les pauvres

55 Vivre la pauvreté dans le ministère et l’annonce avec des moyens pauvres

56 pauvreté qui libère, ne pas nous mettre en avant

Obéissance.

57 Par amour du Christ obéissant jusqu'à la mort de la croix

58 Faire la volonté de Dieu, la découvrir dans la vie quotidienne en persévérant dans une solidarité effective avec les pauvres

59 Proposer des initiatives en Eglise pour le salut des hommes et se soumettre

60 L'obéissance nous rend disponibles pour l'évangélisation des pauvres et pour le service du peuple de Dieu dans un dialogue confiant et joyeux en Eglise et au sein du Prado

61 Nous immoler pour le salut du monde

Chasteté

62 Amour de Jésus révélé dans l’eucharistie et réponse dans le célibat évangélique

63 appelés par Jésus à devenir frères et sœurs

64 Prendre les moyens personnellement et en équipe pour vivre la chasteté

65 Conscients de notre fragilité mettre notre confiance en Christ par la force de l'Esprit avec le soutien de nos frères

CHAPITRE 6 : LA VIE FRATERNELLE

66 Travailler au rassemblement du nouveau peuple de Dieu, une vie fraternelle constitutive de notre vocation

67 Déterminés à nous aider à entrer dans cette union qui se forme entre deux âmes qui écoutent la parole de Dieu à la lumière de l'Esprit-Saint

68 D’abord dans l’appartenance au presbyterium

69 Entre pradosiens en vivant des sentiments du Christ dans Philippiens, en participant aux rencontres du Prado pour s’attacher aux pauvres

70 Chacun responsable du Prado tout entier, avec le souci fraternel des responsables

71 Sous forme d’équipes de vie commune quand c’est possible

72 En nous accueillant avec nos diversités, dons et déficiences

TROISIEME PARTIE : FORMATION ET ENGAGEMENT

CHAPITRE 7 : La Formation

73 Nécessité d’une formation spécifique à la vocation pradosienne

74 C’est Jésus Christ qu'il faut chercher et poser comme fondement de tout, étudié dans sa parole et dans une vie avec les pauvres

75 Des formateurs qui suivent Jésus-Christ formant des disciples et des apôtres

76 La formation a la première place dans l'Association des Prêtres du Prado

77 La formation pradosienne comporte : la première formation, la formation continue et l'année pradosienne

78 Période d’accueil

79 But de la première formation qui s’étend sur deux ans

80 Une formation qui n’est jamais achevée

81 L’année pradosienne

CHAPITRE 8 : Engagement, Incorporation, Départ.

82 Sens de l’engagement au Prado

83 Forme de l’engagement au Prado

84 Place du responsable dans l’engagement

85 Un engagement en deux étapes : temporaire et perpétuel

86 : Formule d’engagement

87 Solliciter l’accord de l’évêque avant l’engagement

88 Le responsable et son conseil responsable de l’accueil des demandes d’engagement

89 Engagement temporaire pour 5 ans prolongeable de deux ans.

90 départs, renvois, passages à d’autres instituts

QUATRIEME PARTIE : ORGANISATION DE L’ASSOCIATION DES PRETRES DU PRADO

CHAPITRE 9 : Organisation Générale Et Gouvernement

91 Nécessités d’articulations du corps pour faire l’œuvre de Dieu

I. Dépendance du Saint Siège et des évêques.

92 Institut séculier clérical de droit pontifical

93 sous la pleine juridiction de leurs évêques

II. Organisation par diocèse et région.

1. Organisation par diocèse

94 Si plusieurs pradosiens dans un diocèse, s’organiser en communauté diocésaine

95 D’autres organisations possibles si nécessaire

96 Des directoires pour préciser l’organisation des Prado érigés

2. Organisation par région.

97 Des communautés régionales érigées avec un directoire

98 Conseil Général qui décide d’ériger ou supprimer un Prado régional

99 Un responsable régional élu en assemblée

100 Une élection pour 6 ans maximum

101 Le responsable d'un Prado érigé doit être incorporé perpétuellement

102 Un Prado Régional pleinement responsable de ses membres

103 Un directoire qui précise la composition de l’assemblée

104 Quand pas de Prado érigé sur un territoire, sous l’autorité directe du Prado général

105 Droit de trouver tout ce qui est nécessaire là où l’on vit sa mission

III. Les laïcs consacrés dans l'Association.

106 Droit à une organisation particulière des laïcs consacrés

107 Directoire pour les laïcs consacrés

108 Représentation des laïcs consacrés dans l’institut

109 Favoriser les échanges entre frères des diverses régions

IV. Incardination au Prado

110 Règle générale : incardination dans leur diocèse

111 exceptionnellement : incardination au Prado

V. Séminaristes et Séminaire

112 Possibilité première formation pour séminaristes

113 Un séminaire pour former selon les caractéristiques de la vocation du Prado

114 Sous la responsabilité du Responsable Général

VI. Les associés

115 Possibilité d’être associé (prêtres, diacres et laïcs)

116 En réponse à l’appel de Dieu dans l’état de vie qui est le leur prendre le Père Chevrier pour guide pour suivre Jésus-Christ

117 Les responsables de l'Institut doivent soutenir ces associés

VII. L'autorité à l'intérieur de l' "Association des Prêtres du Prado".

118 responsabilités exercées en conformité avec les orientations du Saint Siège et des évêques au service de la fidélité au charisme

119 Un seul maître : Jésus-Christ. Responsables appelés à se remplir de l’Esprit de Dieu

1. Statuts et directoire :

120 Constitutions

121 Des directoires

122 Les responsables exercent leur autorité selon les statuts et le directoire général

2. L’Assemblée Générale

123 l’Assemblée Générale

124 Assemblée Générale extraordinaire

125 Composition de l’Assemblée Générale

126 Président de l’Assemblée Générale

127 Critères d’élection du responsable général

128 Critères d’élection du conseil

129 Si le responsable ou un membre du conseil cesse ses fonctions

3. Le Responsable Général et son Conseil :

130 Responsable Général exerce son autorité sur l’ensemble

131 Tâches du Responsable Général

132 Cas où le Responsable Général doit demander un vote délibératif

133 Cas où le responsable général doit demander un avis à son Conseil

134 S’il y a lieu de changer le Responsable Général

4. Les Responsables des Prado avec leur Conseil :

135 Les Responsables Régionaux

136 Tâches des Responsables Régionaux

137 Cas où les responsables régionaux doivent demander un vote délibératif

138 Cas où les responsables régionaux doivent demander un avis

139 Responsable

VIII. Le Secrétaire Général et l’Econome Général

140 Secrétaire

141 Econome

La famille spirituelle du Prado

142 Famille spirituelle

PRIERE DU PERE CHEVRIER : O Verbe ! O Christ !

 

CONSTITUTIONS DE L’ASSOCIATION[1] DES PRÊTRES DU PRADO

Note :

Dans cette version numérique, nous n’avons pas respecté la pagination originale ni la numérotation des notes qui recommence à chaque page et non à chaque chapitre.

Nous avons ajouté un titre à chaque paragraphe qui ne fait pas partie du document original mais permet de trouver rapidement le numéro des constitutions recherché.

Chapitre 1 : Origine et nature de l’ « Association des Prêtres du Prado »

 

1 Le fruit d’une grâce accordée par l'Esprit-Saint à Antoine Chevrier

L’« Association des Prêtres du Prado » est le fruit d’une grâce accordée par l’Esprit Saint à l’Eglise en la personne d’Antoine Chevrier, prêtre du diocèse de Lyon, en vue de l’évangélisation des pauvres.

Envoyé en 1850 par son évêque à la Guillotière, faubourg populaire de Lyon, ce prêtre, passionné de Jésus-Christ, cherchait à le faire connaître et aimer. Il souffrait de la séparation qui existait entre l’Eglise de son temps et cette population de « pauvres », « d’ignorants » et de « pécheurs ».[2] La misère du peuple, constatée une fois de plus lors des inondations de 1856, bouleversait le cœur du vicaire de la paroisse Saint André.

2 En méditant le mystère de l’Incarnation la nuit de Noël 1856

En méditant le mystère de l’Incarnation, la nuit de Noël 1856, Antoine Chevrier reçut des lumières qui allaient fixer l’orientation de sa vie et de son ministère auprès des pauvres. C’est à Saint André, disait-il, qu’est né le Prado. C’est en méditant la nuit de Noël sur la pauvreté de notre Seigneur et de son abaissement parmi les hommes que j’ai résolu de tout quitter et de vivre le plus pauvrement possible… C’est le mystère de l’Incarnation qui m’a converti… Je me disais : le Fils de Dieu est descendu sur la terre pour sauver les hommes et convertir les pécheurs. Et cependant, que voyons-nous ? Que de pécheurs il y a dans le monde ! Les hommes continuent à se damner. Alors, je me suis décidé à suivre notre Seigneur Jésus-Christ de plus près, pour me rendre plus capable de travailler efficacement au salut des âmes. Et mon désir est que vous-mêmes, vous suiviez aussi notre Seigneur Jésus-Christ de près.[3]

3 Demander la grâce de la pauvreté et des collaborateurs

A la lumière de « ce beau mystère de l’Incarnation »[4], Antoine Chevrier demande la grâce de la pauvreté et se décida à marcher sur la voie « de l’amour véritable », « qui nous rapproche de Jésus-Christ de plus près, en nous conformant à lui, à sa vie »[5] et à sa mission.

Il se sentit appelé à s’associer, puis à former des collaborateurs ayant la même vocation : dans l’Esprit de Dieu, participer à la consécration et à la mission de Jésus-Christ pour annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume aux pauvres et rendre visible une communauté chrétienne au milieu d’eux.[6]

4 Faire de l’Evangile la règle de notre vie, connaître Jésus-Christ, c’est tout

Le Père Chevrier nous apprend à faire de l’Evangile notre règle de vie et la source de notre action apostolique auprès des pauvres. Voici comment il exprimait lui-même le but du Prado :

« Ne sommes-nous pas là pour cela et pour cela seul : connaître Jésus-Christ, son Père et le faire connaître aux autres ?… C’est là notre vie, notre amour ».[7]

5 Poussé par la rencontre des pauvres de ce monde, suivre le Christ à la crèche, la croix, au tabernacle

Poussés aujourd’hui par la rencontre des pauvres de notre monde, en prenant comme guide spirituel Antoine Chevrier, nous nous engageons à nous donner « entièrement » au Christ, le Verbe fait chair, et à nous laisser conduire et modeler par son Esprit, pour « être tout à Lui » et le « suivre » dans tous les aspects de sa vie d’Envoyé a Père.[8]

« Comme le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie »[9] : cette parole de Jésus, sans cesse méditée par le Père Chevrier, est la source de sa compréhension de la mission du prêtre et de sa manière de la vivre. Le « Tableau de Saint-Fons », dans lequel il contemple la façon dont le Verbe a accompli sa mission d’Envoyé du Père[10], nous trace le chemin à parcourir afin que nous devenions des disciples et des apôtres de Jésus-Christ parmi les pauvres.

« Sacerdos alter Christus. Nous devons reproduire dans toute notre vie celle de Jésus-Christ notre modèle : être pauvre comme lui dans la crèche, être crucifié comme lui sur la croix pour le salut des pécheurs et être mangé comme lui dans le sacrement de l’Eucharistie. Le prêtre est comme Jésus-Christ, un homme dépouillé, un homme crucifié, un homme mangé. »[11]

Pour la formation des membres de sa famille, le Père Chevrier a écrit « le Véritable disciple », où il nous fait connaître l’essentiel de sa pensée sur la vie du « prêtre selon l’Evangile » et les orientations fondamentales de « l’Association des Prêtres du Prado ».

En faisant ainsi le choix de suivre Jésus-Christ en tout dans la voie de l’Evangile, nous sommes sûrs de procurer la gloire de Celui qui nous envoie, de travailler efficacement au salut des hommes et de trouver parmi les déshérités de ce monde, la joie et le bonheur promis par Jésus à ses disciples.

6 Un institut séculier qui comprend des prêtres et des laïcs consacrés

L’ « Association des Prêtres du Prado », pour vivre sa vocation et sa mission au sein de la vocation et de la mission apostolique du Peuple de Dieu, constitue un institut séculier de droit pontifical, régi selon le droit de l’Eglise pour les instituts séculiers.

L’institut comprend des prêtres et des laïcs consacrés. Les prêtres vivent cette vocation apostolique dans leur condition de prêtres séculiers, c’est-à-dire comme prêtres dans le monde, coopérateurs de l’ordre épiscopal et serviteurs du peuple de Dieu à l’intérieur d’un presbyterium, recevant donc immédiatement de l’évêque du diocèse leur mission canonique.[12] Les laïcs consacrés vivent cette même vocation dans le monde, en consacrant toute leur vie dans la voie de l’Evangile et en participant à la tâche d’évangélisation de l’Eglise.

L’ensemble des statuts s’applique aux laïcs consacrés comme aux prêtres, sauf les points qui sont relatifs à l’exercice du ministère.

Première Partie : Vocation et mission du Prado
au sein des Eglises diocésaines

Chapitre 2. La vocation apostolique des pradosiens

 

 « l’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres. » (Luc 4,18)

7 Une vocation en Eglise

C’est en Eglise que grandit notre vocation pradosienne de disciples et d’apôtres de Jésus. Conscients de nos limites et dans l’humilité, nous rendons grâces au Père de ce qu’il nous a accordé un attrait spécial qui nous porte à connaître Jésus-Christ, à nous donner à Lui, et à marcher, avec Lui et comme Lui, à la rencontre des pauvres, des opprimés et des pécheurs, pour partager leur vie et y témoigner, dans la force de l’Esprit, de la Bonne Nouvelle du Royaume.

Par l’imposition des mains et l’onction de l’Esprit, ceux d’entre nous qui ont été ordonnés prêtres, sont constitués ministres de Jésus-Christ auprès des nations, assurant le service sacré de l’Evangile. La grâce de notre sacerdoce qui nous configure au Christ prêtre pour nous rendre capables d’agir au nom du Christ Tête en personne, nous presse de vivre notre ministère en véritables disciples de Jésus-Christ au service des pauvres.[13]

Ceux d’entre nous qui sont laïcs, désirent témoigner de la fécondité apostolique du charisme du Prado dans une vie de baptisé au milieu des réalités du monde. Notre consécration au Christ pour le suivre de plus près nous entraîne à faire une offrande de tout nous mêmes « en sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu »[14], afin de devenir, si nous sommes fidèles, un signe du Royaume parmi les pauvres.

Les divers membres du peuple de Dieu avec lesquels nous collaborons pour que nos Eglises locales puissent réaliser leur mission, contribuent à nous faire découvrir les chemins que nous avons à prendre pour la mise en œuvre, dans nos diocèses, de notre vocation particulière. Ils doivent pouvoir aussi compter sur notre fidélité pour accomplir la vocation qui est la leur.

8 Témoins de l’envoyé du Père en nous rendant disponible à son Esprit qui nous appelle à suivre le Christ à la crèche, à la croix, au tabernacle

Afin de devenir, en accomplissant l’œuvre de Dieu, disciples et témoins de l’Envoyé du Père, nous travaillons à nous rendre disponibles à son Esprit qui nous appelle à suivre le Christ dans « la crèche, le calvaire, et le tabernacle ». Voilà les étapes à parcourir et les signes à donner pour que les hommes puissent rencontrer sur leur chemin des témoins de Jésus-Christ[15]

« La crèche, voilà le commencement de toute œuvre de Dieu »[16]

9 Poussés par l'Esprit à suivre le Christ à la crèche

L’Esprit du Père qui a guidé la vie et la mission de Jésus, nous conforme à sa condition de « serviteur »[17] et nous pousse à suivre le Christ, qui, « par son Incarnation, s’est lié aux conditions sociales et culturelles des hommes avec lesquels il a vécu ».[18] Par cette communion à la démarche du Verbe qui s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté[19], nous avons l’assurance de devenir plus capables d’annoncer l’Evangile à tous les hommes, riches ou pauvres, savants ou ignorants, bons ou mauvais.[20]

Cette grâce, que nous accueillons dans la joie, nous engage d’abord à aller avec le Christ dans la crèche pour nous y faire pauvre[21]. « C’est le premier exemple que Jésus-Christ nous donne en entrant dans le monde »[22] Avec l’enfant de Bethléem qui a révélé à tout homme son inaliénable dignité, nous sommes envoyés, en Eglise, de préférence vers les délaissés de la société, afin d’épouser par amour leurs conditions de vie : ils pourront ainsi reconnaître, à travers notre ministère apostolique, la présence du Christ vivant et leur grandeur de fils de Dieu. « j’irai au milieu d’eux et je vivrai de leur vie ; ces enfants verront de plus près ce qu’est le prêtre et je leur donnerai la foi. »[23]

« La croix, c’est le salut, c’est la gloire »[24]

10 Accepter d’être crucifiés avec le Christ

L’Esprit du Christ, Bon Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis[25], nous appelle à vivre aujourd’hui son obéissance filiale au Père, sa prière d’intercession, sa compassion pour les pauvres et les pécheurs, sa manière d’annoncer la venue du Règne de Dieu et d’y ouvrir les cœurs, sa patience dans la formation de ses apôtres, ses combats libérateurs contre l’esprit du monde, les idoles et la fausse religion.

Cette vie apostolique implique que nous portions tous les jours, avec joie et amour, la croix qui vient de la mission elle-même, de la solidarité avec nos peuples, d’une vie selon l’Evangile et de la fidélité à l’Eglise.[26]

« Instruire, reprendre, corriger, donner l’exemple, convertir, tout cela ne peut se faire sans souffrance »[27] Celle-ci est « le grand signe de l’amour véritable », « le caractère d’un véritable apôtre de Jésus-Christ »[28] Nous acceptons, comme l’apôtre Paul, d’être crucifiés avec le Christ, « afin que la vie de Jésus soit elle aussi manifestée dans notre chair mortelle. »[29]

« Prenez et mangez : devenir du Bon Pain »[30]

11 « Prenez et mangez » comme devise spirituelle

L’Esprit d’amour qui brille dans le Christ ressuscité, Pain de vie pour tout homme, nous rendra capables de devenir du bon pain pour le peuple et, en particulier, pour les membres des communautés que nous sommes appelés à édifier avec les pauvres.

Pour que cet amour remplisse totalement notre vie et notre ministère, nous sommes appelés à vivre la chasteté dans le célibat.

Dans le mystère de l’Eucharistie, en communiant à la Parole et au Corps du Christ, nous sommes invités à nous offrir chaque jour en sacrifice[31], afin de devenir une nourriture pour tous ceux qui cherchent une réponse d’amour, de vérité et de libération définitive. « Nous prendrons pour devise de charité cette parole de Notre Seigneur : Prenez et mangez, nous regardant comme un pain spirituel qui doit nourrir tout le monde par la parole, l’exemple et le dévouement »[32].

Disciples de Jésus-Christ

12 Consacrer beaucoup de temps à contempler Jésus-Christ dans l’Ecriture

Cet appel à reproduire dans nos vies les traits distinctifs du Sauveur exige que nous consacrions beaucoup de temps à la contemplation et à l’étude de l’Envoyé du Père. Pour y parvenir, étudier Jésus-Christ tel qu’il se révèle à nous dans les Ecritures et dans la Tradition vivante de l’Eglise, sera toute notre étude sous la conduite de l’Esprit[33]. « Aucune étude, aucune science ne doit être préférée à celle-là. C’est la plus nécessaire, la plus importante, surtout à celui qui veut être prêtre, son disciple, parce que cette connaissance seule peut faire les prêtres[34].

« Connaître Jésus-Christ, aimer Jésus-Christ, imiter Jésus-Christ, suivre Jésus-Christ, voilà tout notre désir, voilà toute notre Vie ! »[35]

13 Dans la contemplation de l’Ecriture, prendre Jésus-Christ comme seul maître pour conduire les petits à la foi et transformer le monde

Cette contemplation de la beauté, de la grandeur et de la bonté du Verbe fait chair, nous entraîne à le prendre « pour notre seul et unique Maître »[36] Choisis pour être à Lui, nous le suivons comme « un ami qui en suit un autre »[37]. En lui donnant toute notre confiance[38], nous n’avons d’autre désir que de nous remplir de son Esprit. Attachés à Jésus-Christ comme à « notre Lumière » et à « notre Sagesse »[39], nous croyons que sa parole s’accomplira en nous : « Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. »[40].

Par l’Etude d’Evangile, la prière, la contemplation de la vie de l’Eglise et de la vie des hommes, nous laissons l’Esprit former en nous Jésus-Christ dans l’action pastorale elle-même[41]. Ainsi nous devenons plus capables de transformer le monde et de conduire les petits à la foi en Jésus.

14 Annoncer l’Evangile en partageant la vie des pauvres

Puisque Dieu « a choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde pour les rendre riches en foi et héritiers du Royaume qu’Il a promis à ceux qui l’aiment »[42], nous nous mettons à leur école pour devenir les disciples de l’Evangile de Jésus-Christ, en qui nous avons été établis « ministres d’une alliance nouvelle »[43]

Pour accueillir dans les peuples où nous sommes envoyés, l’Evangile que nous avons la charge de leur annoncer, l’Esprit Saint nous presse de partager la vie des pauvres de la terre et de découvrir, sous leurs traits, le visage du Christ.

Voilà pourquoi, comme Marie, « Figure de l’Eglise »[44], nous voulons garder et méditer dans notre cœur le mystère de son Fils, tel qu’il se manifeste dans la vie de tous ceux qui sont appelés à devenir son peuple.

15 accueillir avec joie les compagnons que Dieu nous donne

Pour mieux vivre notre condition de disciple et mieux accomplir l’œuvre de Dieu parmi les pauvres, nous accueillons avec joie les compagnons auxquels l’Esprit Saint communique ce même attrait et nous nous sentons appelés à chercher avec eux comment être des signes vivants du Christ, Lumière et Sauveur des hommes : « Venez, nous méditerons ensemble ces choses et nous les mettrons en pratique… Jésus sera notre Maître. Tout peut se comprendre avec lui, tout peut s’unir en lui. Il est le lien fort et inséparable qui unit les cœurs vraiment désireux de le suivre »[45]

Promesses de Jésus à ses disciples

16 Promesse du royaume faite par le Christ à ses disciples

l’Evangile nous apprend que l’efficacité apostolique auprès des pauvres est le fruit d’une vie pauvre, sacrifiée, et donnée. Pour avancer sur ce chemin, nous nous appuyons sur la puissance de l’Esprit et la foi de l’Eglise qui nous transmet les promesses faites par Jésus-Christ à tous ceux qui le suivent : « Vous êtes, vous, ceux qui ont tenu bon avec moi dans mes épreuves. Et moi, je dispose pour vous du Royaume comme mon Père a disposé pour moi : ainsi vous mangerez et boirez à ma table dans mon Royaume »[46]

Chapitre 3 : La mission de l’« Association des Prêtres du Prado »

 

17 Ranimer sans cesse l’élan de l’esprit qui poussait le Christ vers les pauvres

Sacrement du Christ qui est venu « annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année d’accueil par le Seigneur »[47], l’Eglise est appelée à entrer dans cette même voie : annoncer l’Evangile aux pauvres afin de communiquer à tous les hommes les fruits du salut[48]

L’« Association des Prêtres du Prado » participe à cette mission en aidant ses membres à suivre le chemin décrit dans le chapitre précédent. Elle doit donc ranimer sans cesse en eux, quelle que soit leur situation, l’élan de l’Esprit qui poussait le Christ à parcourir « toutes les villes et les villages, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité »[49]

18 Comme association proposer des initiatives missionnaires en fonction des besoins des pauvres

L’« Association des Prêtres du Prado » doit aussi, en tant qu’institution, chercher et proposer des initiatives missionnaires en fonction des besoins des pauvres, afin que le peuple de Dieu vive davantage l’amour préférentiel du Christ pour eux.

19 Former des prêtres pauvres

Le Père Chevrier, fondateur du Prado, a eu le souci tout particulier de « préparer au sacerdoce quelques jeunes gens qui ne pouvaient aller au séminaire » pour « en faire des prêtres pauvres, crucifiés, selon Notre Seigneur, et les appliquer à des œuvres de zèle ». « Voilà notre but, disait-il… Un prêtre ne peut mieux employer sa vie que de former à l’Eglise de bons prêtres… Il me semble que c’est aujourd’hui le besoin de l’Eglise et que nous ne saurions trop faire pour arriver à ce but »[50]

A l’exemple et selon l’enseignement du Père Chevrier, depuis l’origine, des prêtres du Prado ont travaillé à la formation des prêtres. L’institut a un séminaire, dont la fondation remonte, dans son principe, au Père Chevrier lui-même.

L’« Association des Prêtres du Prado » doit se sentir particulièrement responsable de susciter et de former des prêtres pauvres pour l’évangélisation des pauvres, autant que possible parmi les pauvres eux-mêmes. Les prêtres du Prado coopéreront volontiers à la formation des prêtres.

20 Former des catéchistes pauvres pour les pauvres

Le Père Chevrier estimait que la mission du Prado consistait à former de « bons catéchistes » pour les « pauvres, les ignorants et les abandonnés de tout le monde »[51]. « Faire des catéchistes » lui paraissait être « le besoin de l’époque et de l’Eglise »[52] « Tout mon désir, disait-il, serait de préparer de bons catéchistes à l’Eglise et de former une association de prêtres travaillant dans ce but. »[53]

En parlant des catéchistes, le Père Chevrier ne désignait pas seulement les prêtres. C’est pourquoi l’« Association des Prêtres du Prado » porte toujours le souci de susciter et de former, de diverses manières selon les circonstances, des apôtres pauvres pour l’évangélisation des pauvres, capables de leur annoncer l’Evangile et de les accompagner dans leur recherche de Dieu.

Pour cela, elle cherche à mettre en œuvre la pédagogie du Maître formant ses disciples :

« Dans la fondation de l’Eglise, la plus grande œuvre du Tout-Puissant, la plus belle œuvre du monde, Notre Seigneur n’emploie aucun moyen extérieur, il prend un homme auquel il communique sa vie, son esprit, il en choisit douze qu’il forme à la vie évangélique. »[54]

21 Une grâce faite à l’Eglise pour que les pauvres soient évangélisés, que leurs conditions de vie soient la référence permanente de l’action pastorale

L’« Association des Prêtres du Prado » est consciente d’avoir reçu une grâce faite à l’Eglise pour que les pauvres soient évangélisés. A l’intérieur de nos Eglises locales, nous contribuerons à ce que la personne du Christ et sa mission d’Envoyé du Père soient la source d’une intelligence renouvelée de la mission et d’initiatives apostoliques ; que les conditions de vie des pauvres et leurs cultures soient un point de référence permanent de l’action pastorale ; et que les signes du Royaume soient donnés par tout le peuple de Dieu.

Chapitre 4 : Prêtres séculiers et laïcs consacrés dans une Eglise diocésaine

 

22 prêtres et laïcs au service de l’évangélisation des pauvres

C’est au sein des Eglises diocésaines que les membres de l’Institut, prêtres et laïcs consacrés ou frères, vivent leur vocation évangélique au service de l’évangélisation des pauvres, selon l’état des uns et des autres.

A. Les prêtres

23 prêtres diocésains participant à tout ce qui fait la vie du presbyterium

Ordonnés dans une Eglise particulière et membres stables d’un presbyterium diocésain dont ils partagent le ministère et la fraternité sacramentelle, les prêtres du Prado participent à tout ce qui fait la vie du clergé diocésain au point de vue matériel, spirituel et pastoral.

24 L’évêque notre véritable responsable

Les prêtres du Prado reçoivent immédiatement leur charge pastorale de l’autorité diocésaine compétente. Nous regardons dans la foi notre évêque comme notre véritable responsable, dépositaire de l’autorité du Christ Pasteur[55]

25 Pas de méthode propre mais faire connaître notre vocation auprès des pauvres

L’« Association des Prêtres du Prado » n’a pas de méthode d’apostolat qui lui soit particulière, mais elle a une orientation apostolique qui doit nous caractériser : évangéliser les pauvres en nous faisant disciples de Jésus-Christ et en travaillant à devenir semblables à eux[56] C’est là notre manière de collaborer à la charge de nos évêques.

C’est pourquoi nous attendons de notre évêque qu’il reconnaisse et encourage notre vocation pour évangéliser les pauvres[57]. Nous lui demandons, par souci de fidélité à la grâce reçue, de ne pas nous imposer un ministère auprès des classes aisées de la société, mais d’être consacrés aux catégories sociales les plus délaissées. Nous aurons à cœur de lui faire connaître de la façon la plus opportune notre disponibilité spéciale pour les pauvres et notre désir de participer activement à ce qui peut être fait en vue de leur évangélisation.

26 Faire connaître notre désir de ne pas être séparés les uns des autres

Nous aurons à cœur de manifester à l’autorité diocésaine notre désir d’être assez proche les uns des autres pour pouvoir nous aider communautairement et même, si c’est possible et opportun, notre disponibilité pour la création ou la poursuite d’une équipe de vie commune entre pradosiens. Le Père Chevrier disait : « Nous promettons d’obéir à notre évêque, lors même qu’il nous enverrait dans les lieux les plus éloignés, les charges les plus difficiles. Nous le prions seulement de ne pas nous séparer. »[58]

27 Nous proposer comme fidei donum

Le Père Chevrier désirait que les membres de son « Association » soient « tout disposés à aller partout évangéliser les pauvres »[59] Nous n’hésiterons pas, au besoin, à nous proposer comme volontaires pour travailler à l’évangélisation des pauvres dans des diocèses et des pays où les besoins sont particulièrement criants. Nous        croyons collaborer par là à la charge apostolique de nos évêques vis-à-vis de toute l’Eglise[60]

28 Demander à nos frères de nous soutenir dans notre réponse auprès des pauvres

Nous demandons à nos frères prêtres de nous soutenir dans notre réponse à l’appel à aller vers les pauvres et ceux dont l’Eglise est loin.

Dans le cadre de la mission reçue, notre vocation nous fait un devoir de travailler à ce que les chrétiens deviennent davantage solidaire, des opprimés, car toute l’Eglise est appelée à donner les signes messianiques du Christ, unique Sauveur des hommes.

B. Les laïcs consacrés :

29 un signe au milieu des pauvres afin de leur faire connaître Jésus-Christ et l’amour du Père

A l’intérieur de la vocation et de la mission de toute l’Eglise, les frères, en fidélité à leur consécration baptismale, veulent devenir, par la force de l’Esprit Saint, un signe au milieu des pauvres, afin de leur faire connaître Jésus-Christ et l’amour du Père.

30 en menant une vie de pauvreté

Frères du Prado, nous nous sentons appelés à donner ce signe en menant, dans notre condition de laïcs, une vie de pauvreté, de sacrifice et de charité en fidélité à notre vocation. Nous voulons être ainsi les envoyés et les témoins de Jésus-Christ auprès de ceux qui sont les plus pauvres aujourd’hui.

31 en veillant à rester parmi les petits et sous des formes diverses

Dans des formes qui peuvent varier selon les lieux et les situations, à notre place de laïcs consacrés, nous sommes décidés à donner notre vie pour que l’Evangile soit annoncé. En veillant à rester parmi les petits, nous travaillerons avec les pauvres à leur libération et à leur évangélisation.

Notre communion à l’évêque et aux prêtres, ainsi que notre disponibilité pour rechercher, avec eux et avec tous les baptisés, les chemins par lesquels Dieu se révèle aux pauvres, sont les signes de notre fidélité à la mission confiée à toute l’Eglise.

32 si possible en équipe de vie commune

Rassemblés par l’appel du Christ à le suivre de plus près, nous choisissons de vivre, dans toute la mesure du possible, en équipe de vie commune, nous rappelant que celle-ci constitue un signe lisible de vie évangélique dans le monde.

Notre vie commune doit être simple, fraternelle et proche de ceux qui nous entourent.

Vivre la fraternité est à la fois le but et le moyen de notre vocation pradosienne de laïcs consacrés. Par toute notre vie, nous voulons proclamer que « la voie de l’amour est ouverte à tous les hommes et que l’effort qui tend à instaurer une fraternité universelle n’est pas vain ».[61]

33 partager tout ce qui fait la vie ordinaire des pauvres

Nous partageons tous les aspects de la vie ordinaire des pauvres, particulièrement le travail salarié, le logement, le style de vie, l’habillement, etc. Ce partage de leur vie est fondé sur l’Evangile et l’amour des pauvres.

34 Annonce d’un directoire des frères…

Un ou plusieurs directoires particuliers précisent la manière dont les laïcs consacrés sont appelés à vivre leur vocation et leur mission auprès des pauvres.

35 Complémentarité prêtres et frères

Il y a une réelle complémentarité entre la façon dont les prêtres et les frères du Prado vivent le charisme reçu du Père Chevrier : chacun dans un état différent, nous nous aiderons mutuellement à être fidèles aux éléments essentiels de notre vocation et de notre mission.

Deuxième Partie :
La réponse des pradosiens à l’appel de Dieu.

Chapitre 5 : Le contenu de l’engagement personnel

 

36 Pas satisfaire une règle, un engagement soutenu à suivre Jésus-Christ de plus près

La fidélité à la vocation apostolique du véritable disciple de Jésus-Christ n’est pas satisfaite par la simple observation d’une règle : elle demande à chacun un engagement personnel et un effort soutenu pour suivre Notre Seigneur de plus près, afin de se rendre plus capable de travailler efficacement au salut des hommes[62]

« Connaître Jésus-Christ, c’est tout, le reste n’est rien »[63]

37 Engagés à étudier l’Evangile et à le faire passer dans nos vies

Pour grandir dans la connaissance de Jésus-Christ, nous nous engageons à étudier, d’une manière habituelle, l’Evangile et à le faire passer dans nos vies.

Soit personnellement, soit en commun, nous donnerons un temps considérable à cette étude spirituelle : « Celui qui veut se remplir de l’Esprit de Dieu doit étudier Notre Seigneur chaque jour : ses paroles, ses exemples, sa vie ; voilà la source où nous trouvons la vie, l’esprit de Dieu »[64]. Nous ferons de cette étude un véritable travail qui prend en compte la totalité des Ecritures. Nous le réaliserons dans la simplicité de la foi, selon la tradition de l’Eglise, en lien avec les pauvres dont nous partageons la vie.

« C’est dans l’oraison de chaque jour qu’il faut faire cette étude et qu’il faut faire passer Jésus-Christ dans sa vie… C’est là que nous trouverons chaque jour quelque lumière du Saint Esprit et que nous arriverons peu à peu à conformer notre vie à celle de Jésus-Christ. Il faut une prière assidue.[65]

Dans sa prière, le vrai disciple demande au Christ, Verbe Sauveur, de bien vouloir ouvrir son esprit et son intelligence, afin que la Parole de Dieu entre dans son cœur et qu’il puisse la goûter pour la comprendre[66]. Il désire que toutes les paroles de l’Evangile soient pour lui autant de lumières qui l’éclairent, le fassent aller à Jésus et le suivre dans toutes les voies de la justice et de la vérité. Alors que nous sommes toujours tentés de trouver l’Evangile impraticable[67], le Père Chevrier nous apprend à nous rendre disponibles à l’Esprit pour écouter, méditer et mettre en pratique la Parole, parce que dans cette paroles il y a la vie, la joie, la paix et le bonheur.

38 Contempler la vie des hommes à la lumière de l’Evangile

Nous cherchons aussi à regarder la vie des hommes à la lumière de la Parole de Dieu pour reconnaître la présence et les appels de Jésus-Christ, afin de collaborer à son action et de pouvoir leur annoncer la Bonne Nouvelle du salut.

En partageant la vie des hommes et des peuples, nous devenons plus capables de découvrir « les semences du Verbe qui s’y trouvent cachées »[68]. Nous nous rappelons que l’Esprit Saint « prévient, visiblement parfois, l’action apostolique, tout comme il ne cesse de l’accompagner et de la diriger de diverses manières »[69]. Nous sommes convaincus qu’un regard contemplatif sur la vie, sans cesse ravivé et purifié dans la prière, est une source de connaissance de Jésus-Christ et de dynamisme missionnaire.

39 Découvrir le visage du Christ en accueillant aussi la vie de l’Eglise

En accueillant aussi la vie de l’Eglise, nous découvrons le visage que prend le Christ aujourd’hui pour se faire connaître. Sous l’impulsion de l’Esprit, nous chercherons sans cesse à approfondir le mystère de l’Eglise dans la prière et l’exercice du ministère. La mission de l’Eglise, en effet, « continue et développe au cours de l’histoire la mission du Christ lui-même, qui fut envoyé pour annoncer aux pauvres la Bonne Nouvelle »[70].

« Avoir l’Esprit de Dieu, c’est tout »[71]

40 En nous, l'Esprit-Saint doit produire tout l’extérieur… prier l'Esprit-Saint

« En nous, c’est l’Esprit Saint qui doit produire tout l’extérieur »[72] Dans l’Etude d’Evangile et dans la prière de tous les jours, nous voulons « poser comme fondement principal l’intérieur, la sève spirituelle qui doit donner vie à l’extérieur »[73].

Nous prierons beaucoup pour demander à Dieu son Esprit[74]. Il faut une prière quotidienne et se confier spécialement pour cela à l’intercession de la Vierge Marie qui persévère toujours avec nous dans la prière, comme autrefois avec les apôtres[75]. Avec elle, nous resterons fidèles à la prière quotidienne des Psaumes que l’Eglise met sur nos lèvres pour présenter à Dieu le cri des hommes, dans l’attente de l’Esprit.

41 Recevoir et discerner l’appel des pauvres comme voix de Dieu aujourd'hui

Pour rester fidèles à cet Esprit qui ne cesse d’agir dans le monde, nous nous aiderons à recevoir et à discerner en permanence l’appel des plus pauvres de nos peuples. Recevoir cet appel, c’est d’abord le recevoir comme voix de Dieu aujourd’hui.

42 Recevoir l'Esprit-Saint en Eglise, à l’école des saints, dans la foi simple des pauvres

L’Esprit de Dieu nous est donné dans l’Eglise, peuple de Dieu rassemblé par le Christ dans le Saint Esprit, pour proclamer et célébrer les merveilles de Dieu parmi les hommes, dans la diversité des langues et des cultures.

Afin de marcher avec assurance dans « les voies du Saint Esprit »[76], nous chercherons, pour nous y conformer, à entrer dans l’intelligence des orientations et des décisions de « notre Saint Père le Pape »[77], de nos évêques et de tous ceux qui ont autorité et responsabilité à notre égard.

Nous méditerons les exemples des saints qui nous stimulent à avancer résolument dans le chemin de l’Evangile.

Nous chercherons l’Esprit de Dieu dans la foi simple des pauvres : « il y a des âmes qui sentent la vérité naturellement et l’acceptent avec joie et bonheur dès qu’elles la voient… Dieu a mis dans certaines âmes un sens spirituel et pratique qui renferme plus de bon sens et d’esprit de Dieu qu’il y en a dans la tête des plus grands savants. Témoins, certains bons paysans, quelques bons ouvriers, quelques bonnes ouvrières, femmes qui comprennent de suite les choses de Dieu et savent mieux les expliquer que bien d’autres »[78].

43 Des constitutions pour nous aider ; l’Esprit de Dieu est rare…

Pour marcher selon l’Esprit de Dieu, nous nous donnons les présentes constitutions, car l’Esprit de Dieu est encore dans une règle de vie tirée de l’Evangile et approuvé par l’Eglise[79]. Mais il n’est pas dans une régularité toute extérieure ; il faut toujours nous rappeler que notre seul règlement immuable est l’Evangile et qu’une « once de vraie charité vaut mieux que cent livres de règles »[80]

Nous nous rappellerons aussi que « l’Esprit de Dieu est rare, parce qu’il est très difficile de quitter entièrement sa raison, sa science, sa vie naturelle, ses défauts d’esprit, pour se remplir de l’Esprit de Dieu et n’agir que selon l’Esprit de Dieu »[81] C’est pour faire passer toujours en premier la charité pastorale que l’« Association des Prêtres du Prado » se donne cette règle de vie simple qui permet l’adaptation aux temps et aux circonstances diverses de la vie apostolique.[82]

« Une seule chose est nécessaire » : annoncer Jésus-Christ aux pauvres.[83]

44 Nous choisirons de préférence la compagnie des pauvres, nous livrer à de nouvelles formes d’apostolat au risque d’y perdre notre réputation

Pour travailler comme Jésus et avec Jésus à l’annonce du Royaume aux pauvres, « nous choisirons de préférence la compagnie des pauvres »[84] nous nous ferons proches d’eux par amour. Nous prendrons autant que possible le genre de vie des pauvres, parce que « notre vocation à nous, c’est la pauvreté et le service des pauvres, des petits et des pécheurs » et que « nous sommes plus particulièrement chargés d’évangéliser les pauvres. »[85]

La solidarité avec les pauvres nous fait donc partager leurs aspirations, leurs initiatives pour survivre et leurs luttes pour la justice.

Nous sommes témoins de leur capacité à prendre des responsabilités dans le monde et dans l’Eglise. Ensemble, nous nourrissons notre espérance des signes de l’Esprit que nous percevons dans leur vie. C’est l’Evangile que nous voulons partager avec eux.

Pour rencontrer en vérité les plus pauvres et les marginalisés de nos sociétés, les non-croyants et les plus éloignés de l’Eglise et de la foi en Jésus-Christ, nous n’hésiterons pas, avec l’accord de notre évêque, à nous livrer à des formes nouvelles d’apostolat, en ayant le souci de les enraciner dans l’Evangile et la tradition vivante de l’Eglise.

Afin d’assurer le service de l’Evangile auprès de certains groupes humains, nous nous proposerons au besoin pour travailler manuellement et partager ainsi la condition des pauvres, là où, avec l’approbation de l’autorité compétente, ce ministère est jugé opportun[86]. C’est pour assurer ce service de l’Evangile que « l’Eglise a envoyé en mission Apostolique parmi les travailleurs, des prêtres qui, en partageant intégralement la condition ouvrière, veulent y être témoins de sa sollicitude et de sa recherche. »[87]

A cause de l'Evangile et de nos solidarités avec les pauvres, nous acceptons de devenir, en communion avec le Christ, des signes de contradiction, vivant, dans la foi et l'humilité, l'incompréhension, la perte de notre réputation et même la persécution.

45 Elaborer une parole de foi simple grâce au travail dans le creuset de notre cœur

« Il faut instruire, non par de grands discours qui ne vont pas jusqu'au fond du cœur des ignorants, mais par des instructions très simples et à la portée du peuple ».[88]

Pour annoncer Jésus Christ aux pauvres, nous devons chercher à élaborer une parole de foi simple et directe, en prenant en considération ce qui a du poids dans les réalités de leur vie et en trouvant les mots qui leur parlent.

Pour « faire le catéchisme » en fidélité à la Parole de Dieu et aux enseignements de l'Eglise, notre cœur et notre prière seront comme un creuset où l'Evangile et la vie des hommes, longuement médités, se rencontrent et s'éclairent mutuellement.

« Ce n'est pas le livre qui instruit, c'est le prêtre ».[89]

46 Travailler à ce que les pauvres aient une place privilégiée dans l’Eglise et puissent exprimer leur foi

Nous travaillerons à faire en sorte que les pauvres aient leur place privilégiée à l'intérieur de l'Eglise et qu'ils puissent y exprimer leur foi.

Il s'agit pour nous de former parmi eux des chrétiens qui croient, qui aiment et qui se décident à agir selon l'Evangile : « La foi, l'amour et l'action, voilà les trois effets qu'il faut chercher à produire ».[90]

Avec l'ensemble du peuple de Dieu, nous devons tous nous sentir responsables de susciter des vocations de prêtres et d'autres apôtres consacrés à l'évangélisation des pauvres, en particulier parmi les pauvres eux-mêmes.

« La voie des conseils, c'est celle de l'amour véritable »[91]

47 Nous conformer au Christ dans sa charité

Pour accomplir l'œuvre de Dieu, qui veut rassembler tous ses enfants au sein d'un même peuple, nous sommes appelés à nous conformer au Christ dans sa charité. Cet amour nous presse de nous engager dans le chemin qu'il a pris lui-même :

« Je vous ai donné l'exemple, afin que, comme j'ai fait, vous fassiez aussi ».[92]

« Faites comme moi, si vous voulez remplir la mission que je vous confie au nom de mon Père »[93]

« Notre union à Jésus Christ doit être si intime, si visible, si parfaite que les hommes doivent dire en nous voyant : voilà un autre Jésus Christ ! Nous devons reproduire, à l'extérieur et à l'intérieur, les vertus de Jésus Christ, sa pauvreté, ses souffrances, sa prière, sa charité. Nous devons représenter Jésus Christ pauvre dans sa crèche, Jésus Christ souffrant dans sa passion, Jésus Christ se laissant manger dans la Sainte Eucharistie »[94].

48 Pratiquer les conseils évangéliques

« L’Association des Prêtres du Prado », érigée en institut séculier, reçoit, sur cette voie proposée par l'Eglise, un dynamisme nouveau pour assumer les valeurs de la sécularité dans la suite de Jésus Christ.

Dans la pratique des conseils évangéliques, les membres de l'Institut, prêtres diocésains, laïcs consacrés, se trouvent encouragés à une fidélité plus grande pour vivre les appels de Dieu qui nous viennent par les signes des temps.

Pauvreté.

49 Nous devons être des pauvres

« Etant appelés à vivre avec les pauvres, nous devons être pauvres »[95] « Jésus a voulu être pauvre… La pauvreté a été son caractère distinctif »[96]. « Il est né dans une crèche sur la paille », afin que nous comprenions que, « pour Dieu, l'or est aussi pauvre que la paille »[97].

Nous choisissons d'être pauvres par amour de Notre Seigneur et par amour des déshérités de ce monde auxquels nous sommes envoyés.

Notre monde, marqué par tant d'injustices dans la répartition des biens, par d'énormes dépenses en vue de l'armement et de la guerre, par l'idolâtrie du bien être, a besoin de signes. Pour que les pauvres puissent accueillir l'Evangile, il faut que soit donné dans l'Eglise le signe de la pauvreté volontaire. Par la pauvreté de Jésus Christ cherchée avec sollicitude, prise avec joie et embrassée avec amour[98], nous voulons signifier que Dieu est Providence, Père de tous les hommes, que Jésus Christ est notre trésor, au-dessus de tout autre bien, et que nous travaillons réellement pour lui et non pour d'autres intérêts. Le Prado, dans ses membres, et en tant qu'institution, doit être un signe pour les pauvres et pour l'Eglise.

50 lutter en faveur de la libération des pauvres

La mission de l'Eglise dans le monde à la suite du Christ, Sauveur des hommes, nous presse de lutter en faveur de la dignité et de la libération des groupes et des peuples pauvres. Le choix d'une vie pauvre nous fera vivre dans notre chair l'aspiration des pauvres et des opprimés à une vie plus décente et plus digne. En tenant compte de notre vocation, nous contribuerons aux différentes initiatives visant à réaliser un partage plus juste des biens de ce monde.

51 Renoncer aux biens de la terre… là où il n’y a pas à souffrir quelque chose…

« Nous renonçons » donc « aux biens de la terre en nous contentant du strict nécessaire dans le logement, le vêtement, la nourriture »[99] et les autres biens, nous rapprochant le plus possible de la vie de Notre Seigneur Jésus Christ et de la vie de ceux qui sont pauvres par nécessité. Nous nous rappellerons que beaucoup de pauvres souffrent et que, si nous voulons être leurs frères, nous devons partager autant que possible leur pauvreté et leur souffrance, même la souffrance qui nous vient par eux. « Là où il n'y a pas à souffrir quelque chose, il n'y a pas de véritable pauvreté »[100].

Pour rester fidèles à cette règle du strict nécessaire, nous nous engageons à examiner régulièrement l'usage et la gestion de nos ressources, ainsi que notre style de vie, en équipe et avec un responsable.

Les directoires préciseront des moyens, adaptés aux circonstances, pour aider à la mise en pratique de cet engagement.

52 Accomplir nous-mêmes des tâches matérielles

« Le pauvre travaille pour gagner sa vie… Il n'a pas de domestique… Il n'emploie les ouvriers que dans les cas de nécessité… Il ne craint pas de faire les choses les plus humbles… »[101]

Nous n'hésiterons pas, en esprit de pauvreté, à accomplir par nous-mêmes les tâches domestiques et les travaux matériels.

53 Règle du nécessaire pour chacun et pour l’institut

La règle du nécessaire doit s'appliquer non seulement à chaque membre en particulier, mais aussi à l'Institut dans son ensemble et à tous les groupes qui le composent.

L'Institut ne peut posséder de biens immeubles que s'ils sont nécessaires à son fonctionnement.

On ne cherchera pas à accumuler des capitaux.[102] Les réserves de l'Institut seront limitées aux besoins auxquels il est nécessaire de faire face. L'Institut en rendra compte régulièrement à ses membres.

54 Mettre en commun les biens, partager avec les pauvres

« Nous renonçons aux biens de la terre d'esprit et de cœur » en cherchant, dans la mesure du possible, à mettre « en commun tout ce que nous avons, comme les premiers chrétiens, ne considérant pas ce que nous avons comme étant à nous, mais comme étant à Dieu et au prochain, mettant en pratique cette parole de Jésus Christ : « Tout ce qui est à moi est à vous et tout ce qui est à vous est à moi ».[103]

La pauvreté évangélique demande en effet que nous sachions établir une véritable communauté de biens entre frères. C'est le partage sous ses différentes formes.

Nous nous associerons aux efforts pour une répartition plus équitable des ressources entre prêtres.

Nous chercherons à partager nos biens personnels et communautaires avec les pauvres et les pays pauvres. 

Nous verserons régulièrement une part de notre argent à « l'Association des Prêtres du Prado » selon les modalités définies par les instances responsables. Par cette mise en commun d'une partie de nos ressources, nous prenons tous en charge, selon nos possibilités, les dépenses de fonctionnement de l'Institut à ses différents niveaux, de telle façon que le Prado dans son ensemble, à travers le monde, soit réellement au service de l'évangélisation des pauvres.

55 Vivre la pauvreté dans le ministère et l’annonce avec des moyens pauvres

Nous sommes appelés à vivre la pauvreté dans l'exercice même du ministère. 

« Dieu envoie ses apôtres dans la pauvreté » et il « promet le centuple en ce monde, quand on travaille pour lui et que l'on fait réellement l'ouvrage de Dieu »[104]

Nous nous conformerons aux directives de l'Eglise concernant le désintéressement des prêtres dans l'accomplissement des actes liturgiques (cf C.848 et 1181). 

Nous éviterons soigneusement tout ce qui pourrait scandaliser les pauvres et les détourner de l'Eglise.

Selon le souhait du Père Chevrier, nous chercherons de la manière la plus opportune à actualiser dans nos Eglises locales la gratuité dans l'exercice du ministère.

Pour annoncer l'Evangile, nous nous rappellerons surtout qu'il faut employer les moyens apostoliques, qui sont des moyens pauvres. « On n'a pas besoin de tant d'affaires pour convertir ». « Il faut faire passer l'œuvre spirituelle avant tout » [105].

56 pauvreté qui libère, ne pas nous mettre en avant

« C'est dans la pauvreté que le prêtre trouve sa force, sa puissance et sa liberté ».[106] « La pauvreté nous tient sous la main de Dieu, dans l'humilité, le travail, la soumission, la crainte, la piété, la prière ».[107] En progressant sans cesse dans cette vraie pauvreté, nous découvrirons la joie du véritable pauvre selon l'Evangile.

La véritable pauvreté évangélique ne va pas sans humilité. Nous demanderons à Dieu qu'il nous rende « humbles d'esprit et de cœur vis-à-vis de Dieu, des hommes et de nous-mêmes. » Nous nous garderons de toute ambition, nous ne nous mettrons pas en avant, nous servirons volontiers les groupes humains les plus méprisés. Nous devons être serviteurs à l'exemple du Maître et donc, comme lui, demeurer libres à l'égard du jugement qu'on porte sur nous.

Obéissance.

57 Par amour du Christ obéissant jusqu'à la mort de la croix

Par amour de Jésus Christ obéissant jusqu'à la mort de la croix, « nous ferons de l'obéissance notre vertu principale ».[108] « L'obéissance est la plus grande marque de notre amour pour Dieu »[109] et le moyen le plus efficace de travailler à l'œuvre de Dieu. Le véritable apôtre doit suivre Jésus Christ portant sa croix : il nous faut mourir à nous-mêmes, car « plus on est mort, plus on donne la vie »[110]. « On instruit les hommes par la parole, mais on les sauve par la souffrance »[111] et par l'obéissance, en achevant dans sa chair « ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps qui est l'Eglise »[112].

58 Faire la volonté de Dieu, la découvrir dans la vie quotidienne en persévérant dans une solidarité effective avec les pauvres

Afin de conduire le peuple de Dieu selon l'esprit de Jésus Christ, nous ferons de l'accomplissement de la volonté de Dieu notre nourriture.

« Le véritable ministre du Christ est un homme conscient de sa faiblesse, travaillant dans l'humilité, discernant ce qui plaît au Seigneur ; enchaîné pour ainsi dire par l'Esprit, il se laisse conduire en tout par la volonté de Celui qui veut que tous les hommes soient sauvés. Cette volonté, il sait la découvrir et s'y attacher au long de la vie quotidienne, parce qu'il est humblement au service de tous ceux qui lui sont confiés par Dieu dans le cadre de la fonction reçue et des multiples événements de l'existence ».[113]

Déchiffrant les signes des temps comme lieu où se manifeste à nous la volonté du Père, nous serons fidèles à cette volonté en persévérant dans une présence et une solidarité effective avec les pauvres de nos peuples. « Il faut de la persévérance… Tous les jours faire le catéchisme, tous les jours être pauvre, tous les jours supporter le prochain, le monde, résister aux lassitudes de la nature avec la grâce de Dieu. »[114]

59 Proposer des initiatives en Eglise pour le salut des hommes et se soumettre

« Nous ne devons point chercher à faire ce qui nous plaît, mais ce qui plaît à Dieu ». Cette obéissance, que nous voulons totale en vue du salut des hommes, nous rend disponibles et libres, de la liberté même du Christ qui est venu témoigner de l'amour du Père : « Amenés par la charité et le souci du plus grand bien de l'Eglise à une recherche réfléchie de voies nouvelles pour l'accomplissement de leur tâche, les prêtres sont également poussés par les exigences de l'obéissance à exposer avec confiance les initiatives qu'ils ont prises et à insister sur les besoins du troupeau qui leur est confié tout en restant prêts à se soumettre toujours au jugement de ceux qui sont, dans l'Eglise de Dieu, les premiers responsables. »[115]

60 L'obéissance nous rend disponibles pour l'évangélisation des pauvres et pour le service du peuple de Dieu dans un dialogue confiant et joyeux en Eglise et au sein du Prado

L'obéissance nous rend disponibles pour l'évangélisation des pauvres et pour le service du peuple de Dieu.

Notre engagement à l'obéissance comporte :

–           l'acceptation d'esprit et de cœur des décisions de notre évêque et du Pape,

–           un dialogue et une recherche avec notre équipe, nos responsables du Prado, nos frères prêtres et les communautés du peuple de Dieu, afin de discerner la volonté de Celui qui nous envoie,

–           une conformité joyeuse à notre règle de vie, car « un règlement tiré de l'Evangile et approuvé par l'Eglise est encore l'expression de la volonté de Dieu sur nous »[116]. et l'acceptation des directives des responsables du Prado, pour mieux réaliser cette conformité.

61 Nous immoler pour le salut du monde

Par cette voie étroite de l'obéissance à la suite du Christ, nous voulons nous immoler pour le salut du monde. « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance »[117]. Cette obéissance apostolique, coûteuse et parfois douloureuse, nous fait communier à Celui qui, « tout Fils qu'il était, apprit de ce qu'il souffrit l'obéissance et fut conduit par là à son accomplissement.[118] Par cette communion au Fils, nous entrons aussi en communion avec les écrasés et les humiliés du monde, sur le chemin que Jésus a pris pour conduire tous les hommes à la liberté.

Chasteté

62 Amour de Jésus révélé dans l’eucharistie et réponse dans le célibat évangélique

Dans le mystère eucharistique, Jésus nous révèle son amour sans limites et cet amour, vécu « jusqu'au bout »[119], est le signe de la communion du Père et du Fils dans l'Esprit, ainsi que la communion du Père et des hommes rassemblés dans le Fils. Cette charité, qui dépasse tout amour humain bien qu'elle en soit la source, nous voulons la signifier au monde dans une communauté de disciples et d'apôtres consacrés « sans partage »[120] à Jésus et ouverte sans réserve aux plus petits.

Pour exprimer la radicalité de cet amour nous nous engageons à garder la continence parfaite dans le célibat évangélique. La chasteté, vécue dans cet état de vie, nous permet d'être ouverts, dans l'amour même du Christ, à tous les hommes et, plus particulièrement, aux délaissés et aux mal aimés.

« Jésus a été la charité, l'amour même… Il se donne tout entier à chacun dans la Sainte Eucharistie »[121]. Pauvre et dépouillé dans son être, le pradosien veut « donner son corps, son esprit, son temps, ses biens, sa santé et sa vie », pour arriver à « donner la vie par sa foi, sa doctrine, ses paroles, sa prière, ses pouvoirs et ses exemples »[122]. Pressé par la charité du Christ, il veut le suivre dans sa douceur, sa compréhension et sa compassion, afin de révéler la tendresse du Père à ceux qui sont méprisés dans le monde.

63 appelés par Jésus à devenir frères et sœurs

Tout au long de sa vie et de sa mission, Jésus a suscité entre les hommes un mode nouveau de relations, les appelant à devenir frères et sœurs dans la dignité et la liberté des enfants de Dieu.

Dans l'exercice de notre vie apostolique « au service de l'humanité nouvelle que le Christ, vainqueur de la mort, fait naître par son Esprit dans le monde »[123], nous sommes appelés à vivre de vrais rapports d'amitié avec les hommes et les femmes que nous rencontrons et, en même temps, un véritable dépouillement pour ne pas nous approprier ce qui appartient à l'Epoux[124]

« Personne n'aura quitté maison, femme, frères, parents ou enfants à cause du Royaume de Dieu, qui ne reçoive beaucoup plus en ce temps-ci et, dans le monde à venir, la vie éternelle »[125].

64 Prendre les moyens personnellement et en équipe pour vivre la chasteté

Afin de marcher fidèlement dans cette voie, nous voulons en prendre les moyens, personnellement et en communauté. Nous reconnaissons la nécessité de la prière, des sacrements, de l'ascèse, de la vie d'équipe, d'une constante révision de notre vie affective et de nos relations, pour aimer sans réserve le Seigneur, son Eglise et les pauvres.

65 Conscients de notre fragilité mettre notre confiance en Christ par la force de l'Esprit avec le soutien de nos frères

Conscients de notre fragilité et de notre incapacité à suivre par nos propres forces ce chemin apostolique, avec Marie, nous mettons toute notre confiance en Jésus Christ. Nous nous efforcerons de marcher, par la force de l'Esprit et avec le soutien de nos frères à la lumière des grands mystères de la Crèche, de la Croix et du Tabernacle, devenant ainsi des hommes dépouillés, crucifiés et mangés.

CHAPITRE 6 : LA VIE FRATERNELLE

 

66 Travailler au rassemblement du nouveau peuple de Dieu, une vie fraternelle constitutive de notre vocation

Par sa Pâque et par le don de l'Esprit, l'Envoyé du Père est venu « réunir dans l'unité les enfants de Dieu dispersés »[126]. Notre vocation apostolique nous demande à tous, prêtres et laïcs consacrés, de travailler avec les autres baptisés au service du rassemblement du nouveau peuple de Dieu. Appuyés sur la prière du Christ, nous voulons signifier la communauté apostolique des disciples : « Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi, et que je suis en toi, qu'ils soient en nous eux aussi, afin que le monde croie que tu m'as envoyé »[127].

La vie fraternelle, avec certaines formes communautaires, est donc constitutive de notre vocation pradosienne et de notre mission.

67 Déterminés à nous aider à entrer dans cette union qui se forme entre deux âmes qui écoutent la parole de Dieu à la lumière de l'Esprit-Saint

En entrant au Prado, nous nous déterminons à aider nos frères à devenir des disciples et des apôtres de Jésus, nous comptons sur leur appui et nous nous disposons ensemble à recevoir chaque jour le don de la vie fraternelle. « Quand deux âmes, éclairées par l'Esprit Saint, écoutent la parole de Dieu et la comprennent, il se forme dans ces deux âmes une union d'esprit très intime dont Dieu est le principe et le nœud »[128]. C'est là le véritable lien de notre famille. Nous devons « trouver dans cette famille tout ce qui se trouve dans une véritable famille : l'amour, l'union, le support, la charité »[129], tous les appuis spirituels et humains qui sont nécessaires.

68 D’abord dans l’appartenance au presbyterium

Pour les prêtres du Prado, ce don de la vie fraternelle se réalise d'abord dans l'appartenance au presbyterium diocésain. Avec les membres de ce presbyterium, ils sont appelés à nouer « des liens particuliers de charité apostolique, de ministère et de fraternité »[130]. En effet dans chaque Eglise diocésaine, les prêtres, « appelés au service du peuple de Dieu, constituent avec leur évêque un seul presbyterium, aux fonctions diverses. »[131]

Nous prendrons activement notre place dans les efforts qui sont faits pour développer le renouvellement spirituel et intellectuel du clergé, ainsi que l'esprit fraternel, la coopération pastorale, le partage de vie, la vie commune, l'entraide et la solidarité entre prêtres.

69 Entre pradosiens en vivant des sentiments du Christ dans Philippiens, en participant aux rencontres du Prado pour s’attacher aux pauvres

La vie fraternelle entre pradosiens se réalise en vivant selon l'appel pressant du Christ : « Ayez entre vous les sentiments que l'on doit avoir dans le Christ Jésus, lui qui étant de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu, mais s'anéantit lui-même en prenant la condition de serviteur »[132]. Le partage de vie avec les pauvres nous apprend à durer dans l'humilité et l'amour, la prière, la douceur et la patience du Christ, fondement de toute vie fraternelle. Les activités communautaires ont pour but de nous stimuler à vivre notre vocation dans la pauvreté, la simplicité et la joie. Seul, il est difficile de répondre à la grâce de Dieu.[133] Les rencontres du Prado doivent être pour nous des lieux de discernement, de conversion, de renouvellement dans notre attachement à Jésus Christ et dans notre élan missionnaire au service des pauvres.

La participation aux réunions d'équipe, à la vie des Prado diocésains et régionaux, ainsi qu'aux activités communes organisées par le Prado : rencontres, retraites, sessions etc. fait partie intégrante de notre engagement personnel. Nous n'hésiterons pas à donner du temps pour devenir ensemble plus efficaces au service des pauvres et de nos frères, prêtres ou laïcs, dans nos Eglises.

70 Chacun responsable du Prado tout entier, avec le souci fraternel des responsables

Le choix de la vie fraternelle rend chacun de nous responsable du Prado tout entier, afin que celui-ci puisse répondre pour sa part aux besoins de l'Eglise et du monde.

Nous aurons à cœur de porter ce souci fraternel à l'égard des divers responsables du Prado. Puisqu'ils ont la charge de veiller à l'authenticité et à la vitalité d'une grâce qui est le bien de toute l'Eglise, nous nous souviendrons souvent d'eux dans la prière. « Comme il est difficile d'être supérieur, disait le Père Chevrier, il faut qu'un supérieur soit rempli de l'Esprit de Dieu, il faut qu'un supérieur connaisse la volonté de Dieu à chaque instant… »[134]

71 Sous forme d’équipes de vie commune quand c’est possible

La vie fraternelle se réalisera sous la forme d'équipes de vie commune, quand cela sera possible et opportun. Il s'agit d'équipes de pradosiens qui habitent ensemble, en vue de mieux réaliser la mission auprès des pauvres dans un soutien fraternel effectif. Cette mise en œuvre de notre charisme donne un signe plus visible du Prado au sein de l'Eglise locale.

De telles équipes de vie commune peuvent être un moyen de renforcer la vitalité des autres équipes et de favoriser une interpellation entre pradosiens d'un même diocèse ou d'une même région.

72 En nous accueillant avec nos diversités, dons et déficiences

Pour réaliser cette vie fraternelle, nous devons nous accueillir avec nos diversités personnelles, avec nos dons et nos déficiences et dans respect de nos différentes responsabilités. La vie fraternelle, quelle que soit sa forme, avec ou sans vie commune, est une école, où nous nous efforçons d'écouter les autres afin de nous aider à vivre en disciples, au service de l'Evangile parmi les pauvres, comme le Serviteur, qui se donne pour la libération et le salut de tout homme.

TROISIEME PARTIE :
FORMATION ET ENGAGEMENT

CHAPITRE 7 : La Formation

 

73 Nécessité d’une formation spécifique à la vocation pradosienne

La vocation pradosienne et la mission de l' "Association des Prêtres du Prado" demandent une formation spécifique des membres de l'Institut. Elle est si importante que le candidat est tenu d'y consacrer un temps suffisant. De son côté, l'Institut s'oblige à lui fournir les moyens nécessaires à la réalisation de cette formation.

74 C’est Jésus Christ qu'il faut chercher et poser comme fondement de tout, étudié dans sa parole et dans une vie avec les pauvres

Pour ceux qui la reçoivent comme pour les responsables qui la conduisent, les principes suivants orientent la formation :

–           « C'est Jésus Christ qu'il faut chercher et poser comme fondement de tout… »[135]

Tout doit sortir de la connaissance de Jésus Christ, en particulier les fruits attendus de la formation. Il faut donc s'établir dans la docilité au Saint Esprit qui nous conforme au Christ Seigneur, dispensateur de ce même Esprit. Selon le Père Chevrier, quatre références complémentaires permettent d'avancer dans une vraie docilité : les appels intérieurs, la Parole de Dieu, les évènements et, finalement, l'autorité de l'Eglise.

Ainsi se forme l'attitude de celui qui veut devenir disciple et qui se met à l'écoute du Verbe, Envoyé du Père : « Qu'avons-nous donc à faire ? « Etudier Notre Seigneur Jésus, écouter sa Parole, examiner ses actions, afin de nous conformer à lui et nous remplir du Saint Esprit »[136].

En même temps, cette écoute de la Parole de Dieu doit se faire là où Jésus Christ nous attend : parmi les pauvres et dans une communauté fraternelle.

Parce que le Prado a pour mission d'assurer le service de l'Evangile auprès des pauvres, il nous faut, autant que possible, être à l'école du Maître au milieu d'eux. C'était le souhait du Père Chevrier : « J'ai envie d'avoir des prêtres qui soient élevés avec mes enfants pour qu'ils les comprennent bien »[137].

Puisque nous sommes appelés à rejoindre la famille spirituelle du Prado, il est nécessaire que notre formation se fasse, d'une manière ou d'une autre, au sein d'une communauté de disciples. Ainsi la formation du nouveau membre contribue à la formation progressive de la famille du Prado. « Alors se forme une famille vraiment spirituelle, une communauté chrétienne, ayant Dieu pour fondement, sa divine parole pour lien et les mêmes pratiques pour but »[138].

75 Des formateurs qui suivent Jésus-Christ formant des disciples et des apôtres

Des principes de formation qui précèdent, découlent une pédagogie correspondante  une certaine conception du rôle des formateurs. Il s'agit de suivre Jésus Christ qui forme ses apôtres et qui fonde l'Eglise en les prenant « pour être avec lui »[139]. « En même temps qu'il leur donnait les grands principes de la vie évangélique et parfaite, il la leur faisait pratiquer en les mettant à l'action… Instruire, reprendre, et mettre en action, faire agir, voilà la grande méthode pour former les gens et leur donner la vie intérieure »[140].

La formation donnée de cette manière ne transmet pas seulement un savoir. Elle éveille et fait grandir une vie de disciple et d'apôtre de Jésus Christ au service des pauvres. En participant activement à la vie apostolique de l'Eglise, nous laissons Dieu nous former par les événements qui nous touchent personnellement et par ceux qui marquent collectivement notre peuple et notre Eglise.

76 La formation a la première place dans l'Association des Prêtres du Prado

Le travail de formation des personnes a la première place dans l' "Association des Prêtres du Prado", puisque c'est ainsi qu'a procédé Notre Seigneur. « Nous le voyons s'occuper constamment de la transformation intérieure de ses apôtres. Il les instruisait sans cesse, il les reprenait à chaque instant, il les mettait à tout, il les formait à tout »[141] Il ne peut y avoir de formation organisée à la vie pradosienne sans formateurs spécialement nommés pour cela. La mission qu'ils reçoivent des responsables de l'Institut est le signe que Jésus Christ continue à prendre des hommes avec lui pour en faire des disciples et des apôtres.

L'importance de cette tâche demande que le formateur lui donne la première place dans ses activités apostoliques et qu'il ait la disponibilité suffisante pour cela.

La nomination des responsables de la première formation et de l'année pradosienne est réservée aux responsables majeurs. Les responsables des Prado érigés font ces nominations en accord avec le Responsable général.

Ces nominations doivent être faites avec le souci de maintenir l'unité de l'Institut et de développer, pour aujourd'hui, la créativité caractéristique du Père Chevrier en matière de formation.

L'importance du travail de formation demande aussi que tout responsable de formation ne travaille pas seul, mais que d'autres membres du Prado lui soient associés.

On n'hésitera pas à demander aux évêques les autorisations nécessaires pour obtenir des formateurs capables d'animer la formation spécifique du Prado.

77 La formation pradosienne comporte : la première formation, la formation continue et l'année pradosienne

La formation pradosienne comporte : la première formation, la formation continue et l'année pradosienne.

78 Période d’accueil

La première formation sera normalement précédée d'une période d'accueil.

Lorsque quelqu'un désire connaître la vocation apostolique du Père Chevrier et l' "Association des Prêtres du Prado", il convient de lui proposer de participer aux diverses activités que l'Institut organise : rencontres, stages etc.

79 But de la première formation qui s’étend sur deux ans

La première formation a pour but d'initier celui qui désire devenir membre de l'Institut au charisme du Père Chevrier et au genre de vie propre au Prado. Avec l'aide de celui qui a la responsabilité d'accompagner cette étape, le candidat s'exercera à la vie pradosienne sous tous ses aspects, tels qu'ils sont décrits et définis dans ces statuts. Il pourra ainsi discerner si le Seigneur l'appelle vraiment en ce sens et mûrir la décision de suivre le Christ selon le chemin proposé par le Père Chevrier dans son "Véritable Disciple".

Cette première formation s'étend sur une période de deux ans. Au terme de cette période, le candidat est invité à présenter une demande d'engagement temporaire.

80 Une formation qui n’est jamais achevée

La formation pradosienne ne doit jamais être considérée comme achevée. Elle se poursuit chaque jour et se prolonge toute la vie. Il faut que, par là, on puisse développer de réelles aptitudes en vue d'évangéliser les pauvres et de devenir des véritables disciples de Jésus Christ dans le travail apostolique de chaque jour.

Cette formation continue requiert des temps spécialement consacrés à cela. Tous les membres du Prado auront à cœur d'y participer d'une manière régulière et active.

81 L’année pradosienne

Par l'année pradosienne, nous voulons approfondir notre existence chrétienne et sacerdotale dans l'Eglise et dans le monde d'aujourd'hui. Il s'agit essentiellement, pendant cette année, en tenant compte de notre propre histoire, de nous laisser conduire par l'Esprit Saint, afin de vérifier sur quel fondement et avec quels matériaux, nous travaillons à l'œuvre de Dieu[142].

Cette année de vérification et de conversion se réalise par la contemplation et l'écoute du Verbe de Dieu dans son Incarnation, sa Croix et sa Résurrection, guidées par le Père Chevrier et son "Véritable Disciple".

Elle est aussi un temps de désert, de dépaysement, de silence et de prière, qui permet à l'apôtre de se dépouiller et de mourir à lui-même, afin que celui-ci devienne plus capable de travailler efficacement à l'évangélisation des pauvres.

Quelles que soient les modalités, l'année pradosienne se réalisera dans un partage de vie avec les pauvres, dans un travail d'évangélisation à leur service et dans la vie fraternelle, autant que possible sous forme de vie commune.

En entrant dans l' "Association des Prêtres du Prado", tous les pradosiens doivent être décidés à faire cette année pradosienne. Il est souhaitable de la faire en quittant ses responsabilités habituelles.

CHAPITRE 8 : Engagement, Incorporation, Départ.

 

82 Sens de l’engagement au Prado

L'engagement en réponse à l'appel du Père exprime notre décision de nous attacher pour toujours à la personne de Jésus Christ et de nous laisser façonner par son Esprit, afin de le suivre dans une vie de disciple au service de l'évangélisation des pauvres. « Je me suis décidé à suivre Notre Seigneur de plus près pour me rendre plus capable de travailler efficacement au salut des âmes ».[143]

En faisant notre engagement dans le Prado, nous nous attachons au Christ de l'Incarnation et de la Crèche, qui nous appelle à le suivre dans son chemin de pauvreté et d'humilité ; au Christ crucifié, qui nous invite à communier à son offrande et à son mystère de mort et de résurrection ; au Christ Pain vivifiant de l'humanité, qui nous communique la force de nous donner jusqu'au bout pour que les pauvres auxquels nous sommes envoyés, puissent avoir la vie.

Cette décision de nous faire disciples implique le désir de vivre en totalité la vie évangélique par amour de Jésus Christ et de ceux auxquels il nous envoie. En entrant au Prado, nous nous engageons à pratiquer la pauvreté et l'humilité, l'obéissance et la chasteté dans le célibat et enfin le don plénier de nous-mêmes au service des pauvres à l'intérieur de la mission de l'Eglise.

L'engagement pradosien crée entre nous les liens d'une véritable famille spirituelle. Nous nous engageons à aider nos frères et nous pouvons compter sur leur appui.

83 Forme de l’engagement au Prado

L'engagement se fait sous la forme d'une promesse qui lie la conscience devant Dieu, l'Eglise et l'Institut.

L'engagement a lieu normalement au cours d'une célébration liturgique.

Dans la tradition du Prado, qui remonte au Père Chevrier lui-même, cet engagement est fait en référence explicite au Tableau de Saint Fons.

84 Place du responsable dans l’engagement

Le responsable majeur, ou son délégué, accueille l'engagement au nom de l'Eglise et de l'Institut. Il engage toute l'institution à soutenir le nouveau pradosien dans sa démarche pour que celui-ci devienne un véritable disciple et apôtre de Jésus Christ au service des pauvres.

85 Un engagement en deux étapes : temporaire et perpétuel

L'engagement se fait par étapes.

Tous les membres de l'Institut prononceront d'abord un engagement temporaire, qui porte sur une durée de cinq ans. Après cette période, qui peut être prolongée de deux ans, ils feront normalement une demande d'engagement perpétuel. La préparation à l'engagement perpétuel se fera selon les indications des divers directoires.

86 : Formule d’engagement

Pour la formulation de l'engagement, on suivra ce qui est écrit dans le directoire général au n. 45 et 46.

Celui qui fait son engagement conclura par la formule suivante :

« Je me décide à suivre Notre Seigneur Jésus Christ de plus près pour me rendre plus capable de travailler efficacement au salut des hommes.

Au sein de la famille du Prado et devant l'Eglise, je promets (pour toujours) à Dieu de pratiquer selon les constitutions de l'Association :

– la pauvreté et l'humilité, pour l'amour du Christ, né dans une crèche, et des pauvres auxquels nous sommes envoyés,

– l'obéissance, pour l'amour de Jésus qui s'est fait obéissant jusqu'à la mort de la croix, et de ceux qui portent dans leur chair la marque de la souffrance,

– la chasteté dans le célibat et le don de tout moi-même, pour l'amour de Celui qui s'est fait notre nourriture dans l'Eucharistie, et de tous ceux qui ont faim d'amour, de justice et de liberté.

Avec Marie et les autres témoins de la foi, je veux répondre ainsi à l'appel du Père, m'attacher à la personne du Christ et me laisser former par son Esprit, afin de pouvoir glorifier Dieu jusque dans mes faiblesses et travailler avec joie à l'évangélisation des pauvres ».

On pourra aussi utiliser une autre formule, à condition qu'elle reprenne les éléments essentiels de la formule indiquée ci-dessus.

87 Solliciter l’accord de l’évêque avant l’engagement

Avant la demande d'engagement temporaire, le candidat clerc sollicitera l'accord de son évêque.

88 Le responsable et son conseil responsable de l’accueil des demandes d’engagement

Il appartient aux responsables majeurs, avec l'avis de leur conseil, d'accueillir les demandes d'entrées en premières formation. La demande d'admission doit être formelle.

89 Engagement temporaire pour 5 ans prolongeable de deux ans.

Par l'engagement temporaire, le membre de l'Institut est incorporé pour une durée de cinq ans. Conformément au droit, cette durée peut être prolongée de deux ans.

Avec l'engagement perpétuel, l'incorporation devient perpétuelle.

90 départs, renvois, passages à d’autres instituts

Pour les départs, renvois et passages d'un institut à un autre, on appliquera les règles du droit général (C.726 à 730)

QUATRIEME PARTIE : ORGANISATION DE L’ASSOCIATION DES PRETRES DU PRADO

CHAPITRE 9 : Organisation Générale Et Gouvernement

 

91 Nécessités d’articulations du corps pour faire l’œuvre de Dieu

Nous souvenant que dans l'Eglise « le Corps tout entier reçoit concorde et cohésion grâce à toutes les articulations qui le desservent, selon une activité répartie à la mesure de chacun »[144], nous nous donnons par cette organisation les moyens concrets de nous aider mutuellement à devenir plus efficaces afin de faire l'œuvre de Dieu.

I. Dépendance du Saint Siège et des évêques.

92 Institut séculier clérical de droit pontifical

Institut séculier clérical de droit pontifical, l' "Association des Prêtres du Prado" dépend immédiatement et exclusivement du Saint Siège pour son gouvernement et son organisation interne.

93 sous la pleine juridiction de leurs évêques

Les prêtres du Prado sont sous la pleine juridiction de leurs évêques. Comme les autres prêtres, ils reçoivent immédiatement de ceux-ci leur mission canonique.

II. Organisation par diocèse et région.

1. Organisation par diocèse

94 Si plusieurs pradosiens dans un diocèse, s’organiser en communauté diocésaine

Si nous sommes plusieurs pradosiens dans un même diocèse, nous nous organiserons en groupe ou communauté diocésaine.

95 D’autres organisations possibles si nécessaire

D'autres formes d'organisation entre pradosiens sont possibles quand la nécessité l'exige ou un meilleur service de notre vocation pradosienne.

96 Des directoires pour préciser l’organisation des Prado érigés

L'organisation des Prado diocésains et la désignation de leurs responsables sont précisées dans les directoires des Prado érigés.

2. Organisation par région.

97 Des communautés régionales érigées avec un directoire

L' "Association des Prêtres du Prado" comporte des communautés régionales érigées. Ces Prado régionaux érigés regroupent des pradosiens appartenant à plusieurs diocèses, selon les critères précisés dans le directoire général.

98 Conseil Général qui décide d’ériger ou supprimer un Prado régional

C'est au Conseil général qu'il appartient d'ériger les Prado régionaux, de les supprimer, de les unir ou de les circonscrire autrement, selon les critères définis dans le directoire général.

Toute modification des limites d'un Prado érigé suppose l'accord du conseil de ce Prado.

La suppression par le Conseil général d'un Prado érigé devra être ratifiée par l'Assemblée général de l'Institut.

99 Un responsable régional élu en assemblée

Chaque Prado régional érigé a son responsable et son conseil élus par l'ensemble des pradosiens de la région ou leurs délégués, réunis en assemblée.

100 Une élection pour 6 ans maximum

Les responsables des Prado érigés, ainsi que les membres de leur conseil, sont élus pour une période qui ne doit pas dépasser six ans.

Ils sont élus de la même manière que le Responsable général et les membres de son conseil (cf. n. 127 et 128)

101 Le responsable d'un Prado érigé doit être incorporé perpétuellement

Le responsable d'un Prado érigé doit être incorporé perpétuellement.

102 Un Prado Régional pleinement responsable de ses membres

Chaque Prado régional érigé est pleinement responsable de ses membres, selon ce qui est établi dans les constitutions et le directoire général.

Il établit son organisation particulière selon les caractéristiques de sa tradition ecclésiale, dans la fidélité au charisme du Père Chevrier et en conformité avec le droit propre de l'Institut.

Les directoires des Prado érigés, adoptés par leurs assemblées, doivent être présentés pour approbation au Conseil général.

103 Un directoire qui précise la composition de l’assemblée

La composition des Assemblées des Prado érigés doit être précisée dans leurs directoires.

104 Quand pas de Prado érigé sur un territoire, sous l’autorité directe du Prado général

Les pradosiens qui résident ou exercent leur ministères dans des territoires où il n'y a pas encore de Prado érigé, sont sous l'autorité directe du Responsable général et de son conseil.

On cherchera à faire en sorte que dans ces pays les pradosiens puissent se donner une certaine organisation provisoire et qu'il y ait des responsables locaux.

105 Droit de trouver tout ce qui est nécessaire là où l’on vit sa mission

Tout pradosien, pour vivre sa vie pradosienne, doit trouver ce dont il a besoin et avoir la possibilité d'exercer ses droits dans le Prado diocésain et le Prado régional où il accomplit de manière habituelle son apostolat en fonction de la mission reçue.

III. Les laïcs consacrés dans l'Association.

106 Droit à une organisation particulière des laïcs consacrés

A l'intérieur de chaque Prado érigé, les laïcs consacrés ont le droit d'avoir une organisation particulière, selon un directoire approuvé par le Conseil général.

Le groupe des Frères ainsi constitué forme une fraternité.

107 Directoire pour les laïcs consacrés

Dans ce directoire, on précisera ce qui concerne leur admission et leur formation, en conformité avec les normes des constitutions. Il appartient aux responsables majeurs d'admettre à la formation et à l'engagement.

108 Représentation des laïcs consacrés dans l’institut

Les laïcs consacrés sont représentés dans les organes de gouvernement de l'Institut selon des modalités indiquées dans les divers directoires.

109 Favoriser les échanges entre frères des diverses régions

Le Responsable général et les responsables des Prado érigés auront le souci de favoriser des liens et des échanges entre les frères des différentes régions afin que cette manière de suivre le charisme du Père Chevrier se développe réellement dans ces régions.

IV. Incardination au Prado

110 Règle générale : incardination dans leur diocèse

Les prêtres du Prado sont en règle générale incardinés dans leur diocèse.

111 exceptionnellement : incardination au Prado

Exceptionnellement, on pourra incardiner  à l'Institut quelques membres pour le service du Prado et de sa mission.

Seul le Responsable général peut décider d'une éventuelle incardination avec le consentement du Conseil général, selon les principes généraux définis par l'Assemblée générale. Il prendra l'avis du responsable du Prado érigé, si le candidat à l'incardination appartient à un Prado érigé ; dans les autres cas, il consultera le responsable du Prado local.

En ce qui concerne les séminaristes candidats à l'incardination au Prado, on tiendra compte du canon 266 du Code, selon lequel l'incardination dans l'Institut est possible seulement après l'engagement perpétuel.

V. Séminaristes et Séminaire

112 Possibilité première formation pour séminaristes

Les séminaristes qui s'orientent vers le Prado pourront recevoir la première formation pradosienne durant le temps de leur préparation au ministère presbytéral. Les prêtres du Prado ont la responsabilité de les aider à mûrir leur vocation.

113 Un séminaire pour former selon les caractéristiques de la vocation du Prado

L' "Association des Prêtres du Prado" a un séminaire pour former des prêtres pauvres destinés à l'évangélisation des pauvres. La préparation au ministère s'y fait selon les caractéristiques de la vocation et de la mission du Prado, et selon les normes de l'Eglise pour la formation des clercs.

114 Sous la responsabilité du Responsable Général

Le séminaire est sous la responsabilité du Responsable général et de son Conseil.

VI. Les associés

115 Possibilité d’être associé (prêtres, diacres et laïcs)

Conformément à sa tradition, l' "Association des Prêtres du Prado" peut s'associer des personnes (prêtres, diacres et laïcs) qui veulent vivre de la spiritualité du Prado et qui participent à sa mission auprès des pauvres.

116 En réponse à l’appel de Dieu dans l’état de vie qui est le leur prendre le Père Chevrier pour guide pour suivre Jésus-Christ

En s'associant au Prado, ces personnes veulent, en réponse à un appel de Dieu, vivre de la plénitude de la vie chrétienne et la perfection de la charité dans l'état de vie qui est le leur, en prenant pour guide le Père Chevrier. Elles s'efforceront de grandir dans la connaissance de Jésus Christ par une lecture fréquente de l'Evangile, d'avoir une vie simple et de donner une place aux pauvres dans leur vie, pour promouvoir ainsi plus d'humanité dans les conditions d'existence et témoigner de l'esprit des Béatitudes.

On devient associé par une demande formelle adressée à un responsable majeur, qui devra demander le vote délibératif de son Conseil pour l'accepter.

Ces personnes ne font pas l'engagement qui incorpore à l'Institut; mais l'acceptation du Responsable leur donne le droit de participer à certaines activités du Prado et aux décisions les concernant, ainsi que de s'organiser selon des modalités précisées dans les directoires des Prado érigés.

117 Les responsables de l'Institut doivent soutenir ces associés

Les responsables de l'Institut doivent soutenir ces associés.

VII. L'autorité à l'intérieur de l' "Association des Prêtres du Prado".

118 responsabilités exercées en conformité avec les orientations du Saint Siège et des évêques au service de la fidélité au charisme

Les responsables, à quelque niveau qu'ils se trouvent, exercent la fonction dont ils ont la charge en conformité avec les orientations du Saint Siège et des évêques.

L'autorité des responsables concerne la vie pradosienne et la mission du Prado : elle est au service de la fidélité personnelle et communautaire des membres à leur vocation de disciple et d'apôtre telle qu'elle est précisée dans ces statuts.

119 Un seul maître : Jésus-Christ. Responsables appelés à se remplir de l’Esprit de Dieu

Quelle que soit la forme dont on participe à l'autorité, on se rappellera « qu'il n'y a qu'un seul Maître et Supérieur qui est Jésus Christ » et que l'autorité s'exerce en dépendance de Dieu. « Un supérieur de la terre ne doit rien faire de lui-même ;  il doit tout faire par Jésus Christ et en union avec Jésus Christ »[145]

Il faut que les responsables se remplissent de l'esprit de Dieu par la prière, l'étude, la réflexion et en demandant conseil, afin d'être de bons et fidèles serviteurs de Jésus Christ auprès de leurs frères.

1. Statuts et directoire :

120 Constitutions

Les constitutions ou statuts, approuvés par le Saint Siège, règlent la vie de l'ensemble de l'Institut

Ils ne peuvent être modifiés que par l'Assemblée générale après un vote de la majorité des 2/3 et l'approbation du Saint Siège.

121 Des directoires

En plus des statuts, le directoire général est l'expression du droit propre.

Il doit être établi par l'Assemblée Générale à la majorité des 2/3. Il peut être modifié dans les mêmes conditions par l'Assemblée générale.

122 Les responsables exercent leur autorité selon les statuts et le directoire général

Les responsables exercent leur autorité selon les statuts et le directoire général.

2. L’Assemblée Générale

123 l’Assemblée Générale

Dans l'Institut, l'autorité est détenue en premier par l'Assemblée générale.

Elle se réunit ordinairement tous les 6 ans sur convocation du Responsable général.

Elle a pour but d'élire le Responsable général et les membres de son conseil. Elle traite aussi des affaires générales de l'Institut.

Elle peut proposer au Saint Siège des modifications aux statuts et prendre des décisions ou adopter des orientations valables pour tout l'Institut.

124 Assemblée Générale extraordinaire

Une Assemblée générale extraordinaire peut être convoquée, pour prendre des décisions, par le Responsable général après vote délibératif du Conseil général.

125 Composition de l’Assemblée Générale

L'Assemblée générale est composée de membres de droit et de membres élus.

1) Sont membres de droit : le Responsable général, les membres du Conseil général, les responsables des Prado régionaux érigés.

2) Le Conseil général peut désigner comme membres d'une Assemblée générale les anciens responsables généraux, le secrétaire général, l'économe général, le responsable général de la formation, le supérieur du séminaire.

3) Pour l'élection des autres membres de l'assemblée, on tiendra compte des critères suivants :

–           Sont électeurs en vue de la désignation des délégués à l'Assemblée générale ceux qui ont fait l'engagement temporaire et ceux qui ont fait l'engagement perpétuel.

–           Sont éligibles comme délégués à l'Assemblée générale ceux qui ont fait l'engagement perpétuel.

–           Le nombre des membres de droit et des membres désignés par le Conseil général ne devra jamais dépasser le tiers du total des membres de l'Assemblée.

On veillera à ce que les régions soient représentées proportionnellement à l'importance numérique de leurs membres et on fera en sorte que les laïcs consacrés soient convenablement représentés, ainsi que les Prado minoritaires en nombre.

–           Pour favoriser la participation des Prado naissants à l'Assemblée générale le Conseil général peut décider qu’un pradosien qui a seulement fait son engagement temporaire soit éligible comme délégué à l'Assemblée générale.

4) C'est le Conseil général qui précisera les modalités de désignation des délégués à l'Assemblée générale, un an, autant que possible, avant la date d'ouverture de l'assemblée, en tenant compte des critères ci-dessus.

126 Président de l’Assemblée Générale

Le Président de l’Assemblée générale est le Responsable général ou, à son défaut, le premier Assistant. Il préside l'Assemblée et veille à ce que celle ci se déroule selon les normes établies dans le directoire général.

127 Critères d’élection du responsable général

Le Responsable général est élu par l'Assemblée pour une période de 6 ans.

Il doit être âgé d'au moins 35 ans et avoir fait son engagement perpétuel depuis au moins 3 ans.

Il faut qu'il puisse être libéré de toute autre charge avec l'autorisation de son évêque.

L'élection du Responsable général se fait au scrutin secret.

Il est élu à la majorité des 2/3 des membres de l'Assemblée. Si un tour de scrutin ne suffit pas, on procèdera à un deuxième tour dans les mêmes conditions. Si d'autres tours de scrutin sont nécessaires, le troisième tour se fera à la majorité absolue et pour le quatrième tour, on retiendra les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix au tour précédent. Sera élu celui qui aura le plus grand nombre de voix.

Le Responsable général sortant peut être élu pour un deuxième mandat de six ans. Pour un troisième mandat, il faut être élu avec les deux tiers des voix.

Au-delà de ce troisième mandat, il faut demander aussi la confirmation du Saint Siège.

128 Critères d’élection du conseil

Après l'élection du Responsable général, on procède à l'élection des membres du Conseil.

Le nombre des conseillers peut aller de quatre à huit. Ce nombre est fixé par l'Assemblée générale qui doit les élire.

Ils sont élus pour 6 ans.

Ils doivent avoir fait leur engagement perpétuel.

L'élection des membres du Conseil se fait par scrutins secrets et séparés. Dans ces élections, la majorité absolue est requise au premier et au deuxième tour ; si un troisième tour est nécessaire, la majorité relative suffit.

Ils sont toujours rééligibles.

Un des conseillers au moins est libéré de toute autre tâche pour assister le Responsable général. Si la situation le demande, on peut avoir plusieurs conseillers ainsi libérés. Cette libération requiert le consentement de l'évêque de l'intéressé.

Le premier conseiller élu est le premier Assistant.

129 Si le responsable ou un membre du conseil cesse ses fonctions

Si le Responsable général cesse ses fonctions avant l'expiration du temps prévu, le premier Assistant avise le Saint Siège et convoque une Assemblée générale qui devra se tenir au plus tard dans un délai d'un an. Dans cette Assemblée, on élira le nouveau Responsable général et ses conseillers.

Si l'un des membres du Conseil cesse ses fonctions, le Conseil général élit un remplaçant qui entre immédiatement en fonction jusqu'à la prochaine élection en Assemblée générale.

3. Le Responsable Général et son Conseil :

130 Responsable Général exerce son autorité sur l’ensemble

Le Responsable général avec son conseil exerce l'autorité sur l'ensemble de l'Institut entre les Assemblées générales.

131 Tâches du Responsable Général

Les tâches du Responsable général sont les suivantes :

–           il assure la fidélité au charisme des membres et des groupes, et la participation active de tous par les moyens les plus appropriés,

–           il porte le souci de l'unité et de la communion entre les personnes et les groupes, il favorise la communion et les échanges,

–           il veille de façon spéciale sur la formation,

–           il convoque les assemblées générales ordinaires et extraordinaires.

–           il préside les assemblées générales et le Conseil général,

–           il suit l'ensemble des différents Prado soit par des membres du Conseil général;

–           il assiste, en tant que Responsable général, par lui-même ou par un délégué, aux assemblées des Prado érigés,

–           il assure la représentation de l'Institut auprès du Saint Siège et des évêques,

–           il associera le plus possible le Conseil général à l'animation et au gouvernement du Prado,

–           il informera les responsables des Prado érigés et l'ensemble des pradosiens des décisions les concernant prises au Conseil général.

132 Cas où le Responsable Général doit demander un vote délibératif

Le Responsable général doit demander le vote délibératif de son Conseil dans les cas suivants :

–           établissement des Prado régionaux érigés,

–           approbation des directoires des Prado érigés et des directoires particuliers,

–           organisation et définition du contenu de la formation,

–           incardination au Prado et appel aux ordres,

–           acceptation des demandes d'engagement temporaire et perpétuel dans les Prado qui ne sont pas encore érigés,

–           approbation du règlement du séminaire,

–           acquisition et aliénation de biens importants, étant sauf le droit universel,

–           nomination aux charges générales : secrétaire, économe, supérieur du séminaire, etc..

–           convocation d'une Assemblée générale extraordinaire,

–           admission d'un membre associé,

–           lorsqu'il s'agit de donner une autorisation de départ à quelqu'un qui veut quitter l'Institut durant le temps de l'incorporation temporaire (cf.C.726,2),

–           lorsqu'il s'agit d'accueillir quelqu'un qui vient d'un autre institut,

–           ou quand un membre du Prado demande à passer à un autre institut séculier (cf.C.730 et C.684,1)

Le Responsable général agit collégialement avec son Conseil, en cas de procédure de renvoi d'un membre.

133 Cas où le responsable général doit demander un avis à son Conseil

Le Responsable général doit demander l'avis de son Conseil dans les cas suivants :

–           admission à la formation dans les Prado qui ne sont pas encore érigés. En ce cas, il n'est pas nécessaire de réunir le Conseil ; il suffit de demander à chaque membre de celui-ci son avis (cf. C.127,1)

–           exclusion éventuelle d'un membre à la fin de la période de l'incorporation temporaire (cf. C.726,1)

–           organisation et vie des Prado naissants.

134 S’il y a lieu de changer le Responsable Général

Si, ce qu'à Dieu ne plaise, après avoir mûrement réfléchi et beaucoup prié, les membres du Conseil jugeaient qu'il y a lieu de changer le Responsable général, ils soumettraient leurs raisons au Saint Siège qui, seul, peut prendre une décision.

4. Les Responsables des Prado avec leur Conseil :

135 Les Responsables Régionaux

Les responsables des Prado régionaux érigés sont des modérateurs majeurs (cf.C.717 et 720).

136 Tâches des Responsables Régionaux

Leurs tâches sont les suivantes :

–           faire vivre le charisme et assurer la fidélité à celui-ci des membres des Prado dont ils ont la charge,

–           assurer unité, cohérence et communion à l'intérieur de leur Prado,

–           faire en sorte que le charisme s'enracine de plus en plus dans les réalités du peuple et des Eglises locales, tout en étant soucieux d'ouverture, d'échanges et de communion avec l'ensemble du Prado,

–           entretenir des liens avec les évêques des pradosiens de la région,

–           suivre l'ensemble des pradosiens de la région,

–           susciter des équipes de base et des communautés diocésaines avec des responsables ; veiller aux isolés,

–           veiller à la formation des membres et à la préparation de l'engagement,

–           maintenir des liens avec le Responsable général et son conseil,

–           veiller à ce que les archives soient tenues à jour,

–           assurer la gestion des finances et des biens.

137 Cas où les responsables régionaux doivent demander un vote délibératif

Le Responsable du Prado érigé doit demander le vote délibératif de son Conseil dans les cas suivants :

–           acceptation des demandes d'engagement temporaire et perpétuel pour leur Prado,

–           désignation des responsables de la formation,

–           organisation et définition du contenu de la formation,

–           admission d'un membre associé.

138 Cas où les responsables régionaux doivent demander un avis

Le Responsable du Prado érigé doit demander l'avis de son Conseil dans les cas suivants :

–           admission à la formation des candidats appartenant aux diocèses de la région. En ce cas, il n'est pas nécessaire de réunir le conseil ; il suffit de demander à chaque membre son avis (C.127,1)

–           exclusion éventuelle d'un membre à la fin de la période d'incorporation temporaire (cf. C.726,1)

139 Responsable

Le Conseil général doit être informé des décisions prises par les responsables des Prado érigés avec leur conseil. Ceux-ci soumettront les programmes de formation au Conseil général.

VIII. Le Secrétaire Général et l’Econome Général

140 Secrétaire

Le Secrétaire général rédige les comptes rendus et les actes des Assemblées générales et des conseils généraux, ainsi que les documents que lui demandent d'établir le Responsable général et le Conseil.

Il veille sur les archives de l'Institut.

141 Econome

L'Econome général gère les finances et les biens de l'Institut selon la "règle du nécessaire" telle qu'elle est indiquée au N.53 des constitutions.

L'Econome général exerce sa charge sous la responsabilité du Responsable général et de son Conseil.

La famille spirituelle du Prado

142 Famille spirituelle

Comme l' "Association des Prêtres du Prado", les Sœurs du Prado ont été fondées par Antoine Chevrier. Depuis, l' "Institut Féminin du Prado" s'est constitué, et d' autres groupes naissent et grandissent en divers pays et continents, en référence au charisme d'Antoine Chevrier.

Avec eux, nous formons la famille spirituelle du Prado.

Tous ensembles, nous avons la responsabilité de faire fructifier cette grâce pour le service de l'évangélisation des pauvres et une plus grande fidélité de l'Eglise aux appels de Dieu.

Les prêtres du Prado mettront volontiers leur ministère au service de cette famille spirituelle.

Nous souvenant du Père Chevrier qui fut appelé à la vie évangélique nous nous efforcerons, par tous les moyens adaptés, de faire connaître l'Evangile et d'aider ceux et celles qui ont reçu de Dieu lumière et force pour cela, à devenir de vrais disciples de Jésus.

PRIERE DU PERE CHEVRIER : O Verbe ! O Christ !

O Verbe ! O Christ !

Que vous êtes beau!

Que vous êtes grand !

Qui saura vous connaître ?

Qui pourra vous comprendre ?

Faîtes ô Christ,

Que je vous connaisse et que je vous aime !

Puisque vous êtes la lumière,

Laissez venir un rayon de cette divine lumière

sur ma pauvre âme,

afin que je puisse vous voir et vous comprendre.

Mettez en moi une grande foi en vous,

afin que toutes vos paroles

soient pour moi autant de lumières qui m’éclairent

et me fassent aller à vous et vous suivre

dans toutes les voies de la justice et de la vérité.

O Christ ! O Verbe !

Vous êtes mon Seigneur et mon seul et unique Maître.

Parlez, je veux vous écouter

Et mettre votre parole en pratique.

Je veux écouter votre divine parole

parce que je sais qu’elle vient du ciel.

Je veux l’écouter, la méditer, la mettre en pratique,

Parce que, dans votre parole,

il y a la vie, la paix et le bonheur.

Parlez, Seigneur,

Vous êtes mon Seigneur et mon Maître,

Et je ne veux écouter que vous.

Tableau de St Fons manuscrit

Accès au Tableau de Saint Fons

 


[1] Bien que le Prado soit canoniquement un « institut séculier de droit pontifical » et donc, engage bien plus qu’une association, on a gardé le terme « association » parce que c’est celui que le Père Chevrier a donné à sa fondation. Il l’emploie dans un des derniers textes écrits par lui avant de mourir, intitulé : « But fondamental de l’Association des Prêtres du Prado ». Cet important document est joint en annexe au premier règlement des Prêtres du Prado, approuvé en 1878 par l’archevêque de Lyon.

 

 

 

[2] Ce sont là des termes que le Père Chevrier employait souvent.

 

 

 

[3] Récit de la « conversion » du Père Chevrier à Noël 1856 d’après le témoignage de Sœur Véronique et de Jean-Marie Laffay (Procès, Tome 2, p. 7 et 97-98)

 

 

 

[4] Lettres du Père Chevrier, n°49

 

 

 

[5] « Le Véritable Disciple, p. 121.

 

 

 

[6] Cf. Jn 10,36 ; Lc 4,18 ; P.O., n°2

 

 

 

[7] Lettres, n°231.

 

 

 

[8] Cf. V.D., p.46 et 116

 

 

 

[9] Jn 20,21

 

 

 

[10] « Jésus-Christ est l’envoyé de son Père. Le prêtre est l’envoyé de Jésus-Christ. Tout ce que Jésus-Christ a dit de lui-même sous ce titre, le prêtre doit se l’appliquer à lui-même. Il est revêtu comme Jésus-Christ, des caractères d’un envoyé et doit en remplir les obligations. » (Cahier « apôtres », p.226 ; Ms X,22)

 

 

 

[11] Lettres, n°53

 

 

 

[12] Cf. L.G., n°28 et P.O., n°2

 

 

 

[13][13] cf. P.O., n°2

 

 

 

[14] Rm 12,; cf L.G., n°10

 

 

 

[15] Cf. Lettres, n.117

 

 

 

[16] Lettres, n°49

 

 

 

[17] Ph 2,7

 

 

 

[18] Ad Gentes, n°10.

 

 

 

[19] 2 Co 8,9

 

 

 

[20] Cf Mt 22,10

 

 

 

[21] V.D., p. 341

 

 

 

[22] V.D., p.407.

 

 

 

[23] Cahiers de Perrichon

 

 

 

[24] V.D., p. 330.

 

 

 

[25] Jn 10,11

 

 

 

[26] Cf. V.D., p.329 à 333

 

 

 

[27] V.D., p.478.

 

 

 

[28] V.D., p.486.

 

 

 

[29] 2 Co 4,11 ; cf. Ga 2,19 et 6,14

 

 

 

[30] Tableau de Saint Fons.

 

 

 

[31] Cf. P.O. n°5 et 13.

 

 

 

[32] V.D., p.418

 

 

 

[33] Cf. Règlement du Père Chevrier de 1857.

 

 

 

[34] V.D., p.113.

 

 

 

[35] But fondamental de l’Association des Prêtres du Prado.

 

 

 

[36] V.D., p.95 ; et aussi V.D., p.119.

 

 

 

[37] V.D., p.45.

 

 

 

[38] Cf. V.D., p.45.

 

 

 

[39] V.D., p.89.

 

 

 

[40] Mt 5,13-14

 

 

 

[41]Ms V, p.401.

 

 

 

[42] Jésus-Christ 2,5.

 

 

 

[43] 2 Co 3,6.

 

 

 

[44] L.G., n°63 ; cf. Lc 2,19 et 51

 

 

 

[45] Lettres, n°53.

 

 

 

[46] Lc 22,28

 

 

 

[47] Lc 4,18-19.

 

 

 

[48] Cf. L.G., n°8.

 

 

 

[49] Mt 9,35.

 

 

 

[50] Lettres, n°55.

 

 

 

[51] Lettres n°67, 87 et 89.

 

 

 

[52] Lettres, n°88.

 

 

 

[53] Lettres, n°143

 

 

 

[54] V.D., p.222.

 

 

 

[55] Cf. PO, n°7.

 

 

 

[56] Cf V.D. p. 524.

 

 

 

[57] Cf. Droit Canonique, C. 385 et C. 574,§1.

 

 

 

[58] Règlement des paroisses.

 

 

 

[59] Lettres, n° 143.

 

 

 

[60] Cf. C.D n°6 et Droit Canonique, C. 271, §1.

 

 

 

[61] G.S., n°38.

 

 

 

[62] Récit de la conversion du Père Chevrier d’après le témoignage de Jean-Marie Laffay, Procès, T 2, p. 98

 

 

 

[63] V.D. p. 113-114

 

 

 

[64] V.D. p. 226.

 

 

 

[65] V.D. p. 227.

 

 

 

[66] Cf. prière « O Verbe, ô Christ », dans V.D. p. 108

 

 

 

[67] Cf. V.D., p. 229.

 

 

 

[68] A.G., n°11.

 

 

 

[69] A.G., n°4.

 

 

 

[70] A.G., n°5.

 

 

 

[71] V.D., p. 231.

 

 

 

[72] V.D., p. 221.

 

 

 

[73] V.D., p. 222.

 

 

 

[74] Cf. V.D., p. 227.

 

 

 

[75] Cf. Ac 1,14.

 

 

 

[76] V.D., p. 218.

 

 

 

[77] Cf. V.D., p. 226.

 

 

 

[78] V.D., p. 218.

 

 

 

[79] Cf. V.D., p . 226

 

 

 

[80] Règlement des Frères et des Sœurs du Prado, 1864.

 

 

 

[81] V.D., p. 228.

 

 

 

[82] Cf. P.O. n° 14.

 

 

 

[83] C’est la traduction pour aujourd’hui d’une formule du Père Chevrier : « Une seule chose est nécessaire : bien faire son catéchisme » (V.D., p. 299.)

 

 

 

[84] Règlement des Prêtres du Prado de 1878 ; cf. aussi V.D., p. 402.

 

 

 

[85]   L’esprit des vertus d’Antoine Chevrier, p. 415-416

 

 

 

[86] Cf. P.O., n°8

 

 

 

[87] Octogesima Adveniens, n. 48

 

 

 

[88] Lettres, n° 102.

 

 

 

[89] Véritable Disciple p. 450

 

 

 

[90] Véritable Disciple p. 451

 

 

 

[91] Véritable Disciple p. 121

 

 

 

[92] Jn 13,15 ;

 

 

 

[93] Véritable Disciple p. 342

 

 

 

[94] Véritable Disciple p. 101

 

 

 

[95] Règlement des prêtres du Prado de 1878

 

 

 

[96] Véritable Disciple p. 407

 

 

 

[97] Règlement du Père Chevrier de 1857.

 

 

 

[98] Cf. Véritable Disciple, p. 323.

 

 

 

[99] Règlement des Prêtres du Prado en 1878.

 

 

 

[100] Véritable Disciple p. 295

 

 

 

[101] Véritable Disciple p. 413-414

 

 

 

[102] Cf. Véritable Disciple p. 319.

 

 

 

[103] Règlement des Prêtres du Prado en 1878.

 

 

 

[104] Véritable Disciple, p. 322

 

 

 

[105] Véritable Disciple p. 307 ; cf. aussi Véritable Disciple p. 209

 

 

 

[106] Véritable Disciple p. 519

 

 

 

[107] Véritable Disciple p. 319

 

 

 

[108] Véritable Disciple p. 260

 

 

 

[109] Véritable Disciple p. 259

 

 

 

[110] Tableau de Saint-Fons

 

 

 

[111] Parole du Père Chevrier dans sa dernière maladie

 

 

 

[112] Col 1,24

 

 

 

[113] P.O., n°15

 

 

 

[114] Véritable Disciple p. 333

 

 

 

[115] P.O n°15

 

 

 

[116] Véritable Disciple p. 257

 

 

 

[117] Jn 12,24.

 

 

 

[118] He 5,8-9

 

 

 

[119] Jn 13,1

 

 

 

[120] 1 Co 7,35

 

 

 

[121] Règlement du Père Chevrier en 1857.

 

 

 

[122] Tableau de Saint-Fons

 

 

 

[123] P.O. n° 16

 

 

 

[124] Cf. Jn 3,27-30

 

 

 

[125] Lc 18,29-30

 

 

 

[126] Jn 11,52

 

 

 

[127] Jn 17,21.

 

 

 

[128] Véritable Disciple p. 151

 

 

 

[129] Véritable Disciple p. 152

 

 

 

[130] P.O. n° 8

 

 

 

[131] L.G. n° 28

 

 

 

[132] Ph 2,5-7.

 

 

 

[133] Cf. Lettres n° 277.

 

 

 

[134] Véritable Disciple p. 257

 

 

 

[135] Véritable Disciple p. 103

 

 

 

[136] Véritable Disciple p. 225

 

 

 

[137] Procès de Béatification, T.1, p. 61

 

 

 

[138] Véritable Disciple p. 151

 

 

 

[139] Mc 3,14

 

 

 

[140] Véritable Disciple p. 222

 

 

 

[141] Véritable Disciple p. 222

 

 

 

[142] Cf. 1 Co 3,9-13.

 

 

 

[143] Paroles du Père Chevrier au moment de sa conversion, à Noël 1856, d’après le témoignage de J.M. Laffay (Procès de Béatification, T. 2,  p. 98

 

 

 

[144] Eph 4,16

 

 

 

[145] Véritable Disciple p. 527

 

 

 

mai 15, 2017

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *