Ecrits spirituels (Français – Malagasy)

 

Ecrits Spirituels du Père Chevrier choisis par Yves Musset

 

Pejy faha-1. 16

Page 2  16

Pejy faha-2. 16

Page 7  17

Pejy faha-7. 17

Page 8  18

Pejy faha-8. 18

Page 9  19

Pejy faha-9. 19

Page 10  20

Pejy faha-10. 20

Page 11  20

Pejy faha-11. 20

Page 12  21

Pejy faha-12. 21

Page 13  22

Pejy faha-13. 22

Page 14  22

Pejy faha-14. 22

Page 15  24

Pejy faha-15. 24

Page 17  24

Pejy faha-17. 24

Page 18  25

Pejy faha-18. 25

Page 19  26

Pejy faha-19. 26

Page 20  27

Pejy faha-20. 27

Page 21  28

Pejy faha-21. 28

Page 22  29

Pejy faha-22. 29

Page 23  30

Pejy faha-23. 30

Page 24  31

Pejy faha-24. 31

Page 25  32

Pejy faha-25. 32

Page 26  32

Pejy faha-26. 32

Page 27  33

Pejy faha-27. 33

Page 28  34

Pejy faha-28. 34

Page 29  35

Pejy faha-29. 35

Page 30  36

Pejy faha-30. 36

Page 31  37

Pejy faha-31. 37

Page 32  38

Pejy faha-32. 38

Page 33  39

Pejy faha-33. 39

Page 34  40

Pejy faha-34. 40

Page 35  41

Pejy faha-35. 41

Page 37  41

Pejy faha-37. 41

Page 38  42

Pejy faha-38. 42

Page 39  43

Pejy faha-39. 43

Page 40  44

Pejy faha-40. 44

Page 41  45

Pejy faha-41. 45

Page 42  46

Pejy faha-42. 46

Page 43  46

Pejy faha-43. 46

Page 44  47

Pejy faha-44. 47

Page 45  48

Pejy faha-45. 48

Page 46  48

Pejy faha-46. 48

Page 47  49

Pejy faha-47. 49

Page 48  50

Pejy faha-48. 50

Page 49  51

Pejy faha-49. 51

Page 50  52

Pejy faha-50. 52

Page 51  53

Pejy faha-51. 53

Page 52  54

Pejy faha-52. 54

Page 53  55

Pejy faha-53. 55

Page 54  56

Pejy faha-54. 56

Page 55  57

Pejy faha-55. 57

Page 57  57

Pejy faha-57. 57

Page 58  58

Pejy faha-58. 58

Page 59  59

Pejy faha-59. 59

Page 60  60

Pejy faha-60. 60

Page 61  61

Pejy faha-61. 61

Page 62  62

Pejy faha-62. 62

Page 63  63

Pejy faha-63. 63

Page 64  64

Pejy faha-64. 64

Page 65  66

Pejy faha-65. 66

Page 66  66

Pejy faha-66. 66

Page 67  67

Pejy faha-67. 67

Page 68  68

Pejy faha-68. 68

Page 69  69

Pejy faha-69. 69

Page 70  70

Pejy faha-70. 70

Page 71  71

Pejy faha-71. 71

Page 72  72

Pejy faha-72. 72

Page 73  73

Pejy faha-73. 73

Page 74  74

Pejy faha-74. 74

Page 75  75

Pejy faha-75. 75

Page 76  76

Pejy faha-76. 76

Page 77  77

Pejy faha-77. 77

Page 78  78

Pejy faha-78. 78

Page 79  79

Pejy faha-79. 79

Page 80  80

Pejy faha-80. 80

Page 81  81

Pejy faha-81. 81

Page 82  82

Pejy faha-82. 82

Page 83  83

Pejy faha-83. 83

Page 84  83

Pejy faha-84. 83

Page 85  85

Pejy faha-85. 85

Page 86  86

Pejy faha-86. 86

Page 87  87

Pejy faha-87. 87

Page 88  88

Pejy faha-88. 88

Page 89  89

Pejy faha-89. 89

Page 90  89

Pejy faha-90. 89

Page 91  90

Pejy faha-91. 90

Page 92  91

Pejy faha-92. 91

Page 93  92

Pejy faha-93. 92

Page 94  93

Pejy faha-94. 93

Page 95  94

Pejy faha-95. 94

Page 96  95

Pejy faha-96. 95

Page 97  96

Pejy faha-97. 96

Page 98  97

Pejy faha-98. 97

Page 99  98

Pejy faha-99. 98

Page 100. 99

Pejy faha-100. 99

Page 101. 100

Pejy faha-101. 100

Page 102. 101

Pejy faha-102. 101

Page 103. 103

Pejy faha-103. 103

Page 104. 103

Pejy faha-104. 103

Page 105. 104

Pejy faha-105. 104

Page 106. 105

Pejy faha-106. 105

Page 107. 106

Pejy faha-107. 106

Page 108. 107

Pejy faha-108. 107

Page 109. 108

Pejy faha-109. 108

Page 111. 109

Pejy faha-111. 109

Page 112. 109

Pejy faha-112. 109

Page 113. 110

Pejy faha-113. 110

Page 114. 111

Pejy faha-114. 111

Page 115. 112

Pejy faha-115. 112

Page 116. 113

Pejy faha-116. 113

Page 117. 114

Pejy faha-117. 114

Page 118. 115

Pejy faha-118. 115

Page 119. 116

Pejy faha-119. 116

Page 121. 117

Pejy faha-121. 117

Page 122. 117

Pejy faha-122. 117

Page 123. 118

Pejy faha-13. 118

Page 124. 119

Pejy faha-124. 119

 

page 1

Pejy faha-1

Antoine Chevrier

Ecrits

Spirituels

choisis et présentés par Yves Musset,
prêtre du Prado

Lahatsoratra momba ny fiainam-panahy

Mompera Antoine Chevrier

Voafidy ary voasehon’i Mompera Yves Musset
pretran’ny Prado

Page 2

Pejy faha-2

On trouvera ci-après la traduction du livre du Père Yves Musset, « Ecrits spirituels du Père Chevrier » aux éditions du Cerf, dans l’édition de 2007 ISSN 1633-4426.

Merci de signaler les erreurs de traduction ou de saisie à

cadartbruno@gmail.com

034 41 744 43

Cela nous aidera pour la publication.

Il a été paginé de la même manière que l’édition française à ceci près que nous avons essayé de ne pas trop couper les paragraphes. Le changement de page peut se faire à une ou deux lignes de différence par rapport à l’édition en librairie.

Pour se rendre rapidement à une page précise, 2 solutions :

– utiliser la fonction « rechercher – ‘faha-x’ (x = numéro de la page)

– aller dans la Table des matières à la fin et faire ctrl + clic sur le lien hypertexte du numéro de la page recherchée.

 

 

Page 7

Pejy faha-7

Préface

Sasin-teny

La béatification du Père Chevrier à Lyon en octobre 1986 par le pape Jean Paul II attire l'attention des membres du peuple de Dieu sur un homme peu connu du grand public.

Tsy dia fantatr’olona firy i Mompera Chevrier, fa ny nanandratan’ny Papa Joany Paoly II azy ho olontsambatra, tao Lyon, ny volana oktobra 1986, no nahatarika ny sain’ny vahoakan’Andriamanitra hifantoka aminy.

Antoine Chevrier est né au cœur de l'agglomération lyonnaise, près de la place Bellecour, le 16 avril 1826. Ordonné prêtre le 25 mai 1850 et nommé aussitôt vicaire à la paroisse Saint-André de La Guillotière, dans le faubourg industriel, situé au-delà du Rhône, où s'entassait, près des fabriques et des usines, une population ouvrière aux conditions de vie déplorables, c'est là qu'il vivra toute son existence sacerdotale.

Tao afovoan-tanànan’i Lyon no nahaterahan’i Antoine Chevrier, teo anilan’ny kianja Bellecour, ny 16 aprily 1826. Nohamasinina ho pretra izy ny 25 mey 1850, ary notendrena avy hatrany ho vikera tao amin’ny Paroasy Saint-André de la Guillotière, tao amin’ny faritry ny zanabohitra nisy ny indostria tamin’izany, terỳ andafin’ny reniranon’i Rhône ; vahoaka mpiasa maro, nitsipozipozy tanaty fahantrana mahonena, no nitoby teny, manila indrindra an’ireo toerana fanaovan-taozavatra sy ireo ozinina. Teo amin’io toerana io no nandaniany ny fiainana manontolo naha-pretra azy.

A Noël 1856, méditant devant la Crèche de l'Enfant Jésus, il comprend qu'il lui faut se convertir à une vie évangélique toute pareille à celle qu'a menée Jésus. Il se décide à suivre Notre Seigneur de plus près, pour se rendre « plus capable de travailler efficacement au salut des âmes ».

Ny alin’ny Noely 1856, raha nanao fandinihana masina teo anatrehan’ny Tranon’ombin’i Jesoa Zazakely izy dia nahatsapa fa tsy maintsy mibebaka sy manova ny fiainany hifanaraka amin’ny Evanjely, ka hanahaka ny fiainan’i Jesoa. Dia tapa-kevitra izy fa hanaraka ny Tompontsika akaiky dia akaiky, mba hahafahany « mahomby kokoa eo amin’ny asa famonjena fanahy ».

De 1857 à 1860, il réside dans une sorte de cité d'urgence où l'on a relogé de nombreux sans-abri, victimes des terribles inondations de mai 1856 qui ont ravagé la rive gauche du Rhône. Il consacre déjà une grande partie de son temps à l'évangélisation des enfants pauvres qui n'étaient ni scolarisés ni catéchisés dans les paroisses.

Ny taona 1857 ka hatramin’ny taona 1860, dia nonina tamina karazana tanàna naorina vonjimaika izay izy : traboina marobe tsy nanan-kialofana no noraisiny tao, taorian’ilay tondra-drano nahatsiravina tamin’ny volana mey 1856, izay nanafotra manontolo ny sisiny ankavia amin’ny reniranon’i Rhône. Tamin’izany dia efa nanomboka nanokana fotoana be dia be hitoriana ny Evanjely tamin’ny zanaky ny mahantra izy ; ankizy tsy afa-nandia fianarana ireo ary tsy afa-nianatra katesizy tany amin’ny paroasy intsony koa.

Page 8

Pejy faha-8

Le 10 décembre 1860, c'est la prise de possession du Prado, une vaste salle de danse, malfamée, que le Père Chevrier a louée, puis achetée avec l'encouragement de son évêque pour y développer son oeuvre Aidé de quelques jeunes gens et jeunes filles, qu'on appelle des « frères » et des « sœurs », il prend avec lui, pour une durée de six mois, des enfants et des jeunes issus du prolétariat, afin d'essayer d' « en faire des hommes et des chrétiens ».

Ny 10 desambra 1860, no nahazoany ny « Prado » : efitrano lehibe fandihizana izy io, ary nalaza ratsy. Io no nofain’i Mompera Chevrier, ary avy eo dia novidiany, rahefa nandrisika azy ny evekany hanohizany ny asany eo. Tanora lahy sy vavy vitsivitsy, nantsoina hoe « frera » sy « masera », no nanampy azy ; noraisiny tao amin’io trano io, mandritra ny enim-bolana, ireo ankizy sy tanora, zanaky ny fianakaviana sahirana, mba hahafahany manao izay azo atao « haha- olom-banona sy haha-kristianina vanona azy ireny ».

En 1866, il ouvre, toujours au Prado, une « école cléricale » pour permettre à des enfants du peuple de devenir prêtres et les former dans cette perspective au contact des pauvres.

Tamin’ny taona 1866, dia nosokafany, tao amin’ny Prado ihany, ny sekoly nantsoina hoe « sekolin-dry Mompera », nanofanana an’ireo zana-bahoaka naniry ho pretra ; ka tamin’ny alalan’ny fifampikasohana amin’ny mahantra indrindra indrindra no namolavolana azy ireo ho tonga amin’izany tanjona izany.

Pour eux, et pour ceux qui poursuivront ensuite cette même mission auprès des petits et des délaissés de ce monde, il écrit, au milieu d'activités harassantes, un livre qu'il laissera inachevé : « Le prêtre selon l'Évangile, ou le véritable disciple de notre Seigneur Jésus Christ ».

Ho an’ireo pretra ireo, ary koa ho an’ireo rehetra hanohy izany asa masina izany, anivon’ny madinika sy ireo ataon’izao tontolo izao ho ambin’olona no nanoratany an’ilay boky hoe : « Ny pretra araka izay voasoritry ny Evanjely, na Ilay tena mpianatr’iJesoa Kristy Tompontsika » ; teo anivon’ny asa be nosahaniny no nanoratany an’izany boky izany, saingy tsy mbola vitany hatramin’ny farany izy io no maty izy.

Ses premiers prêtres sont ordonnés à Rome en mai 1877. Quelques mois plus tard, le Père Chevrier tombe gravement malade et doit cesser toute activité. Il meurt au Prado, à cinquante-trois ans, le 2 octobre 1879.

Nohamasinina tany Roma, tamin’ny volana mey 1877 ireo pretra voalohany nofaniny. Volana vitsivitsy tato aoriana dia narary mafy i Mompera Chevrier, ka voatery nitsahatra, namela ny asa fanaony rehetra. Nodimandry tao amin’ny Prado izy ny 2 oktobra 1879, teo amin’ny fahatelo ambi-dimampolo taonany.

Les écrits du Père Chevrier, publiés pour l'essentiel il y a une soixantaine d'années dans des ouvrages aujourd'hui peu accessibles, sont connus surtout des membres de sa famille spirituelle, les prêtres et les sœurs du Prado. Il a donc paru utile de rassembler ici, à l'intention d'un large public, quelques-uns de ses principaux textes.

Ireo pretra sy maseran’ny Prado, ankohonan’i Mompera Chevrier ara-panahy, no tena mahafantatra ny asa soratra navelany. Amin’ny ankapobeny dia voatonta ho boky ireo, efa hatramin’ny enimpolo taona izao, saingy sarotra tadiavina izy ireny ankehitriny. Noheverina àry fa mety hahasoa ny manangona etoana ny vitsivitsy amin’ireo lahatsoratra manan-danja navelany, mba ho azo atolotra ny besinimaro indray.

Page 9

Pejy faha-9

Ceux-ci ont été choisis en priorité dans Le Véritable Disciple[1]', mais on a utilisé aussi d'autres sources : sa correspondance[2], ses notes personnelles, ses règlements, sa prédication[3], ainsi que les témoignages recueillis en vue du procès de béatification auprès de ceux qui avaient été ses proches ou ses compagnons[4].

Ny « Mpianatra Marina » (« Le Véritable Disciple ») indrindra no nanovozana azy ireny ; misy koa anefa notovozina avy amin’ny loharano hafa : isan’izany ireo taratasy nosoratany, ireo hevitra noraketiny an-tsoratra manokana, ny fitsipika noforoniny, ny toriteny nataony, ary koa ny fanambaràna nataon’ireo vavolombelona niara-niaina sy niara-dia taminy, fony nokarakaraina ny fanandratana azy ho olontsambatra.

Nous avons rassemblé ces textes autour de quelques thèmes qui lui étaient chers dans le but de faire apparaître, de manière progressive et ordonnée, les éléments fondamentaux de sa spiritualité.

Naompana amina fotokevi-dehibe vitsivitsy sarobidy taminy ireo lahatsoratra rehetra ireo, mba hahafahana maneho miandalana sy amin’ny fomba mirindra an’ireo lafin-kevitra lehibe ifotoran’ny fiainam panahy nampianariny.

Cette spiritualité du Père Chevrier est solidement structurée sur la base de l'adhésion de foi à « Jésus Christ, Verbe et Fils de Dieu » (VD, p. 82), mais il est impossible de la dissocier de l'expérience, tant elle fait corps avec elle, expérience d'un homme qui fut toujours proche du peuple par ses racines, ses goûts, sa fréquentation des pauvres et des travailleurs. Expérience d'un croyant, fasciné par la beauté de Jésus Christ, qui cherche avec passion à mieux le connaître au moyen de l'étude de l'Évangile afin de lui devenir semblable dans toute sa vie. Expérience d'un pasteur, livré à son peuple, qui sait ce qu'il en coûte de travail et de souffrance pour ouvrir les intelligences et les cœurs à l'Esprit de Dieu.

Io fiainam-panahin’i Mompera Chevrier io dia miorim-paka sy mirafitra eo amin’ny finoana an’i « Jesoa Kristy, sady Tenin’Andriamanitra no Zanak’Andriamanitra » (VD, p. 82) ; tsy azo sarahina amin’ny fiainana ihany koa anefa izany, satria zary tena iray aminy mihitsy. Fiainan’olona iray teo anilan’ny vahoaka mandrakariva, ary avy amin’io vahoaka io no nipoirany, izay tian’io vahoaka io no tiany, ary ny mahantra sy ny mpiasa madinika teo amin’io vahoaka io no namany. Fiainan’ny mpino anankiray, babon’ny hatsaràn’i Jesoa Kristy io, ka milofo amin’ny fony manontolo hahalala azy bebe kokoa, amin’ny alalan’ny fandalinana ny Evanjely, mba hahafahany manahaka azy eo amin’ny lafim-piainany rehetra. Fiainan’ny mpiandry ny ondrin’Andriamanitra, manolo-tena manontolo ho an’ny ondriny, mahalala tsara ny asa sy ny fijaliana takian’ny hoe manokatra ny sain’ny olona sy ny fony handray ny Fanahin’Andriamanitra.

On sera certainement frappé, en lisant ces pages, par la fermeté et la force des convictions spirituelles de ce prêtre, ainsi que par la clarté et la simplicité avec lesquelles il les exprime.

Hanaitra an’izay rehetra mamaky an’ireto pejy ireto ny herim-pinoana tsy azo hozongozonina nananan’ity pretra ity, sy ny fomba mazava sady tsotra entiny manambara izany.

Page 10

Pejy faha-10

L'Évangile, qui a façonné la vie et la pensée d'Antoine Chevrier, a la puissance de faire de nous, aujourd'hui encore, des disciples et des apôtres de Jésus !

Io Evanjely namolavola ny fiainana sy ny fisainan’i Antoine Chevrier io, dia mbola manan-kery mandraka ankehitriny hanova antsika ho tonga mpianatra sy ho apostolin’i Jesoa marina tokoa !

Alors, si nous entendons sa voix, n'allons pas fermer notre cœur… Ouvrons notre porte… « Jésus Christ nous appelle à devenir de véritables disciples »…

Koa raha mandre ny feony isika, aza manentsin-tadîny… Vohay hidanadana ny varavaran’ny fontsika… Fa « miantso antsika ho tonga tena mpianany i Jesoa Kristy »…

Yves MUSSET, prêtre du Prado.

Yves MUSSET, Pretran’ny Prado

Page 11

Pejy faha-11

I
L'appel de
Dieu

I
Ny Antson’Andriamanitra

Noël 1856

Noely 1856

C'est à Noël 1856 que le Père Chevrier a entendu l'appel de Dieu. Vicaire depuis déjà six années à la paroisse Saint-André de La Guillotière dans le faubourg ouvrier de Lyon, il se sent appelé à s'engager dans le chemin qu'a pris le Fils de Dieu au jour de son Incarnation pour se faire proche des hommes.

Tamin’ny andron’ny Noely 1856 no nandrenesan’i Mompera Chevrier ny antson’Andriamanitra niantefa taminy. Nandritra ny enin-taona izy no efa vikera tao amin’ny Paroasy Saint-André de la Guillotière, izay fari-tanàna manodidina an’i Lyon, fonenan’ny mpiasa madinika ; tamin’izay izy no nahatsiaro fa voaantso hiroso amin’ny lalana nizoran’ny Zanak’Andriamanitra, fony Izy tonga nofo, mba ho akaiky ny olombelona kokoa :

« C'est à Saint-André qu'est né le Prado. C'est en méditant la nuit de Noël sur la pauvreté de Notre Seigneur et son abaissement parmi les hommes que j'ai résolu de tout quitter et de vivre le plus pauvrement possible » (P 2, p. 7).

« Tao Saint-André no nahaterahan’ny Prado. Indray alin’ny Noely, teo am-pandinihana ny fahantran’ny Tompontsika sy ny fietre-tenany teo anivon’ny olona, no nahatapa-kevitra ahy handao ny zavatra rehetra ary hiaina anaty fahantrana, araka izay azo atao. » (P 2, p. 7).

« C'est le mystère de l'Incarnation qui m'a converti » (P 2, p. 97). « C'est ce mystère qui m'a amené à demander à Dieu la pauvreté et l'humilité et qui a fait que j'ai quitté le ministère pour pratiquer la sainte pauvreté de Notre Seigneur » (Lettre n°52 à Monsieur l'Abbé Gourdon, 1865). « Ma vie fut désormais fixée » (P 1, p. 47).

« Ny mistery nahatongavan’ny Zanak’Andriamanitra ho nofo no nampibebaka ahy » (P 2, p. 97). « Io mistery io no nahatonga ahy hangataka amin’Andriamanitra hiaina anaty fahantrana sy am-panetren-tena, ary nahatonga ahy hamela ny fandraharahana fanao any amin’ny paroasy, ka hirotsaka hiaina araka ny fahantrana masin’ny Tompontsika » (Taratasy, 1865). « Hatreo dia voasoritra mazava ny fiainako » (P 1, p. 47).

Page 12

Pejy faha-12

« Je me disais : Le Fils de Dieu est descendu sur la terre pour sauver les hommes et convertir les pécheurs. Et cependant que voyons-nous ? Que de pécheurs il y a dans le monde ! les hommes continuent à se damner. Alors, je me suis décidé à suivre Notre Seigneur Jésus Christ de plus près, pour me rendre plus capable de travailler efficacement au salut des âmes, et mon désir est que vous-mêmes, vous suiviez aussi Notre Seigneur de près » (P 2, p. 98).

« Hoy aho anakampò : ny Zanak’Andriamanitra mihitsy no efa nidina tety ambonin’ny tany, mba hamonjy ny olombelona sy hampibebaka ny mpanota. Kanefa inona moa ny zava-misy hitantsika ankehitriny ? Mbola maro tsy tambo isaina ny mpanota manerana an’izao tontolo izao ! Ary tsy mitsahatra mankany amin’ny fahaverezana ny olombelona ! Ka noho izany dia nanapa-kevitra aho fa hanara-dia akaikikaiky kokoa an’i Jesoa Kristy Tompontsika, mba hahafahako mahomby kokoa amin’ny asa famonjena fanahy ; ny fanirìko dia ny hahita anareo manara-dia akaiky ny Tompontsika ihany koa » (P 2, p. 98).

Appelé pour travailler à l'œuvre de Dieu

Voaantso hanao ny asan’Andriamanitra

Dans la vie du Père Chevrier comme dans chacune de nos vies, l'initiative appartient et doit toujours appartenir à Dieu :

Teo amin’ny fiainan’i Mompera Chevrier, toy ny eo amin’ny fiainantsika tsirairay avy ihany, ka Andriamanitra ary tsy maintsy Andriamanitra mandrakariva no iandohàn’ny zavatra rehetra :

« C'est Dieu qui fait les œuvres… Les œuvres ne se font pas avec les prévisions humaines, ni par l'argent ni par nos calculs et nos combinaisons. Dieu prend une âme. C'est avec les âmes qu'il crée les œuvres. Il prend une âme. Il la tourne, il la retourne, la façonne, la jette, la reprend, la place ici, puis là. Et il en choisit une autre et une autre. Il les groupe et, en son temps, il fait éclore la grâce… » (Paroles du Père Chevrier à Ml" Tamisier, initiatrice des Congrès eucharistiques.)

« Andriamanitra no manao ny asa… Tsy mba ny vinavinan’olombelona no mahatanteraka ny asa, ary tsy ny vola na ny tetika sy ny fandaminana ataontsika. Mifidy olona iray Andriamanitra. Ary izany olona izany no entiny manangana ny asany. Mifidy olona iray izy. Avadibadiny, volavolainy, atsipiny, raisiny indray, apetrany etsy, apetrany eroa. Dia mifidy iray hafa izy, ary mbola mifidy hafa koa. Dia avondrony ireo, ary rahefa feno ny fotoanany, dia atosany ny fahasoavany… » (Tenin’i Mompera Chevrier tamin-dRamatoakely Tamisier, ilay namorona ny Zaikabe Eokaristika).

« La première condition est d'être appelé de Dieu pour travailler à son œuvre » (VD, p. 320).

« Ny fepetra voalohany dia ny hoe antsoin’Andriamanitra ianao hanao ny asany » (VD, p. 320).

« C'est en vain que nous chercherons à bâtir si Dieu n'est pas avec nous, s'il n'est pas l'architecte, s'il ne conduit les travaux, ne donne le plan, ne choisit ses ouvriers et ne commande tout lui-même…

« Miasa maina isika miezaka manorin-trano, raha tsy momba antsika Andriamanitra, raha tsy izy no tompo-marika, raha tsy izy no mitarika ny asa, raha tsy izy no manome ny mari-trano, raha tsy izy no mifidy ny mpiasa ary raha tsy izy no mibaiko amin’ ny zavatra rehetra…

 « C'est donc à lui à tout faire, à choisir, à appeler, à bâtir, à rejeter, à appeler qui il lui plaira…

« Koa anjarany àry ny manao ny zavatra rehetra : Izy no mifidy, miantso, manorina, manilika ary Izy no miantso izay tiany…

Page 13

Pejy faha-13

« Il faut que ce soit Jésus Christ qui choisisse les pierres de sa maison. Une seule pierre mauvaise ou mal placée peut ébranler, faire crouler l'édifice. Qui osera s'ingérer dans la construction de l'édifice ? Qui osera faire l'architecte, en faire l'œuvre : l'architecte de Dieu ou Dieu lui-même ? Laisser faire Dieu » (VD, p. 103).

« Tsy maintsy i Jesoa Kristy no mifidy ny vato hanorenana ny tranony. Vato ratsy iray, na vato tsy tsara toerana iray dia ampy hampihozongozona ny trano manontolo, ka hampirodana azy. Iza moa no sahy hisalovana ny tompony amin’ny fanorenana an’izany trano izany ? Iza no sahy hitonon-tena ho tompo-marika amin’izany, ka hihevi-tena ho tompon’ny asa : ny tompo-marika notendreny raha tsy Izy Andriamanitra mivantana ? Avelao Andriamanitra hanao ny asany » (VD, p. 103).

Ouvrir sa porte…

Samia mamoha ny varavarany…

Se faire disciple de Jésus, c'est donc ouvrir toute grande sa porte à Celui qui frappe et qui veut prendre toute la place pour accomplir en nous son œuvre :

Ny miezaka ho mpianatr’i Jesoa, dia ny mamoha midanadana ny varavaran’ny fontsika mba hidiran’ilay vahiny mandondòna ary te haka ny toerana rehetra, hahafahany manao ny asany ao amintsika :

« L'Esprit Saint dit quelque part qu'il se tient à la porte et qu'il frappe ; il dit plus encore : il dit qu'il pousse la porte pour entrer, "ecce sto ad ostium et pulso" (Ap 3, 20). Notre cœur est donc comme une porte à laquelle le Maître frappe et par laquelle il cherche à entrer.

« Misy tenin’ny Fanahy Masina milaza fa mijoro eo am-baravarana Izy ary mandondòna ; fa mbola mihoatra noho izany koa aza : lazaina fa atosiny mihitsy ny varavarana, dia miditra izy, " ecce sto ad ostium et pulso" (Indro aho mijoro eo an-tokonana ary manosika ny varavarana hidirako) (Ap 3, 20). Ny fontsika no varavarana : mandondòna eo ny Mpampianatra, fa ao no iriany hidirana.

« Or une porte peut être dans plusieurs positions. Et quand quelqu'un frappe à cette porte et que l'on vient voir pour ouvrir, on peut la laisser fermée et ne pas laisser entrer du tout ; on peut l'entrouvrir seulement et laisser à la porte ceux qui viennent ; on peut enfin l'ouvrir tout entière et laisser entrer ceux qui frappent. C'est aussi ce que nous pouvons faire à Jésus Christ, notre Maître, par rapport à la porte de notre cœur, quand il cherche à entrer.

« Misy toetra maromaro anefa mety ahitana ny varavarana iray. Raha misy mandondòna eo, ka misy olona ao an-trano avy hizaha, dia azony atao ny tsy mamoha ary tsy mamela an’ilay vahiny hiditra mihitsy ; azony atanila fotsiny koa anefa ny varavarana, ary dia avelany eo an-tokonana eo ilay vahiny tonga mamangy ; farany, azony vohaina midanadana ny varavarana, hidiran’ilay vahiny nandondòna teo. Azontsika atao amin’i Jesoa Kristy, Mpampianatra antsika, ihany koa izany, raha ny varavaran’ny fontsika no resahina, ka te hiditra eo izy.

« Celui qui n'ouvre pas sa porte est celui qui refuse de laisser entrer le Maître et qui refuse entièrement de recevoir son Maître pour le suivre, qui préfère suivre ses idées, ses passions, le monde.

« Ny tsy mamoha ny varavarany dia izay tsy mamela ny Mpampianatra hiditra, ary tsy manaiky handray ny Mpampianatra sy hanaraka azy, fa aleony manaraka ny saim-pantany, ny zava-mahaliana azy sy izao tontolo izao.

Page 14

Pejy faha-14

 « Celui qui n'ouvre qu'à moitié est celui qui écoute sans laisser entrer entièrement le Maître chez lui, il reste maître de sa porte, il reste maître chez lui, il ne veut recevoir personne, il reste maître de sa maison et de son cœur. Il écoute, mais il en prend ce qu'il veut, il en prend ce qui lui convient et laisse le reste qui ne lui plaît pas. Il reçoit le Maître avec réserve et prudence et il écoute plus sa raison, ses petites passions qui sont ses maîtres, que le Maître véritable qui veut entrer, il se défie, il a peur, il n'ouvre qu'à moitié son cœur. Et le Maître ne peut entrer pour gouverner comme il devrait le faire.

« Ny mampitanila fotsiny ny varavarany dia izay mihaino ny Mpampianatra, kanefa tsy mamela azy hiditra tanteraka ; izy no tompon’ny varavarany, ka tsy te handray na iza na iza izy ; izy no tompon’ny tranony sy ny fony. Mihaino izy, saingy izay tiany ihany no tazoniny, izay mifanaraka amin’ny sainy no raisiny ; avelany izay tsy maha diavolana ny fony. Raisiny ny Mpampianatra fa asiany fepetra, mitsapatsapa izy, ka izay heverin’ny sainy no henoiny kokoa, ireo zava-madinidinika mambabo ny fony no tompoiny, fa tsy ilay tena Mpampianatra maniry hiditra ao aminy ; aleony midify, fa matahotra izy ; vohainy mitanila ny fony. Hany ka tsy afa-miditra hanjaka tanteraka ao aminy, araka ny tokony ho izy, ny Mpampianatra.

« Le dernier ouvre sa porte entièrement et laisse entrer chez lui le Maître qui frappe. Il est heureux de le recevoir et de lui donner une place d'honneur, il l'écoute avec bonheur et il n'a qu'un désir, c'est de comprendre ce qu'il dit et de le mettre en pratique. Il ne discute pas, mais il cherche comment il pourra pratiquer ce qu'il entend. Il se tient en esprit aux pieds de son Maître, comme Marie, et il ne se laisse prendre ni par le raisonnement ni par les passions qui se révoltent. Le Maître parle, il n'a d'autres pensées, d'autres désirs que de comprendre ce qu'il entend et de le mettre en pratique, d'en nourrir son âme. C'est l'amour qui le guide et rien autre chose. Il veut entrer dans le Royaume des cieux, c'est là tout son désir. Il foule aux pieds tout ce que la raison et les passions peuvent lui dire. Il n'a que Jésus Christ pour Maître et ne veut suivre que lui.

« Ny farany kosa dia mamoha ny varavarany hidanadana, handraisany ny Mpampianatra tonga mandondóna ao aminy. Faly izy mandray azy ary mampandroso azy avara-patana ; mihaino azy an-karavoana izy ary tokana ny faniriany, dia ny hahatakatra izay lazainy ary hampihatra izany eo amin’ny fiainany. Tsy be famaliana izy ; ny katsahiny dia izay hahafahany mampihatra ny zavatra reny. Mitoetra an’eritreritra eo an-tongotry ny Mpampianatra izy, toa an’i Maria, ary tsy manaiky ho voarebirebin’ny hoe saina mandinika sy ireo fiontanam-po isan-karazany izay mitroatra sy mikomy. Miteny ny Mpampianatra : tsy manana hevitra hafa izy, tsy manana faniriana hafa, afa-tsy ny hahatakatra izay ren’ny sofiny ka hampihatra izany eo amin’ny fiainany, hamahana ny fanahiny amin’izany sakafo izany. Ny fitiavana no mitarika azy fa tsy zava-kafa ankoatr’izany. Te-hiditra any amin’ny Fanjakan’ny lanitra izy : izany no hany faniriany. Hitsakitsahiny am-paladia izay rehetra mety holazain’ny sain’olombelona sy ny fanirian’olombelona. I Jesoa Kristy no hany Mpampianatra azy ary tsy te-hanaraka olon-kafa izy.

« Âme soumise et généreuse, il ne dit pas : Cela est difficile, cela est impossible, cela est opposé à la prudence, à la manière de faire, rien de tout cela ; le Maître a parlé, le Maître l'a dit, cela suffit » (VD, p. 124-125).

« Feno fanekena sy fahafoizan-tena izy, ka nofy azy ny hilaza hoe : Sarotra izany, tsy vita izany, tsy azo antoka izany, tsy fanao izany : tsy hita aminy ireo rehetra ireo. Niteny ny Mpampianatra, ny Mpampianatra no nilaza izany, dia ampy azy izay » (VD, p. 124-125).

« N'ayons pas peur… Et quand il faudrait marcher sur la mer comme Pierre, ne faudrait-il pas aller à Jésus, s'il nous disait comme à Pierre : Viens » (VD, p. 127).

« Koa aoka isika tsy hatahotra… Fa na hatao hoe handeha ambony ranomasina toa an’i Piera aza, moa tsy tokony hankeny amin’i Jesoa isika, rahefa izy no miteny hoe : "Avia ! ", toy ny nataony tamin’i Piera ? » (VD, p. 127).

« Me voici »…

« Inty aho… »

Page 15

Pejy faha-15

Pour nous apprendre à dire « oui » à l'appel de Dieu, selon sa manière habituelle, le Père Chevrier nous invite à reprendre simplement, pour les faire nôtres, les mots de l'Écriture ; ils ont la puissance de façonner, jusque dans nos pauvretés et nos faiblesses, ce que doit être notre réponse :

Mba hampianatra antsika hamaly hoe « eny », rahefa mandre ny antson’Andriamanitra, dia manasa antsika, toy ny fanaony, i Mompera Chevrier, handray am-pahatsorana ny tenin’ny Soratra Masina, ary handray azy ho antsika mihitsy ; teny manan-kery ireo hamolavola ny valy homentsika, na inona fahantrana sy fahalemena manjo antsika na inona :

« Me voici ! (1 S 3, 4) Je suis à vous ! » (Ps 118, 94).

« Inty aho ! (1 Sam 3, 4) Anao aho ! » (Sal 118, 94).

« Parlez, Seigneur, votre serviteur écoute » (1 S 3, 9).

« Mitenena, Tompo ô, fa mihaino ny mpanomponao ! » (1 Sam 3, 9).

« Seigneur, à qui irai-je ? Vous avez les paroles de la vie éternelle » (Jn 6, 68).

« Tompo ô, ho any amin’iza moa aho ? Ianao no manana ny teny fiainana mandrakizay ! » (Jo 6, 68).

« Vous êtes ma Lumière, vous êtes ma Voie, ma Vie, ma Sagesse et mon Amour. Je vous suivrai, Seigneur, partout où vous irez » (Lc 9, 57).

« Ianao no Fahazavako, ianao no Lalako, Fiainako, Fahendreko ary Fitiavako. Hanaraka anao aho, Tompo, na aiza na aiza halehanao " (Lk 9, 57).

« Je suis prêt à mourir avec vous, je donnerai ma vie pour vous, j'irai en prison et à la mort » (Jn 11, 16 et 13, 37).

« Vonona hiara-maty aminao aho, hafoiko ho anao ny aiko, na hiditra any am-ponja na hisedra ny fahafatesana » (Jo 11, 16 ary 13, 37).

« Vous êtes mon Roi, mon Chef et mon Maître. Seigneur, si vous avez besoin d'un pauvre, me voici ! Si vous avez besoin d'un fou, me voici ! Me voici, ô Jésus, pour faire votre volonté : je suis à vous ! (VD, p. 122).

« Ianao no Mpanjakako, Filohako ary Mpampianatra ahy. Tompo ô, raha mila olo-mahantra ianao, dia inty aho ! Raha mila olona adala ianao, dia inty aho ! Inty aho, ry Jesoa ô, hanao ny sitraponao : anao aho ! » (VD, p. 122).

Page 17

Pejy faha-17

II
Grandeur et beauté de Jésus Christ

II
Ny fahamboniana sy ny fahatsaran’i Jesoa Kristy

Le Verbe s'est fait chair
et il a habité parmi nous

Tonga nofo ny Tenin’Andriamanitra
ary nonina tety anivontsika Izy

La foi au mystère de l'Incarnation est la clé par laquelle le Père Chevrier entre et fait entrer dans la connaissance du Christ. Le mystère de l'Incarnation, c'est en effet Dieu qui vient lui-même dans le don qu'il nous fait de ce qu'il a de plus précieux, son propre Fils, pour que nous puissions, à notre tour, devenir des fils et des frères en Jésus Christ :

Ny finoana ny mistery nahatongavan’ny Zanak’Andriamanitra ho nofo no fanalahidy nentin’i Mompera Chevrier niditra ao amin’ny fahalalana an’i Kristy, ka ampidirany antsika koa. Ny misterin’ny Fahatongavana ho nofo manko dia tsy inona fa Andriamanitra manolotra antsika, amin’ny nahim-pony, izay sarobidy indrindra ananany, dia ny Zanany naterany, mba hahatonga antsika ho zanaka ihany koa, ary ho mpiray tam-po ao amin’i Jesoa Kristy :

« Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous. Voilà la plus grande, la plus belle, la plus étonnante et la plus mystérieuse parole de l'Évangile, digne d'être méditée à jamais par tous les hommes, parole qui renferme en abrégé tout l'Évangile et toute notre croyance » (Ms V, p. 773).

« Ary tonga nofo ny Tenin’Andriamanitra ka nonina tety anivontsika. Izany no tenin’ny Evanjely lehibe indrindra, soa indrindra, mahagaga indrindra, tsy takatry ny saina indrindra, mendrika hotsakotsakoin’ny olombelona rehetra mandrakizay ; fa teny mamintina ny Evanjely manontolo sy ny finoantsika manontolo izany » (Ms V, p. 773).

« Un Dieu se fait enfant… Dieu, par amour, se rend visible. Il nous appartient. Il nous est donné… I1 vient pour guider les hommes. Guider de loin, commander de loin ne suffit pas. Il vient lui-même… Missionnaire qui se contenterait d'envoyer des lettres aux sauvages : s'il y va lui-même, quelle différence ! Il vient former un nouveau peuple de vrais adorateurs, de frères » (Sermon de Noël, 1857).

« Andriamanitra tonga zazakely… Andriamanitra noentanin’ny fitiavana ka niseho ho hita maso. Zary fananantsika izy. Efa nomena antsika… Tonga izy hitarika ny olombelona. Tsy ampy ny mitarika avy lavitra, ny mibaiko avy lavitra. Izy tenany mihitsy no tonga… Tahaka ny inona ny fahasamihafan’ny hoe misionera ka mianina amin’ny fandefasana taratasy mba hampibebaka olon-dia, sy ny hoe izy tenany mihitsy no tonga manatona an’ireo olona ireo. Tonga ny Tompo hanofana vahoaka vaovao afa-mitsaoka an’Andriamanitra marina tokoa, vahoaka mpiray tampo » (Toriteny tamin’ny Noely 1857).

Page 18

Pejy faha-18

« Quel moyen Dieu prend-il pour sauver l'homme ? Il prend celui de venir lui-même. Il fait comme un père ou une mère qui a perdu son enfant : il va le chercher. Que fallait-il pour cela ? Il fallait se rendre visible, venir sur la terre… » (Ms VII, p. 335).

« Inona no fomba entin’Andriamanitra mamonjy ny olona ? Izy vata-tenany mihitsy no tonga. Movà tsy toy ny Ray na ny Reny very zanaka : Izy no lasa mandeha mitady. Inona anefa no ilaina amin’izany ? Tsy maintsy miseho ho hita maso Izy, ary tonga ety an-tany… » (Ms VII, p. 335).

« Personne n'a vu Dieu, mais c'est le Fils qui nous l'a fait connaître » (Jn 1, 18).

« Tsy misy olona mbola nahita an’Andriamanitra, fa ny Zanaka no nampahafantatra azy antsika » (Jo 1, 18).

« Il a parlé à Abraham sous la forme des anges. Il a parlé à Moïse et aux prophètes sous des formes plus ou moins sensibles. Enfin, dans la suite des siècles, au moment décrété par la Providence, il a parlé à tous les hommes, lui-même en personne, en se revêtant d'une forme humaine…

« Endrika anjely no nentiny niteny tamin’i Abrahama. Karazan’endrika mety ho tsapan’ny fandrenesana, misoritra mazavazava na manjavozavo, no nitenenany tamin’i Moizy sy tamin’ny mpaminany. Ary farany, rahefa taon-jato maro no nifanesy, ka ningadona ny fotoana tapaky ny Fitondran’Andriamanitra, dia Izy tenany naka endrik’olombelona no niteny tamin’ny olombelona rehetra…

« Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous » (Jn 1, 14).

« Ary ny Teny tonga nofo, ka nonina tety anivontsika » (Jo 1, 14).

« O ineffable mystère ! Dieu est avec nous, Dieu est venu nous parler, il est venu habiter avec nous pour nous parler et nous instruire.

« Ry mistery tsy hay lazaina ! Eto anivontsika Andriamanitra, tonga niteny tamintsika Andriamanitra, tonga niara-nonina tamintsika Izy mba hiteny amintsika sy hampianatra antsika.

« Ce qu'il n'avait fait autrefois qu'en passant pour ainsi dire et à la hâte, il l'a fait dans ces derniers temps d'une manière bien sensible, durable. I1 a pris lui-même la forme de l'homme afin d'habiter avec nous et d'avoir le temps de nous parler et de nous dire tout ce que le Père voulait nous enseigner par lui.

« Izay zavatra azo lazaina hoe miserana ihany taloha ary nataony am-pahamehana aza, no indro, amin’izao andro farany izao, fa ataony amin’ny fomba azo tsapain-tanana ary maharitra. Izy mihitsy no naka endrik’olombelona mba hiarahany monina amintsika, ka hananany fotoana hiresahana amintsika sy hilazana amintsika izay rehetra sitraky ny Ray hampianarina antsika amin’ny alalany.

« Nous ne sommes pas des êtres abandonnés par Dieu. Nous avons un Dieu qui est véritablement un Père, qui aime ses enfants et veut les instruire et les sauver » (VD, p. 61-63).

« Tsy hoe nilaozan’Andriamanitra isika, sanatria. Manana Andriamanitra isika izay Raintsika tokoa, tia ny zanany ary maniry hampianatra sy hamonjy azy » (VD, p. 61-63).

« Dieu ne pouvait nous faire un plus grand don, nous donner un plus grand trésor, que de nous donner son Verbe, son Fils adorable, parce qu'il est tout pour nous » (VD, p. 89).

« Tsy misy fanomezana lehibe kokoa, na rakitra sarobidy kokoa azon’Andriamanitra natolotra antsika noho ny Teniny, dia ilay Zanany malalany, izay mahasolo ny zavatra rehetra ho antsika » (VD, p. 89).

Page 19

Pejy faha-19

Il est notre Lumière
et notre Sagesse

Izy no Hazavana
sy Fahendrena ho antsika

A Noël 1856, la rencontre du Christ a illuminé et bouleversé la vie d'Antoine Chevrier. Jésus, ce « soleil levant » qui vient nous visiter, nous est donné par le Père pour être notre Lumière et notre Sagesse. A la lumière de son Évangile, nous apprenons à estimer toute chose à sa juste valeur et à porter un regard de foi sur toutes les réalités de l'existence.

Tamin’ny Noely 1856, nifanojo tamin’i Kristy i Antoine Chevrier : izany no nanazava sy nanova ny fiainany. I Jesoa, ilay « masoandro vao miposaka » tonga hamangy antsika, no nomen’ny Ray mba ho Hazavana ary ho Fahendrena ho antsika. Ny hazavan’ny Evanjeliny no mampianatra antsika hanombana ny zavatra rehetra araka ny tena lanjany marina ary hijery ny zava-misy rehetra eto amin’ny fiainana amin’ny masom-pinoana :

« Jésus Christ nous a été donné pour nous apprendre à distinguer le vrai du faux, le bien du mal, le juste de l'injuste et à estimer chaque chose à sa juste valeur, à savoir mettre à leur place le terrestre, le spirituel, le temps et l'éternité.

« Nomena antsika i Jesoa Kristy mba hampianatra antsika hanavaka ny marina sy ny diso, ny tsara sy ny ratsy, ny ara-drariny sy ny tsy ara-drariny ary hanombana ny zavatra tsirairay avy araka ny tena lanjany marina, hahay hametraka ny zavatry ny tany sy ny zavatra ara-panahy amin’ny toerany avy, toy izany koa ny fotoana misy fetra sy ny mandrakizay.

« Pour cela, il est la vraie Lumière qui éclaire tout homme en ce monde » (Jn 1, 9).

« Mba hahatanteraka an’izany, dia izy no "Fahazavana marina nomena hanazava ny olona rehetra eto amin’izao tontolo izao" (Jo 1, 9).

« C'est le Verbe divin ; en lui se trouve la vie et la vie est la lumière des hommes.

« Izy no Tenin’Andriamanita ; ao aminy ny aina, ary izany aina izany no hazavana nomena ny olona.

« Il vient d'en haut, avec toute la beauté, la gloire, la splendeur des cieux.

« Nidina avy any ambony Izy, omban’ny hatsaràna, ny voninahitra, ary ny famirapiratan’ny lanitra.

« Aussi est-il appelé " Astre levant venu d'en haut " (Lc 1, 78), " Soleil de justice " (Mt 3, 20), " Reflet de la lumière éternelle " (Sg 7, 26), "Splendeur du Père" (He 1, 3).

« Izany no iantsoana azy hoe "Masoandro miposaka, miseho avy any ambony" (Lk 1, 78), "Masoandron’ny fahamarinana" (Mt 3, 20), "Taratry ny hazavana mandrakizay" (Fah 7, 26), "Famirapiratan’ny Ra" (Heb 1, 3).

« Ce n'est pas seulement un rayon de lumière qui nous vient d'en haut, comme dans les saints et les prophètes, mais c'est toute la lumière divine qui vient nous éclairer de sa splendeur.

« Tsy tsirim-pahazavana fotsiny, tahaka izay noraisin’ny olomasina sy ny mpaminany, no mitaratra antsika avy any ambony, fa ny famirapiratan’ny fahazavan’Andriamanitra manontolo mihitsy no avy manilo antsika.

« Aussi l'Écriture dit-elle que "le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière" (Mt 4, 16). "La lumière a luit dans les ténèbres " (Jn 1, 5)…

« Izany no ilazan’ny Soratra Masina hoe : "nahita hazavana manjopiaka ny vahoaka nizotra tanaty haizina" (Mt 4, 16). "Ary namiratra tao amin’ny haizina ny hazavana" (Jo 1, 5)…

« Notre Seigneur ne craint pas de nous dire lui-même qu'il est " la lumière du monde " (Jn 8, 12).

« Ny Tompontsika tsy matahotra ny hanambara amintsika fa hoe Izy no "hazavana ho an’izao tontolo izao" (Jo 8, 12).

Page 20

Pejy faha-20

« Quand Dieu créa le monde, il donna le soleil pour éclairer les yeux de notre corps. Mais quand Dieu créa nos âmes, il nous donna Jésus Christ, son Verbe, pour éclairer nos âmes et nos intelligences, parce qu'en lui était la vie et que la vie était la lumière des hommes.

« Fony nahary an’izao tontolo izao Andriamanitra, dia ny masoandro no nomeny hanazava ny masom-batantsika. Fa nony nahary ny fanahintsika Izy, dia i Jesoa Kristy, ilay Teniny, no nomeny hanazava ny saina amam-panahintsika, fa satria tao aminy ny aina ary ny aina no hazavana nomena hanazava ny olona.

« C'est par Jésus Christ que nous recevons la vie et la lumière, et la vraie lumière, "Lux vera" (Jn 1, 9), pour distinguer cette lumière d'en haut de toutes ces petites lumières humaines et terrestres qui viennent éclairer souvent de leur faux jour nos âmes enténébrées.

« Amin’ny alalan’i Jesoa Kristy no ahazoantsika ny aina sy ny hazavana, ilay tena hazavana marina, "Lux vera" (Jo 1, 9) ; amin’izay, dia azontsika avahana io fahazavana avy any ambony io, tsy hifangaro amin’ireo fahazavana madinika, fahazavana avy amin’ny olombelona ety an-tany, izay mazàna mitondra hazavana hosoka hanilo ny fanahintsika efa mitankizina anaty haizina.

« Jésus Christ est la lumière de nos âmes, comme le soleil est la lumière de nos corps.

« I Jesoa no hazavana ho an’ny fanahintsika : toy ny masoandro, hazavana ho an’ny vatantsika.

« Le soleil réjouit nos yeux, nous éclaire, nous découvre les objets, nous fait connaître et apprécier chaque chose, chaque objet et nous montre le chemin qu'il faut prendre, nous montre la valeur, la couleur des choses, l'usage que nous devons en faire. Quel immense bienfait que le soleil pour nos corps !

« Ny masoandro no mamalifaly ny masontsika, manazava antsika, izy no ahafahantsika mahita ny zavatra manodidina antsika, ahafahantsika mahalala sy mamantatra ny zavatra tsirairay avy, ny fitaovana tsirairay avy, manoro antsika ny lalana tokony hizorana, maneho amintsika ny hasin’ny zavatra iray sy ny lokony, ary izay tokony hampiasantsika azy. Tahaka ny inona no halehiben’ny soa azon’ny vatantsika avy amin’ny masoandro !

«Ainsi Jésus Christ est le Soleil de nos intelligences et de nos âmes. C'est à sa lumière que nous devons apprendre à connaître chaque chose, à connaître la vérité, la valeur spirituelle de chaque chose terrestre, à connaître le vrai du faux, le juste de l'injuste, le bien du mal.

« Toraka izany koa, i Jesoa Kristy no masoandro ho an’ny saina amam-panahintsika. Ny hazavana omeny no mampianatra antsika hahalala ny zavatra tsirairay avy, hahalala ny marina, ny lanjan’ny zavatry ny tany ho an’ny fiainana ara-panahy, hahay hanavaka ny marina sy ny diso, ny ara-drariny sy ny tsy ara-drariny, ny tsara sy ny ratsy.

« Combien cette connaissance spirituelle des choses l'emporte sur la connaissance matérielle que nous donne le soleil pour les choses visibles et créées !

« Mihoatra lavitra noho ny fahalalana ara-batana omen’ny masoandro antsika ho an’ny zava-boaary hita maso io fahalalana ara-panahy nomena antsika io !

« Quand donc nous voulons connaître quelque chose, l'estimer, la juger, lui donner sa valeur, nous n'avons qu'à chercher la Lumière, Jésus Christ, et il nous éclairera et nous apprendra ce que cela vaut et comment nous devons l'estimer, savoir ce qu'il en dit, ce qu'il en fait, et nous aurons la véritable lumière, le vrai jugement des choses.

« Koa rahefa te hahafantatra zavatra iray isika, te hanombantombana azy, hitsara azy, handanjalanja azy araka ny vidiny, dia i Jesoa Kristy Hazavana no hany tokony hotadiavintsika ; izy no hanazava antsika sy hampianatra antsika hahalala ny tena lanjan’izany zavatra izany, ary hahafantatra ny fomba tokony handraisana azy ; holazainy antsika ny heviny momba izany, izay ampiasany ny zavatra toy io ; izay no tena hazavana ho antsika ka hahafahantsika mandanjalanja marina ny zavatra manodidina antsika.

Page 21

Pejy faha-21

« Par là même qu'il est notre vraie Lumière, il est notre Sagesse, parce que si nous agissons d'après cette lumière, nous ne nous tromperons pas ; si nous nous conduisons d'après cette lumière, nous ne nous égarerons pas. Si nous apprécions les choses d'après cette lumière, nous jugerons justement, parce qu'il est la vraie lumière qui vient du ciel et qui est sortie de Dieu même pour nous éclairer. Car la lumière du ciel est la divine sagesse… » (VD, p. 89-91).

« Ary noho lzy hazavana marina ho antsika, dia Izy koa no Fahendrena ho antsika, satria raha manaraka izany hazavana izany isika amin’izay ataontsika, dia tsy ho diso ; raha manaraka izany hazavana izany isika amin’izay alehantsika, dia tsy ho diso lalana. Raha izany hazavana izany no entintsika mandanjalanja zavatra, dia ho marina ny fomba fitsarantsika, satria io no tena hazavana avy any an-danitra, hazavana avy amin’Andriamanitra, nomeny hanazava antsika. Ary ny hazavana avy any an-danitra no fahendren’Andriamanitra… » (VD, p. 89-91).

« Cette sagesse est répandue dans toute sa vie ; ses actions, ses paroles sont autant de traits de sagesse et de lumière qui nous éclairent et qui nous montrent comment nous devons nous conduire pour être vraiment sages…

« Nameno ny fiainan’i Jesoa manontolo izany fahendrena izany ; na ny zavatra nataony, na ny teny nolazainy dia samy taratry ny fahendreny avokoa ary samy hazavana manilo antsika, manoro antsika ny lalan-kizorana mba ho ao amintsika marina tokoa ny fahendrena…

« Dans les grands hommes, on trouve quelquefois un petit brin de sagesse, un petit rayon de cette lumière qui nous éclaire, mais Jésus Christ est la Sagesse tout entière, il la possède tout entière, parce que ce n'est pas avec mesure qu'il a reçu l'Esprit Saint.

« Misy olo-malaza mba manana sombim-pahendrena kely ihany indraindray, mba manana tsiriny kely avy amin’io hazavana manilo antsika io ; i Jesoa Kristy kosa dia fahendrena manontolo ; ny fahendrena tsy misy anombinana no ao aminy, satria tsy mba ampahany ny Fanahy Masina noraisiny.

« Il n'est pas nécessaire d'aller loin pour trouver la sagesse ; elle est dans Jésus Christ ; il suffit de connaître, d'étudier Jésus Christ.

« Tsy ilaina akory ny mandeha lavitra mba hahita ny tena fahendrena ; ao amin’i Jesoa Kristy izy ; ampy ny mahalala an’i Jesoa Kristy sy ny mandalina ny momba azy.

« Il y en a qui la cherchent dans les grands livres, dans la philosophie, dans les voyages, dans l'étude. Elle est dans Jésus Christ. Je ne sais que Jésus Christ, dit saint Paul, et Jésus Christ crucifié » (VD, p. 91).

« Misy mitady ny fahendrena ao anaty boky malaza, na amin’ny alalan’ny filôzôfia, na amin’ny alalan’ny fizahan-tany, na amin’ny alalan’ny fianarana. Ao amin’i Jesoa Kristy anefa izy. Tsy mahay afa-tsy i Jesoa Kristy aho, hoy i Masindahy Paoly, dia i Jesoa Kristy voafantsika tamin’ny Hazofijaliana » (VD, p. 91).

Il est notre Maître

Izy no Mpampianatra antsika

« Vous n'avez qu'un seul maître : le Christ » (Mt 23, 8-10). Parce que Jésus Christ est le Verbe de Dieu fait chair et que toutes ses paroles et ses actions sont l'expression de la sagesse même du Père, nous pouvons le prendre pour Maître. Il est en réalité le seul être au monde qui mérite d'être appelé ainsi par les hommes :

« Tokana ny Mpampianatra anareo, dia i Kristy " (Mt 23, 8-10). Azontsika ekena ho Mpampianatra i Jesoa Kristy, satria izy no Tenin’Andriamanitra tonga nofo, ka ny teny rehetra nolazainy sy ny asa rehetra nataony dia maneho ny fahendren’ny Ray avokoa. Izy no hany mendrika hantsoin’ny olombelona amin’izany anarana izany, eto amin’izao tontolo izao :

Page 22

Pejy faha-22

« Jésus Christ est notre seul et unique Maître.

« I Jesoa Kristy no hany tokana Mpampianatra antsika.

« Il est le Verbe de Dieu, en lui sont tous les trésors de la science et de la sagesse. Comme Verbe, il est la pensée même de Dieu, il possède toute la science de Dieu, toutes les connaissances du Père.

« Izy no Tenin’Andriamanitra, ka ao aminy ny raki-tsarobidy rehetra momba ny fahaizana sy ny fahendrena. Amin’ny maha Teny azy, dia Izy rahateo no eritreritr’Andriamanitra ; ao aminy ny fahaizan’Andriamanitra rehetra sy ny fahalalana rehetra ananan’Andriamanitra Ray.

« Il est la parole du Père, revêtue d'une forme extérieure pour nous parler ; c'est lui qui vient du ciel pour nous parler et nous faire connaître les volontés de Dieu son Père.

« Izy no tenin’ny Ray, nitafy nofo mba ho afa-mitafa amintsika ; Izy no nidina avy any an-danitra mba hiresaka amintsika ary mba hampahafantatra antsika ny sitrapon’Andriamanitra Rainy.

« Il est lui-même la lettre vivante que le Père nous a envoyée afin que nous la lisions et l'accomplissions.

« Izy rahateo no taratasy velona nosoratan’ny Ray ary nalefany ho antsika, mba hovakintsika ka hotanterahintsika.

« C'est Dieu lui-même qui nous l'apprend : " Voilà mon serviteur que j'ai choisi, mon bien-aimé en qui j'ai mis mes complaisances, je ferai reposer mon esprit sur lui et il annoncera la justice aux nations " (Is 42, 1).

« Andriamanitra mihitsy no mampahafantatra an’izany antsika : "Indro ny mpanom-poko, nofidiko, malalako ary ankasitrahako ; hapetrako eo aminy ny fanahiko ka hitory ny fahamarinana amin’ny firenena izy" (Iz 42, 1).

« Au jour de la transfiguration, c'est le Père qui le proclame en disant : "C'est là mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis mes complaisances, écoutez-le" (Mt 17, 5).

« Fony izy nova tarehy, dia ny Ray no nanambara azy nanao hoe : "Inty ny Zanako malalako izay ankasitrahako, henoy izy" (Mt 17, 5).

« Dieu a tellement aimé le monde qu'il adonné son Fils unique, afin que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle » (Jn 3, 16).

« Endrey ity fitiavan’ Andriamanitra an’izao tontolo izao, fa nomeny ny zanany lahitokana, mba tsy ho very izay mino azy fa hanana ny fiainana mandrakizay » (Jo 3, 16).

« Sa grande fonction est d'instruire le monde. C'est ce qu'il explique aux habitants de Nazareth, quand il commente les paroles du prophète Isaïe : L'Esprit de Dieu est sur moi. C'est pourquoi il m'a consacré par son onction divine et il m'a envoyé pour évangéliser les pauvres » (Lc 4, 18).

« Ny adidiny lehibe indrindra dia ny mampianatra an’izao tontolo izao. Izany no hazavainy amin’ny mponin’i Nazareta, raha nivaofy ny tenin’ny mpaminany Izaia izy : "Ato amiko ny Fanahin’Andriamanitra. Hany ka nohasininy tamin’ny fanosorana masina avy amin’Andriamanitra aho, ary nirahiny hitory ny evanjely amin’ny mahantra" (Lk 4, 18).

« Il disait à ses apôtres : " Allons prêcher, je suis venu pour cela " (Lc 4, 43).

« Hoy izy tamin’ny apôstôly : "Andeha isika hitory ny teny, fa izany no antony nahatongavako" (Lk 4, 43).

« Si je suis né et venu dans le monde, c'est pour rendre témoignage à la vérité » (Jn 18, 37).

« Izaho no teraka sy tonga eto amin’izao tontolo izao, dia ny hijoro ho vavolom-belon’ny marina » (Jo 18, 37).

Page 23

Pejy faha-23

« "Je suis la lumière du monde" (Jn 9, 5). "Je suis la Voie, la Vérité, la Vie" (Jn 14, 6).

« "Izaho no fahazavan’izao tontolo izao" (Jo 9, 5). "Izaho no Lalana, Fahamarinana, Fiainana" (Jo 14, 6).

« C'est son titre. A ses apôtres, il disait : "Vous m'appelez Maître et Seigneur ; vous dites vrai, car je le suis" (Jn 13, 13).

« Io no anarana iantsoana azy. Hoy Izy tamin’ny apôstôliny : "Antsoinareo hoe Mpampianatra sy Tompo aho ; ary marina ny filazanareo, satria izany tokoa aho" (Jo 13, 13).

« Ce qu'il enseigne, il ne l'enseigne que d'après son Père qui l'a envoyé : "Ma doctrine n'est pas de moi, mais de celui qui m'a envoyé" (Jn 7, 16) ; "Celui qui m'a envoyé est vrai et ce que j'ai entendu de lui, je le dis dans le monde " (Jn 8, 28).

« Ny zavatra ampianariny, dia ataony araka izay nolazain’ny Ray naniraka azy : "Tsy avy amiko ny fampianarana omeko, fa avy amin’Ilay naniraka ahy" (Jo 7, 16) ; "Marina Ilay naniraka ahy, ary izay reko taminy no ambarako an’izao tontolo izao" (Jo 8, 28).

« Il est véritablement notre Maître. Il a reçu de Dieu la grande fonction d'enseigner les hommes. Il a été envoyé pour cela. Lui seul peut nous instruire, parce que lui seul connaît Dieu…

« Izy tokoa no Mpampianatra antsika. Nomen’Andriamanitra azy ny andraikitra lehibe hampianatra ny olombelona. Izany no nanirahana azy. Izy irery no hany afa-mampianatra antsika, satria Izy no hany mahalala an’Andriamanitra…

« En l'écoutant, nous écoutons Dieu lui-même et en croyant en lui, nous avons la vie éternelle. C'est notre Maître… » (VD, p. 95-98).

« Rahefa mihaino azy isika, dia mihaino an’Andriamanitra mivantana, ary rahefa mino azy isika dia mahazo ny fiainana mandrakizay. Izy no Mpampianatra antsika… » (VD, p. 95-98).

« Que c'est beau, Jésus Christ ! »

« Endrey izany hatsaràn’i Jesoa Kristy ! »

L'étude, dans Le Véritable Disciple, des « titres de Jésus Christ » s'achève en prière. Une prière de disciple, faite d'admiration devant la grandeur et la beauté du Verbe de Dieu qui se révèle dans son humanité. Une prière de demande pour que la Parole de Dieu puisse accomplir en nous son œuvre d'illumination et de conversion. Une prière d'offrande de tout soi-même pour appartenir totalement au Christ et se laisser entièrement transformer par son Évangile

Ao amin’ny Mpianatra Marina (Le Véritable Disciple), dia vavaka no iafaran’ny fanadihadiana an’ireo « anarana iantsoana an’i Jesoa Kristy ». Vavaky ny mpianatra, vonton’ny figagana ny halehiben’ny Tenin’Andriamanitra sy ny hatsaràny, miseho eo amin’ny maha olombelona azy. Vavaka fangatahana mba hahafahan’ny Tenin’Andriamanitra manatanteraka ny asa fanilovany sy fampibebahany antsika. Vavaka fanoloran-tena manontolo ho an’i Kristy ary fanomezan-tena hovan’ny Evanjeliny tanteraka :

O Verbe ! O Christ !

O ry Teny ! O ry Kristy !

Que vous êtes beau ! que vous êtes grand !

Tsara tokoa Ianao! Lehibe tokoa ianao !

Qui saura vous connaître ? Qui pourra vous comprendre ?

Iza no hahay hahalala Anao ? Iza no ho afaka hahafantatra Anao ?

Page 24

Pejy faha-24

Faites, ô Christ, que je vous connaisse et que je vous aime.

Kristy ô, ataovy mahalala Anao aho ary ataovy tia anao !

Puisque vous êtes la lumière, laissez venir un rayon de cette divine lumière sur ma pauvre âme, afin que je puisse vous voir et vous comprendre.

Satria Ianao no fahazavana, avelao ho tonga ny taratry io fahazavan’Andriamanitra io amin’ity fanahiko mahantra ity, mba ahazoako mahita sy mahafantatra Anao.

Mettez en moi une grande foi en vous, afin que toutes vos paroles soient pour moi autant de lumières qui m'éclairent et me fassent aller à vous et vous suivre dans toutes les voies de la justice et de la vérité.

Omeo finoana lehibe anao aho, amin’izay ny teninao rehetra ho fahazavana hanilo ahy ary manintona ahy Aminao sy hanaraka anao amin’ny lalana rehetra ny fahitsiana sy ny fahamarinana.

O Christ, O Verbe !

O ry Kristy ! O ry Teny !

Vous êtes mon Seigneur et mon seul et unique Maître. Parlez, je veux vous écouter et mettre votre parole en pratique. Je veux écouter votre divine parole, parce que je sais qu'elle vient du ciel. Je veux l'écouter, la méditer, la mettre en pratique, parce que dans votre parole il y a la vie, la joie, la paix et le bonheur. Parlez, Seigneur, vous êtes mon Seigneur et mon Maître et je ne veux écouter que vous. »

Ianao no Tompoko sy Ianao no hany Mpampianatro tokana. Mitenena, te-hihaino Anao aho ary hanatanteraka ny teninao. Te-hihaino ny teninao Andriamanitra aho satria fantatro fa avy any an-danitra izany. Te-hihaino azy aho, handinika azy, ary hanatanteraka azy satria ao anatin’ny teninao misy ny fiainana, ny fifaliana, ny fiadanana, ary ny fahasambarana. Mitenena Tompo ô ! Ianao no Tompoko sy Mpampianatro ary tsy te-hihaino afa-tsy Ianao aho.

« Connaître Jésus Christ,
c'est tout »…

« Ny mahalala an’i Jesoa Kristy,
dia ampy… »

Comme saint Paul, le Père Chevrier considère que « tout est perte en regard de ce bien suprême qu'est la connaissance de Jésus Christ » (Ph 3, 8) :

Toa an’i Md Paoly, dia mihevitra koa i Mompera Chevrier fa « zava poana izao rehetra izao raha miohatra amin’ilay zava-tsoa fara-tampony dia ny fahalalana an’i Jesoa Kristy » (Fil 3, 8) :

« Saint Paul mettait la connaissance de Notre Seigneur Jésus Christ au-dessus de toutes les connaissances et il se glorifiait de ne savoir rien que Jésus Christ et Jésus Christ crucifié. C'est là, en effet, la connaissance qui est au-dessus de toutes les autres et qui, seule, peut faire de nous des prêtres véritables et dignes de lui. Pour prêcher Jésus Christ, ne faut-il pas le connaître ? Pour imiter Jésus Christ, ne faut-il pas le connaître ? Et comment pourrons-nous le connaître, si nous ne l'étudions pas ? » (Lettre n° 86 à Claude Farissier, séminariste, 1872).

« Apetrak’i Md Paoly ambonin’ny fahalalana rehetra ny fahalalana an’i Jesoa Kristy Tompontsika ; ary ireharehany ny hoe tsy mahalala na inona na inona afa-tsy i Jesoa Kristy, dia i Jesoa Kristy voafantsika. Io tokoa no fahalalana ambonin’ny fahalalana rehetra, ary io no hany afa-manampy antsika ho pretra tonga lafatra ary mendrika azy. Atao ahoana moa no fitory an’i Jesoa Kristy raha tsy mahalala azy ? Atao ahoana no fanahaka an’i Jesoa Kristy raha tsy mahalala azy ? Ary atao ahoana no hahafahantsika mahalala azy, raha tsy mandinika azy aloha ? » (Taratasy faha-86 ho an’i Claude Farissier, seminarista nobeaziny, 1872).

Page 25

Pejy faha-25

« La connaissance de Jésus Christ est la clef de tout. Connaître Dieu et son Christ, c'est là tout l'homme, tout le prêtre, tout le saint » (Lettre n°105 à Nicolas Delorme, séminariste, 1875).

« Ny fahalalana an’i Jesoa Kristy no fanalahidin’ny zavatra rehetra. Ny mahalala an’Andriamanitra sy ny Kristiny, izany no votoatiny maha olona ny olona, maha pretra ny pretra, maha olomasina ny olomasina » (Taratasy faha-105 ho an’i Nicolas Delorme, seminarista nobeaziny, 1875).

« Notre premier travail est donc de connaître Jésus Christ pour être tout à lui » (VD, p. 46).

« Ny asa ilofosantsika voalohany àry dia ny mahalala an’i Jesoa Kristy mba hanolorantsika tena aminy manontolo » (VD, p. 46).

« La connaissance de Jésus Christ, son étude, l'oraison, voilà la première chose à faire pour devenir une pierre de l'édifice spirituel de Dieu… » (VD, p. 103).

« Ny fahalalana an’i Jesoa Kristy, ny fifotorana mandinika azy, ny vavaka, izany no zavatra voalohany tsy maintsy himasoana raha tiana ny ho vato mirafitra eo amin’ny trano ara-panahy onenan’Andriamanitra… » (VD, p. 103).

Beaucoup de gens cherchaient auprès du Père Chevrier une aide spirituelle. Il s'efforçait de tourner en priorité vers Jésus Christ les yeux de l'esprit et du cœur de ceux et de celles qui s'adressaient à lui :

Maro ny olona nanatona an’i Mompera Chevrier nitady fanohanana ara-panahy. Hatrany hatrany ny niezahany voalohany dia ny hampitodika ny fo amam panahin’izy ireny hifantoka amin’i Kristy :

Il me semble que vous vous occupez beaucoup trop de vous-même et que vous ne pensez pas assez à Notre Seigneur, notre divin Maître. Vous ne trouverez que des misères en vous et plus vous y penserez, plus vous serez malheureuse. Levez un peu les yeux en haut, regardez Notre Seigneur, étudiez sa divine parole, ses divins exemples ; remplissez-vous de lui ; nourrissez-vous de lui, et vous verrez que tous ces fantômes disparaîtront. Que Jésus Christ soit donc votre vie, chère sœur, que Jésus Christ soit votre amour » (Lettre n° 459 à Sœur Marie de Saint Raphaël 14 janvier 1878).

« Heveriko fa sondriana loatra amin’ny fikarakarana ny tenanao ianao, ka tsy afa-mieritreritra firy an’i Jesoa Tompo, ilay Andriamanitra Mpampianatra antsika intsony. Tsy misy afa-tsy fahantrana anefa ao anatinao, ary arakaraka ny hieritreretanao an’izany no hitondranao fahoriana. Mba atrakao kely ny masonao : ny Andriamanitra Tompontsika jerena, tsakotsakoy ny teniny masina, ny ohatra nomeny ; fenoy azy ny fonao ; izy atao sakafo, dia ho hitanao fa hanjavona ireny avelo maneloelo ireny. Aoka ho fiainanao i Jesoa Kristy, masera, aoka ho Izy no fitiavanao » (Taratasy faha-459 ho any Masera Marie de Saint Raphaël, 14 zanvie 1878).

Page 26

Pejy faha-26

« Il faut penser davantage à Notre Seigneur qu'à nous et à nos propres misères. Si un peintre se regardait toujours lui-même au lieu de regarder son modèle, il n'arriverait jamais à le copier. C'est ce que vous avez à faire, chère enfant ; regardez Notre Seigneur souvent, souvent, et ne vous considérez pas trop vous-même, et alors vous aurez plus de vie. Appliquez-vous à imiter Notre Seigneur, et cela sans trouble, sans peine. Considérez-le avec amour et avec le désir de l'imiter, voilà tout. Vos fautes, vos misères, laissez-les dans l'océan de sa miséricorde. Quand on aime Jésus il faut peu s'inquiéter du reste » (Lettre n° 257 à Sœur Gabriel 1873).

« Ny Tompontsika no tokony hifantohan’ny saina bebe kokoa, fa tsy ny tenantsika, na ny fahoriantsika. Raha lany andro mibanjina ny tenany ny mpanao hosodoko fa tsy mijery an’ilay olona ataony môdely, dia tsy ho vita na oviana na oviana ny sariny. Izany no tokony hataonao, anaka : ny Tompontsika banjinina matetika dia matetika, fa aza variana loatra amin’ny tenanao, dia ho velona kokoa ianao. Mifotora manahaka ny Tompontsika, amin’ny fo tony, aza be ferotraina. Am-pitiavana ibanjinana azy, entanin’ny faniriana hanahaka azy, dia izay. Ny otanao, ny fahantranao, avelao ho safotra ao anaty ranomasin’ny famindram-pony. Rahefa tiana i Jesoa Kristy, tsy ahoana ny sisa rehetra » (Taratasy faha-257 ho an’ny masera Gabriel, 1873).

« Ne négligez pas votre petite méditation, étudiez Notre Seigneur Jésus Christ ; tout est là ; et rappelez-vous chaque jour une de ses paroles ou une de ses actions pour les mettre en pratique ou, au moins, en savourer la douceur et le goût » (Lettre n° 374 à Mademoiselle Grivet 9 juin 1876).

« Aza atao tsirambina ny fandinihana masina fohy tokony hataonao, diniho i Jesoa Kristy Tompontsika ; izay no tena zavatra ; ary isan’andro, aoka hisy teniny na asa nataony hiraikitra ao an-tsainao, mba hahafahanao manatanteraka azy, na fara faharatsiny mankafy ny hamaminy sy ny tsirony » (Taratasy faha-374 ho an-dRamatoakely Grivet, 9 jona 1876).

« La vie surnaturelle ne se trouve que dans la connaissance de Jésus, l'étude de ses paroles et de ses actions. Un mot de Jésus élève l'âme, une action de Notre Seigneur fait plus que tout le reste » (Lettre n°310 à Madame Franchet, 13 mai 1869).

« Tsy misy fiainam-panahy raha tsy ao anatin’ny fahalalana an’i Jesoa, ao amin’ny fandalinana ny teniny sy ny asa nataony. Teny iray nolazain’i Jesoa dia manandratra ny fanahy ; asa iray nataon’ny Tompontsika dia mahavita mihoatra noho ny zavatra hafa rehetra » (Taratasy faha-310 ho an-dRamatoa Franchet, 13 maio 1869).

« Priez beaucoup, chers enfants. La prière, le crucifix, la crèche instruisent plus que les livres, et la science que l'on apprend au pied de son crucifix ou du tabernacle est bien plus solide et plus vraie et mieux en rapport avec nous-mêmes que celle que l'on apprend dans les livres » (Lettre n°115 à François Duret, séminariste, fin novembre 1876).

« Mivavaha mafy, anaka. Mampianatra antsika mihoatra noho ny boky ny vavaka, ny hazofijaliana, ny tranonomby ; ary ny fahalalana tovozina eu am-pototry ny hazofijaliana na ny tabernakla dia mafy orina kokoa, marim-pototra kokoa, mahakasika antsika kokoa, noho izay tovozina anaty boky » (Taratasy faha-115 ho an’i François Duret, seminarista nobeaziny, 1876).

L'attachement à Jésus Christ
et ses fruits dans la vie du disciple

Ny fifikirana amin’i Jesoa Kristy
sy ny vokatra aterak’izany eo amin’nyfiainan’ny mpianatra

Page 27

Pejy faha-27

Un dynamisme spirituel, qui a sa logique propre, entraîne le disciple de Jésus sur les pas de sort Maître. La Parole accueillie avec foi fait s'attacher à la personne du Christ et l'amour de Jésus suscite un désir de ressemblance et de conformité. Saint Paul, parce qu'il appartient entièrement à Jésus Christ, est pour Antoine Chevrier le modèle du disciple et de l'apôtre :

Misy herim panahy, manana ny fizotrany manokana, mitarika ny mpianatr’i Jesoa hanara-dia ny Mpampianatra azy. Ny Teny raisina am-pinoana dia manampy ny olona hifikitra amin’i Kristy, ary ny fitiavana an’i Jesoa dia miteraka ao am po faniriana hanahaka azy sy hitovy aminy. Ho an’i Antoine Chevrier, dia i Md Paoly no tena môdelin’ny mpianatra sy ny Apôstôly, noho izy nanolo-tena manontolo ho an’i Jesoa Kristy :

« Celui qui a trouvé Jésus Christ a trouvé le plus grand trésor. Le reste n'est rien… Il a trouvé la sagesse, la lumière, la vie, la paix, la joie, le bonheur sur la terre et dans le ciel, le fondement solide sur lequel il peut édifier, le pardon, la grâce. Il a tout trouvé…

« Izay nahita an’i Jesoa Kristy, dia nahita ny rakitra sarobidy indrindra. Zava-poana ny ankoatr’izay… Hitany ny fahendrena, ny fahazavana, ny fiainana, ny fiadanana, ny hafaliana, ny hasambarana eto an-tany sy any an-danitra, ny fototra lalim-paka azony anorenana, ny famelan-keloka, ny fahasoavana. Hitany ny zavatra rehetra…

« Il n'estime rien au-dessus de Jésus Christ, parce que Jésus Christ est tout pour lui. Saint Paul l'exprime très bien : "Ce qui pouvait alors, avant ma conversion, m'être un gain, je l'ai considéré, pour Jésus Christ, comme un désavantage. Je dis plus : tout me semble une perte auprès de cette haute science de Jésus Christ, mon Seigneur, pour l'amour duquel je me suis privé de toutes choses, les regardant comme de l'ordure, afin que je puisse gagner Jésus Christ, que je connaisse Jésus Christ avec la puissance de sa résurrection et la participation à ses souffrances, étant rendu conforme à sa mort" (Ph 3, 7-8-9-10)…

« Tsy misy na inona na inona ataony ho ambony noho i Jesoa Kristy, satria ho azy dia i Jesoa Kristy no fanaperana. Tsara dia tsara ny fomba ilazan’i Md Paoly an’izany : "Izay nety ho tombontsoa ho ahy, talohan’ny nibebahako, dia noheveriko ho fatiantoka, noho i Jesoa Kristy. Mihoatra noho izany aza : raisiko ho fatiantoka ny zavatra rehetra miohatra amin’ny fahambonian’ny fahalalana an’i Jesoa Kristy, Tompoko ; fa noho ny fitiavana azy no namoizako ny zavatra rehetra, nailiko ho toy ny fakofako, mba hahazoako an’i Jesoa Kristy, ary mba hahalalako an’i Jesoa Kristy, omban’ny herin’ny fitsanganany ho velona ary ny fiombonana amin’ny fijaliany, ka hanahafako ny fahafatesany " (Fil 3, 7-8-9-10)…

« Il quitte tout pour posséder Jésus Christ, parce que Jésus Christ est tout pour lui et qu'il n'estime rien au-dessus de Jésus Christ… C'est ce que les apôtres firent quand ils eurent trouvé Jésus Christ : ils abandonnèrent leurs filets et le suivirent… (Mc 1, 38).

« Nilaozany ny zavatra rehetra mba hananany an’i Jesoa Kristy, satria i Jesoa Kristy no fanaperana ho azy, ary tsy misy na inona na inona ataony ambony noho i Jesoa Kristy… Dia izany no nataon’ny Apôstôly, rahefa nahita an’i Jesoa Kristy izy ireo : nilaozany ny haratony, ary nanaraka azy izy… (Mk 1, 38).

« Il ne veut plaire qu'à Jésus Christ, parce que Jésus Christ est sa joie, son bonheur, son Maître, son Dieu.

« I Jesoa no hany tiany hahitana sitraka, satria i Jesoa Kristy no hafaliany, hasambarany, Mpampianatra azy, Andriamanitra tompoiny.

« Désiré-je à présent, dit saint Paul, être approuvé des hommes ou de Dieu ? Ai-je pour but de plaire ? Si je voulais encore plaire aux hommes, je ne serais pas serviteur de Jésus Christ " (Ga 1, 10).

« Koa ankehitriny, hoy i Md Paoly, inona moa no iriko : ny ho sitraky ny olombelona sa ny ho sitrak’Andriamanitra ? Moa ve ny hahita sitraka no tanjona kendreko ? Raha mbola maniry hahita sitraka eo imason’ny olona aho, dia tsy ho mpanompon’i Jesoa Kristy akory » (Gal 1, 10).

Page 28

Pejy faha-28

« La connaissance de Jésus Christ produit nécessairement l'amour et plus nous connaissons Jésus Christ, sa beauté, sa grandeur, ses richesses, plus notre amour grandit pour lui et plus nous cherchons à lui plaire et plus nous rejetons loin de nous tout ce qui ne va pas à Jésus Christ…

« Ny fahalalana an’i Jesoa Kristy no miteraka ny fitiavana, ary arakaraka ny ahalalantsika an’i Jesoa Kristy, sy ahalalantsika ny hatsaràny, ny fahamboniany, ny harena ao aminy, no hitomboan’ny fitiavantsika azy, ka hiezahantsika hahita sitraka eo imasony ary hanariantsika lavitra ny zavatra rehetra tsy mitondra any amin’i Jesoa Kristy…

« Il ne craint pas même de passer pour un fou par amour de Jésus Christ… " Nous sommes fous à cause de Jésus Christ " (1 Co 4, 10). Saint Paul distingue deux sortes de gens ou de prêtres qui sont à Jésus Christ, ceux qui agissent un peu selon le monde et ceux qui sont entièrement à Jésus Christ… Que le monde pense ce qu'il voudra, peu m'importe ; qu'il me regarde comme un fou, peut m'importe ; je suis à Jésus Christ, je le suis, je marche sur ses traces…

« Tsy matahotra ny hoheverin’ny olona ho adala izy noho ny fitiavany an’i Jesoa Kristy… "Adalan’ny fitiavana an’i Jesoa Kristy isika" (1 Kor 4, 10). Ho an’i Md Paoly dia misy roa karazana ny olona sy ny pretra mitonona ho an’i Jesoa Kristy : ao ireo somary manaraka an’izao tontolo izao, ary ao ireo tena an’i Jesoa Kristy tanteraka… Aoka hihevitra izay tiany hoheverina izao tontolo izao, fa tsy mampaninona ahy ; aoka hataony hoe adala aho, fa tsy mampaninona ahy ; an’i Jesoa Kristy aho, ka manaraka azy, mizotra manaraka ny diany…

« Rien ne peut le séparer de Jésus Christ. Saint Paul s'écrie : « Qui donc nous séparera de l'amour de Jésus Christ ? […] Je suis assuré que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les principautés, ni les puissances, ni les choses présentes, ni les choses futures, ni la puissance des hommes, ni tout ce qu'il y a de plus haut ou de plus profond, ni aucune créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu qui est en Jésus Christ Notre Seigneur " (Rm 8, 35, 38-39).

« Tsy misy mahasaraka azy amin’i Jesoa Kristy. Hoy ny hiakan’i Md Paoly : « Iza àry no hampisaraka antsika amin’ny fitiavan’i Jesoa Kristy ? […] Fantatro fa na ny fahafatesana, na ny fiainana, na ny anjely, na ny fanjakana, na ny fahefana, na ny zavatra ankehitriny, na ny zavatra ho avy, na ny fahefan’ny olombelona, na izay zavatra ambony indrindra, na izay zavatra lalina indrindra, ary na inona na inona zava-boaary, dia samy tsy misy afa-mahasaraka antsika amin’ny fitiavan’Andriamanitra izay ao amin’i Jesoa Kristy Tompontsika" (Rom 8, 35, 38-39).

« Tout son bonheur est de suivre Jésus Christ. Il a entendu et compris cette parole du Maître : "Suivez-moi"… Il a compris ces autres paroles : "Je vous ai donné l'exemple, afin que, comme j'ai fait, vous fassiez vous aussi" (Jn 13, 15). Et il veut se rendre conforme à l'image de Jésus, son Maître et son Modèle (Rm 8, 29)…

« Ny tena hasambarany dia ny manara-dia an’i Jesoa Kristy. Henony ary takany tsara ny tenin’ny Mpampianatra manao hoe : "Avia, araho aho"… Azony tsara koa ireto teny ireto : "Ohatra no nomeko anareo, mba hanaovanareo toy izay nataoko" (Jo 13, 15). Dia miezaka izy hanahaka an’i Jesoa, Mpampianatra azy ary Môdeliny (Rom 8, 29)…

« Quand on aime quelqu'un sincèrement, on est heureux de le suivre, de marcher sur ses traces. On aime à le voir, à l'entendre et on fait tout pour l'imiter.

« Rahefa tiana amin-kitsim-po ny olona anankiray, dia finaritra ny tena manara-dia azy amin’izay alehany. Tiana ery ny mihaona aminy, ny mihaino azy, ary atao izay hanahafana azy.

Page 29

Pejy faha-29

« Il ne vit plus que pour Jésus Christ. " La charité me presse, considérant que si un seul est mort pour tous, par conséquent tous sont morts, et que Jésus est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et qui est ressuscité pour eux " (2 Co 5, 14)…

« Ho an’i Jesoa Kristy no hany ahavelomany. "Fa teren’ny fitiavana aho, mieritreritra ny hoe : raha olona iray no maty ho an’ny besinimaro, dia midika izany fa maty koa ny besinimaro. Fa maty ho an’ny besinimaro i Jesoa Krlsiy, mba tsy ho velona ho an’ny tenany intsony izay velona, fa ho velona ho an’Ilay maty ary nitsangan-ko velona ho azy ireo" (2 Kor 5, 14)…

« Jésus Christ est sa vie. " Pour moi, vivre, c'est le Christ " (Ph 1, 21). " Ce n'est plus moi qui vis, c'est Jésus Christ qui vit en moi " (Ga 2, 20).

« I Jesoa Kristy no aina ivelomany. "Amiko, dia i Kristy no ahavelomako" (Fil 1, 21). "Tsy izaho intsony no velona, fa i Jesoa Kristy no velona ato amiko" (Gal 2, 20).

« Jésus Christ doit être notre vie, c’est-à-dire que Jésus Christ doit être notre pensée habituelle et constante, que vers lui tous nos désirs, nos affections se portent et la nuit et le jour.

« I Jesoa Kristy no tokony ho fiainantsika, izany hoe i Jesoa Kristy no tokony hameno lalandava ny eritrerintsika andavanandro ; na andro na alina, aminy no tokony hifantoka ny hetahetam-pontsika rehetra sy ny fitiavantsika.

« La mère vit pour son enfant, l'épouse pour son époux, l'époux pour son épouse, l'ami pour son ami, l'avare pour son argent, l'égoïste pour lui-même, le marchand pour son commerce. Voilà la vie de chacun de ces êtres : il met sa vie dans ce qu'il cherche, dans ce qu'il aime et, quand il est séparé de cet objet, il pleure, il languit, il gémit jusqu'à ce qu'il soit réuni aux objets de son amour.

« Velona ho an’ny zanany ny reny, ny vady ho an’ny vadiny, ny sakaiza ho an’ny sakaizany, ny kahihitra ho an’ny volany, ny tiatena ho an’ny tenany, ny mpivarotra ho an’ny varotra ataony. Izany no fiainan’ireo olona ireo tsirairay avy : aoriny eo amin’izay zavatra katsahiny ny fiainany, aoriny eo amin’izay zavatra tiany ; ka raha sendra tafasaraka an’izany izy dia velon-tomany, zary manjoretra, ary velon-toreo mandra-pahazoany an’ilay zavatra iorenan’ny fitiavany indray.

« Pour nous, notre vie, c'est Jésus Christ.

« Ho antsika, dia i Jesoa Kristy no fiainantsika.

« Dans une horloge, il y a un ressort qui fait mouvoir tous les rouages et donne l'heure. C'est Jésus Christ qui doit être en nous ce ressort invisible, caché, et nous faire montrer toujours Jésus Christ lui-même.

« Ao anaty famantaranandro dia misy vy miaina mampihetsika ny milina rehetra ao, ka ahafahany manondro ny ora. Ho antsika dia tokony ho i Jesoa Kristy io vy miaina tsy hita maso ary miafina io, izay sady ahafahantsika manondro lalandava an’i Jesoa Kristy rahateo.

« Là où est notre trésor, là aussi est notre cœur. Si Jésus Christ est notre trésor, notre cœur et nos pensées seront toujours avec lui… » (VD, p. 114-118).

« Izay misy ny harentsika no misy ny fontsika koa. Raha i Jesoa Kristy no harentsika dia ho ao aminy mandrakariva ny fontsika sy ny saintsika… » (VD, p. 114-118).

« Connaître Jésus Christ, aimer Jésus Christ, imiter Jésus Christ, suivre Jésus Christ, voilà tout notre désir, voilà toute notre vie » (But fondamental de l'Association des prêtres du Prado, 1879).

« Ny mahalala an’i Jesoa Kristy, ny mitia an’i Jesoa Kristy, ny manahaka an’i Jesoa Kristy, ny manara-dia an’i Jesoa Kristy, izany no hany faniriantsika, izany no fiainantsika manontolo » (Ny vaindohany amin’ny tanjona tratrarin’ny Fikambanan’ny Pretran’ny Prado, 1879).

Page 30

Pejy faha-30

Allons à Jésus Christ

Andeha ho any amin’i Jesoa Kristy

Quand on a découvert la grandeur et la beauté du Christ, la question se pose de le prendre pour Maître et de se donner à lui :

Rahefa tsapa ny fahambonian’i Kristy ny hatsaràny, ny tonga ao an-tsaina dia ny handray azy ho Mpampianatra sy ny hanolo-tena aminy :

« Voulez-vous être à Jésus Christ ? Sentez-vous le désir d'être à Jésus Christ ? A qui voulez-vous être, si vous n'êtes pas à Jésus Christ ? Écoutez l'appel de Jésus Christ. Écoutez ses promesses » (VD, p. 119).

« Sitrakareo ve ny hanolo-tena ho an’i Jesoa Kristy ? Tsapanareo misy faniriana te ho azy ve ao am-ponareo ? Ary raha tsy an’i Jesoa Kristy ianareo, dia ho an’iza ? Henoy ny antson’i Jesoa Kristy. Henoy ny fampanantenana ataony » (VD, p. 119).

« Sentez-vous naître cette grâce en vous ? c’est-à-dire : sentez-vous un attrait intérieur qui vous pousse vers Jésus Christ ? un sentiment intérieur qui est plein d'admiration pour Jésus Christ, pour sa beauté, sa grandeur, sa bonté infinie qui le porte à venir à nous, sentiment qui nous touche et nous porte à nous donner à lui ? un petit souffle divin qui nous pousse et nous vient d'en haut, une petite lumière surnaturelle qui nous éclaire et nous fait voir un peu Jésus Christ et sa beauté infinie ?

« Tsapanareo mitsiry ao am-ponareo ve izany fahasoavana izany ? Izany hoe tsapanareo misy hery manosika anareo hankany amin’i Jesoa Kristy ve ao anatinareo ? misy fihetseham-po feno figagana an’i Jesoa Kristy ve ao, noho ny hatsarány, noho ny fahamboniany, noho ny hatsaram-pony tsisy fetra ka nitarika azy ho tonga ety amintsika ? fihetseham-po manohina antsika ary mandrisika antsika hanolo-tena ho azy ? fofon’Aina kely avy amin’Andriamanitra manentana antsika avy any ambony, tara-pahazavana kely avy amin’Andriamanitra manilo antsika ho afa-manarangarana an’i Jesoa Kristy sy ny hatsaràny tsisy fetra ?

« Si nous sentons en nous ce souffle divin, si nous apercevons une petite lumière, si nous nous sentons attirés tant soit peu vers Jésus Christ, ah ! cultivons cet attrait, faisons-le croître par la prière, l'oraison, l'étude, afin qu'il grandisse et produise des fruits… » (V D, p. 119).

« Raha tahiny rentsika izany fofon’Aina avy amin’Andriamanitra izany, raha misy tara-pahazavana kely tsinjontsika, raha mba mahatsiaro kely ho voatarika hanatona an’i Jesoa Kristy isika, endrey ! aoka hokajiana izany hery misarika antsika izany, ka hampitomboina amin’ny alalan’ny vavaka, ny fandinihana masina, ny fandalinana, mba hivelarany sy hamokarany… » (VD, p. 119).

Page 31

Pejy faha-31

III.
L'Evangile

III
Ny Evanjely

Dans sa pauvre chambre du Prado et dans les divers lieux où il aimait à se retirer pour « mettre de l'huile dans sa lampe », le Père Chevrier passait des heures entières à étudier l'Évangile :

Na tao amin’ilay efitrano keliny tao amin’ny Prado, na tamin’izay toerana rehetra tiany nisintahana mba hanovozany herim-panahy vaovao, dia fanaon’i Mompera Chevrier ny mandany ora maro mandalina ny Evanjely :

« Je suis actuellement chez les Pères Carmes pour y prier un peu et étudier la pauvreté de Notre Seigneur. Je lis le saint Évangile. Comme tout ce que Notre Seigneur a dit est bien dit et comme nous devons tâcher de le mettre en pratique ! Étudions toujours ce beau livre ; ne cessez pas de le lire, pour y pratiquer ce que vous y voyez ; ce sera notre règle, vous le savez… » (Lettre n°64 à Monsieur l'Abbé Jaricot, Lyon, 20 mai 1868).

« Miantrano aty amin-dry Mompera Carmes aho amin’izao fotoana izao, mba hahafahako mivavaka kely ary mandinika ny fahantran’ny Tompontsika. Mamaky ny Evanjely masina aho. Akory ny hatsaràn’izay rehetra lazain’ny Tompontsika ao, ka tokony hiezahantsika hampiharina eo amin’ny fiainana tokoa ! Halalino mandrakariva io boky soa dia soa io ; aza mitsahatra mamaky azy, mba hahafahanareo mananatanteraka izay hitanareo ao ; fa ireny rahateo no fitsipika mifehy antsika, fantatrareo izany… » (Taratasy faha-64 ho an’i Mompera Jaricot, 1868).

« Pour arriver à bien connaître Dieu, c'est une étude si grande, si étendue et en même temps si douce que l'on ne saurait y donner trop de temps » (Lettre n° 268 à Mesdemoiselles Mercier et Bonnard).

« Mba hahafahana mahalala tsara an’Andriamanitra dia zava-dehibe sady midadasika no tsy maintsy ho halalinina, nefa koa zavatra mamy dia mamy, hany ka satry hatokana amin’izany ny fotoana rehetra » (Taratasy faha-268 ho an-dRamatoakely isany Mercier sy Bonnard, 1860).

Pourquoi étudier
ainsi l'Évangile ?

Inona no antony handalinana
ny Evanjely ?

Chez le Père Chevrier, cette étude incessante de l'Évangile découlait de sa foi au Christ, qui est « le médiateur et la plénitude de la Révélation » (Dei Verbum, 2) :

Ho an’i Mompera Chevrier, ny fitozoany handalina tsy an-kiato ny Evanjely dia nateraky ny finoany an’i Kristy, izay "Mpanelanelana ary hafenoan’ny Fanambaràn’Andriamanitra (Dei Verbum, 2) :

Page 32

Pejy faha-32

« En entendant Jésus Christ, c'est le Père que nous entendons ; "il parle le langage de Dieu", dit saint Jean (Jn 3, 34).

« Raha mandre an’i Jesoa Kristy isika, dia ny Ray no rentsika ; "ny fitenin’Andriamanitra no teneniny", hoy i Md Joany (Jo 3, 34).

« En voyant agir Jésus, nous voyons les actions mêmes du Père, parce que le Fils ne fait rien de lui-même et que c'est le Père qui fait lui-même ses œuvres.

« Raha mahita an’i Jesoa miasa isika dia Andriamanitra Ray no hitantsika miasa eo aminy, satria tsy misy na inona na inona ataon’ny Zanaka amin’ny anaran’ny tenany, fa ny Ray mihitsy no manao ny asa ataony.

« Quelle belle harmonie ! Quel accord entre le Père et le Fils et le Saint-Esprit !

« Tahaka ny inona moa ny hakanton’izany rindran-damina izany ! Tahaka ny inona ny fifanarahan-tsaina amam-panahy eo amin’ny Ray sy ny Zanaka ary ny Fanahy Masina !

« Qu'avons-nous donc à faire, sinon d'étudier Notre Seigneur Jésus, d'écouter sa parole, d'examiner ses actions, afin de nous conformer à lui et de nous remplir du Saint-Esprit…

« Koa inona indray àry no tokony hataontsika, afa-tsy ny mibanjina an’i Jesoa Tompontsika, mihaino ny teniny, mandinika ny fihetsiny sy izay ataony, mba hahafahantsika manahaka azy ary mandray ny Fanahy Masina hameno ny fontsika…

« Nous avons là une règle sûre et certaine pour nous remplir du Saint-Esprit et agir et penser selon lui.

« Fitsipika marim-pototra ary azo antoka io ho antsika, raha tiantsika ny ho feno ny Fanahy Masina, ka hiasa sy hisaina araka izay sitrany.

« L'Évangile contient les paroles et les actions de Jésus Christ. L'Esprit de Dieu est répandu dans toute sa vie, dans toutes ses actions. Ses paroles, ses actions sont comme autant de lumières que le Saint-Esprit nous donne depuis la Crèche jusqu'au Calvaire. Chaque parole de Jésus Christ, chaque exemple est comme un rayon de lumière qui vient du ciel pour nous éclairer et nous communiquer la vie.

« Ny Evanjely no mirakitra ny teny nolazain’i Jesoa Kristy sy ny asa nataony. Nanenika ny fiainany manontolo sy ny asa rehetra nataony ny Fanahin’Andriamanitra. Ny teniny sy izay nataony rehetra dia toy ny hazavana omen’ny Fanahy Masina antsika, nanomboka teo an-Tranonomby ka hatreny an-tampon’ny Kalvery. Ny teny rehetra nolazain’i Jesoa, ny ohatra rehetra nomeny dia toy ny tara-pahazavana avy any an-danitra manilo sy mamelona antsika.

« Celui qui veut se remplir de l'Esprit de Dieu doit étudier Notre Seigneur chaque jour : ses paroles, ses exemples, sa vie. Voilà la source où nous trouverons la vie, l'Esprit de Dieu » (VD, p. 225-226).

« Izay te ho feno ny Fanahin’Andriamanitra dia tsy maintsy mandinika ny Tompontsika isan’andro vaky : mandinika ny teny nolazainy, ny ohatra nomeny, ny fiainana nasehony. Koa ny loharano anovozantsika ny aina dia tsy hafa fa io : ny Fanahin’Andriamanitra (VD, p. 225-226).

« C'est dans l'oraison de chaque jour qu'il faut faire cette étude et qu'il faut faire passer Jésus Christ dans sa vie » (VD, p. 227).

« Mandritra ny vavaka fanao isan’andro no tsy maintsy anaovana an’izany fandalinana izany ka andraisana an’i Jesoa haninteraka ny fiainana » (VD, p. 227).

Page 33

Pejy faha-33

L'Évangile, « puissance de Dieu »
dans l'exercice du ministère apostolique…

Ny Evanjely, "herin’Andriamanitra"
eo amin’ny fanatanterahana ny asa anirahana ny Apôstôly…

Dans l'Évangile, le Père Chevrier trouvait aussi l'autorité et la force dont il avait besoin pour pouvoir parler et agir en prêtre au nom de Jésus Christ :

Tao amin’ny Evanjely koa no nanovozan’i Mompera Chevrier ny fahefana sy ny hery nilainy, ka nahafahany niteny sy niasa amin’ny anaran’i Jesoa Kristy, araka ny maha pretra azy :

« Je me trouve si pauvre, si incapable, si petit que j'ai bien honte ; et si je ne savais que je dois tout trouver dans le saint Évangile et les Épîtres de saint Paul, je n'oserais pas commencer ce travail, car je suis bien ignorant. J'ai peu lu, je ne connais pas les auteurs qui ont traité les grandes questions de la vie religieuse et sacerdotale… Mais, avec le saint Évangile, il me semble que je suis plus fort, que je puis espérer, car, après tout, ce n'est pas moi, c'est Jésus Christ, et avec lui on ne se trompe pas, avec lui on a l'autorité, avec lui on est plus fort et personne n'a rien à dire. C'est donc sur lui que je m'appuierai et en qui j'espérerai… » (Lettre n° 309 à Madame Franchet, 3 mai 1869).

« Safo-kenatra aho fa mahatsiaro tena ho mahantra faraidiny, tsy mahefa na inona na inona ary bitika dia bitika ; ary raha tsy fantatro fa hoe ao amin’ny Evanjely masina sy ao amin’ny Taratasy nosoratan’i Md Paoly no hanovozako ny zavatra rehetra, dia tsy ho nanomboka an’ity asa ity velively aho, satria raha izaho dia tsy mahay na inona na inona tokoa. Tsy nahavaky boky firy aho, tsy haiko ireo mpanoratra namakafaka fotokevi-dehibe momba ny fiainan-drelijiozy ary momba ny fiainan’ny pretra… Saingy rahefa miaraka amin’ny Evanjely masina aho dia toa mahatsiaro tena ho matanjaka kokoa, ho velom-panantenana, satria tokoa, rahefa fotorina, tsy izaho no inona fa i Jesoa Kristy ; ary rahefa miaraka aminy, tsy misy mivaona izay atao ; rahefa miaraka aminy dia eo an-tanana ny fahefana ; rahefa miaraka aminy dia matanjaka kokoa ny tena ary tsy misy na iza na iza afa-manakiana. Koa aminy aho no hiantehitra, Izy no antenaiko… » (Taratasy faha-309 ho an-dRamatoa Franchet, 1869).

« Je me suis retiré à Limonest pour travailler et prier, afin de pouvoir parler à mes séminaristes avec l'Évangile. Je sens toute l'importance de cette affaire et combien j'ai besoin de la grâce de Dieu et de sa lumière pour arriver à quelque chose de solide, de vrai et de durable. Je sens qu'il n'y a que l'autorité de Notre Seigneur qui peut me donner de la force et de l'appui auprès d'eux et qu'il faut que je me nourrisse de sa vie, de ses paroles, pour pouvoir parler en son nom ; c'est bien difficile… » (Lettre n° 446 à Mademoiselle de Marguerie, 9 février 1877).

« Misintaka kely aty Limonest aho, hiasa sy hivavaka, mba hahafahako miresaka amin’ireo seminarista, miaraka amin’ny Evanjely. Tsapako fa zava-dehibe io raharaha io, ary fantatro fa mila ny fahasoavan’Andriamanitra sy ny fahazavany tokoa aho, mba hahazoako manangan-javatra mafy orina, marim-pototra, ary mateza. Tsapako fa ny fahefan’ny Tompontsika ihany no afa-manome hery ahy sy azoko iankinana eo anatrehan’izy ireo, ary ny ain’ny Tompontsika sy ny teniny no tsy maintsy ivelomako, mba hahafahako miteny amin’ny anarany ; tsy mora izany… » (Taratasy faha-446 ho an-dRamatoakely de Marguerie, 1877).

Page 34

Pejy faha-34

L'Évangile : une maison
ouverte à tous…

Ny Evanjely : trano mivoha,
azon’ny besinimaro hidirana…

Chose peu courante à l'époque, le Père Chevrier faisait lire et étudier l'Écriture aux chrétiens qui avaient recours à son ministère, ainsi qu'à ceux qui travaillaient avec lui à l'évangélisation des pauvres. Il les faisait entrer dans l'Évangile comme dans une maison mise par Dieu à leur disposition pour qu'ils puissent s'en servir par eux-mêmes selon leurs besoins :

Na dia zava-tsy, fanao firy tamin’izany fotoana izany aza ny mampirisika ny olona hamaky sy hianatra Soratra Masina, dia nasain’i Mompera Chevrier nataon’ireo kristianina nidodododo nanatona azy, toy izany koa ireo nanampy azy nitory ny Evanjely tamin’ny mahantra. Notarihiny izy ireo hiditra ao amin’ny Evanjely, toy ny miditra ao amin’ny trano nomanin’Andriamanitra ho azy ireo, ka hampiasa an’izany araka izay hilany azy :

« Le Père nous disait souvent : "Quand vous voulez savoir ce que vous devez penser d'une chose, consultez le saint Évangile. Nous devons former notre jugement d'après l'Évangile. L'Évangile, c'est le livre qui a formé les saints" » (Témoignage de sœur Marie, première sœur du Prado).

« Matetika i Mompera no niteny taminay hoe : "Raha tianareo ho fantatra izay tokony hoheverina momba ny zavatra anankiray, dia zahao ny Evanjely. Ny Evanjely no tokony hamolavola ny fomba entintsika mandini-javatra. Ny Evanjely no boky nanofana ny olomasina" (Fanambaràna nataon’i masera Marie, maseran’ny Prado voalohany).

« Dans la vie de Notre Seigneur se trouvent la sagesse et la lumière. C'est dans ces détails que nous trouvons toute notre règle de conduite et que nous trouvons la perfection et un enseignement sûr et selon Dieu, puisque c'est Dieu lui-même qui se montre à nous.

« Ao amin’ny fiainan’ny Tomponsika no ahitana ny fahendrena sy ny fahazavana. Amin’ireo antsipirian-javatra ireo no isintonantsika ny fitsipika mifehy ny fiainantsika, ka ahatongavantsika amin’ny fahalavorariana ; ao no ahitantsika fampianarana azo antoka, araka an’Andriamanitra, satria Andriamanitra rahateo no manolo-tena miseho amintsika eo.

« A quoi sert l'Évangile si on ne l'étudie pas ?

« Hatao inona àry ny Evanjely raha tsy hifotorana ho halalinina tsinona ?

« Pour bien connaître l'Évangile, il faut entrer dans les petits détails de chaque fait, de chaque action, c'est là que nous trouvons la sagesse.

« Mba hahalalana tsara ny Evanjely anefa, dia tsy maintsy tomorina ny antsipirian-javatra madinika isanisany, ny fihetsika tsirairay avy, fa avy amin’izany no ahafahantsika mifanojo amin’ny tena fahendrena.

« Quand on passe dans une rue et que l'on voit une belle maison, on la regarde en passant et l'on dit : voilà une belle maison ; on ne voit que de l'extérieur, on ne se rend pas compte de tout ce qu'il y a dedans, de tout ce qu'il y a d'arrangement, de beauté, de commodités, etc. On passe, on regarde, on dit : C'est beau, voilà tout ; on ne s'en sert pas… Mais si on entre dedans et que l'on visite chaque étage, chaque pièce, on peut en admirer l'ordre, la beauté intérieure, l'ordonnance parfaite.

« Rahefa mandeha eny an-dalana isika, ka mahita trano tsara tarehy, dia sady manopy maso any no miteny hoe : tsara izany trano izany ! Ny ivelany fotsiny anefa no hita ; tsy fantatra izay rehetra ao anatiny, izay fandaminana rehetra ao, izay zavatra tsara sy mahasoa ao, sns… Mandalo ny tena, manopy maso, dia miteny hoe : Tsara izy izany ! dia izay ; tsy afa-mampiasa azy akory… Fa raha miditra ao anatiny ianao, ka mitsidika ny rihana rehetra sy ny efitra tsirairay, dia ho afa-migaga ny filaminana hita ao, ny hatsaràn’ny ao anatiny, ny zavatra rehetra mirindra tsy misy tomika ao.

Page 35

Pejy faha-35

« Ainsi de l'Évangile ; beaucoup le regardent et disent : C'est beau et ne sont pas entrés dedans pour en examiner les beautés intérieures et ne peuvent s'en servir, en jouir et mettre à leur usage les choses qui s'y trouvent.

« Toraka izany koa ny Evanjely ; maro ny manao tazan-davitra, dia miteny hoe : Tsara izy izany ; saingy tsy miditra izy handinika ny zava-tsoa ao anatiny ao, hany ka tsy afa-mampiasa azy, tsy afa-mianoka amin’izay misy ao sy manararaotra an’izany.

« Pour connaître une maison, il faut y entrer et mettre à son usage les chambres qui la composent.

« Raha tiana ho fantatra ny trano anankiray, dia tsy maintsy idirana ny ao anatiny ary ampiasaina ny efitrano misy ao.

« Pour connaître l'Évangile, il faut y entrer, voir les détails et mettre en pratique les choses que nous y trouvons ; et nous n'avons qu'à y entrer un peu, à étudier ses détails pour comprendre tout de suite combien cette maison est belle, grande, parfaite. C'est véritablement la maison de la Sagesse » (VD, p. 516).

« Raha tiana ho fantatra ny Evanjely, dia tsy maintsy idirana ao anatiny, jerena ny antsipiriany, ampiharina amin’ny fiainana izay hita ao ; koa inona no misakana antsika tsy hitsidika azy, ka handinika amin’ny antsipiriany ny zavatra hita ao, mba hahatakarantsika avy hatrany ny hakanton’izany trano izany, ny halehibeny ary ny fahalavorariany. Io tokoa manko no tapan’ny Fahendrena » (VD, p. 516).

« Pour connaître Jésus Christ, allons donc aux sources de la foi qui nous sont données par Dieu lui-même et que nous trouvons dans le saint Évangile » (MS VIII, p. 156).

« Raha tiana ny hahalala an’i Jesoa Kristy, andeha isika ho any an-doharanon’ny finoana izay nomen’Andriamanitra antsika, fa hitantsika ao amin’ny Evanjely masina izany » (MS VIII, p. 156).

Page 37

Pejy faha-37

IV
Le chemin du Disciple

IV
Ny lalana izoran’ny mpianatra

Suivre Jésus Christ

Manara-dia an’i Jesoa Kristy

« Viens, suis-moi » (Mc 10, 21). Prendre Jésus pour Maître, devenir son disciple, c'est venir à Jésus pour s'attacher à lui, mais c'est aussi accepter de suivre Jésus sur le chemin où il a marché le premier :

« Avia manaraka ahy » (Mk 10, 21). Toavina ho Mpampianatra i Jesoa, mirotsaka ho mpianany ny tena ; izany hoe : manatona an’i Jesoa ary mifikitra aminy, ary koa manaiky hanara-dia azy amin’ny lalana efa nizorany :

« Je prends Jésus Christ pour mon Maître. Je veux l'écouter et le suivre, comme un véritable disciple, non pas de loin, mais le plus près possible » (Ms XI, p. 34).

« I Jesoa Kristy no toaviko ho Mpampianatra ahy. Sitrako ny hihaino sy hanara-dia azy, miova tsy mpianany marina, tsy manao tazan-davitra, fa ny eo akaikiny indrindra » (Ms XI, p. 34).

« Suivre Jésus Christ, c'est aller partout où il va, c'est faire tout ce qu'il fait, c'est ne jamais le quitter.

« Ny hoe manara-dia an’i Jesoa Kristy, dia ny mandeha amin’izay rehetra alehany, ny manao izay rehetra ataony, ny tsy misaraka aminy na oviana na oviana.

« C'est l'imiter dans tout ce qui est possible.

« Ny mianatra azy araka izay mety ho vita.

« C'est suivre ses exemples, c'est lui ressembler le plus parfaitement possible afin de devenir un autre lui-même : le prêtre est un autre Christ.

« Ny manaraka ny ohatra nomeny ; ny manahaka azy araka izay lavorary indrindra mba ho zary tenany hafa : fa ny pretra dia Kristy hafa.

« C'est pouvoir dire comme saint Paul : "Soyez mes imitateurs, comme je le suis du Christ " (1 Co 11, 1).

« Ny afa-miteny toa an’i Md Paoly manao hoe : "Tahafo aho, tahaka ny anahafako an’i Kristy" (1 Kor 11, 1).

« C'est ce que Notre Seigneur indique quand il dit à ses apôtres : "Je vous ai donné l'exemple, afin que, comme j'ai fait, vous fassiez vous aussi " (Jn 13, 15).

« Izany indrindra no tian’ny Tompo bambara, raha niteny tamin’ny-Apóstóly izy nanao hoe : "Ohatra no omeko anareo, mba hanaovanareo toy ny nataoko" (Jo 13, 15).

« Suivre Jésus Christ, c'est aller avec lui dans la Crèche pour s'y faire pauvre.

« Ny manara-dia an’i Jesoa Kristy, dia ny miaraka aminy ao an-Tranonomby, mifidy ny ho mahantra.

Page 38

Pejy faha-38

« C'est aller avec lui en Égypte pour y partager son exil et sa pauvreté.

« Ny manaraka azy any Ejipta, hiaina an-tsesitany sy hianjadiam-pahantrana toa azy.

« C'est rester avec lui à Nazareth dans le silence pour y mener une vie obscure et cachée.

« Ny mijanona miaraka aminy ao Nazareta, anaty fanginana, manaiky fiainana miafina tsy hitan’ny olona.

« C'est aller avec lui dans le désert pour y jeûner et y prier.

« Ny mandeha miaraka aminy mamakivaky efitra, mba hifady hanina sy hivavaka.

« C'est parcourir les villes et les bourgades pour instruire les ignorants, consoler les affligés, guérir les malades et annoncer le salut au monde.

« Ny mitety ny tanàna sy ny vohitra, hampianatra ny tsy mahay, hampionona ny torotoro fo, hanasitrana ny marary ary hitory ny famonjena an’izao tontolo izao.

« C'est combattre contre les vices et lutter contre le mal avec courage, fermeté.

« Ny miady amin-kerim-po sy finiavana hamongotra ny toetra ratsy ary hanohitra ny ota.

« C'est marcher au milieu des persécutions et des injustices du monde.

« Ny misedra ny fanenjehana sy ny tsy rariny ataon’izao tontolo izao.

« C'est monter sur le calvaire pour y mourir.

« Ny mananika ny Kalvery, ka manolo-tena ho faty eo.

« C'est se laisser clouer sur la croix et y mourir pour obéir à Dieu et sauver le monde.

« Ny manaiky hofantsihana amin’ny hazofijaliana, ary ho faty ho fanoavana an’Andriamanitra sy ho famonjena an’izao tontolo izao.

« C'est aller au ciel avec lui parce qu'il a dit que ceux qui l'auraient suivi sur la terre seraient à côté de lui dans le ciel.

« Ny mankany an-danitra miaraka aminy, satria efa nilaza Izy fa izay nanaraka azy tety an-tany dia ho eo anilany any an-danitra.

« Le serviteur n'est pas plus que le maître : il suffit au serviteur de ressembler à son maître pour être parfait.

« Ny mpanompo tsy ambony noho ny tompony : ampy ho an’ny mpanompo ny mitovy amin’ny tompony, dia efa izay no fahalavorariany.

« Je suis le Chemin » (VD, p. 341).

« Izaho no Lalana » (VD, p. 341).

« Suivez-moi, c’est-à-dire faites comme moi, passez par le même chemin que moi ; suivez-moi dans le chemin que j'ai pris pour accomplir ma mission ; faites comme j'ai fait, marchez sur mes traces, ne prenez pas d'autre chemin car vous pourriez vous tromper et ne pas arriver au but. Il faut que vous continuiez mon œuvre. Vous êtes mes apôtres, mes successeurs : il faut que vous fassiez comme moi pour arriver au but. J'ai converti l'univers : j'ai pris le chemin de la Crèche, de la Croix. Prenez la même route pour arriver au même but, autrement vous n'arriverez pas… Je vous envoie comme mon Père m'a envoyé ; faites donc comme moi, si vous voulez remplir la mission que je vous confie au nom de mon Père » (VD, p. 342).

« Araho aho, izany hoe : manaova toy izay nataoko, ny lalana nodiaviko izorana ; araho aho amin’ny lalana nanatontosako ny iraka nankinina tamiko ; tahafo izay nataoko, araho ny diako, aza mizotra amin’ny lalan-kafa sao diso lalana ianareo ka tsy ho tody amin’izay tian-kaleha. Tsy maintsy tohizinareo ny asa natomboko. Ianareo no irako sy dimbiko : tsy maintsy manahaka ahy ianareo mba ho tody soa amin’ny tanjona. Nampibebaka an’izao tontolo izao aho : nizotra amin’ny lalan’ny Tranonomby sy ny Hazofijaliana. Izany lalana izany ihany arahina, mba ho tody amin’ny tanjona nahatongavako, raha tsy izany tsy ho tafita ianareo… Irahiko ianareo, tahaka ny nanirahan’ny Ray ahy ; manaova toy ny nataoko, raha tianareo ny hahatontosa ny iraka ankiniko aminareo amin’ny anaran’ny Raiko » (VD, p. 342).

Page 39

Pejy faha-39

Devenir un autre Jésus Christ

Miezaka ho Jesoa Kristy hafa

Pour bien accomplir sa mission de prêtre auprès des pauvres, le Père Chevrier pensait qu'il lui fallait revivre au milieu d'eux les mystères mêmes du Christ depuis la Crèche jusqu'au Calvaire. Il voulait ainsi donner aux déshérités de ce monde la possibilité de voir et de toucher Jésus lui-même à travers le sacrement de ses disciples :

Mba hahafahany manatontosa ny iraka maha pretra azy eo anivon’ny mahantra, dia noheverin’i Mompera Chevrier fa tsy maintsy iainany eo anivon’izy ireo mihitsy ny misterin’i Kristy, manomboka eo amin’ny Tranonomby ka hatreny an-tampon’ny Kalvery. Faniriany ny hahafahan’ireo havana tsy nambinina, eto amin’izao tontolo izao, mba mahita sy mahatsapa an’i Jesoa, amin’ny alalan’ny Mpianatra, fa ireo no sakramenta maneho azy :

« Notre union à Jésus Christ doit être si intime, si visible, si parfaite que les hommes doivent dire en nous voyant : voilà un autre Jésus Christ ! Nous devons reproduire, à l'extérieur et à l'intérieur, les vertus de Jésus Christ, sa pauvreté, ses souffrances, sa prière, sa charité. Nous devons représenter Jésus Christ pauvre dans sa crèche, Jésus Christ souffrant dans sa passion, Jésus Christ se laissant manger dans la sainte Eucharistie » (VD, p. 101).

« Tokony ho lalina dia lalina ny fiombonantsika amin’i Jesoa, tokony ho hita taratra ety ivelany, tokony ho tena lavorary, hany ka izay olona mahita antsika dia ho vaky vava hanao hoe : i Jesoa Kristy hafa iny ! Tokony hotahafintsika, na eto ivelany na ny ao anaty, ny hatsaram-panahin’i Jesoa Kristy, ny fahantrany, ny fijaliany, ny vavaka nataony, ny fitiavany. Tsy maintsy asehontsika ho hita eo amin’ny fiainantsika i Jesoa Kristy mahantra ao an- Tranonomby, i Jesoa Kristy miaritra ny fijaliany, i Jesoa Kristy manaiky ho sakafo ao amin’ny Eokaristia masina » (VD, p. 101).

« Si vous ne croyez pas à ma parole, croyez à mes œuvres, disait Notre Seigneur aux Juifs. Puissions-nous dire de même et montrer aux hommes nos œuvres pour les engager à croire et à se convertir. Voyez comme je suis pauvre, voyez comme je suis cloué sur la croix, voyez comme je me laisse manger par vous, sans rien dire, pour votre bien » (VD, p. 137).

« Raha tsy mino ny teny lazaiko ianareo, inoy ahay ny asa ataoko, hoy ny Tompontsika tamin’ny Jody. Enga anie ho afa-miteny toy izany koa isika, ka haneho ny asantsika ho hitan’ny olona, ary hitarika azy ireo hino sy hibebaka. Jereo : tahaka ny inona ny fahantrako, ny fahoriako mifantsika amin’ny hazofijaliana, ny fanekeko ho sakafo hamelona anareo ; tsy miloa-bava aho noho ny soa ho anareo » (VD, p. 137).

« Il faut que l'on voie Jésus Christ dans tout notre extérieur. Tout notre être doit révéler Jésus Christ » (VD, p. 197).

« Tsy maintsy atao hita taratra amin’ny fihetsika rehetra asehontsika ety ivelany i Jesoa Kristy. Ny tenantsika manontolo no tokony hanambara an’i Jesoa Kristy » (VD, p. 197).

« Il faut devenir un autre Jésus Christ visible » (Ms X, p. 38).

« Tsy maintsy iezahana ny ho Jesoa Kristy hafa hita maso » (Ms X, p. 38).

Page 40

Pejy faha-40

« Imiter Notre Seigneur, suivre Jésus Christ, devenir un autre Jésus Christ sur la terre, voilà le but que je me suis proposé depuis le commencement » (Lettre n°75 à Monsieur l’Abbé Dutel, Octobre 1869).

« Ny hanahaka ny Tompontsika, ny hanara-dia an’i Jesoa Kristy, ny ho Jesoa Kristy hafa ety an-tany, izany no tanjona nokendreko hatrany am-piandohana » (Taratasy faha-75 ho an’i Mompera Dutel, 1869).

La Crèche, le Calvaire, le Tabernacle

Ny Tranonomby, ny Kalvery, ny Tabernakila

La transformation en Jésus Christ, but de l'itinéraire du disciple, ne se réalise pas en une fois ; il faut passer par des étapes pour arriver à l'union totale avec le Maître. La contemplation de Jésus dans ses mystères fait dire au Père Chevrier que ces étapes sont la Crèche, la Croix et l'Eucharistie. Il écrit, en Janvier 1866, à un ami qui avait le désir de le rejoindre au Prado pour partager sa vie :

Ny fiovan’ny tena, hanahaka an’i Jesoa Kristy, tanjona hitodian’ny ezaka ataon’ny Mpianatra, dia tsy vita indray maka : tsy maintsy mandalo amin’ny dingana maromaro vao tonga amin’ny fiombonana tanteraka amin’ny Mpampianatra. Ny fibanjinany ny misterin’i Jesoa no nahatonga an’i Mompera Chevrier hilaza fa ireo dingana ireo dia ny Tranonomby, ny Hazofijaliana ary ny Eokaristia. Izao no nosoratany tamin’ilay namany naniry hiara-miaina aminy ao amin’ny Prado, tamin’ny volana janoary 1866 :

« Le sujet de mes réflexions continuelles est celui-ci le prêtre est un autre Christ. Nous devons reproduire dans toute notre vie celle de Jésus Christ, notre modèle : être pauvre comme lui dans la crèche, être crucifié comme lui sur la croix pour le salut des pécheurs, et être mangé comme lui dans le sacrement de l'Eucharistie. Le prêtre est, comme Jésus Christ, un homme dépouillé, un homme crucifié, un homme mangé ; mais pour être mangé par les fidèles, il faut être un bon pain bien cuit par la mort à soi-même, bien cuit dans la pauvreté, dans la souffrance et dans la mort, comme le Sauveur notre modèle, et alors tout en nous sert de nourriture aux fidèles : nos paroles, nos exemples ; et nous nous consumons comme une mère se consume pour nourrir ses petits enfants » (Lettre n°56 à Monsieur l'Abbé Gourdon, 22 janvier 1866).

« Misy fotokevitra dinihiko tsy tapaka, dia ity : Kristy hafa ny pretra. Tsy maintsy miezaka isika haneho eo amin’ny fiainantsika manontolo ny fiainan’i Jesoa Kristy, môdelintsika : mahantra sahala aminy tao an-Tranonomby, mifantsika eo amin’ny hazofijaliana sahala aminy ho famonjena ny mpanota, manolo-tena ho sakafo sahala aminy ao amin’ny sakramentan’ny Eokaristia. Sahala amin’i Jesoa Kristy, dia olona mahantra tsy miraiki-po na amin’inona na amin’inona ny pretra, olona mifantsika amin’ny hazo fijaliana, olona manolo-tena ho sakafon’ny mpino kristianina. Mba hahafahan’ny mpino mihinana azy anefa, dia tsy maintsy ho sakafo tsara masaka izy, amin’ny alalan’ny fahafoizan-tenany tanteraka, tsara masaky ny fahantrana sy ny fahoriana ary ny fahafatesana, sahala amin’ny Mpamonjy môdelintsika ; ka amin’izay, izay rehetra ao amintsika dia ho zary sakafo hiveloman’ny mpino tokoa : ny tenintsika, ny oha-piainana omentsika ; ary dia manaiky ho lany mondron-kery isika mova tsy ny reny lany mondron-kery mamelona ny menaky ny ainy » (Taratasy faha-56 ho an’i Mompera Gourdon).

Page 41

Pejy faha-41

Cet idéal du « prêtre selon l'Évangile », le Père Chevrier l'a peint en grands caractères sur les murs d'une maisonnette où il venait prier à l'écart et où il emmenait volontiers ses séminaristes pour les former à la vie évangélique. C'est le « tableau de Saint-Fons », du nom de la localité, voisine de Lyon, où on peut le voir encore. Ce tableau est reproduit à 1a page suivante. Tels sont les fondements de la vie spirituelle que le Père Chevrier cherchait à mettre en place dans la vie de ses futurs prêtres :

Io tarigetra hoe « pretra araka ny Evanjely » io dia nataony soratra hosodoko mivandravandra tamin’ny rindrin ny tranokely anankiray fandehanany mihataka kely rahefa mivavaka izy, ary fitondràny matetika an’reo seminarista hofaniny hiaina araka ny Evanjely. Io soratra io no antsoina hoe « Tabilaon’i Saint-Fons », fa lzany no anaran’ilay toerana, tsy lavitra an’i Lyon ; mbola hita ao izy io mandraka ankehitriny. Hahita io tabilao io any amin’ny pejy faha-44. Izao no fototra iorenan’ny fiainam-panahy noezahin’i Mompera Chevrier hampidirina tao amin’ny fiainan’ireo tanorany miofana ho pretra :

« Apprenez surtout à être bien pauvre, bien mortifié et bien charitable. La Crèche, le Calvaire, le Tabernacle, voilà où il faut aller tous les jours vous instruire pour devenir un bon prêtre, un bon catéchiste » (Lettre n°61 à Jean-Claude Jaricot, 21 mars 1866).

« Miezaha ho tena mahantra tokoa, mahaiza mamola-tena tsara, manàna fitiava-namana marina. Ny Tranonomby, ny Kalvery, ny Tabernakla : ireo no tokony hanovozanareo faha-lalana, haha pretra sy haha katesista tonga lafatra anareo ». (Taratasy faha-61 ho an’i Mompera Jaricot, 21 marsa 1866).

« La Crèche, le Calvaire, le Tabernacle, voilà nos trois stations pour arriver à la perfection de notre vocation, … voilà nos trois stations où je veux vous laisser toujours. Que les mystères de Notre Seigneur vous soient si familiers que vous puissiez en parler comme d'une chose qui vous est propre, familière, comme les gens savent parler de leur état, de leur vêtement et de leurs affaires » (Lettre n°64 à Monsieur l'Abbé Jaricot, Lyon, 20 mai 1868).

« Ny Tranonomby, ny Kalvery, ny Tabernakla : ireo no toerana telo tsy maintsy ijanonantsika, mba hahatontosantsika antsakany sy andavany ny antso niantsoan’Andriamanitra antsika… Ireo no toerana telo tiako honenanareo mandrakariva. Aoka ny misterin’ny Tompontsika tsy hanavao anareo velively, mba hahafahanareo miteny momba azy, tahaka ny hoe fanananareo, tahaka ny hoe zavatra efa mahazatra anareo ; mitovy amin’ny olona tsy sahirana miteny momba ny fiainany, momba ny fitafiany sy ny asa fivelomany » (Taratasy faha-64 ho an’i Mompera Jaricot, 20 mey 1868).

« Que vous allez être grands quand vous serez prêtres, mais qu'il faudra être petits en même temps pour être véritablement de nouveaux Jésus Christ sur la terre. Rappelez-vous bien qu'il faut que vous représentiez la Crèche, le Calvaire, le Tabernacle ; que ces trois signes doivent être comme les stigmates qu'il faudra porter continuellement sur vous : les derniers sur la terre, les serviteurs de tous, les esclaves des autres par la charité, les derniers de tous par l'humilité. Que c'est beau, mais que c'est difficile ! I1 n'y a que le Saint-Esprit qui puisse nous le faire comprendre. Puissiez-vous le recevoir avec abondance ! » (Lettre n°121 à Claude Farissier et aux autres séminaristes à la veille de leur ordination sacerdotale, 22 mai 1877).

« Ho lasa ambony ianareo rahefa tonga pretra, nefa miezaha ho madinika ihany koa, mba ho ianareo no ho Jesoa Kristy vaovao ety ambonin’ny tany. Tsarovy fa manana adidy ianareo hampiseho ny Tranonomby, ny Kalvery, ny Tabernakla ; aoka ireo famantarana telo ireo ho toy ny mariky ny loaky ny fantsika entinareo lalandava eo amin’ny tenanareo : ianareo no madinika indrindra eto an-tany, ianareo no mpanompon’ny olona rehetra, andevon’ny hafa noho ny fitiavana, ianareo no madinika indrindra noho ny fanetren-tena. Zava-tsoa loatra izany, saingy zava-tsarotra aok’izany koa ! Ny Fanahy Masina no hany afa-manampy antsika hahatakatra an’izany. Koa enga anie handray azy safononoka ianareo » (Taratasy faha-121 ho an’i Claude Farissier ary an’ireo seminarista nobeaziny hafa, ny andro mialoha ny hanamasinana azy ireo ho pretra, 22 mey 1877).

Page 42

Pejy faha-42

Parce qu'il tient au milieu des hommes la place du Christ en personne, le prêtre doit tendre vers la perfection de Celui qu'il représente. Mais c'est pour que tous les membres du peuple de Dieu, stimulés par sa parole et ses exemples, puissent rechercher, eux aussi d'une manière appropriée à leur condition, la perfection de la charité dans la communion au Christ et à ses mystères. Le Père Chevrier disait :

Koa satria i Kristy mihitsy no soloin’ny pretra tena eo anivon’ny olona, dia tsy maintsy miezaka izy ho lavorary toy Ilay soloiny tena. Rahefa entanin’ny teny ataony sy ny ohatra omeny ny tsirairay eo amin’ny vahoakan’Andriamanitra, dia ho afa-mikatsaka ny fahalavorarian’ny fitiavana ihany koa, araka izay tandrify ny toe piainany avy, amin’ny alalan’ny fiombonana amin’i Kristy sy ny misteriny. Hoy i Mompera Chevrier :

« Le prêtre, c'est tout, c'est Jésus Christ sur la terre. Il faut que je sois un autre Jésus Christ sur la terre, afin que ceux qui viendront ici puissent être aussi eux-mêmes d'autres Jésus Christ vivants. I1 n'y a que cela qui peut convertir les âmes » (Lettre n° 295 à Madame Franchet, 1865).

« Ny pretra no fanaperana, izy no Jesoa Kristy ety an-tany. Tsy maintsy miezaka aho ho Jesoa Kristy hafa ety an-tany, mba ho tonga Jesoa Kristy velona ihany koa ireo rehetra avy manatona eto. Io no hany fomba hahafahana mampibebaka ny fanahy » (Taratasy faha-295 ho an-dRamatoa Franchet, 1865).

Il ne réservait pas aux seuls prêtres l'idéal exprimé par le « tableau de Saint-Fons », mais il proposait volontiers cette voie à ceux et à celles chez qui il discernait un appel de Dieu à la vie évangélique :

Tsy natokany ho an’ny pretra irery anefa io tarigetra nosoritany teo amin’ny « Tabilaon’i Saint-Fons » io ; izay rehetra tsapany fa antsoin’Andriamanitra hiaina araka ny Evanjely, na lahy na vavy, dia natorony an’izany lalana izany avokoa :

Au commencement, déclare une de ses pénitentes, essayant de m'initier à la voie de la perfection, un jour il m'expliqua longuement qu'elle était renfermée tout entière dans ces trois phases de la vie de Notre Seigneur : la Crèche, le Calvaire, le Tabernacle. La Crèche, préparation par le dépouillement et l'esprit de pauvreté ; le Calvaire, dépouillement du cœur, renoncement à tout en ce monde ; le Tabernacle, consommation de la sainteté dans l'amour parfait. Tout le monde n'arrive pas au deuxième degré, me dit-il, et bien peu s'élèvent jusqu'au troisième » (Notes de M° Grivet).

« Tamin’ny voalohany, hoy ity vehivavy anankiray notarihiny hibebaka, raha niezaka nitantana ahy amin’ny lalan’ny fiainana lavorary izy, dia nohazavainy elabe tamiko, indray andro izay, fa hoe ireto vanim-potoana telo teo amin’ny fiainan’ny Tompontsika ireto no mirakitra azy manontolo : ny Tranonomby, ny Kalvery, ny Tabernakla. Ny Tranonomby no fiomanana : mampianatra antsika tsy hiraiki-po na amin’inona na amin’inona ary hanana toe¬pon’ny mahantra ; ny Kalvery no manapaka ny fatopatotra rehetra mandrohirohy ny fo, mampianatra antsika hamoy ny zavatra rehetra eto amin’izao tontolo izao ; ny Tabernakla no anovozana ny fahamasinana amin’ny alalan’ny fitiavana lavorary. Tsy ny olona rehetra akory no tonga eo amin’ny dingana faharoa, hoy izy tamiko ; ary vitsy dia vitsy no tafakatra eo amin’ny dingana fahatelo » (Naoty nosoratan-dRamatokely Grivet).

Page 43

Pejy faha-43

Il écrit à une autre personne, religieuse ou laïque :

Nisy olona anankiray hafa nanoratany, asa na relijiozy na lahika :

« Ne manquez jamais de faire votre méditation chaque jour, de demi-heure ; et, dans vos méditations, remerciez constamment Notre Seigneur des grandes grâces qu'il a faites aux hommes en venant sur la terre et en mourant pour eux et pour vous.

« Aza tapaka na oviana na oviana manao fandinihana masina antsasakadiny isan’andro ; ary amin’ny fandinihana masina ataonao, dia misaora mandrakariva ny Tompontsika noho ny fahasoavan-dehibe nomeny ny olombelona, tamin’ny nahatongavany tety an-tany ary nahafatesany ho azy ireo sy ho anao.

« Ne cessez pas de repasser dans la mémoire du cœur ces grands mystères de Notre Seigneur : la Crèche, le Calvaire, le Tabernacle. Dans la Crèche, vous apprendrez à vous détacher de tout et à vivre dans la pauvreté et l'oubli du monde et des choses de la terre. Sur le Calvaire, vous apprendrez à souffrir, à faire pénitence et à mourir à vous-même : souffrir et mourir avec Notre Seigneur. Dans le Tabernacle, vous apprendrez à connaître la grande charité de Notre Seigneur qui nous donne son corps, son âme, sa divinité et vous apprendrez à aimer vos frères et à vous sacrifier pour eux comme Jésus Christ.

« Aza mitsahatra mitadidy an’izany mistery lehibe izany ao am-ponao : ny Tranonomby, ny Kalvery, ny Tabernakla. Ao an-Tranonomby no hianaranao mahafoy ny zavatra rehetra ary miaina anatin’ny fahantrana sy ny fandaozana an’izao tontolo izao ary ny zavatry ny tany. Eo amin’ny Kalvery, no hianaranao mijaly, manao asa fivalozana ary maty ho an’ny tenanao : mijaly ary maty miaraka amin’ny Tompontsika. Ao amin’ny Tabernakla, no hianaranao mamantatra ilay fitiavan-dehibe nanoloran’ny Tompontsika ny vatany, ny fanahiny, ny maha Andriamanitra azy, ho antsika, ary koa hianaranao mitia ny rahalahinao sy mahafoy tena ho azy, toy ny nataon’i Jesoa Kristy.

« Cherchez donc à imiter Notre Seigneur ; si vous voulez devenir parfaite ne sortez pas de cette contemplation des vertus de votre divin Maître et, chaque jour, faites ces trois petites stations et promettez à votre Sauveur de faire quelque chose pour son amour.

« Miezaha àry manahaka an’i Jesoa Kristy ; raha te ho lavorary ianao, aza ialana izany fibanjinana ny hatsaram-panahin’ilay Andriamanitra Mpampianatra anao izany, ary isan’andro dia mijanòna eo amin’ireo toerana telo ireo, ka manomeza toky ny Mpamonjy anao, fa hanao zavatra ianao ho fanehoam-pitiavana azy.

« Croissez dans la foi et l'amour envers Notre Seigneur par la méditation de chaque jour et faites ensuite ce que Notre Seigneur vous inspirera de pauvreté, de pénitence et de charité. »

« Mitomboa ao amin’ny finoana sy ny fitiavana ny Tompontsika, amin’ny alalan’ny fandinihana masina ataonao isan’andro ; ary rahefa avy eo, ataovy izay atoron’ny Tompontsika anao momba ny fahantrana, ny fivalozana ary ny fitiava-namana »

Page 44

Pejy faha-44

Tableau de Saint Fons (texte)

Tabilaon’i Saint-Fons

(…)

(…)

Page 45

Pejy faha-45

V.
Les pauvres

V
Ny mahantra

C'est au milieu d'un peuple de pauvres et pour le service de ce peuple que le Père Chevrier a entendu l'appel à se convertir à Jésus et à son Évangile.

Teo anivona vahoaka mahantra ary hitondra fanampiana ho an’io vahoaka io no nandrenesan’i Mompera Chevrier ny antso mitaona azy hibebaka, ka hanompo aii’i Jesoa sy ny Evanjeliny.

Les yeux ouverts
sur la misère du temps

Ny maso misokatra hahita
izao fahoriana ankehitriny izao

Vicaire à la paroisse Saint-André, il est frappé par le « spectacle de plus en plus effrayant de la misère humaine qui croît. On dirait, à mesure que les grands de la terre s'enrichissent, à mesure que les richesses s'enferment dans quelques mains avides qui les recherchent, que la pauvreté croît, le travail diminue, les salaires ne sont pas payés. On voit de pauvres ouvriers travailler depuis l'aube du jour jusqu'à la profonde nuit et gagner à peine leur pain et celui de leurs enfants. Cependant, le travail n'est-il pas le moyen d'acheter du pain ? » (Sermons, Ms IV, p. 665).

Fony izy vikera tao amin’ny paroasy Saint-André no tohina mafy « nahita fa mampihoron-koditra ny fitombon’ny fahantrana mianjady amin’ny olona. Sahala amin’ny hoe : arakaraka ny mampanan-karena ireo ngeza amin’izao tany izao, ary arakaraka ny hiangonan’ny harena eo an-tanan’ireo vitsivitsy manao azy am-pihi-mamba, no vao mainka koa mampitombo ny fahantrana, mampihena ny asa misy, ary mahatonga ny karama tsy ho voaloa. Hita fa misy mpiasa fadiranovana mifofotra miasa hatramin’ny vao mangiran-dratsy ary tsy mijanona raha tsy efa miloaka alina, kanjo dia zara raha mahazo kely hividianana sakafo ho azy sy ny ankohonany. Nefa, tsy ny miasa ve no fomba tokony hahafahana mividy sakafo hohanina ? » (Toriteny, Ms IV, p. 665).

Dans une prédication de 1852 consacrée à l'éducation chrétienne, il constate avec douleur :

Tao amin’ny toriteny momba ny fanabeazana, nataony tamin’ny taona 1852, dia izao no nolazainy tamin’alahelo :

Page 46

Pejy faha-46

« A voir les enfants de nos jours, le soin que l'on met à les rendre aptes à exercer tel art, tel métier, et l'oubli dans lequel on est pour tout ce qui regarde leur salut ou leur moralité, on dirait qu'ils n'ont d'autre destinée que celle des machines autour desquelles ils se meuvent, ou bien encore, comme l'a dit quelqu'un, ce sont des machines à travail faites pour enrichir leurs maîtres… » (Sermons, Ms III, p. 12).

« Raha tombanana ny ankizintsika ankehitriny, sy ny fisahiranan’ny olona manao izay hahaizan’izy ireo asa fivelomana, toy izao na toy izatsy, ary ny tsy firaharahaina velively an’izay rehetra mikasika ny famonjena azy ireo, na ny mikasika ny fiainam-panahiny, dia mova tsy hoe natao mitovy torosy amin’ireo milina eo anivony ireo ny tanjom-piainany ; na tahaka ny voalazan’ilay olona anankiray izay manao hoe : zary milina enti-miasa izy ireo, ary natao hampanan-karena ny tompony… » (Toriteny, Ms III, p. 12).

La détresse des enfants pauvres

Ny fahoriana mianjady amin’ny ankizy mahantra

La misère des enfants du peuple, abandonnés à eux-mêmes, bouleverse le cœur d'Antoine Chevrier. Toute sa vie, il sera particulièrement attentif à leur détresse. Il écrit dans une lettre de juin 1859 à Camille Rambaud (lettre n° 23) :

Nanohina ny fon’i Antoine Chevrier ny fahitana ny fahantrana mianjady amin’ny zana-bahoaka, tsy mba manam-piahy. Nifantoka manokana tamin’ny fahorian’izy ireo ny fo amam-panahiny, nandritra ny fiainany manontolo. Izao no nosoratany ho an’i Camille Rambaud, taratasy faha-23 tamin’ny volana jona 1859 :

« Ces pauvres enfants, quand ils viennent tout déguenillés, tout mauvais, comme ils sont malheureusement, ne sont pas trop beaux à voir. Aussi, M. A… ne pouvait-il les sentir et quand, à son départ, il m'a donné quelques bouteilles de vin pour me remettre et me donner des forces, il m'a dit : "Faites attention de n'en pas donner à votre clique." Pauvres gens, ils sont bien à plaindre de parler ainsi, mais néanmoins c'est là leur esprit, ils n'y voient pas plus loin, que voulez-vous ! Et cet esprit, c'est l'esprit du grand nombre. Aussi les enfants sont rebutés, mal vus et méprisés ; comment voulez-vous qu'ils viennent au milieu d'un monde qui les méprise et les repousse ? »

« Ireo zaza fadiranovana ireo, rahefa avy manatona anao, mitafy voronkitsay mahatsiravina, dia indrisy maharikoriko tsy maha te-hijery. Hany ka tsy zakan’ingahy A… hanatona azy akory ; nony handeha izy, dia nomeny tavoahangina divay vitsivitsy aho hankahery ahy sy hamerina ny aiko, hono, sady nampiany hoe : "Tandremo sao zarainao amin’ireo forongonao ireo indray !" Mampalahelo ny olona miteny toy izany ; nefa moa izany no toe-tsainy, tsy afa-mihoatra an’izany izy, ka hatao ahoana ! Ary io toe-tsaina io no toe¬-tsain’ny maro an’isa. Hany ka atosi-bohon-tanana ny ankizy, haratsiana ary tsy omena hasina ; hataony ahoana àry no fiaina miaraka amin’ny olona manambany sy manilika azy ? »

Une bienfaitrice du Prado rappelle ce souvenir au moment du procès de béatification :

Nisy vehivavy mpanao soa ny Prado nitantara an’ity zavatra ity, tamin’ny fanadihadiana natao momba ny hananganana an’i Mompera Chevrier ho Olontsambatra :

« Un matin après avoir entendu sa messe, je suis allée lui parler ; il faisait un froid excessif, nous traversions un hiver rigoureux ; il s'est approché de moi, en disant :

« Indray maraina, rahefa avy namonjy ny lamesa nataony aho, dia nandeha niresaka taminy ; namirifiry ny hatsiaka tamin’izay, fa aty ririnina indrindra ; dia nanatona ahy izy, nilaza hoe :

Page 47

Pejy faha-47

"II y a beaucoup d'enfants qui souffrent en ce moment. Il faut les accueillir, ces pauvres petits naufragés de la fortune qui, si jeunes, sont battus par le malheur. Je viens d'en trouver un, très intelligent, qui pleurait. Je suis allé lui demander ce qu'il avait. Il m'a répondu : Je suis bien malheureux. ‑ Mais mon pauvre ami, où couches-tu ? ‑ Je couche dans un tonneau. ‑Tu couches dans un tonneau ? et pour manger, comment fais-tu ? Il me montre trois habitations. – Voyez : dans cette maison, le matin, on me donne un peu ; et dans ce magasin où la porte est fermée, il y a des enfants ; quand ils dînent je vais les regarder manger au travers des vitres ; dès qu'ils me voient, ils m'apportent de leur dîner et avec la permission de leur maman, ils me font entrer pour me chauffer ; le soir, à côté de leur maison, il y a une dame qui me donne un peu de soupe et je vais me coucher dans ce tonneau que je vous ai montré. Pauvre petit, mais tu as bien froid ? – Oh ! oui, je me roule, je me roule, lorsque j'ai froid d'un côté, je me roule de l'autre. ‑ Eh bien ! viens avec moi, je n'ai pas de lit à te donner, ils sont tous pris. Je vais acheter de la paille, on la mettra par terre avec des couvertures, tu seras mieux que dans ce tonneau. Dès que j'aurai un lit, je te le donnerai. "Puis il continua : "Ces pauvres enfants, je les cherche partout, la nuit, le jour, dans les chemins, dans les rues, dans les allées et même dans les épluchures. Ah ! je trouve souvent de bien bonnes choses dans les épluchures. Je suis convaincu qu'il y en a quelques-uns dans le nombre qui feront de bons prêtres" » (Témoignage de Marie de Foulquier, P 3, p. 183).

"Misy ankizy marobe mijaly amin’izao fotoana izao. Tokony hangonina ireny zaza madinika niangaran’ny vintana ireny : Mbola kely tahaka ireny dia efa ianjadiam-pahoriana sahady. Misy anankiray marani-tsaina izay any, hitako nitomany. Natoniko nanontaniako izay manjò azy. Dia hoy ny navaliny : Mijaly be aho. – Fa ise, aiza no matory ? – Misy barìka izay – fatoriako. – Ao anaty barìka ve ise no matory ? Ary rahefa hisakafo dia ahoana ? Dia nisy trano anankitelo natorony ahy. – Hitanao : amin’ny maraina, misy manome sakafo kely ahy, ao amin’ity trano ity ; ary amin’itsy magazay mikatona itsy, misy ankizy ao ; avy eo amin’ny fitaratra aho no mijery azy ireo mihinana, rahefa misakafo ry zareo ; ka nony hitany aho, dia mba itondrany, ary asainy miditra mamindro, rahefa avelan’ny mamany ; ny hariva, misy ramatoa izay, eo akaikin’ny tranon-dry zareo, manome lasopy ahy ; avy eo aho lasa matory ao anatin’ilay barìka natoroko anao. – Mampalahelo ise : tsy ngolin’ny hatsiaka ve ? – Mangatsiaka tokoa ! Fa mitakoko aho ; mitakoko : rahefa mangatsiaka ny ilany dia mitakoko amin’ny ilany indray. – Izao àry ! Andeha ise hiaraka amiko ; tsy manana fandriana homena an’ise aho fa efa feno olona daholo ny fandriana. Hividy mololo aho, hapetratsika amin’ny tany, hasiana bodofotsy ; hahazo aina kokoa ise noho ny ao anatin’io barìka io. Raha vao mahazo fandriana aho dia homeko ise." Dia notohizany hoe : "Tadiaviko hatraiza hatraiza ireny ankizy ireny, na andro na alina, eny amin’ny sakeli-dàlana, eny amin’ny arabe, eny anelakela-trano, ary eny amin’ny fanariam-pako aza. Endrey ! Ahitako zavatra tsara eny amin’ny fanariam-pako eny ! Matoky aho fa misy vitsivitsy amin’izy ireny mety ho pretra tonga lafatra" » (Fanambaràna notaterin’i Marie Foulquier, P 3, p. 183).

Dans son premier règlement de décembre 1857, un an après sa conversion, le Père Chevrier écrit :

Ao amin’ilay fitsipika voalohany narafiny tamin’ny volana desambra 1857, herintaona taorinan’ny nibebahany, dia izao no nosoratan’i Mompera Chevrier :

Page 48

Pejy faha-48

« En voyant l'enfant le plus dégoûtant, je puis dire Jésus s'est sacrifié, est mort pour lui, et moi, que ne devrais-je pas faire ? Jésus veut se donner à lui en nourriture, et moi, que ne dois-je pas lui donner ? »

« Rahefa mahita ankizy faran’izay maharikoriko aho, dia izao no ataoko : nahafoy ny ainy i Jesoa, maty ho azy io sy ho ahy, koa inona indray no tsy tokony hataoko ? i Jesoa aza manolo-tena ho sakafony, ka izaho : inona no tsy tokony homeko azy ? ».

Il fonde en 1860 l'œuvre du Prado pour « préparer à la première communion les enfants pauvres et âgés qui ne peuvent la faire dans les paroisses. Ce sont des enfants qui pour la plupart travaillent depuis l'âge de huit à neuf ans et que les parents n'ont envoyés ni aux écoles ni aux catéchismes, et quand l'âge est passé, ils n'osent plus aller aux catéchismes ordinaires » (Ms X, p. 256).

Nanorina ny Prado izy tamin’ny taona 1860 mba « hanomanana amin’ny komonio voalohany an’ireo ankizy mahantra sady efa be taona, tsy mba afa-manao izany any amin’ny paroasy intsony. Ny ankamaroan’izy ireny dia zaza efa niasa fony vao valo na sivy taona, ary tsy mba nalefan’ny ray aman-dreniny nianatra an-tsekoly na nianatra katesizy ; ary avy eo rahefa be taona dia tsy sahy miara-mianatra katesizy amin’ny ankizy intsony » (Ms X, p. 256).

« On ne trouve pas à redire qu'un enfant de bonne famille ou même de simples ouvriers passe trois ans, quatre ans, dix ans à l'école ou dans des pensionnats sans rien faire, seulement pour son instruction ou son éducation, et on trouvera à redire, à nous, de garder pendant cinq mois des enfants pauvres pour les former à la vie chrétienne, leur apprendre leurs devoirs, sans les faire travailler ! » (VD, p. 305).

« Tsy misy mahita ho kianina rahefa hoe ankizy zanaky ny manan-katao, na zanaky ny mpiasa, no tsy manao afa-tsy ny mianatra sy mandray fanabeazana mandritra ny telo, efatra, folo taona aza, any an-tsekoly na any amin’ny kilasimandry ; izahay kosa kianina raha mitàna ankizy mahantra mandritra ny dimy volana, tsy mamela azy ireo hiasa, fa manabe azy hiaina araka ny fiainana kristianina, ary mampianatra azy ireo handray andraikitra ! » (VD, p. 305).

« Pour entrer ici, disait-il, il faut trois conditions : ne rien avoir, ne rien savoir, ne rien valoir » (P 2, p. 31).

« Mba hahafahana miditra eto, hoy izy, dia misy fepetra telo takiana : tsy manana na inona na inona, tsy mahay na inona na inona, tsisy vidiny eo imason’ny olona » (P 2, p. 31).

Aimer les pauvres

Mitia ny mahantra

La vie quotidienne au milieu de tous ces adolescents qu'il fallait d'abord « apprivoiser » était éprouvante pour ceux et celles qui s'occupaient d'eux. Le Père Chevrier écrit à leur intention

Tsy mora ho an’ireo mpikarakara ny miara-miaina isan’andro tamin’ireo sakan-jaza ireo, izay tsy maintsy "notambatambazina ho tamàna" aloha voalohany indrindra. Manoratra ho azy ireo i Mompera Chevrier :

« On doit traiter les enfants avec douceur et charité et ne jamais les frapper pour quelque raison que ce soit. S'ils ont des défauts, il faut les reprendre avec patience et prier pour eux. Ils viennent pour se convertir; ils ne peuvent être sages en un jour; il faut aller doucement, attendre avec patience, et compter beaucoup plus sur la grâce de Dieu que sur nous-mêmes.

« Tsy maintsy entina amin-kalemem-panahy sy amim-pitiavana ny ankizy, ary na inona na inona antony dia tsy fanao na oviana na oviana ny mikapoka azy. Raha manao hadalana izy dia tokony hahitsy am-paharetana ombam-pivavahana. Hibebaka no hahatongavany eo ; tsy mety ho hendry ao anatin’ny iray andro izy ; tsy azo atao ny mirotoroto, mahaiza miandry am-paharetana ; ary ny fahasoavan’Andriamanitra no tokony hianteherana kokoa noho ny tenantsika.

Page 49

Pejy faha-49

On obtient plus par la douceur que par tout autre moyen. Il faut les aimer comme des enfants qu'il s'agit de ramener au bon Dieu. Tout est renfermé dans ces mots : Nous devons être pour eux des pères et des mères, avoir pour eux le cœur d'un père et d'une mère. Nous sommes auprès d'eux les représentants de Jésus Christ et combien sont rares ceux qui le comprennent et savent s'y conformer dans la pratique. On trouve, parmi ceux qui dirigent les enfants, des mercenaires, des maîtres, des maîtresses, des chefs, des commandants ; mais des pères, des mères, des pasteurs, des hommes qui savent attendre, prier et souffrir, très peu, presque point… Nous leur servons de père et de mère. Un père, une mère font tout par amour et c'est ce qui adoucit leur tâche si laborieuse. Ils ont soin de leurs enfants, ils veillent sur eux, ils pensent à eux, avant de penser à eux-mêmes, ils se font leurs serviteurs, ils s'occupent de tous leurs besoins, de leur nourriture, de leur logement, de leur vêtement. Leur cœur les remplit de précautions et de prévoyance. Demandons à Dieu des cœurs de pères et de mères pour conduire et aimer nos enfants » (Règlement des premiers frères et des premières sœurs du Prado).

Ahazoan-javatra be lavitra ny halemem-panahy noho ny fomba hafa. Aoka izy ireo ho tiavina toy ny ankizy asaina entintsika mitodi-doha amin’Andriamanitra. Voafintina amin’izao teny izao ny zavatra rehetra : aoka isika ho toy ny ray aman-dreny ho azy ireo, hanana fon-dray sy fon-dreny afa-mitia azy ireo. Isika no misolo tena an’i Jesoa Kristy eo anilan’izy ireo ; tahaka ny inona anefa ny havitsian’ny olona mahatakatra an’izany ary afa- mampifanaraka ny fiainany amin’izany ! Ny olona fahita mikarakara ny ankizy dia mpikarama, mpampianatra lahy na vavy, olona miseho ho filoha, ho mpibaiko ; fa ny hoe ray, reny, mpitantana, olona manam-paharetana, olona mivavaka, miaritra fijaliana, dia vitsy dia vitsy, na saika tsy misy mihitsy aza… Isika no misolo ny ray sy reniny. Ny zavatra rehetra dia ataon’ny ray aman-dreny am-pitiavana, izany no manamaivana ny andraikitra sarotra iantsorohany. Mitsimbina ny zanany izy, miahy azy ireo ; ny zanany aloha no eritreretiny vao ny tenany ; mirotsaka manompo azy ireo izy, mikarakara izay rehetra ilainy, ny sakafo ho haniny, ny trano honenany, ny akanjo hotafiany. Entanim-pitiavana izy ka mitandrina ary malina fatratra. Aoka isika hangataka amin’Andriamanitra, mba homeny fon-dray sy fon-dreny, hahafahantsika mitarika sy mitia an’ireo ankizintsika ireo, » (Fitsipika voalohany ho an’ireo, frera sy maseran’ny Prado).

On peut lire dans le premier règlement des prêtres du Prado :

Izao no hita ao amin’ny fitsipika voalohany ho an’ireo pretran’ny Prado :

« Notre Seigneur manifeste sa charité par une grande compassion envers les pauvres, les malheureux, les malades, les pécheurs. Il les appelle tous à lui en disant : « Venez à moi vous tous qui êtes affligés et je vous soulagerai » (Mt 11, 28). Il ne rejette personne, il accepte tout le monde avec tendresse et charité : les enfants, les pauvres, les malades, les pécheurs.

« Ny nanehoan’ny Tompontsika ny fitiavany dia izy nangoraka lalina ny mahantra, ny ory, ny marary ary ny mpanota. Nantsoiny hanatona azy avokoa ireo, nataony hoe "Mankanesa aty amiko ianareo rehetra ianjadiam-pahoriana, fa hanamaivana anareo aho" (Mt 11, 28). Tsy manosi-bohon-tanana olona izy na iza na iza, fa raisiny amin-kalemem-panahy sy amim-pitiavana ny olona rehetra : ny ankizy, ny mahantra, ny marary, ny mpanota.

Page 50

Pejy faha-50

Il donne à manger à ceux qui ont faim. Il pardonne à tout le monde, même sur la croix. Il meurt en donnant sa vie pour ses brebis et il se donne en nourriture en disant : « Prenez et mangez » (Mt 26, 26). Tels sont les exemples de charité que nous donne Notre Seigneur.

Omeny hanina ireo mitofezaky ny hanoanana. Avelany ny heloky ny olona rehetra, na dia Izy efa teo ambony hazofijaliana aza. Maty nahafoy ny ainy ho an’ny ondriny Izy, ary atolony ho sakafo ny tenany, fa hoy izy : "Raiso ary hano" (Mt 26, 26). Izany no oha-pitiavana nomen’ny Tompo antsika.

« Nous demanderons à Dieu de faire naître en nous une grande compassion pour les pauvres et les pécheurs, qui est le fondement de la charité. Sans cette compassion spirituelle, nous ne ferons rien.

« Angatahintsika Andriamanitra hanome antsika fo mahay mangoraka lalina ny mahantra sy ny mpanota, fa izany no fototra iorenan’ny fitiavana. Raha tsy misy io fangorahana ara-panahy io, dia tsy misy na inona na inona ho vitantsika tsy akory.

« Nous exciterons en nous cette divine charité, afin que nous puissions aller au-devant de la misère du prochain et dire comme Jésus Christ : « Venez à moi et je vous soulagerai. »

« Entanintsika hiredareda ao anatintsika ao io fitiavana avy amin’Andriamanitra io, mba hanosika antsika hanatona an’ireo havana ianjadian’ny fahantrana sy hilaza amin’izy ireo toa an’i Jesoa Kristy, manao hoe : "Mankanesa aty amiko, fa hanamaivana anareo aho".

« Nous imiterons Notre Seigneur dans sa bonté pour les enfants, les appelant à lui et leur donnant des témoignages tout particuliers de tendresse et d'affection. Nous leur servirons de père et de mère, nous occupant d'eux avec une sincère affection pour gagner leurs âmes à Dieu.

« Halaintsika tahaka ny hatsaram-po nasehon’ny Tompo tamin’ny ankizy, fa nantsoiny hanatona azy izy ireny, nanehoany halemem-panahy sy fitiavana manokana. Hiezaka isika ho solon-dray, ho solon-dreny ho azy ireo, ho karakaraintsika am-pitiavana sy amin-kitsim-po izy, mba hahazoantsika mitantana ny fanahiny ho an’Andriamanitra.

« Nous recevrons, quand l'occasion se présentera, les parents de nos enfants à notre table ainsi que les pauvres, nous faisant un bonheur de les servir et de leur montrer notre affection pour eux.

« Misy fotoana hanasantsika hisakafo ny ray aman-drenin’ireny ankizy ireny ary koa hanasantsika ny mahantra ; ka ho hafaliana ho antsika ny mandroso sakafo ho azy ary ny maneho fitiavana azy.

« Nous nous rappellerons bien cette parole du Maître : « J'aime mieux la miséricorde que le sacrifice » (Mt 9, 13), et qu'il faut gagner les cœurs par l'amour et non par la rigidité et la sévérité.

« Ho raiketintsika ao am-po ity tenin’ny Mpampianatra ity manao hoe : "Ny famindram-pò no sitrako fa tsy ny sorona" (Mt 9, 13) ; hataontsika ao an-tsaina koa fa ny fitiavana no mambabo ny fo fa tsy ny firidiridiana sy ny hasiahana.

« Nous ferons la charité à tous ceux qui nous la demanderont, quand ce ne serait qu'une image ou une bonne parole, nous rappelant cette parole de saint Pierre : « Je n'ai ni or ni argent, mais ce que j'ai, je te le donne » (Ac 3, 6). Nous ne refuserons jamais de rendre service à qui que ce soit, avec joie et bonheur, nous regardant par charité comme les serviteurs de tout le monde.

« Hanome fiantrana an’izay rehetra mangataka amintsika isika, na dia hatao aza hoe sary, na teny soa no hany azontsika omena, araka ny voalazan’i Masindahy Piera hoe : "Tsy mba manana aho na volamena, na volafotsy ; fa izay ananako kosa dia omeko anao" (Asa 3, 6). Na oviana na oviana isika tsy hanosi-bohon-tanana an’izay mila vonjy amintsika, na iza izy na iza ; an-kafaliana sy an-karavoana no anaovantsika izany, fa entanin’ny fitiavana isika ka manolo-tena hanompo ny olona rehetra.

Page 51

Pejy faha-51

« Nous prendrons pour devise de charité cette parole de Notre Seigneur : « Prenez et mangez », nous regardant comme un pain spirituel qui doit nourrir tout le monde, par la parole, l'exemple et le dévouement. »

« Ho antsika ny tarigetran’ny fitiavana dia ny tenin’ny Tompo manao hoe : "Raiso ary hano" ; ka ny tenantsika no sakafo ara-panahy atolotsika ny olon-drehetra, amin’ny alalan’ny teny ataontsika, ny ohatra omentsika ary ny fahafoizan-tenantsika ».

Choisir la compagnie des pauvres

Mifdy ny hiara-dia amin’ny mahantra

En étudiant l'Évangile, le Père Chevrier remarque que Jésus « fait des pauvres et des pécheurs sa compagnie de prédilection » (VD, p. 395). Par amour de Jésus qu'il veut imiter dans sa charité et par amour des pauvres, il se sent appelé à faire le même choix que son Maître et il désire que les membres de sa famille spirituelle s'engagent eux aussi dans ce même chemin :

Rahefa nandinika ny Evanjely i Mompera Chevrier dia tsinjony fa « ny miaraka amin’ny mahantra sy ny mpanota no ankasitrahan’i Jesoa indrindra » (VD, p. 395). Ka ho fanehoam-pitiavana an’i Jesoa izay tiany hotahafina ara pitiavana, ary ho fanehoam-pitiavana ny mahantra dia mahatsiaro izy fa voaantso hiandany amin’ny safidy nataon’ilay Mpampianatra azy ; iriny koa ireo ankohonany ara-panahy hizotra amin’izany lalana izany :

« Nous choisirons, comme Notre Seigneur, ce qu'il y a de plus humble et de plus pauvre sur la terre.

« Toy izay nataon’ny Tompontsika, dia misafidy hiandany amin’ireo madinika sy mahantra indrindra eto an-tany isika.

« Nous demanderons à Notre Seigneur cette humilité de cœur afin de ne pas le faire par contrainte, mais par attrait et par amour.

« Angatahintsika ny Tompo hanome antsika an’izany fanetren-tena ao am-po izany, mba tsy ho an-tery no hanaovantsika izany fa an-tsitra-po ary am-pitiavana.

« Nous choisirons de préférence la compagnie des pauvres et des pécheurs » (VD, p. 402).

« Aleontsika kokoa misafidy hiara-dia amin’ny mahantra sy ny mpanota » (VD, p. 402).

« II faut consentir à passer sa vie avec les pauvres, à ne s'occuper que des pauvres. Pour faire du bien à ces enfants; il faut être avec eux, vivre de leur vie… » (Règlement du Prado).

« Aoka ho ekena ny handany ny androm-piainana miaraka amin’ny mahantra, tsy hikarakara afa-tsy ny mahantra. Tsy ho afa-manasoa an’ireo ankizy ireo raha tsy miaraka aminy, miaina ny zavatra iainany… » (Fitsipiky ny Prado).

A ses séminaristes, alors présents à Rome, il écrit ces quelques mots pour leur dire comment il voit confirmée par le pape lui-même, la vocation qui doit demeurer la leur jusqu'au bout :

Izao no nosoratany ho an’ireo seminarista, tany Roma tamin’izay fotoana izay, hilazany amin’izy ireo ny hoe ny Papa mihitsy no manamafy ny antson’Andriamanitra miantefa amin’izy ireo, izay tokony hifikirany hatramin’ny farany :

Page 52

Pejy faha-52

« Je suis bien heureux d'apprendre que vous avez eu le bonheur de voir notre Saint-Père le pape Pie IX, et qu'il vous a bénis, et qu'il a béni en vous les pauvres, les pauvres que vous devez évangéliser, instruire, et que nous avons tous été bénis par lui en vous. « Benedictio pauperibus » Comme la parole du Vicaire de Jésus Christ s'accorde bien avec celle du Maître : « Bienheureux les pauvres. » Oui, soyons toujours les pauvres du bon Dieu, restons toujours pauvres, travaillons sur les pauvres. Que la pauvreté et la simplicité soient toujours le caractère distinctif de notre vie, et nous aurons la bénédiction de Dieu et de notre Père. Comme il fait bon travailler sur les pauvres, les petits ; ne travaillez pas à grandir et à vous élever, mais travaillez à vous faire petits et à vous rapetisser tellement que vous soyez à l'égal des pauvres, pour être avec eux, vivre avec eux, mourir avec eux : et ne craignons pas les reproches que les Juifs adressaient à Notre Seigneur : « Votre Maître est toujours avec les pauvres, les publicains et les gens de mauvaise vie. » C'est un reproche qui doit nous honorer au lieu de nous abaisser. Notre Seigneur est venu chercher les pauvres. « Il m'a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres. » Apprenez donc à bien aimer les pauvres et que cette bénédiction de Pie IX, notre chef visible et vrai représentant de Jésus Christ, vous soit de bon augure et vous fasse aimer les pauvres et rester toujours dans la sainte pauvreté » (Lettre n°114 à Jean Broche, séminariste, novembre 1876).

« Faly aho mandre fa nahita ny Papa Ray Masina Pie IX ianareo, ary koa hoe nitso-drano anareo izy, sady notsofiny rano tao aminareo ny mahantra, dia ireo mahantra tsy maintsy hitorianareo ny Evanjely sy hampianarinareo ; fa notsofiny rano tao aminareo koa isika rehetra. "Benedictio pauperibus" (tso-drano ho an’ny mahantra). Endrey fa mifanaraka tsara amin’ny tenin’ny Mpampianatra ny tenin’ny Solontenan’i Jesoa Kristy : "Sambatra ny mahantra". Eny, aoka isika ho mahantran’ny Tompo Andriamanitra mandrakariva ; aoka isika ho mahantra mandrakariva ; ary aoka ho eo amin’ny mahantra no hiasantsika. Aoka ny fahantrana sy ny fahatsoram-piainana no ho toetra hampiavaka ny fiainantsika, dia hahazo ny tsodranon’Andriamanitra Raintsika isika. Mahafinaritra aoka izany ny miasa ho an’ny mahantra sy ny madinika ; aza milofo manao izay hahalehibe sy hampisondrotra anareo, fa milofosa manao izay hahamadinika anareo, manao izay hahabitika anareo, ka hitovizanareo torosy amin’ny mahantra, ary hahafahanareo miaraka amin’izy ireo, miara-miaina amin’izy ireo, miara-maty amin’izy ireo. Aoka isika tsy hatahotra ny fanakianana nataon’ny Jody tamin’ny Tompontsika manao hoe : "Hitanay miaraka mandrakariva amin’ny mpanota sy amin’ny poblikana ary amin’ny olona ratsy fitondran-tena ny Mpampianatra anareo".Tsy tokony hanetry antsika izany fanakianana izany, fa vao mainka aza mampirehareha antsika. Ny hitady ny mahantra no nahatongavan’ny Tompontsika. "Nirahiny aho hitory vaovao mahafaly ho an’ny mahantra". Koa mianàra àry mitia ny mahantra, ary enga anie ny tso-drano nomen’ny Papa Pie IX anareo, izay filohantsika hita maso ary tena solontenan’i Jesoa Kristy, mba hanambina anareo, ka hitarika anareo hitia ny mahantra, ary hitoeranareo mandrakariva ao anatin’ny fahantrana masina » (Taratasy faha-114, 1876).

Servir les pauvres

Manompo ny mahantra

Le Père Chevrier avait une haute idée de ce que doit être le service des pauvres, parce qu'il voyait en eux Notre Seigneur lui-même :

Noraisin’i Mompera Chevrier ho zava-dehibe tokoa ny hoe fanompoana ny mahantra, satria ny Tompontsika mihitsy no tsinjony ao amin’izy ireny :

« Aimer et servir les pauvres, c'est un honneur qui nous élève » (P2, p. 31).

« Ny mitia sy manompo ny mahantra, dia voninahitra manandratra antsika » (P 2, p. 31).

Page 53

Pejy faha-53

« Quand bien même vous seriez en soutane, disait-il à ses séminaristes, ne craignez pas, pour rendre service, d'aider les ouvriers, de leur donner un coup de main, de pousser au besoin à la roue d'une charrette, même dans la rue. Ne croyez pas, en faisant cela, manquer à la dignité » (P4, p. 81).

« Na dia efa mitondra ny akanjo rebareba aza ianareo, hoy izy tamin’ireo seminarista nobeaziny, aza matahotra ny hanampy olona, manampy ny mpiasa, manome tànana azy ireo, ary raha ilaina dia sahia manampy ny mpandroaka sarety, na dia eny an-dalam-be aza. Aza heverina fa hoe manetry ny hajanareo ny fanaovana an’izany » (P 4, p. 81).

Et à une sœur :

Ary tamin’ny masera iray :

« Aimez bien les pauvres, allez les voir, mangez avec eux et ne craignez pas de vous abaisser; au contraire, on s'élève. Puis, nous ne valons pas mieux que ces gens-là » (P2, p. 50).

« Tiavo tsara ny mahantra, mandehàna vangio izy, miaraha-mihinana aminy ary aza matahotra ny hietry tena ; fa izany aza no vao mainka manandratra. Sady isika koa tsy hoe ambony noho ireo olona ireo tsy akory » (P 2, p. 50).

A ceux-là mêmes dont la vocation ne les appelle pas à vivre en permanence avec les pauvres, il savait rappeler au besoin que le contact avec eux peut leur être profitable, comme le montre cette lettre écrite à une femme de la bourgeoisie lyonnaise qui l'avait choisi comme directeur spirituel :

Ary na dia ireo olona tsy nahazo antso manokana hiara-miaina mandavan-taona amin’ny mahantra aza, dia hainy, rahefa nilaina izany, ny nampahatsiaro azy ireo fa mety hahasoa azy ny fifampikasohana amin’ny mahantra. Izany indrindra no hita amin’ity taratasy ity, nosoratany ho ana-vehivavy iray isan’ny avo saranga tao Lyon, ary nifidy azy ho mpitantana ara-panahy :

« Je pensais vous faire un grand honneur en vous invitant à venir peigner mes petits pauvres. Notre Seigneur a dit que quand on servait un pauvre on le servait lui-même. Vous avez donc refusé à Notre Seigneur ce petit service qu'il vous demandait et vous vous êtes privée d'une grande grâce. Je l'ai fait à votre place et j'ai été très heureux de remplir ce petit acte de charité et désormais je ne céderai pas ma place à un autre, car le bon Maître sait bien payer généreusement les petits services qu'on lui rend. Seulement, pour participer à cette bonne œuvre je vous prierai bien de vouloir m'apporter un peigne un peu meilleur que le mien, la prochaine fois que vous viendrez. Je demande à Dieu pour vous que vous ayez un peu plus de générosité à son service… » (Lettre n° 292 à Madame Franchet, 3 décembre 1863).

« Noheveriko fa mba horaisinao ho voninahitra lehibe ny fanasako anao hibango ny volondohan’ireo mahantra kely karakaraiko. Ny Tompontsika no nilaza fa izay manompo ny mahantra dia manompo azy tenany. Koa ny Tompontsika no nolavinao tsy hanaovana an’io asa kely nangatahiny hataonao io, ary dia fahasoavana lehibe no nafoinao ho very tamin’izany. Izaho no nisolo anao nanatanteraka azy, ary nahatsiaro faly tokoa aho nanatontosa izany asa fitiava-namana tsotra dia tsotra izany ; koa manomboka izao dia tsy hisy olon-kafa havelako hisolo ahy, satria fantatro fa hain’ny Tompontsika ny mamaly soa sesehena an’izay manao zavatra kely ho azy. Saingy mba ho fandraisanao anjara amin’izany asa soa izany, dia iangaviako indrindra ianao, rahefa mandalo aty amin’ny manaraka, mba hitondra fihogo tsaratsara kokoa noho ilay iray nampiasaiko. Mangataka amin’Andriamanitra ho anao aho, mba hahafoizanao tena bebe kokoa amin’ny fanompoana azy… » (Taratasy faha-292 ho an-dRamatoa Franchet, 1863).

Page 54

Pejy faha-54

La grandeur des pauvres

Ny fïambonian’ny mahantra

Le Père Chevrier découvrait dans le cœur des pauvres des trésors de générosité et de sagesse. Ce furent surtout les pauvres qui assurèrent pendant longtemps la subsistance du Prado et, dans tant d'humbles gestes si souvent répétés, le Père Chevrier voyait l'action de la Providence et l'expression de l'amour de Dieu pour ses enfants :

Tsikaritr’i Mompera Chevrier fa misy harena miafina ao am-pon’ny mahantra, dia fahafoizan-tena sy fahendrena. Ny mahantra ihany no niantoka ny fivelomana tao amin’ny Prado, nandritra ny fotoana maharitra ; ho an’i Mompera Chevrier, dia ireny asa madinika iverimberenana isan’andro ireny no isehoan’ny Fitahian’Andriamanilra sy ny fitiavan’Andriamanitra ny zanany :

« Voilà un an qu'il y a toujours eu au Prado trente-cinq à quarante personnes comptant entièrement sur la Providence. Elle ne nous a pas manqué. Dieu s'est servi des pauvres pour nous nourrir, le tronc de la chapelle, les aumônes volontaires. Dans nos besoins, nous avons trouvé de généreux désintéressements. Une bonne dame, ouvrière, nous a envoyé son peigne en argent. Une autre ouvrière nous a donné ses couverts en argent. Une bonne journalière s'est dépouillée de tout ce qu'elle avait pour les pauvres enfants et nous a donné, en plusieurs fois, jusqu'à six cents francs : c'était toute sa fortune. Une bonne ouvrière en soie, heureuse de participer à la bonne oeuvre vint nous dire un jour que, chaque jour, elle ferait un demi-mètre d'ouvrage de plus pour nous et elle n'oubliait pas sa promesse ; elle apportait de temps en temps son offrande en beurre, en pain, en vêtements qu'elle nous achetait. Une autre fait la quête chez ses connaissances et nous apporte, presque chaque jour, une petite aumône qu'elle a recueillie chez de braves gens. Un ouvrier de Thurins, par reconnaissance et pour participer aux oeuvres, nous envoie dix francs. Ce sont les pauvres et les ouvriers qui, jusqu'ici, nous ont nourris » (Ms X, p. 257-258).

« Indro fa efa herintaona izao no nisy olona tsy latsaky ny dimy amby telopolo na efapolo tsy tapaka teto amin’ny Prado ; ary ireo olona ireo dia niankina tanteraka tamin’ny Fitahian’Andriamanitra. Tsy nandao anay tokoa Izy. Ny mahantra no nentin’Andriamanitra nanome sakafo anay, tamin’ny alalan’ny fitatazan-drakitra tao amin’ny lasapely, sy ny fitia tsy mba hetra ataon’ny olona. Misy malala-tanana any, manome anay hatrany, isaky ny misy zavatra ilainay. Nisy vehivavy izay, mpiasa madinika izy, fa ny fihogo volafotsiny no nomeny anay. Vehivavy mpiasa madinika iray hafa, nanome anay ny lovia sy ny sotro volafotsy nananany. Ny an’ilay vehivavy mpanao isan’andro izay kosa dia izay rehetra nananany no natolony anay, ho an’ireo zaza mahantra ireo, ary imbetsaka izy no nanome hatramin’ny eninjato farantsa : izay no hany fananany ! Nisy koa vehivavy niasa tamin’ny ozinina fanenomana landy (la soie), faly handray anjara amin’io asa fanasoavana io, ka tonga nilaza taminay fa isan’andro dia hanenona lamba antsasa-metatra amboniny izy, ho anay ; tsy hadinony tokoa ny fampanantenana nataony ; ombieny ombieny izy dia tonga nitondra dibera, mofo, akanjo novidiany ho anay. Ny an’ilay vehivavy anankiray hafa indray dia izy no mitety an’ireo olom-pantany ka mangataka ho anay, ary saika isan’andro izy no manatitra fanomezana kely, nangoniny avy amin’olona mba tsara fanahy. Nisy mpiasan’i Thurins nandefa farantsa folo ho anay, ho fankasitrahana ary ho fandraisana anjara amin’ny asa fanasoavana ataonay. Dia ny mahantra sy ny mpiasa madinika tokoa hatramin’izao no mamelona anay » (Ms X, p. 257-258).

Page 55

Pejy faha-55

« Il y a des âmes qui sentent la vérité naturellement et l'acceptent avec joie et bonheur, dès qu'elles la voient; ces âmes ont plus l'esprit de Dieu que les grands savants théologiens qui ne peuvent y arriver que par des raisonnements et des déductions à n'en plus finir.

« Misy toetr’olona, avy dia mahatsapa ny fahamarinana, ka mandray azy an-kafaliana sy amin’ny fo feno hafinaretana raha vao mahatsinjo azy ; ireny olona ireny no mahatakatra kokoa ny fomba fijerin’Andriamanitra, toy izay ireo teôlôjianina ikoizana, izay tsy ho tonga amin’izany raha tsy manao fandalinana be sy fikarohana lavareny.

« Dieu a mis dans certaines âmes un sens spirituel et pratique qui renferme plus de bons sens et d'esprit de Dieu qu'il y en a dans la tête des plus grands savants. Témoins, certains bons paysans, quelques bons ouvriers, quelques bonnes ouvrières, femmes qui comprennent tout de suite les choses de Dieu et savent mieux les expliquer que bien d'autres » (VD, p. 218).

« Misy olona nomen’Andriamanitra saina hahatakatra ny zavatra ara-panahy, eo amin’ny fiainany andavanandro, ary manan-kevitra mitombina sy fomba fijery anahafany an’Andriamanitra mihoatra noho izay ao an-dohan’ny manam-pahaizana raindahiny indrindra. Vavolombelon’izany, dia misy tantsaha, misy mpiasa madinika, na lahy na vavy, misy koa vehivavy tsotra mahatakatra avy hatrany ny zavatra momba an’Andriamanitra ary mahay manazava an’izany Iavitra noho ny maro hafa » (VD, p. 218).

Page 57

Pejy faha-57

VI
La Mission

VI
Ny
Iraka

Aller aux pauvres

Mankeo anivon’ny mahantra

A Noël 1856, le Père Chevrier comprend qu'il lui faut se faire proche des pauvres comme Jésus, en prenant résolument le même chemin que lui :

Tamin’ny fetin’ny Noely, taona 1856, no nahatsapan’i Mompera Chevrier fa tsy maintsy mankeo anivon’ny mahantra toy izay nataon’i Jesoa izy, ary amin’izany dia ny lalana nodiavin’i Jesoa no tsy maintsy hizorany koa :

« J'irai au milieu d'eux, je vivrai de leur vie; ces enfants verront de plus près ce qu'est le prêtre et je leur donnerai la foi » (Paroles du Père Chevrier rapportées par le Père Perrichon).

« Ho eo anivon’ny mahantra aho ary hiaina tahaka azy ; hataoko eo ambany mason’ireo ankizy ireo izany hoe pretra izany ary hataoko mitsiry ao am-pony ny finoana » (Tenin’i Mompera Chevrier notaterin’i Mompera Perrichon).

Aller vers les pauvres, leur annoncer la bonne nouvelle du salut, ce fut la mission du Christ. Ce sera aussi la sienne et celle de ses compagnons du Prado

Ny manatona ny mahantra, ny mitory aminy ny Vaovao Mahafalin’ny famonjena : izany no andraikitra nanirahana an’i Kristy. Dia mbola izany koa no andraikitra hotontosain’i Mompera Chevrier sy ireo namany ao amin’ny Prado :

« Il faut instruire les ignorants, évangéliser les pauvres. C'est la mission de Notre Seigneur. C'est la mission de tout prêtre, la nôtre en particulier : c'est notre lot. Aller aux pauvres, parler du Royaume de Dieu aux ouvriers, aux humbles, aux petits, aux délaissés, à tous ceux qui souffrent. Oh ! que ne nous est-il permis d'aller comme Notre Seigneur, comme les apôtres, « dans les lieux publics et les maisons » (Ac 20, 20), sur les places, dans les usines, dans les familles, porter la foi, prêcher l'Évangile, catéchiser, faire connaître Notre Seigneur » (P 4, p. 161).

« Tsy maintsy ampianarina ireo izay tsy mahay, ary torîna amin’ny mahantra ny Vaovao Mahafaly. Izany no andraikitra nanirahana ny Tompontsika. Izany no andraikitra anirahana ny pretra rehetra, ary anirahana antsika manokana : io no anjara tandrify antsika. Atonina ny mahantra, ambara amin’ny vahoaka mpiasa ny Fanjakan’Andriamanitra, ambara amin’ny madinika sy ny mavomavo, amin’ireo tsy misy mpiahy, amin’ireo vesaram-pahoriana. Endrey raha mba afa-mandeha mitety "ny kianja sy ny isam-baravarana", toy izay nataon’ny Tompo sy ny Apôstôly manko isika (Asa 20, 20), mandeha eny an-kalamanjana, miditra any amin’ny ozinina, mitsidika ny isam-pianakaviana, mitondra ny finoana, mitory ny Evanjely, mampianatra katesizy ary mampahafantatra ny Tompo » (P 4, p. 161).

Page 58

Pejy faha-58

« Tout mon désir serait de préparer de bons catéchistes à l'Église et de former une association de prêtres travaillant dans ce but. C'était la grande mission de Notre Seigneur. « Il m'a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres » (Lc 4, 18). Puissiez-vous entrer dans ces pensées et devenir vous-mêmes des prêtres zélés, tout disposés à aller partout évangéliser les pauvres » (Lettre n°130 à Maurice Daspres, séminariste, 25 avril 1877).

« Ny hany faniriako dia ny hanofana mpampianatra katesizy havanana ho an’ny Fiangonana ary hampijoro fikambanana pretra hanatanteraka an’io tanjona io. Izany rahateo no andraikitra lehibe nanirahana ny Tompontsika. "Nirahiny hitory ny Vaovao Mahafaly amin’ny malahelo aho" (Lk 4, 18). Enga anie hilatsaka ao am-ponareo izany hevitra izany, ka ho tonga pretra feno hafanam-po ianareo, vonona handeha hatraiza hatraiza hitory ny Evanjely amin’ny mahantra" (Taratasy faha-130 ho an’ireo seminarista nobeaziny, 1877).

« Les gens ne viennent pas, il faut aller les chercher » (VD, p. 450.

« Tsy ho avy ny olona raha andrasana, fa ny tena no mandeha manatona azy » (VD, p. 450).

Il disait aux premières sœurs du Prado :

Hoy izy tamin’ireo maseran’ny Prado voalohany :

« Vous n'êtes pas appelées à demeurer ensemble. Vous serez séparées, car je vous enverrai partout où il sera nécessaire pour travailler à l'œuvre de Dieu. Je ne veux pas vous mettre les unes sur les autres comme un tas de pierres. Notre Seigneur a envoyé ses apôtres. Ils se sont dispersés par le monde. C'est ce que je ferai pour vous » (P 3, p. 107).

«Tsy ny hiara-mipetraka no niantsoana anareo. Ho tafasaraka ianareo, satria hirahiko hatraiza hatraiza, any amin’izay toerana hilàna anareo hanatontosa ny asan’Andriamanitra. Tsy ny hivangongoanareo toy ny antontam-bato no iriko. Nirahin’ny Tompo ny Apôstôly. Niparitaka eran’izao tontolo izao izy. Dia ho toraka izany no hataoko aminareo ». (P 3, p. 107).

« Il ne s'agit pas aujourd'hui de se caserner dans une maison et de ne s'occuper souvent qu'à des riens, des bêtises ou des bavardages. Il faut aujourd'hui des hommes et des chrétiens d'action qui instruisent le peuple et exercent la charité dans le monde » (Ms X, p. 203).

« Ny ilaina, amin’izao fotoana izao, dia tsy ny hoe mitoby ao amina trano anankiray, ka zavatra tsy misy dikany akory indraindray no andaniana andro ao, na ilaozana manao sain-jaza na midonanà-poana. Olona ary kristianina vonon-kiasa no ilaina ankehitriny, olona afa-mampianatra ny vahoaka ary mitory ny fitiava-namana eo anivon’izao tontolo izao » (Ms X, p. 203).

Faire connaître Jésus Christ et son Père,
voilà notre première mission

Ny hampahafantatra an’i Jesoa Kristy sy ny Rainy,
izany no iraka voalohany ankinina amintsika

Dans l'Église, et parfois au Prado lui-même, beaucoup d'activités et de tâches diverses passaient de fait avant l'annonce même de l'Évangile et le Père Chevrier en souffrait :

Eo anivon’ny Fiangonana, ary indraindray eo anivon’ny Prado koa aza, rahefa tena akaikezina, dia maro ny fihetsiketsehana sy asa isan-karazany omen-danja mihoatra noho ny fitoriana ny Evanjely, tsy zakan’i Mompera Chevrier ireny :

Page 59

Pejy faha-59

« Quand le Maître envoie ses ouvriers dans le monde, il ne les envoie pas pour quêter, demander, bâtir, construire, s'établir dans le monde. Il les envoie pour enseigner, instruire et baptiser. Voilà la grande fin…

« Rahefa maniraka ny mpiasany ho eo amin’izao tontolo izao ny Tompo, dia tsy maniraka azy mba hangataka an’izao sy izao, na hanangana sy hanorina an’itsy sy iroa, ka hanorim-ponenana eo amin’izao tontolo izao. Ny anirahany azy dia ny hampianatra, ny hanoro ny olona, ny hanao batemy. Io no tanjona lehibe indrindra…

« Quand donc nous allons dans un endroit quelconque, la première chose à faire, c'est d'instruire, de faire le catéchisme, de baptiser, de guérir, de rendre service à tout le monde. Voilà notre première mission.

« Koa raha vao tonga an amin’ny toerana iray isika, ny zavatra voalohany tokony hatao dia ny mampianatra katesizy, ny manao batemy, ny manasitrana ary manala fahasahiranana ny olona rehetra. Izany no iraka voalohany ankinina amintsika.

« Si on commence par bâtir, arranger, aligner, acheter, demander, quêter, on ne fait pas l'œuvre de Dieu : on fait l'œuvre matérielle.

« Fa raha ny manorin-trano no ataontsika voalohany, ny mandamina sy mandrindra an’izao sy izao, ny mividy an’itsy, mangataka an’iroa, mitady an’izatsy, dia tsy ny asan’Andriamanitra velively no ataontsika, fa asa ara-nofo.

« Il faut commencer par l'œuvre spirituelle… Il faut faire passer l'œuvre spirituelle avant tout : instruire, catéchiser, voilà le premier devoir à remplir…

« Ny asa ara-panahy no tokony hotrandrahana voalohany… Ny asa ara-panahy no tsy maintsy atao vain-dohan-draharaha : ny fampianarana, ny katesizy, izany no adidy voalohany tokony hotontosaina…

« Nous devons commencer les œuvres et les paroisses par évangéliser, catéchiser, prier, répandre la vie spirituelle, laissant à Dieu le soin de nous envoyer de l'argent ou des maisons. A quoi servent les maisons et l'argent, si on ne fait pas l'œuvre de Dieu ?… Commencez d'abord par les âmes.

« Ny tokony hanombohantsika ny asa aman-draharaha sy ny fiainan’ny paroasy dia ny fitoriana ny Evanjely, ny fampianarana katesizy, ny vavaka, ny fampiroboroboana ny fiainam-panahy, ka ankinina amin’Andriamanitra ny fanampiana antsika hahazo vola, hahita trano. Hatao inona moa vola sy trano raha tsy ny asan’Andriamanitra tsinona no atao ?… Ny fikarakarana ny fanahin’ny olona no aoka himasoana voalohany.

« Que penser de ceux qui ne pensent qu'à bâtir, qu'à embellir leur cure, leur église ? qui, pour cela, ne font que courir chez les maires, les préfets, les messieurs, les dames ? Hélas ! ils laissent les âmes pour courir après les pierres… Nous ne sommes pas envoyés pour bâtir, mais pour convertir » (VD, p. 306-307).

« Inona no azo lazaina momba ireo izay tsy mieritreritra afa-tsy ny hanorin-trano, hanatsara ny tranon-dry mompera eo amin’ny paroasy sy ny trano fiangonana ? Ka mba hahafahana manatanteraka izany dia tsy manao afa-tsy ny mihazakazaka etsy sy eroa : mandondom-baravarana any amin’ny ben’ny tanàna, any amin’ny filohan’ny fileovana, any amin’Ingahindriana Ranona na any amin’ny Andriambavy Ranona ? Indrisy hadinony ny mikarakara ny fanahy fa sondriana amin’ny fikarakarana vato izy… Tsy ny hanorin-trano no nanirahana antsika fa ny hitaona ny olona hibebaka » (VD, p. 306-307).

« Oh ! pour une âme qui ferait bien le catéchisme, qui aurait bien l'esprit de pauvreté, d'humilité et de charité, pour cette âme je donnerais tout le Prado ! Pour faire le travail matériel, je trouve assez de monde, mais pour bien faire le catéchisme, mettre la foi, l'amour de Notre Seigneur dans les âmes, il y en a très peu, presque pas… » (P 2, p. 12).

« Endrey ! Raha misy olona afa-mampianatra katesizy tsara, tena manana ny toe-pon’ny mahantra, toe-po manetry tena ary feno fitiava-namana, dia homeko an’izany olona izany ny Prado manontolo ! Mahita olona foana aho hanao ny asa ara-nofo, fa ny afa-mampianatra tsara ny katesizy, mampita ny finona sy ny fitiavana ny Tompontsika haninteraka ny aty fanahin’ny olona, dia vitsy dia vitsy, zara aza raha hisy… » (P 2, p. 12).

Page 60

Pejy faha-60

Le Père Chevrier demandait avant tout pour lui-même et pour ses collaborateurs la grâce de savoir « bien faire son catéchisme », c’est-à-dire de savoir parler aux pauvres, avec simplicité et amour, de Jésus Christ et de son Évangile :

Ny fahasoavana nangatahin’i Mompera Chevrier ambonin’ny zavatra rehetra, na ho an’ny tenany na ho an’ireo mpiara-miasa aminy, dia ny hahay « mampianatra katesizy tsara », izany hoe : mahay miresaka amin’ny mahantra, am-pahatsorana sy am-pitiavana, momba an’i Jesoa Kristy sy ny Evanjeliny :

« Je ne demande au bon Dieu qu'une chose, c'est qu'il m'apprenne à bien faire mon catéchisme, à bien instruire les pauvres et les enfants. Savoir parler de Dieu, que c'est beau, mes petits amis ! » (Lettre n° 93 à Jean Broche, séminariste, 6 juin 1873).

« Zavatra iray loha no angatahiko amin’Andriamanitra, dia ny hitarihany ahy hahay mampianatra katesizy, hahay mampianatra ny mahantra sy ny ankizy. Anaka, tahaka ny inona moa ny hakanton’izany hoe mahay miteny momba an’Andriamanitra izany! » (Taratasy faha-93, ho an’ireo seminarista nobeaziny, 1873).

« Je ne demande à Notre Seigneur pour vous et pour tous ceux de la maison que l'attrait spirituel pour bien faire le catéchisme, l'amour de la pauvreté et la charité. Si nous pouvons croître dans cet attrait et dans l'amour de Notre Seigneur, nous aurons tout gagné.

« Ny zavatra tokana angatahiko amin’ny Tompo ho anareo ary ho an’ireo rehetra ao anatin’ny fianakaviambentsika dia ny ho voatarika ara-panahy mba ho havanana tsara amin’ny fampianarana katesizy, hanam-pitiavana ny mahantra ary ho tia namana. Raha afa-mitombo ao anatintsika izany faniriana izany, ka mitombo ny fitiavantsika ny Tompo, dia azo lazaina fa ananantsika tokoa marina ny zavatra rehetra.

« Qu'il est triste de voir tout ce monde ne s'occuper que de choses étrangères à celles auxquelles nous devrions nous consacrer entièrement. Ne sommes-nous pas là pour cela et pour cela seul : connaître Jésus Christ et son Père et le faire connaître aux autres ? N'est-ce pas assez beau et n'avons-nous pas là de quoi occuper toute notre vie, sans aller chercher ailleurs de quoi occuper notre esprit ? Aussi est-ce là tout mon désir d'avoir des frères et des sœurs catéchistes. J'y travaille moi-même avec joie et bonheur. Savoir parler de Dieu et le faire connaître aux pauvres et aux ignorants, c'est là notre vie et notre amour.

« Mampalahelo loatra ny mahita an’ireto olona rehetra ireto : variana amin-java-kafa ankoatr’izay tena tokony hifotorana tanteraka. Moa tsy izany asa izany anefa no maha-eto antsika ary ho an’izany irery ihany, dia ny mahalala an’i Jesoa Kristy sy ny Rainy ary ny mampahafantra azy amin’ny hafa ? Moa tsy zavatra mahafinaritra izany sady ampy handaniantsika ny fiainantsika manontolo, ka tsy ilaintsika intsony ny mikaroka zavatra any an-kafà hifantohan’ny saina aman’eritrerintsika ? Dia izany no faniriana mameno ny foko : ny hanana rahalahy sy anabavy mahay mampianatra katesizy. Faly aho ary sambatra milofo amin’izany. Ny mahay manambara izay momba an’Andriamanitra ary ny mampahafantra azy amin’ny mahantra sy amin’ny olona tsy mahay na inona na inona, izany no fiainantsika manontolo ary fitiavana mameno ny fontsika.

« Travaillez donc, chère sœur, à acquérir ce but qui doit être le nôtre ; le reste n'est rien. Et si je puis mettre en vous tous cet attrait, j'aurai tout gagné… » (Lettre n° 181 à notre sœur Véronique, 30 juin 1873).

« Koa milofosa àry, ranabavy malala, hahatongavanareo amin’izany tanjona izany, fa io no tsy maintsy tratrarintsika ; ny sisa ambin-javatra. Raha tafitako ao aminareo izany faniriana izany, dia nahomby tanteraka aho… » (Taratasy faha-181 ho an’i masera Véronique, 1873).

« Il faut avoir dans son cœur le désir d'instruire, d'apprendre aux autres ce que l'on sait. Nous sommes ici pour cela… Le catéchisme, c'est tout. Faire connaître Dieu, c'est le but de l'œuvre. Ceux qui n'ont pas le désir d'instruire et de sauver les âmes ne sont pas dans leur vocation » (P 1, p. 107).

« Tsy maintsy entina ao am-po ny faniriana te-hampianatra, hampita amin’ny hafa izay fantatry ny tena. Izany no ahatongavantsika eto… Ilofosana ny fampianarana katesizy, dia izay. Ny hanao izay hahalalan’ny olona an’Andriamanitra no tanjon’ny fikambanantsika. Izay tsy manam-paniriana hanoro ny hafa ary hamonjy fanahy dia tsy isan’izay iantefan’izany antso izany » (P 1, p. 107).

Page 61

Pejy faha-61

« Continuez à faire votre petit catéchisme le jeudi et le dimanche, c'est là notre mission ; et je ne serai content que lorsque je verrai tous mes frères et mes sœurs bien faire le catéchisme à tous les enfants et à tous les pauvres. Quand nous aurons appris aux autres à connaître Dieu et à l'aimer, nous aurons fait notre devoir. Oh ! que nous sommes loin encore de cette belle mission que le Seigneur nous a confiée et que nous la remplissons mal ! Travaillons donc à nous perfectionner dans l'art d'apprendre aux autres à connaître Dieu et à l'aimer ; et, pour cela, travaillons, par la prière et l'étude, à le connaître et à l'aimer nous-mêmes » (Lettre n° 188 à Sœur Véronique, 16 avril 1877).

« Tohizo ny fampianarana katesizy isaky ny alakamisy sy ny alahady, fa izany no iraka ankinina amintsika ; ary tsy ho afa-po aho raha tsy hitako fa ianareo rahalahiko sy anabaviko dia samy milofo amin’ny fampianarana katesizy ny ankizy rehetra sy ny mahantra rehetra. Tontosa ny adidintsika rahefa afa-nanoro ny hafa hahalala sy ho tia an’Andriamanitra isika. Endrey ! mbola ho ela isika vao hahatanteraka an’izany iraka soa dia soa nankinin’ny Tompo amintsika izany, sady izay tsy lavorary akory izay kely vitantsika ! Milofosa àry mba ho havanana amin’ny fahaiza-mitarika ny hafa hahalala an’Andriamanitra ary ho tia azy ; ka mba hahatongavana amin’izany, dia aoka isika samy hiezaka, amin’ny alalan’ny vavaka sy ny fandalinana, hahalala an’Andriamanitra sy ho tia azy » (Taratasy faha-188 ho an’i masera Véronique, 1877).

Former des chrétiens véritables

Manofana kristianina tonga lafatra

A une époque où l'on faisait apprendre par cœur les leçons du catéchisme et où l'on recourait volontiers dans les institutions chrétiennes à des méthodes rigides et disciplinaires, le Père Chevrier mettait en œuvre une pédagogie originale inspirée de l'exemple de Jésus dans la formation de ses apôtres :

Tamin’izany fotoana izany dia natao tsianjery ny lesona tao amin’ny katesizy kely ary nahavantana ny tompon’Andraikitra teo amin’ny sekoly kristianina ny fampiharana fomba fiasa ary fitsipika henjana ; fa i Mompera Chevrier kosa dia efa nanana fomba fampianarana niavaka notakariny avy amin’ny fomba nentin’i Jesoa nampianatra ny apôstôliny :

« Qu'il est triste de voir des enfants passer deux heures par jour à apprendre des mots et s'ennuyer à répéter toujours la même chose, eux et le catéchiste, car c'est assommant ! Tandis qu'on peut leur donner plus de foi, d'amour et de religion en un quart d'heure qu'ils n'en prennent en deux heures de temps.

« Mampalahelo erý ny mahita ankizy mandany adiny roa isan’andro mianatra voam-bolana ary sorena mamerimberina zavatra anankiray tsy miova : na izy na ny mpampianatra katesizy dia samy tofoka ! Be lavitra anefa ny zavatra azo ampitaina aminy ao anatin’ny am-pahefatr’adiny, momba ny finoana, ny fitiavana, ny fivavahana, noho izay ampianarina azy ao anatin’ny adiny roa.

« Quand on instruit des grandes personnes ou des ignorants, on ne peut pas leur dire : allez, prenez ces catéchismes et lisez ; il faut instruire soi-même, se mettre à la portée de chacun et du grand nombre et instruire par la parole…

« Raha mampianatra olon-dehibe, na mampianatra olona tsy mahay na inona na inona, dia tsy mety ny milaza aminy hoe : raiso ny katesizy kelinareo dia vakio ; ianao mihitsy no tsy maintsy mampianatra, midina mitovy torosy amin’ny tsirairay sy amin’ny sarambaben’ny olona, ary dia manome fanazavana mivantana…

Page 62

Pejy faha-62

« Le but du catéchisme est d'éclairer l'intelligence par la connaissance, de toucher le cœur par l'amour et de déterminer la volonté à agir.

« Ny tanjona kendrena amin’ny fampianarana katesizy dia ny hanazava ny saina amin’ny alalan’ny fahalalana, ny hanohina ny fo amin’ny alalan’ny fitiavana ary ny hanosika ny finiavana hiasa.

« La foi, l'amour et l'action, voilà les trois effets qu'il faut chercher à produire : donner la foi par la connaissance, les raisonnements, la vue des choses ; faire naître l'amour pour la vérité que l'on enseigne ; et porter à faire des actions en rapport avec la vérité connue et aimée.

« Ny finoana, ny fitiavana, ny asa : ireo no vokatra telo kendrena ho tratra. Atao izay hampitana ny finoana amin’ny alalan’ny fahalalana omena ny olona, amin’ny alalan’ny fandalinana itarihana ny sainy, ary amin’ny fanokafana ny masony hahita ny zava-misy manodidina azy. Atao izay hitsirian’ny fitiavana ao am-pony ka handalany ny marina nampianarina azy. Atao izay hitarihana azy hiasa ka hanao zavatra mifanaraka amin’ilay marina nampahafantarina azy ary notiaviny.

« Pour arriver à ces trois effets, il faut prendre tous les moyens possibles et, comme dit saint Paul, il faut enfanter comme une mère, se faire nourrice et père et donner sa vie par charité » (VD, p. 452).

« Aoka hampiasaina izay fomba mahomby rehetra, mba hahazoana an’ireo vokatra telo loha ireo, ary amin’izany, araka ny voalazan’i Md Paoly, dia tsy maintsy manao toy ny reny miteraka isika, manao toy ny ray aman-dreny mamelona ary mahafoy ny aina aza noho ny fitiavana » (VD, p. 452).

« Pendant les trois ans que Jésus Christ a passés avec ses apôtres pour les former à la vie évangélique et apostolique, nous ne le voyons pas du tout s'appliquer à leur donner des formes extérieures et régulières, disciplinaires ; ils vivaient selon le temps, comme ils pouvaient.

« Nandritra ny telo taona niarahan’i Jesoa tamin’ny apôstôliny, ka nanofanany azy ireo ho mpitory ny Evanjely ary ho apôstôly marina, dia tsy hitantsika velively izy hoe nisahirana nanome endrika ivelany an’izany fiarahana izany, tsy nametraka fenitra na fitsipi-pifehezana. Nanaraka ny onjam-piainana fotsiny izy ireo, araka izay azony natao.

« Mais nous le voyons s'occuper constamment de la transformation intérieure de ses apôtres. Il les instruisait sans cesse, il les reprenait à chaque instant, il les mettait à tout, les formait à tout.

« Ny miharihary kosa dia izy miezaka andro aman’alina manao izay hampiova ny aty fanahin’ireo apôstôliny ireo. Tsy mitsahatra izy manoro azy ireo, manitsy izay ataony isaky ny mandeha, mandrisika azy amin’ny zavatra rehetra, ary manofana azy amin’ny zavatra rehetra.

« Instruire, reprendre et mettre en action, faire agir, voilà la grande méthode pour former les gens et leur donner, la vie intérieure.

« Ny manoro, ny manitsy, ny manentana, ny manosika hiasa, izany no fomba mahomby indrindra hamolavolana ny olona ary hitarihana azy hanana fiainana anaty.

« Instruire, reprendre et mettre en action, faire faire, voilà la vie, la sève et le moyen de la communiquer…

« Ny manoro, ny manitsy, ny manentana sy mandrisika hiasa, izany no fiainana, izany no hery mitondra sy mampita aina…

« Dans la fondation de l'Église, la plus grande œuvre du Tout-Puissant, la plus belle œuvre du monde, Notre Seigneur n'emploie aucun moyen extérieur ; il prend un homme auquel il communique sa vie, son esprit ; il en choisit douze qu'il forme à la vie évangélique ; mais ce n'est ni en les casernant ni en les faisant marcher au pas qu'il les forme ;

« Ny Fiangonana no zava-dehibe indrindra nataon’ilay Tsitoha, io no voahary kanto indrindra nohariany teto amin’izao tontolo izao : raha nanorina an’io Fiangonana io anefa ny Tompontsika, dia tsy rida nampiasa fitaovana avy ety ivelany velively izy ; olona iray no nantsoiny : nomeny ny ainy sy ny fanahiny ; dia nifidy roa ambinifolo lahy izy, nofaniny hiaina araka ny Evanjely ; saingy tsy ny fifehezana azy ireo anaty toby na ny fampiharana fitsipi-miaramila no nentiny namolavola azy ireo ;

Page 63

Pejy faha-63

il ne bâtit ni ne bat de la grosse caisse ; ni musique, ni concert, ni théâtre ; au contraire, il leur défend d'employer tout moyen extérieur ; sans argent ni belle apparence ; « je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups » (Lc 10, 3) ; « allez, enseignez » (Mt 28, 19) ; prêcher, instruire, guérir ; « une force sortait de lui » (Lc 6, 19) ; les moyens extérieurs n'aboutissent à rien ; la croix, la souffrance, la grâce, la patience » (VD, p. 222).

tsy nanorina an’izao sy izao izy na nanao antso avo tetsy sy teroa ; tsy nisy mozika na rindran-kira na fisehoana an-dampihazo ; vao mainka aza ny apôstôly noraràny tsy hampiasa fitaovana ety ivelany ; tsy hampiasa vola na rentirenty ; "indro irahiko toy ny ondry eo afovoan’ny ambodia ianareo" (Lk 10, 3) ; "mandehana, mampianàra" (Mt 28, 19) ; mitory teny, mampianatra, manasitrana ; "nisy hery niala avy aminy" (Lk 6, 19) ; ny fitaovana ety ivelany tsy mahavita na inona na inona ; ny mahomby dia ny hazofijaliana, ny fahoriana, ny fahasoavan’Andriamanitra, ny faharetana » (VD, p. 222).

Gagner son pain
en montrant Jésus Christ au monde

Ny manoro an’i Jesoa Kristy ho fantatr’izao tontolo izao
no atao antompivelomana

Pour le Père Chevrier, qui a vécu toute sa vie au milieu des travailleurs, l'annonce de l'Évangile est un vrai travail et ceux qui accomplissent cette tâche sont à ses yeux « les ouvriers du bon Dieu », des ouvriers qui gagnent leur pain « en montrant Jésus Christ au monde » :

Ho an’i Mompera Chevrier izay nandany ny fiainany manontolo teo anivon’ny mpiasa madinika, ny fitoriana ny Evanjely dia anton’asa marina tokoa ; ny olona manatontosa an’izany asa izany no antsoiny hoe « mpiasan’Andriamanitra », ka ny antom-piveloman’ireo mpiasa ireo dia ny manoro an’i Jesoa Kristy ho fantatr’izao tontolo izao ».

« Le prêtre, plus que personne, doit travailler toute la journée. Les maçons travaillent bien tout le jour, les charpentiers, les menuisiers, les cultivateurs, les tailleurs, etc. Tous ces gens-là travaillent tout le jour, et même quelquefois la nuit, pour gagner leur vie et celle de leurs enfants et le prêtre aura donc un sort plus doux que les autres, lui qui a un emploi bien plus élevé que ceux-ci.

« Ny pretra, mihoatra noho ny olona hafa rehetra, dia tokony hiasa manontolo andro. Miasa manontolo andro ny mpanao trano, ny mpandrafitra, ny mpanao fanaka, ny mpamboly, ny mpanjaitra, sns. Miasa manontolo andro ireny olona rehetra ireny, ary indraindray aza miasa alina hamelomany tena sy hamelomany ny ankohonany ; ka nahoana moa ny Pretra no tokony hiadana kokoa, kanefa ambony lavitra noho ny an’ireo olona ireo ny anton’asany ?

« N'est-ce pas parce que le prêtre n'a pas travaillé, ou mal travaillé, que le champ du père de famille est en si mauvais état ? que l'ignorance a envahi nos pauvres ouvriers et qu'ils se soulèvent aujourd'hui contre nous ?

« Moa ve tsy noho ny pretra tsy niasa, na nanao alasafay, no nahatonga ny tanimbolin’ny raim-pianakaviana tsy ho voakarakara toy izao ? Ary nahatonga an’ireo mpiasa fadiranovana hitantsika ireo ho donton’ny tsy fahaizana ka indro izy ankehitriny fa zary mihoko manohitra antsika ?

« Si nous avions bien travaillé et que nous eussions fait du bon ouvrage, nous ne serions pas si malheureux ni si persécutés.

« Raha mba tena niasa tsara isika, ka hoe mba tonga lafatra izay nataontsika, dia tsy ho nitondra fahoriana toy izao isika ary tsy ho nohenjehin’ny olona toy izao.

Page 64

Pejy faha-64

« Si le champ est inculte et ne produit que de mauvaises herbes, c'est parce que nous ne l'avons pas semé ni défriché.

« Raha tsy mamokatra ny tanimboly ary tsy ahitana afa-tsy ahi-dratsy eo dia satria tsy namadi-bainga teo isika ary tsy namafy na inona na inona teo.

« Il faut travailler à prêcher, à catéchiser, nuit et jour. Voilà notre travail ! » (VD, p. 191-192).

« Tsy maintsy miasa andro aman’alina isika, mitory teny, mampianatra katesizy. Izany no anton’asantsika ! » (VD, p. 191-192).

« Les ouvriers ne mangent leur pain qu'après l'avoir gagné… Nous qui sommes les ouvriers du bon Dieu, nous ne devons manger notre pain qu'après l'avoir gagné en travaillant aux œuvres de Dieu » (P 4, p. 202).

« Tsy mihinan-kanina ny mpiasa raha tsy avy nisasatra hahazo izay hohaniny… Isika mpiasan’Andriamanitra ihany koa dia tokony tsy hihinan-kanina raha tsy avy nisasatra nanatontosa ny asan’Andriamanitra » (P 4, p. 202).

« Le prêtre gagne son pain en montrant Jésus Christ au monde » (P 1, p. 174).

« Ny antom-piveloman’ny pretra dia ny manoro an’i Jesoa Kristy ho fantatr’izao tontolo izao » (P 1, p. 174).

« La maison de Dieu est en feu et on s'amuse à des niaiseries. Tout le monde nous demande du pain. Il y a de quoi pleurer. Comme disait le prophète, les enfants ont demandé du pain et il n'y avait personne pour leur en donner » (P 3, p. 124).

« Efa main’ny afo ny tranon’Andriamanitra, nefa dia misy pretra mbola variana amin-java-tsy misy antony ihany. Midodododo mangataka hanin-kohanina amintsika ny olona rehetra. Mahavaky fo mihitsy. Moa và tsy tonga amin’ilay voalazan’ny Mpaminany manao hoe : nangataka hanin-kohanina ny zaza fa tsy nisy nanome azy » (P 3, p. 124).

« Que les bons ouvriers sont rares et que nous gâtons donc l'ouvrage de Dieu ! Plutôt que de faire, nous défaisons souvent. Combien ma paresse me fait souffrir ! Que je suis donc pauvre devant Dieu. Priez pour ce pauvre, qui devrait bien rester où il est, plutôt que de retourner à l'ouvrage pour ne rien faire » (Lettre n° 294 à Madame Franchet, 15 mars 1865).

« Endrey ! Dia an-kavitsiana tokoa ny hoe mpiasa mahafatra-po, koa inona fa simbaintsika ny asan’Andriamanitra ! Toy izay manorina, dia ny mandrava no ataontsika mazàna. Tahaka ny inona ny fahoriana entiko noho ny hakamoako ! Mahantra tokoa aho eo imason’Andriamanitra. Mivavaha ho an’ity mahantra ity, fa aleo izy mijanona eo amin’ny toerana misy azy ankehitriny, toy izay ho any amin’ny asan’Andriamanitra nefa tsy hanao na inona na inona any tsinona » (Taratasy faha-294 ho an-dRamatoa Franchet, 1865).

« Travaillons, travaillons, mes enfants, nous nous reposerons là-haut ! » (P 4, p. 175).

« Milofosa miasa, anaka, milofosa miasa, any an-koatra any isika hiala sasatra ihany ! » (P 4, p. 175).

« Il vaut mieux vivre dix ans de moins en travaillant pour Dieu que de vivre dix ans de plus en ne faisant rien » (Règlement de vie pour les prêtres du Prado, Ms X, p. 179).

« Aleo mihena folo taona ny andro iainana eo am-panaovana ny asan’Andriamanitra, toy izay mahazo folo taona amboniny nefa tsy hanaovana na inona na inona » (Fitsipi-piainana ho an’ny pretran’ny Prado, Ms X, p. 179).

« Je me suis tué à l'œuvre. Il faut que vous vous tuiez à votre tour » (P 2, p. 159).

« Namono tena nanao ny asan’Andriamanitra aho. Tsy maintsy mba mamono tena amin’izany koa ianareo » (P 2, p. 159).

« Achever l'œuvre de Dieu, c'est l'essentiel ; le reste n'est rien » (Lettre, 1878).

« Manatontosa ny asan’Andriamanitra hatramin’ny farany, izay no tena zavatra ; ny ankoatr’izay : tsinontsinona » (Taratasy faha-158, 1878).

Page 65

Pejy faha-65

VII
La Pauvreté Evangélique

VII
Ny fahantrana araka ny Evanjely

La pauvreté du Père Chevrier

Ny fahantran’i Mompera Chevrier

Le Père Chevrier a évoqué lui-même ce que fut l'incroyable pauvreté du Prado dans ses commencements :

I Mompera Chevrier ihany no mampahatsiaro ny fahantrana nampitampim-bava niainana tao amin’ny Prado, tany am piandohana :

« Le Prado était la plus ancienne salle de danse de La Guillotière. Elle existait depuis plus de vingt ans. Mille personnes y dansaient à l'aise… Plusieurs fois les habitants avaient demandé à l'autorité la suppression de ce bal, à cause du bruit et du désordre qu'il occasionnait dans le quartier, et n'avaient pu l'obtenir. Dieu voulait en faire son œuvre…

« Ny Prado no antitra indrindra tamin’ireo trano fandihizana tao La Guillotière. Efa hatramin’ny roapolo taona mahery no nijoroany. Nahazaka mpandihy hatramin’ny arivo izy… Efa imbetsaka ny mponina no nangataka tamin’ny manam-pahefana ny hanakatonana an’io trano fandihizana io, noho ny tabataba sy ny korontana aterany eo amin’ny manodidina, saingy tsy nahazo fahafaham-po ny amin’izany. Sitrak’Andriamanitra ho ny asany no hatao ao…

« Il y avait plus d'un an que je regardais ce lieu avec convoitise, pour en faire un lieu de prière et de conversion pour les pécheurs, mais quelle témérité ! un local si vaste, un loyer si cher : quatre mille francs ! lorsque Dieu nous rendit facile l'accomplissement de nos désirs en inspirant à l'abbé Rolland l'idée de nous payer notre loyer la première année. Et ce fut le jour de Notre Dame de Lorette (le 10 décembre 1860) que le bal cessa et que nous prîmes possession de ce lieu pour y établir l'œuvre des premières communions.

« Efa ho herintaona mahery izao no nitsiriritako an’io toerana io, hanaovako toeram-pivavahana ary hibebahan’ny mpanota : saingy toa dia sahy zavatra loatra aho ! Toerana midadasika be io, ny hofany amin’izany lafo dia lafo : efatra arivo farantsa ! Fa notontosain’Andriamanitra mora foana anefa ilay fanirianay, rahefa notoroany hevitra i Mompera Rolland handoa ny hofan-tranonay nandritra ny taona voalohany. Ka ny andro fetin’i Masina Maria niseho tany Lorette (10 desambra 1860) no nakatona ilay trano fandihizana ary nandraisanay an’io toerana io ka nanokanana azy hikarakarana an’ireo mpiomana amin’ny komonio voalohany.

« Nous n'avions rien que la pauvreté pour partage une grande salle de cinquante mètres de longueur, un plancher à un mètre au-dessous du sol, un papier peint tendu dans toute la longueur de la salle pour cacher la toiture, pas d'ameublement.

« Tsy nanana na inona na inona afa-tsy fahantrana izahay : efitrano lehibe mahatratra 50 metatra ny halavany ; ny gorodona amin’izany : milatsaka iray metatra avy amin’ny tokotany, temitra no novelarina manaraka ny lavan’ny trano natao valintafo ; ny fanaka tsy nisy.

Page 66

Pejy faha-66

« Il fallait d'abord y loger le Maître, le bon Dieu, et lui faire une habitation sous ce toit de péché… Tout le monde était si heureux de voir cette transformation qu'il n'y eut personne qui ne voulut y prêter son concours. Aussi tout a été donné : les vases sacrés, le linge d'autel, les chandeliers, les bénitiers, la cloche, les ornements. On peut dire que la Providence a tout envoyé et qu'en moins de deux mois la chapelle a été montée, organisée…

« Dia ny Mpampianatra aloha, izany hoe ny Tompo Andriamanitra, no tsy maintsy nomena toerana tao, ary dia io toeram-pahotana io no natao trano fonenany… Tsy nisy izay tsy faly nahita izany fiovana izany, ka nifaninana ny olona nandray anjara. Nomen-dry zareo avokoa izay nilaina rehetra : ireo fanaka ilaina amin’ny Sorona Masina, ny lamban’otely, ny fanaovan jiro, ny fasian-dranovoahasina, ny lakolosy, ny akanjo fanaovan-damesa. Azo lazaina fa natolotr’Andriamanitra anay ny zavatra rehetra, ka tsy ampy roa volana akory dia tafajoro ny lasapely, ary nanana an’izay ilaina rehetra…

« De chaque côté, nous primes le logement qui restait. Heureusement que les froids étaient passés. Un plancher à jour, un plafond en papier, un simple briquetage. Nous nous sommes installés dans cette nouvelle étable et, pendant six mois, nous n'avons pas eu d'autre abri, nous et nos enfants.

« Ny andaniny roa no namboarinay ho efitrano fonenana. Soa ihany aloha fa efa lasa ny ririnina. Ny gorodona manko nakarakara, ny valin-drihana taratasy, ny efitra rary biriky tsotra. Dia tao amin’io fahitra vaovao io aloha izahay no nilasy, ary nandritra ny enim-bolana dia tsy nanan-toeran-kafa nofàna ankoatr’io izahay sy ny ankizinay.

« Vers le mois de juillet, nous faisons une neuvaine à la Sainte Vierge et à saint Joseph pour demander quelque amélioration à notre position et nous permettre de passer l'hiver un peu moins froidement, lorsqu'un jour, c'était le matin, un Monsieur vint nous visiter. Voyant notre délabrement, notre toiture toute déchirée, il envoie de lui-même des ouvriers qui réparent la maison. On relève les planchers, on ôte le papier et on fait de nouvelles séparations pour habiter plus sainement. J'eus moi-même une chambre ; jusque-là j'avais couché avec les enfants et ensuite à la sacristie… » (Ms X, p. 256-257).

« Tokony ho tany amin’ny volana jolay tany ho any, dia nanao vavaka hasivian’Andro tamin’ny Virjiny Masina sy tamin’i Md Josefa izahay, nangatahana mba hisy fihatsarany ny toerana misy anay, ka mba tsy hianjadian’ny hatsiaka loatra mandritra ny ririnina. Indray andro izay àry, dia nisy Rangahy tonga namangy anay vao maraina. Nony hitany ny fahavoazan’ny trano nitoeranay, ny tafo efa gorobaka, dia izy mihitsy no nandefa mpiasa hamboatra ny simba. Nakarina ny gorodona, noesorina ilay temitra, ary dia nananganana efitra vaovao mba hahafahana miaina ara-dalàna. Izaho aza mba nahazo efitrano manokana ; fa hatramin’izay aho dia niara-natory tamin’ny ankizy ary avy eo dia tao amin’ny sakristia… (Ms X, p. 256 – 257).

« Si Dieu a fait le Prado, ce n'est certainement pas pour me donner une propriété de cent mille francs qu'ai-je à en faire ? J'ai tout donné à Dieu et je ne lui ai demandé que la sainte pauvreté pour héritage » (Lettre n° 295 à Madame Franchet, 1865).

« Raha Andriamanitra no nanao ny Prado, dia tsy ny hoe mba hanomezany ahy toerana mitentina iray hetsy farantsa velively akory : hataoko inona rahateo moa izany ? Efa nafoiko ho an’Andriamanitra ny zavatra rehetra ary ny hany mba nangatahiko taminy ho lovako dia ny fahantrana masina ihany » (Taratasy faha-295 ho an-dRamatoa Franchet, 1865).

Page 67

Pejy faha-67

L'attrait du Père Chevrier pour les pauvres et la pauvreté tranche sur les goûts et les habitudes ecclésiastiques du temps, comme le montre cette lettre écrite de Rome en 1859 :

Ny hery nanintona an’i Mompera Chevrier ho tia ny mahantra sy ny fahantrana dia naningana, raha ny fironan’ny pretra sy ny fahazaran-dry zareo tamin’izany fotoana izany no heverina, araka ny lazainy amin’ity taratasy nosoratany avy any Roma, tamin’ny taona 1859, ity :

« Malgré toute la beauté et la splendeur que je trouve à Rome, je préfère encore notre petite chapelle et ma petite cellule : on y trouve mieux le bon Jésus et le cœur est plus à l'aise. Je me convainc de plus en plus que je ne suis pas fait pour les grandeurs, que rien ne me convient mieux que les pauvres et les petits et que c'est là que l'on trouve le plus de jouissance et de bonheur véritable. J'ai assisté hier jeudi, jour de l'Épiphanie, à l'office de la chapelle Sixtine. Représentez-vous une grande et vaste nef, toute peinte à fresques magnifiques de haut en bas, y compris le plafond, représentant des sujets du Nouveau Testament où plus de mille personnages y figurent en teintes variées et donnant à cette chapelle un aspect que l'on ne trouve nulle part, trois bancs tapissés sur lesquels siégeaient trente cardinaux en vêtements rouges et mosette blanche, le pape ensuite arrivant avec toute sa suite de prélats, d'évêques et d'archevêques. Il faut avouer que tout cela est imposant et que, nulle part, la religion ne revêt plus de grandiose et de splendeur. Cependant j'aurais préféré voir la Crèche du bon Jésus et être berger pour avoir le bonheur d'être dans l'étable du bon Sauveur » (Lettre n°15 à Monsieur Paul Du Bourg, Rome, 7 janvier 1859).

« Na dia eo aza ny hakanto sy ny firentirentin’ny zavatra hitako eto Roma, dia aleoko ihany ny lasapely kelintsika sy ny efitrano keliko : ao no ahafahana mihaona bebe kokoa amin’i Jesoa, ary mahazo aina kokoa ny fo ao. Mitombo hatrany ny fiaikeko fa tsy mba natao ho an’ny zavatra feno rentirenty aho ; ny mahantra sy ny madinika no hany tena mety amiko ary eo amin’izy ireo aho no tena afa-manovo hafinaretana be indrindra sy hasambarana marina. Omaly alakamisy, fetin’ny Epifania, dia namonjy ny fotoam-pivavahana tao amin’ny lasapely Sixtine aho. Mba eritrereto ange izany hoe àty fiangonana iray sady lehibe no malalaka : feno sary hosodoko mahasondriana, hatrany ambony ka hatraty ambany ary hatramin’ny valindrihana aza ; momba ny Testamenta Vaovao izany hosodoko izany, ahitana sarin’olona mihoatra ny arivo, miloko isan-karazany, hany ka manana endrika miavaka, tsy fahita na aiza na aiza, io lasapely io. Dabilio telo mirakotra temitra no natokana ipetrahan’ireo kardinaly 30 miakanjo jaky mena ary misalotra kapaoty kely fotsy eo an-dohasorony ; dia indro ny Papa miditra, omban’ireo mpanotrona azy : olom-piangonana ambony, eveka, arseveka. Tsorina aloha fa dia nampitolagaga tokoa izany rehetra izany, ary na aiza na aiza dia tsy hita ho mirenty sy marevaka tahaka izany ny fivavahana. Saingy aleoko ihany mahita ny Tranon’ombin’i Jesoa tsara fo, ary aleoko mijanona ho mpiandry ondry satria ny hasambarako dia ny mitoetra ao an-tranon’ombin’ilay Mpamonjy Soa » (Taratasy faha-15 ho an’i Paul du Bourg).

C'est en priant devant la Crèche de l'Enfant Jésus, à Noël 1856, qu'Antoine Chevrier s'était senti appelé à imiter le Christ dans sa pauvreté :

Izy nivavaka teo anatrehan’ny Tranon’ombin’i Jesoa Zazakely iny indrindra, ny alin’ny Noely 1856, no nandrenesan’i Mompera Chevrier ny antso nanainga azy hanahaka an’i Kristy ao anatin’ny fahantrany :

« La Crèche, voilà le commencement de toute œuvre de Dieu » (Lettre n°52 à Monsieur l'Abbé Gourdon, 1865).

« Ny Tranon’omby, io no fiantombohan’ny asa ataon’Andriamanitra » (Taratasy faha-52 ho an’i Mompera Gourdon, 1865).

Page 68

Pejy faha-68

« La pauvreté, c'est le premier exemple que Jésus Christ nous donne en entrant dans le monde » (VD, p. 407).

« Ny fahantrana no oha-pitondran-tena voalohany omen’i Kristy antsika, fony izy tonga teto amin’izao tontolo izao » (VD, p. 407).

La pauvreté du Maître

Ny fahantran’ny Mpampianatra :

« Le Père Chevrier, a-t-on dit, avait continuellement devant les yeux Notre Seigneur pauvre à sa naissance, pauvre pendant sa vie et à sa mort… » Sa contemplation du Christ pauvre est résumée dans ces litanies de la pauvreté où il fait parler Jésus lui-même :

« Teo ambany mason’i Mompera Chevrier mandrakariva, hoy ny olona, ny fahantran’ny Tompo : nahantra Izy fony vao teraka, nahantra Izy nandritra ny fiainany ary nahantra Izy maty… ». Ny fibanjinany an’io Kristy mahantra io dia voafintina ao amin’ity litanian’ny fahantrana ity, ka i Jesoa mihitsy no asainy miteny amin’izany :

« Ce que je demande de vous, je l'ai pratiqué moi-même, ainsi que mes apôtres.

« Ny zavatra angatahiko aminareo, dia zavatra efa niainako sy niainan’ny apôstôliko.

« Je vous ai donné l'exemple, afin que, comme j'ai fait, vous fassiez vous aussi.

« Ohatra no nomeko anareo, mba hanaovanareo toy izay nataoko koa.

Suivez-moi.

« Araho aho.

« J'ai voulu être pauvre.

« Nisafidy ny hahantra aho.

« J'ai choisi des parents pauvres.

« Nifidy ray aman-dreny mahantra.

« Je suis né comme un pauvre.

« Toy ny mahantra no nahaterahako.

« La pauvreté a été mon signe distinctif.

« Ny fahantrana no famantarana ahalalana ahy.

« Je me suis mis au rang des pauvres.

« Nirotsaka ho isan’ny mahantra aho.

« J'ai vécu comme un pauvre.

« Niaina toy ny mahantra.

« J'ai travaillé comme un pauvre.

« Niasa toy ny mahantra.

« J'ai souffert comme un pauvre.

« Nijaly toy ny mahantra.

« Je ne possédais rien, j'ai été sans abri comme un pauvre.

« Tsy nanana na inona na inona aho, tsy mba nanan-kialofana fa toy ny mahantra.

« Je me suis conduit comme un pauvre.

« Nanao izay fanaon’ny mahantra aho.

« Je me suis humilié comme un pauvre. J'ai eu faim comme un pauvre.

« Nanetry tena toy ny mahantra aho. Nianjadian’ny hanoanana toy ny mahantra aho.

« J'ai eu soif comme un pauvre.

« Nangetaheta toy ny mahantra aho.

« J'ai été nu comme un pauvre.

« Tsy nitafy toy ny mahantra aho.

« J'ai été délaissé comme un pauvre.

« Nailikiliky ny olona toy ny mahantra aho.

« Je suis mort comme un pauvre.

« Maty toy ny mahantra aho.

Page 69

Pejy faha-69

« Et tout cela parce que je l'ai voulu, par obéissance à mon Père et par amour pour vous » (Ms XII, p. 239).

« Ary tonga izany rehetra izany satria safidiko, ho fanoavako ny Raiko ary ho fanehoako fitiavana anareo » (Ms XII, p. 239).

De ce regard sur le Maître, qui a voulu être pauvre par amour, naît chez Antoine Chevrier, comme chez François d'Assise, le désir passionné de devenir en tout semblable à Jésus pauvre, et ce désir se fait prière :

Io fibanjinana ny Mpampianatra io, izay nisafidy ny ho mahantra noho ny fitiavany, io no nitarika an’i Antoine Chevrier, tahaka an’i François d’Assise, hanana, faniriana mivaivay hitovy tanteraka amin’i Jesoa mahantra ; zary nataony vavaka izany faniriana izany :

« Si vous naissez ainsi pauvre, ô Jésus, c'est pour m'apprendre que le premier pas dans la vie parfaite est la pauvreté. Je l'embrasse donc avec joie et amour, cette belle vertu de pauvreté, et je veux en faire ma vertu favorite et chérie ; ce sera la première de mes vertus ; puisque c'est par elle que vous venez à moi, c'est aussi par elle que je veux aller à vous » (P3, p. 146).

« Raha teraka tanaty fahantrana toy izao ianao, ry Jesoa ô, dia ny mba hampianatra ahy fa hoe ny dingana atao voalohany hirosoana amin’ny fiainana lavorary dia ny fahantrana. Koa raisiko an-kafaliana sy am-pitiavana izany toe-panahy kanton’ny fahantrana izany, ary izy hatramin’izao no toe-panahy mamiko sy lalaiko indrindra ; izy no toe-panahy voalohany ifikirako ; satria amin’ny alalany no ahatongavanao ato amiko, ary amin’ny alalany koa no ankanesako any aminao » (P 3, p. 146).

« O pauvreté, que tu es belle !

« Soa dia soa ianao, ry fahantrana !

« Jésus Christ, mon Maître, t'a trouvée si belle qu'il t'a épousée en descendant du ciel, qu'il a fait de toi la compagne de sa vie et qu'il a voulu mourir avec toi sur la croix.

« Nahita ny hasoanao i Jesoa Kristy Mpampianatra ahy, ka nampakariny ho vady ianao fony izy nidina avy any an-danitra ; ianao no nofidiny ho namana teo amin’ny fiainany, ary hiara-maty aminy teo amin’ny hazofijaliana.

« Donnez-moi, ô mon Maître, cette belle pauvreté.

« Ry Mpampianatra ô, mba omeo ahy izany fahantrana soa dia soa izany.

« Que je la prenne avec joie,

« Enga anie horaisiko an-kafaliana izy,

« que je l'embrasse avec amour,

« hofihiniko am-pitiavana,

« pour en faire la compagne de toute ma vie et mourir avec elle sur un morceau de bois, comme mon Maître ! » (VD, p. 323).

« ka ho zary namako hamakivaky ny fiainana ary hiara-maty amiko eo amin’ny hazo hifantsihiko, toy ny Mpampianatra ahy ! » (VD, p. 323).

La pauvreté des pauvres

Ny fahantran’ny mahantra

Jésus a voulu naître, vivre et mourir comme les pauvres. En se rendant attentif, avec sympathie et amour, à la vie des pauvres auxquels il est envoyé, le Père Chevrier découvre les formes concrètes de ce que doit être la pauvreté de ceux qui sont appelés à être les apôtres des pauvres

Nisafidy ny ho teraka, hiaina ary ho faty toy ny mahantra i Jesoa. Firaisam-po sy fitiavana no nentin’i Mompera Chevrier nandinika ny fiainan’ny mahantra nanirahana azy, ka tsapany tamin’izany ny endriky ny fahantrana tokony hiainan’ireo voaantso ho apôstôlin’ny mahantra :

Page 70

Pejy faha-70

« Souvent, les pauvres n'ont pour table que leurs genoux, pour chaise un banc ou une pierre, pour instrument une écuelle de terre ou de bois et un mur pour appuyer leur dos fatigué par le travail. Et que trouve-t-on sur leur table ? Une soupe de pommes de terre, du fromage, des légumes, quelquefois de la viande. Si nous pouvions faire comme eux et manger en pauvres !

« Mazána tsy manan-databatra ny mahantra, fa eo am-pofoany no ametrahany ny sakafo hohaniny, dabilio na vato no ataony seza, tsangam-bava tanimanga na hazo no ataony lovia, ary rindrin-tany no iankinany rahefa sasa-dahasa izy. Inona moa no mba sakafony ? Ron’ovy, fromazy, ananana, ary hena indraindray. Raha mba afa-manao toa azy ireo manko isika, mihinana ny sakafo fihinan’ny mahantra !

« Notre Seigneur ne mangeait-il pas souvent et presque toujours en pauvre, quand il était assis au bord du puits de Jacob et que ses apôtres lui disaient de manger ? Ne mangeait-il pas en pauvre quand il cherchait quelques figues sur un figuier pour se nourrir, car il avait faim ?…

« Moa ve ny Tompontsika matetika, ary saika mandrakariva aza, tsy nihinana izay sakafo fihinan’ny mahantra, fa nipetraka teo amoron’ny fantsakan’i Jakoba izy ary teo ny apôstôly no nanasa azy hihinana ? Moa tsy nihinana ny sakafo fihinan’ny mahantra izy raha nitady voany teo amin’ny fototr’aviavy iray, satria nahatsiaro noana ?…

« Contentons-nous de peu, prenons bien le nécessaire, mais évitons ces appareils, ces cérémonies en usage chez les riches et les bourgeois, mangeons comme des voyageurs et des pauvres… Il ne faut pas se séparer des pauvres, même pour la nourriture et ne pas les exposer à dire : il est bien mieux traité que nous. A quoi bon se faire pauvre, si on ne vit pas comme les pauvres ? » (VD, p. 187-188).

« Aoka isika hahay hianina amin’izay kely ananana, ka izay tena ilaina no hany tazonina, fa hialana ny forongon-javatra sy ny fihetsiketsehana ary ny fomba amam-panao fahita amin’ny mpanefoefo sy ny sarangan’ny mpanana. Aoka isika hanao toy ny mpivahiny sy ny mahantra rahefa misakafo… Tsy tokony hihataka amin’ny mahantra isika, na dia amin’ny sakafo aza, mba tsy hilazany hoe : tsara karakara kokoa ry zareo noho isika. Inona fotsiny no hiezahana ho mahantra raha tsy hiaina toy ny mahantra tsinona ? » (VD, p. 187-188).

« Les pauvres n'ont pas de domestique, ils font leur ouvrage. Nous devons être, quand c'est nécessaire, maçons, plâtriers, charpentiers, laveurs, raccommodeurs, etc. Saint Paul travaillait de ses mains pour subvenir à ses besoins et même à ceux des autres » (P1 p. 208).

« Tsy manana mpiasa ny mahantra fa izy ihany no manao ny raharahany. Isika koa, raha ilaina, dia tokony handrary biriky, handalotra, handrafitra, hanasa lamba, hanosoka ny rovitra, sns. Nampiasa ny tànany i Md Paoly mba hahitany fivelomana ary hanampiana ny hafa aza » (P 1, p. 208).

« Nous tiendrons à ce que notre chambre se rapproche le plus possible à celle des pauvres » (VD, p. 291).

« Araka izay azo atao, dia ezahintsika hifanahatahaka amin’ny efitranon’ny mahantra ny efitranontsika » (VD, p. 291).

Page 71

Pejy faha-71

« Quand nous n'aurons point de logement, qu'un logement d'emprunt et qu'on nous renverra ailleurs et que nous serons obligés de déménager comme les pauvres, c'est alors que nous aurons la véritable pauvreté » (VD, p. 520).

« Rahefa isika no tsy manan-trano honenana afa-tsy trano indramina, ka roahin’ny olona etsy sy eroa ary voatery mifindrafindra trano toy ny mahantra, dia izay isika vao tena miaina anatin’ny fahantrana marina» (VD, p. 520).

« Soyons véritablement pauvres et rapprochons-nous le plus possible des pauvres » (VD, p. 522).

« Aoka ho tena mahantra marina isika, ary miezaka hanakaiky ny mahantra bebe kokoa hatrany » (VD, p. 522).

« Le disciple n'est pas plus que le Maître. Quel droit ai-je d'être mieux traité, mieux logé, mieux nourri que Jésus Christ, que les apôtres, que les pauvres eux-mêmes ? Le pauvre qui travaille ne nous fait-il pas honte ? Eh quoi ! nous mangerions de bons morceaux et les autres n'auront que du pain noir ! Quel droit avez-vous ? Les autres travailleront toute la journée péniblement, et vous, vous ne ferez rien ! Quel droit avez-vous devant Dieu ? » (VD, p. 296).

« Ny mpianatra tsy ambony noho ny Mpampianatra azy. Nahoana aho no tokony ho voakarakara kokoa, hanana trano fonenana tsara kokoa, hihinana sakafo tsara kokoa noho i Jesoa Kristy, noho ny apôstôly, noho ireo mahantra ireo ? Tsy tokony hitsanga-menatra ve isika eo anatrehan’ny mahantra milofo miasa ? Fa ahoana ! Isika ve hihinana sakafo matsiro nefa ny hafa mihafy amin’ny sakafo tsizarizary ! Nahoana ianareo no hahazo an’izany ? Ny sasany miasa mafy mandritra ny andro, dia ianareo, tsy hanao na inona na inona ? Inona no mahamendrika anareo hahazo an’izany eo anatrehan’Andriamanitra ? » (VD, p. 296).

« Il faut bien se rappeler que la pauvreté volontaire et recherchée ne vaut pas la pauvreté effective du monde des pauvres de la terre, des mères de famille, des ouvriers sans travail, des pauvres sans nourriture et sans logement, et que jamais un pauvre volontaire religieux ne souffrira autant que les pauvres du monde. C'est pour cela que saint François, qui aimait vraiment la pauvreté, enviait le sort des pauvres et travaillait à devenir semblable à eux » (VD, p. 524).

« Tsy maintsy raketina ao an-tsaina fa ny fahantrana nosafidiana ary notadiavina dia tsy mitovy lanja amin’ilay fahantrana tena izy, dia ilay hita eo amin’ny tontolon’ny mahantra eran-tany, ny fahantran’ny renim-pianakaviana, ny an’ireo tsy mahita asa hivelomana, ny an’ireo mahantra tsy manan-kanin-kohanina ary tsy manan-trano hisitrihana. Na oviana na oviana ny relijiozy iray nisafidy ny ho mahantra dia tsy hijaly tahaka ny mahantra eo amin’izao tontoto izao. Izany no nahatonga an’i Md François, izay nankamamy fahantrana tokoa, hitsiriritra ny anjara fiainan’ny mahantra, ka nilofosany hanahaka azy ireo » (VD, p. 524).

Les biens et l'argent

Ny harena sy ny vola

Dans le Véritable Disciple, le Père Chevrier écrit à l'intention des membres de sa famille spirituelle :

Izao no nosoratan’i Mompera Chevrier, ao amin’ny « Mpianatra Marina » (« Le Véritable Disciple »), ho an’ireo zanany ara-panahy :

Page 72

Pejy faha-72

« Notre Seigneur exprime très bien en deux mots comment nous devons nous conduire par rapport aux choses de la terre, quand, parlant des rapports de biens qu'il a avec son Père, de cette communauté qui existe entre lui et son Père, il dit : « Tout ce qui est à moi est à vous et tout ce qui est à vous est à moi » (Jn 17, 10).

« Voalazan’ny Tompontsika amin’ny teny indroam-bava ny tokony ho fitondran-tenantsika eo anatrehan’ny zavatry ny tany, raha nanambara momba ny fananana iombonany amin’ny Rainy sy ny fifandraisany aminy Izy : "Izay rehetra ahy dia anao avokoa, ary izay rehetra anao dia ahy avokoa" (Jo 17, 10).

« Pour entrer dans cette disposition d'esprit, nous devons regarder toutes choses comme étant à Dieu et aux pauvres ; nous ne sommes maîtres de rien, propriétaires de rien devant Dieu, nous sommes seulement les économes du bon Dieu et les distributeurs des biens des pauvres.

« Mba hananantsika an’izany toe-tsaina izany, dia tsy maintsy heverintsika fa an’Andriamanitra sy an’ny mahantra ny zavatra rehetra ; tsy misy na inona na inona antsika, tsy misy na inona na inona azo lazaina ho fananantsika eo anatrehan’Andriamanitra. Mpitantana ny fananan’Andriamanitra fotsiny isika ary mpizarazara amin’ny mahantra ny fananany.

« Nous pouvons nous en servir selon notre nécessité, mais il faut être disposé à le donner à quiconque en a besoin.

« Azontsika ampiasaina izy ireny, araka izay tena ilantsika azy, saingy tsy maintsy vonona isika hanome rahefa misy olon-kafa mila izany.

« C'est cette première disposition d'âme qui détruit en nous cet esprit de propriété, qui est si opposé à la charité, à la pauvreté, au dévouement et au sacrifice.

« Io no toe-panahy voalohany enti-mamongotra an’ilay toe-tsaina mivolon-ko tompony ao amintsika, izay mifanao atsimo sy avaratra amin’ny fitiava-namana, amin’ny fahantrana, amin’ny risi-po hanampy ny hafa ary amin’ny fahafoizan-tena.

« Quoi de plus choquant, en effet, que d'entendre dire à chaque instant, dans une maison de frères en Jésus Christ et de véritables pauvres : C'est à moi, c'est ma chambre, c'est mon lit, c'est ma montre, c'est ma table, c'est à moi, je ne veux pas que vous le touchiez.

« Raha sendra miditra ny trano onenan’ireo havana ao amin’i Jesoa Kristy isika, dia ireo tena ianjadiam-pahantrana marina : inona moa no mety hanafintohina mihoatra noho ny mandre azy ireny, isaky ny mandeha, milaza ny hoe : Ahy ity, efitranoko io, fandriako itsy, famantaranandroko ity, latabatro iroa, ahy io ka aza kitihinao

« Celui, au contraire, qui entre dans cet Esprit de Jésus Christ, il ne tient à rien, ni à ses biens, ni à son logement, ni à ses meubles, ni à ses vêtements, ni à son argent, ni à sa bourse, ni à rien de ces choses terrestres auxquelles le monde tient tant ; sa devise à lui est celle-ci : tout ce qui est à moi est à vous. Si quelqu'un vient et qu'il soit pauvre et qu'il ait besoin de quelque chose, il lui dit : Le voilà, voilà ma chambre, voilà mon lit, voilà mon vêtement, voilà ma bourse ; tout ce qui est à moi est à vous.

« Fa izay mirotsaka ao amin’io toe-panahin’i Jesoa Kristy io kosa dia tsy mifikitra na amin’inona na amin’inona, na amin’ny fananany, na amin’ny trano onenany, na amin’ny fanaka ampiasainy, na amin’ny akanjo anaovany, na amin’ny vola sy ny kitapom-bolany, na amin’inona na amin’inona zavatry ny tany ifikiran’izao tontolo izao mafy ery. Ny tarigetrany dia ity : izay rehetra ahy dia anao avokoa. Raha misy olona tonga, mahantra tsy manana na inona na inona, ka mila zavatra, dia hoy izy mantsy azy : Inty, io ny efitranoko, io ny fandrinako, io ny akanjoko, io ny kitapom-bolako ; izay rehetra ahy dia anao avokoa.

« Qu'il est beau cet homme qui ne tient à rien et qui dit aux pauvres du bon Dieu : Tout ce qui est à moi est à vous ! et qui se dépouille ainsi jusqu'à devenir aussi pauvre que les plus pauvres ; comme les saints qui ne pouvaient souffrir de voir des hommes plus pauvres qu'eux et qui donnaient tout jusqu'à ce qu'ils n'aient plus rien à donner, alors ils se donnaient eux-mêmes » (VD, p. 288).

« Soa dia soa ny olona tsy mifikitra na amin’inona na amin’inona, ka afa-milaza amin’ireo mahantran’Andriamanitra manao hoe : izay rehetra ahy dia anareo avokoa ! Ary mahafoy ny zavatra rehetra, ka tonga mahantra lavitra noho izay mahantra indrindra. Tahaka izany ireo olomasina tsy mahatanty mahita olona mahantra noho izy, ka nanome izay rehetra teo an-tanany, ary rahefa tsy nisy na inona na inona azony nomena intsony dia ny tenany no natolony » (VD, p. 288).

Page 73

Pejy faha-73

« La véritable pauvreté et l'esprit de pauvreté se trouvent renfermés dans ce mot : avoir le nécessaire et savoir s'en contenter.

« Ny tena fahantrana marina ary ny tena toe-pon’olo-mahantra dia voafintina ao anatin’izao teny izao : manana izay ilaina ary mahay mianina amin’izany.

« C'est parce qu'on ne sait pas se contenter du nécessaire que l'on manque à la pauvreté.

« Ny olona tsy mahay mianina amin’izay ilaina no diso amin’ny fahantrana.

« On commence bien par la pauvreté, mais peu à peu on trouve que ce n'est pas assez commode, pas suffisant, que ce n'est pas assez solide, pas assez propre, que ça ne dure pas assez, et mille autres raisons spécieuses ; et alors on ajoute, on change, on embellit, on trouve que c'est plus convenable, que ça dure plus et peu à peu on se trouve avoir une chambre commode, à l'aise, où rien ne manque ; avoir une table confortable où l'on trouve au-delà du nécessaire; avoir des habits convenables qui durent davantage, qui sont plus solides et mieux en rapport avec les goûts du monde ; de changement en changement, on arrive à faire comme le monde et à perdre l'esprit de pauvreté…

« Eo am-piandohana, dia mba ny fahantrana ihany tokoa no ilofosana, saingy tsikelikely dia misosoka ny hevitra fa hoe tsy dia mety araka ny ilàna azy izay eo an-tanana, na tsy ampy, na tsy mafy, na tsy madio, na tsy mateza firy, dia tanisaina eo avokoa izao fialan-tsiny foronina rehetra izao. Dia ampiana itsy, ovàna iroa, hatsaraina iry, lazaina fa izao no metimety kokoa, ity no mafimafy kokoa, dia tsikelikely indro fa nivoatra ilay efitrano, manjary ahazoana aina kokoa, ary misy izay ilaina rehetra. Ny sakafo lasa ampy tsara, ahitana zavatra mihoatra noho izay ilaina aza ; ny fitafiana lasa akanjo mendrika, mateza kokoa, mafy kokoa ary mifanaraka kokoa amin’ny itiavan’izao tontolo izao azy. Dia miova tsikelikely toy izany, ka farany dia manao toy ny ataon’izao tontolo izao ihany ary very ilay hoe toe-tsain’olo-mahantra…

« Celui qui a l'esprit de pauvreté, il a toujours de trop, il tend toujours à retrancher ; celui qui a l'esprit du monde n'a jamais assez, il n'est jamais content, il lui faut toujours quelque chose de plus.

« Izay olona manana ny toe-tsain’ny mahantra dia mihevitra fa tafahoatra mandrakariva ny zavatra ananany, hany ka voasarika mandrakariva izy hanilika amin’izany. Fa izay manana ny toe-tsain’izao tontolo izao kosa dia tsy afa-po na oviana na oviana amin’izay ananany, mitady zavatra hafa hatrany izy.

Le vrai pauvre de Jésus Christ va toujours en retranchant, en diminuant. Celui qui a l'esprit du monde va toujours en croissant, en augmentant.

« Ny tena mahantran’i Jesoa Kristy dia miezaka mandrakariva mandrombina amin’izay eo an-tanany, mampihena izay ananany. Izay manana ny toe-tsain’izao tontolo izao kosa dia milofo mandrakariva manabe voho sy mampitombo izay efa ananany.

Celui qui a l'esprit de pauvreté se dit en lui-même j'ai bien encore plus qu'il ne faut, il y a tant de pauvres qui n'ont pas tant que moi, tant de pauvres qui souffrent et qui manquent du nécessaire ; et moi, quel droit ai-je donc d'être mieux logé, mieux nourri, mieux vêtu que les pauvres du bon Dieu ?

« Izay manana ny toe-tsain’ny mahantra dia manao anakampò hoe : mbola mihoatra noho izay tena ilaina ny zavatra eto an-tanako, maro be anefa ny mahantra no tsy manam-be tahaka ahy, maro be ny mahantra no mijaly ary tsy manana ny ampy hivelomany akory. Ary nahoana moa aho no tokony hanana trano fonenana tsara kokoa, sakafo tsara kokoa, fitafiana tsara kokoa noho ireo mahantran’ny Tompo ireo ?

Page 74

Pejy faha-74

« Là où il n'y a pas à souffrir quelque chose, il n'y a pas de véritable pauvreté » (VD, p. 295).

« Rahefa tsy misy zavatra ihafiana intsony dia tsy misy koa ny tena fahantrana marina » (VD, p. 295).

« Quand Jésus envoie ses apôtres en mission, il leur dit : « Ne vous mettez point en peine d'avoir de l'or ou de l'argent ou d'autre monnaie dans votre bourse ; ne préparez pour votre voyage ni sac, ni habit, ni soulier, ni bâton » (Mt 10, 9). « Ne portez rien dans le chemin, ni bâton pour votre défense, ni sac, ni provision, ni pain, m argent, et n'ayez pas même deux habits » (Mt 10, 10 ; Lc 9, ; 10, 4). Par tous ces discours, Notre Seigneur veut bannir de notre âme toute inquiétude de l'avenir. Nous sommes ses ouvriers, ses serviteurs : il aura soin de nous. L'ouvrier est digne de son salaire » (VD, p. 318).

« Fony naniraka ny apôstôliny i Jesoa, dia izao no nolazainy azy ireo : "Aza sahiran-tsaina amin’izay volamena, na volafotsy, na vola hotahirizina anaty kitapom-bola ; ary aza manomana kitapo, na fitafiana, na kiraro, na tehina ho entinareo mivahiny" (Mt 10, 9). "Ary eny an-dàlana, aza mitondra tehina hiarovan-tena, na kitapo, na vatsy, na sakafo, na vola, ary aza mitondra akanjo roa akory" (Mt 10, 10 ; Lk 9, 3 ; 10, 4). Izany teny izany no entin’ny Tompontsika mamongotra ao am-pontsika ny tebiteby eo anatrehan’ny ho avy. Mpiasany isika, mpanompony : mitsimbina antsika izy. Fa mendrika ny karamany ny mpiasa » (VD, p. 318).

« Si donc nous sommes vraiment les ouvriers de Dieu, nous aurons notre salaire, Dieu nous l'enverra. Notre maison n'est-elle pas une preuve de cette grande vérité ? Où sont nos ressources ? Où sont nos revenus ? Et cependant Dieu nourrit près de deux cents personnes chaque jour ; n'est-ce pas là une preuve évidente de la Providence de Dieu sur nous ? et que si nous continuons à vivre comme nous avons commencé, nous aurons toujours l'appui de Dieu et son secours ? » (VD, p. 321).

« Koa raha mpiasan’Andriamanitra marina tokoa isika, dia ho azontsika ny tambin-kasasarantsika, homen’Andriamanitra antsika izany. Moa io tranontsika io tsy porofon’izany fahamarinana lehibe izany ? Inona moa no antom-pivelomantsika eo ? Ary aiza izay fidiram-bola eo ? Nefa dia olona efa ho roanjato no fahanan’Andriamanitra sakafo eto isan’andro ; tsy porofo miharihary ahatsapana ny Fitsimbinan’Andriamanitra antsika va izany ? Ary tsy milaza va izany fa raha ny fomba fiainantsika hatrany am-boalohany no mitohy dia hanohana sy hamonjy antsika hatrany Andriamanitra ? » (VD, p. 321).

« Quand je vous ai envoyés sans bourse, sans sac, sans souliers, avez-vous manqué de quelque chose ? De rien, répondirent les apôtres (Lc 22, 35). Dieu envoie ses apôtres dans la pauvreté et il leur donne le nécessaire, mais ils ne s'occupent pas de bâtir, d'affaires temporelles. Dieu promet le centuple en ce monde, quand on travaille pour lui et que l'on fait réellement l'ouvrage de Dieu » (VD, p. 322).

« Fony aho naniraka anareo, ka nanafatra anareo tsy hitondra kitapom-bola, na kitapo hafa, na kiraro, moa nisy zavatra naha-ory anareo ? – Tsy nisy, hoy ny navalin’ny apôstôly" (Lk 22, 35). Ao anatin’ny fahantrana no anirahan’Andriamanitra ny apôstôly, ary omeny azy ireo izay ilainy amin’izany ; fa ny tsy andraikiny dia ny fanorenan-trano, ny fikarakarana zavatry ny tany. Ampanantenain’Andriamanitra zato heny dieny eto an-tany ireo izay miasa ho azy ary milofo marina tokoa manao ny asany » (VD, p. 322).

Page 75

Pejy faha-75

Le Père Chevrier disait :

Hoy i Mompera Chevrier :

« Notre vocation à nous est la pauvreté et le service des pauvres… Notre Prado durera tant qu'il conservera son esprit de simplicité et de pauvreté, mais malheur à lui, s'il venait à s'en écarter : la charité ne subsisterait pas longtemps » (P 1, p. 220).

« Ny antson’Andriamanitra miantefa amintsika dia ny hiaina anaty fahantrana ary ny hanompo ny mahantra… Haharitra ity Prado-ntsika ity raha voatahiriny ny toe-panahy feno fahatsorana sy fahantrana, fa loza ho azy kosa raha mihataka amin’izany izy : tsy haharitra ela velively ny fitiavana-namana amin’izay » (P 1, p. 220).

Les fruits de la pauvreté

Ny vokatry ny fahantrana :

« La pauvreté nous tient dans l'humilité, la douceur, la confiance, la prière, vis-à-vis de Dieu et des hommes » (VD, p. 521).

« Ny fahantrana no mihazona antsika hanana fanetre-tena, halemem-panahy, fitokisana, fitiavam-bavaka, na eo anatrehan’Andriamanitra, na eo anatrehan’ny olombelona » (VD, p. 521).

« Quand on a la pauvreté sous les yeux avec sa gêne et ses privations, on peut plus facilement imiter Notre Seigneur et baiser ces murs grossiers et ce pavé défoncé qui nous représentent l'étable de Bethléem. Là, on n'aime rien que Jésus, parce qu'il n'y a que lui seul qui se présente à nos regards et rien pour les distraire. Oh ! oui, comme la pauvreté est aimable ! Et plus une maison ressemble à l'étable, mieux on s'y trouve. L'amour fait tout aimer. Oh ! si les hommes connaissaient ce trésor, ils ne prendraient pas tant de peine pour si bien se meubler, se caser et s'arranger… » (Lettre n°310 à Madame Franchet, 13 mai 1869)

« Rahefa mbỳ an-koditry ny fahantrana, omban’ny fahasahiranana sy ny fihafiana entiny, dia mora kokoa ho an’ny olona ny maka tahaka ny Tompontsika, ary manoroka ny rindrina tsizarizary sy ny gorondom-bato efa simba anehoana an’ilay tranonomby tao Betilehema. Eo manko tsy misy zavatra hafa mety ho tiana ankoatra an’i Jesoa, fa Izy no hany eo ambany masontsika, tsy misy zava-kafa mety hanelingelina antsika tsy hibanjina azy. Eny ! Mahateo tia aoka izany tokoa ny fahantrana ! Ary arakaraka ny hitovizan’ny tranontsika amin’io tranonomby io no ahazoantsika hafinaretana monina ao. Ny fitiavana no mandrisika antsika hitia ny zavatra rehetra. Endrey ! Raha mba fantatry ny olona manko izany harena izany, tsy hitotototo fatratra toy izao izy hitady izay fanaka tsara hampiasaina, izay trano tsara honenana, ary izay hampilamina tsara ny fiainany… » (Taratasy faha-310 ho an-dRamatoa Franchet, 1869).

« Plus on est pauvre des choses de la terre, plus on possède Jésus Christ » (P 3, p. 147).

« Arakaraka ny mahapahantra antsika momba ny zavatry ny tany no ananantsika an’i Jesoa Kristy » (P 3, p. 147).

« C'est dans la pauvreté que le prêtre trouve sa force, sa puissance et sa liberté » (VD, p. 519).

« Ao anatin’ny fahantrana no anovozan’ny pretra hery sy tanjaka ary fahafahana » (VD, p. 519).

Page 76

Pejy faha-76

« Quelle liberté, quelle puissance donne au prêtre cette sainte et belle pauvreté de Jésus Christ !

« Endrey ! Toy inona ny fahafahana, toy inona ny tanjaka ananan’ny pretra avy amin’io fahantran’i Jesoa Kristy izay sady masina no soa dia soa io

« Quel exemple il est pour le monde, ce monde qui ne travaille que pour l'argent, qui ne pense qu'à l'argent, qui ne vit que pour l'argent ! (…] Qu'il est beau ! qu'il est grand ! qu'il est admirable cet homme ! » (VD, p. 322).

« Toy inona ny oha-piainana omeny an’ity izao tontolo izao tsy miasa raha tsy vola ity, tsy mieritreritra afa-tsy vola, tsy velona raha tsy ho an’ny vola ! […] Soa izany olona izany Ambony izany olona izany ! Mampitolagaga izany olona izany ! » (VD, p. 322).

« Oh ! que le bon Dieu a besoin
de bons prêtres pauvres ! »

Endrey ! mila pretra mahafatra-po
ary mahantra Andriamanitra !

L'intelligence de la pauvreté que le Père Chevrier avait acquise à partir de son attachement à Jésus pauvre lui a fait écrire des pages d'un réalisme vigoureux sur certains usages de son temps qui empêchaient beaucoup de gens du monde populaire de reconnaître le Christ dans le sacrement de son Église :

Lalina ny fahatsapan’i Mompera Chevrier ny hoe tena fahantrana ; ny fifikirany tamin’i Jesoa mahantra no nahatakarany an’izany, ka nahafahany nanoratra pejy maro namaky am-batolampy ny tena zava-misy mikasika ireo fomba amam-panao sasany, tamin’izany andro izany. Ireny fomba ireny manko no nisakana ny maro tamin’ny vahoaka tsy mandady harona tsy hahita taratra ny endrik’i Kristy teo amin’ny Fiangonana, izay sakramenta tokony haneho azy :

« N'est-il pas honteux de voir des prêtres s'enrichir, acheter des terres, des maisons et cela de l'argent de l'Église, et des prêtres qui, dans le monde, auraient été des ouvriers, qui auraient à peine suffi pour vivre dans le monde, des prêtres qui doivent à l'Église et à l'aumône d'être prêtres et qui s'enrichissent ? Est-ce qu'on se fait prêtre pour s'enrichir ? Quel malheur pour l'Église ! » (VD, p. 522).

« Moa va tsy mahamenatra ny mahita pretra miha-manan-karena, mividy tany, trano, amin’ny volam-piangonana ? Ireny pretra ireny, raha teo amin’izao tontolo izao, dia ho mpiasa tsotra ihany, sahirana vao mahavelon-tena ; ny Fiangonana sy ny fiantrana nomen’ny olona no naha-pretra azy ireny, nefa dia izy indray no miha-manan-karena. Angaha ny hampanan-karena no irotsahana ho pretra ? Fahavoazana iray lavaka ho an’ny Fiangonana izany ? (VD, p. 522).

« Nous éviterons de placer dans nos églises et sacristies ces affiches, ces tarifs qui fixent le prix des choses saintes, des enterrements et des chaises. Les fidèles qui ont la foi comprennent ce devoir envers le prêtre et donnent facilement aux prêtres qui ont rempli une fonction sainte.

« Tsy mba ataontsika fanao ny mametaka afisy ao am-piangonana, na ao amin’ny sakristia, milaza ny vola tokony haloa amin’ireo zava-masina isan-karazany, amin’ny fandevenana, amin’ny seza ipetrahana. Ny mpino manam-pinoana dia mahatsapa fa manana adidy amin’ny pretra izy momba izany, ka tsy sarotiny izy manome hasin-tanana ny pretra nanome fahasoavana azy.

Page 77

Pejy faha-77

Mais que voulez-vous demander à des impies, à des gens qui méprisent déjà le prêtre, qui regardent le prêtre comme un avare et un homme de bonne chère, à des gens qui ne viennent que trois ou quatre fois à l'église durant leur vie : aux mariages, aux baptêmes et aux enterrements et qui, toutes les fois qu'ils viennent à l'église, entendent du prêtre ou du sacristain ces paroles : Vous devez tant, et cela avec autorité et exigence.

Saingy inona moa no azonao angatahina amin’olona tsy matahotra an’Andriamanitra, amin’olona efa tsy mandraharaha ny maha-pretra anao rahateo, ary mihevitra fa olona mahihitra ny pretra, na olona lian-kanina ? Inona no azonao angatahina amin’olona tsy miditra am-piangonana raha tsy intelo na inefatra mandritra ny fiainany manontolo : rahefa misy mariazy, na batemy, na fandevenana ; saingy isaky ny tonga ao am-piangonana izy dia reny mandrakariva ny pretra na ny mpiandraikitra ny sakristia milaza aminy fa tokony handoa an’izao sy izao izy, sady izay mandidididy sy sarotindrotiny erý.

« Ces manières de faire ne font que détourner de l'Église et ils s'en vont en jurant, en critiquant la religion et appelant la religion une religion d'argent. C'est un fait certain que très peu de gens donnent de bon cœur leur argent aux prêtres et on ne le quitte ordinairement qu'en disant quelques paroles injurieuses… Ne dirait-on pas un commerce quand on dit : Vous me devez tant ? et quand les fidèles vous demandent : Combien est-ce ? combien la messe ? » (VD, p. 315).

« Ireny fomba ireny no manosika ny olona hanalavitra ny Fiangonana : sady miteny ratsy izy no mirintona mandeha ; dia kianiny ny fivavahana, ka tondroiny ho fivavahana atao fitadiavam-bola. Marina fa vitsy ankehitriny ny olona manome vola ny pretra antin’ny fony tokoa ary mazàna teny fanevatevana aza no isarahany aminy… Moa tsy miendrika resa-barotra kosa ve ny filazana hoe : izao ny vola aloanao ? Ary ny fanontanian’ny kristianina manao hoe : ohatr’inona ny toy izao, na ohatr’inona ny mampanao lamesa ? » (VD, p. 315).

« Quand on entre dans une maison religieuse et qu'on y voit le luxe, cela fait mal au cœur » (P 2, p. 51).

« Raha miditra ao an-tranon-drelijiozy ianao, ka zavatra feno rentirenty no hitanao ao, dia mahavaky fo izany » (P 2, p. 51).

Le regard d'Antoine Chevrier sur les révolutions est étonnamment positif :

Mahagaga fa amin’ireny revôlisiôna ireny dia ny lafitsarany no mavesa-danja eo imason’i Mompera Chevrier :

« N'est-ce pas souvent pour punir notre avarice et notre attachement aux biens de la terre que Dieu envoie des révolutions et nous fait dépouiller par les fidèles eux-mêmes de tout ce que nous possédons ? C'est la première chose que font les révolutionnaires : nous dépouiller, nous rendre pauvres. Ne dirait-on pas que le bon Dieu veut nous punir de notre attachement aux biens de la terre et nous forcer par là à pratiquer la pauvreté, puisque nous ne voulons pas la pratiquer volontairement ?

« Moa ve mazàna tsy ny hanasazy antsika amin’ny fahihirantsika sy amin’ny fifikirantsika amin’ny haren’ny tany no andefasan’Andriamanitra an’ireny revôlisiôna ireny, ka amin’izany dia ny kristianina ihany no avy manendaka sy mandroba izay rehetra ananantsika ? Io no zavatra voalohany ataon’ireo mpanao revôlisiôna : ny manendaka antsika, manao izay hampahantra antsika. Moa va tsy hoe Andriamanitra mihitsy no te hanasazy antsika noho ny fifikirantsika amin’ny haren’ny tany, ary dia izany no fomba hanereny antsika hiaina ara-pahantrana, satria efa tsy mazoto hiaina araka izany an-tsitrapo ihany isika ?

Page 78

Pejy faha-78

« Et c'est quelquefois bien heureux que cela arrive parce que nous nous endormirions dans les richesses et le bien-être et nous ne nous occuperions plus des choses de Dieu. Quand Dieu dit : " Malheur aux riches ", il le dit encore plus pour ses ministres que pour les autres, parce que si quelqu'un doit pratiquer la pauvreté, c'est bien surtout les prêtres, ses serviteurs » (VD, p. 316).

« Ary indraindray mahasoa antsika tokoa ny fahatongavan’izany, satria raha tsy izay dia ho renoka ao anatin’ny harena sy ny hafinaretana ao isika, ka tsy hanam-potoana hilofosana amin’ny asan’Andriamanitra intsony. Fa Andriamanitra raha milaza hoe : « Loza ho anareo mpanankarena ! », dia amin’ny mpiasany indrindra indrindra aloha no miantefa izany teny izany, alohan’ny hiantefany amin’ny olon-kafa ; satria raha misy olona tokony hiaina ao anatin’ny fahantrana dia ny pretrany indrindra, ireo no mpanompony » (VD, p. 316).

« Ce sera par le détachement et la pauvreté que nous retrouverons notre place dans le cœur des peuples. Plus nous serons pauvres et désintéressés, moins nous serons exigeants, plus nous serons amis du peuple et plus le bien nous sera facile » (VD, p. 316).

« Ny tsy fifikirana amin’ny haren’ny tany ary ny fahantrana no hahatafaverina antsika eo amin’ny toerana tokony hisy antsika ao am-pon’ny vahoaka. Arakaraka ny mahampahantra antsika, ka tsy hilantsika tambiny amin’izay asa rehetra atao, no tsy hisehoantsika ho sarotiny mitaky an’izao sy izao amin’ny olona, ary vao mainka aza hahatonga antsika ho mamy hoditra eo amin’ny vahoaka izany, ka ho moramora kokoa ho antsika ny manao soa » (VD, p. 316).

« Oh ! que le bon Dieu a besoin de bons prêtres pauvres, c'est là ce que je rêve et désire ardemment depuis plus de dix ans, qu'il y ait de bons prêtres dans les paroisses, tout est là… » (Lettre n°53 à Monsieur l'Abbé Gourdon, 28 août 1865).

« Endrey ! Mila pretra mahafatra-po ary mahantra tokoa Andriamanitra ! Izany no nofinofiko ary faniriana miredareda ato anatiko hatramin’ny folo taona izao : pretra mahafatra-po hiandraikitra paroasy, izay no tena zavatra… » (Taratasy faha-53 ho an Mompera Gourdon, 1865).

« Pourquoi donc aujourd'hui ne verrions-nous pas revivre des hommes détachés comme saint Paul, animés de son zèle pour les âmes, au point de céder leur droit en faveur des pauvres pécheurs, pour les ramener à l'Église et leur rendre la foi et l'estime du prêtre, l'amour de Jésus Christ ? » (VD, p. 316).

« Nahoana moa ankehitriny no tsy hahitantsika olona toa an-dry Masindahy Paoly, afaka amin’ny fatopatotra rehetra ary mijoro entanin’ny zotom-pò hamonjy fanahy, mahavita mampandefitra ny zòny mba hamonjena an’ireo mpanota fadiranovana, hitarihana azy ireo hiverina eo anivon’ny Fiangonana, hamelomana ny finoan’izy ireo sy ny fanajany ny pretra ary ny fitiavany an’i Jesoa Kristy indray ? » (VD, p. 316).

« Aujourd'hui, plus que jamais, il faut être pauvre pour lutter contre le monde, le luxe et le bien-être qui prend un accroissement prodigieux partout… Si le prêtre fait comme tout le monde, comment pourra-t-il le conduire et l'instruire ? » (VD, p. 519).

« Ankehitriny indrindra, mihoatra noho izay lasa izay, no ahatsapana fa tsy maintsy mirotsaka ho mahantra aloha vao afa-manohitra an’izao tontolo izao, manohitra ny rentirenty sy ny hafinaretana izay miha-mahazo vahana izaitsizy na aiza na aiza… Raha manao toy ny ataon’ny olona rehetra ny pretra, ahoana moa no hahafahany mitarika sy mampianatra azy ireo ? » (VD, p. 519).

Page 79

Pejy faha-79

VIII
Souffrance et dépouillement

VIII
Fahoriana sy fahafoizana ny zavatra rehetra

La croix du Sauveur

Ny hazofijalian’ny Mpamonjy

Le Père Chevrier ne se lassait pas d'étudier et de prêcher, comme saint Paul, Jésus Christ crucifié. Il disait que c'est au calvaire que le chrétien apprend à être un homme crucifié

Toa an’i Masindahy Paoly dia tsy viza-nandinika sy nitory an’i Jesoa Kristy voafantsika i Mompera Chevrier. Filazany ny hoe eo an-tampon’ny Kalvery no ianaran’ny kristianina miaritra an’izany mifantsika amin’ny hazofijaliana izany :

« Je vais profiter de ce temps pour étudier un peu la passion de Notre Seigneur. Ce ne sera pas du temps perdu. Il y a de si belles choses dans cette passion du Sauveur… » (Lettre n° 326 à Madame Franchet).

« Hararaotiko izao fotoana izao handinihana kely ny fijalian’ny Tompontsika. Tsy ho fotoana very velively izany. Misy zava-tsoa lalina tokoa manko ao amin’io fijalian’ny Mpamonjy io… » (Taratasy faha-327 ho an-dRamatoa Franchet).

« Le Crucifix, le Calvaire, c'est le second état dans lequel Notre Seigneur se montre à nous comme modèle… » (VD, p. 480).

« Ny Hazofijaliana, ny Kalvery : izany no endrika faharoa asehon’ny Tompo antsika mba hotahafina… » (VD, p. 480).

« C'est dans sa Passion que Notre Seigneur a été le plus beau et le plus parfait » (P 2, p. 145).

« Tao anatin’ny Fijaliany ny Tompo no soa indrindra ary teo Izy no tonga lafatra indrindra » (P 2, p. 145).

« Jésus Christ a accompli sa mission de Sauveur de la manière la plus parfaite vis-à-vis de son Père et vis-à-vis de nous.

« Tontosan’i Jesoa Kristy antsakany sy andavany, na teo anatrehan’ny Rainy na teo anatrehantsika, ny iraka maha Mpamonjy azy ary nasaina nataony.

« Avec quelle générosité il s'offre à son Père !

« Akory moa ity hafanam-pony manolo-tena amin’ny Rainy

Avec quelle soumission il accepte les rigueurs de sa justice !

Akory ny fankatoavany ny fitsaràny na dia henjana aza izany !

Page 80

Pejy faha-80

Avec quel calme il parle de sa mort et l'annonce à ses disciples !

Akory ny fahatoniany miresaka momba ny hahafatesany ary manambara izany amin’ny mpianany !

Avec quelle ardeur même il la désire !

Akory ny firehidrehitry ny fony maniry ny hahatongavan’izany fotoana izany !

Le moment venu, avec quel courage il va au-devant de ses ennemis !

Ary rahefa tonga tokoa ny fotoana, akory ny herimpony miatrika ny fahavalony !

Avec quelle dignité il leur parle !

Akory ny fahamendrehany miresaka amin’izy ireo !

Avec quelle bonté il les traite !

Akory ny hatsaram-po andraisany azy ireo !

Avec quelle douceur il se livre à eux et se laisse conduire partout où ils veulent !

Akory ny halemem-panahy anolorany tena amin’izy ireo ka anarahany azy ireo hatraiza hatraiza amin’izay tiany !

Avec quelle majesté il parle à ses juges !

Akory ny fahamboniana nasehony raha niresaka tamin’ireo mpitsara azy izy !

Avec quelle patience il souffre !

Akory ny herim-pony niaritra ny fijaliana !

Quel silence dans toutes les accusations !

Ary ity fanginany teo anatrehan’ny fiampangana rehetra natao azy !

Avec quelle humilité il reçoit les affronts et les injures !

Akory ny fanetre-tenany nizaka ny fanalam-baràka sy ny fanevatevana !

Avec quelle bonté il pardonne !

Akory ny hatsaram-pony mamela heloka !

Avec quelle perfection il obéit !

Akory ny fahalavorarian’ny fahaizany manaiky !

Avec quel amour il souffre !

Akory ny fitiavana nanekeny hijaly !

Avec quelle puissance il meurt !

Akory ny hery nasehony teo am-pahafatesana !

Tout cela, volontairement, par amour pour son Père et pour nous.

Izany rehetra izany dia nataony an-tsitrapò, noho ny fitiavany ny Rainy ary noho ny fitiavany antsika.

« C'est le grand martyr de l'amour et de l'obéissance » (Ms VI, p. 434).

« Izy tokoa no ilay martioran’ny fitiavana sy ny fanekena » (Ms VI, p. 434).

« C'est dans la souffrance que l'on connaît les hommes, c'est bien dans sa Passion que nous pouvons connaître la hauteur, la beauté de ce caractère du Christ. On ne voit en lui ni aigreur, ni peur, ni trouble, ni vengeance, ni mépris, ni crainte, ni faiblesse, ni plaintes, ni défense, ni aucune parole contre ses accusateurs, ni disputes, ni cris… » (Ms VI, p. 414).

« Ao anatin’ny fahoriana no tena ahalalana ny toetr’olona, ao anatin’ny Fijaliany indrindra no ahalalantsika ny fahamboniana sy ny hatsaran’io toetra nananan’i Kristy io. Tsy hita eo aminy na hasorenana, na tahotra, na tebiteby, na valifaty, na fanebahana, na horohoro, na hakanosana, na taraina, na fiarovan-tena, na teny manohitra ny fiampangana natao azy, na fifandirana, na hiakiaka… » (Ms VI, p. 414).

« Je lis la Passion dans l'Évangile depuis quelques jours. J'ai cherché exprès si je trouverais dans tout le récit évangélique une petite parole de blâme, de reproche, vis-à-vis des persécuteurs, des juges et des bourreaux de Jésus :

« Efa ho andro maromaro izao dia ny Fijalian’ny Tompo no vakiako ao amin’ny Evanjely. Niniako notadiavina ao amin’ny tantaran’ny Evanjely manontolo raha mety hahitana teny kely anankiray ao manome tsiny na mitsikera an’ireo nanenjika azy, na ireo mpitsara azy, na ireo mpampijaly an’i Jesoa :

Page 81

Pejy faha-81

pas une, pas même l'ombre de la plus petite critique. L'évangéliste aurait bien pu dire : le faible Pilate, les bourreaux le traitèrent avec cruauté ; non, rien, pas un mot qui sente le reproche, l'amertume, la peine vis-à-vis de ceux qui le font souffrir. Il n'y a que l'Esprit Saint qui puisse agir ainsi et se contenir en faisant un semblable récit. Comme cela nous prêche la mort à nous-mêmes, mort au corps, mort à l'esprit, mort à ce cœur, mort à tout nous-mêmes pour être des instruments dociles et souples entre ses mains » (Lettre à une dame inconnue).

saingy tsy misy izany na iray aza, na dia tandindona fanomezan-tsiny kely akory aza. Azon’ny mpanoratra evanjely natao tsara, ohatra, ny nilaza hoe : lehilahy kanosa i Pilaty, na hoe : tamin-karomotana no nampijaliana azy. Tsia, tsy misy izany, tsy ahitana na dia teny iray miendrika fanomezan-tsiny aza, na maneho hasorenana, na mitory alahelo eo anatrehan’ireo mpampijaly azy. Tsy misy afa-tsy ny Fanahy Masina no mahavita izany ; Izy no mahafehy tena amin’ny fitantarana toe-javatra toy izany. Mampianatra antsika ho faty amin’ny tenantsika io tantara io, ho faty amin’ny vatantsika, ho faty amin’ny saintsika, ho faty amin’ny fontsika, ho faty amin’ny tenantsika manontolo, mba hahatonga antsika ho fitaovana fatra-panaiky ary mora volavolaina eo an-tanan’Andriamanitra » (Taratasy faha-466 ho ana-Vehivavy iray tsy fantatra anarana).

La croix du disciple

Ny hazofijalian’ny Mpianatra

La souffrance a tenu une grande place dans la vie du Père Chevrier. Celle-ci a été le plus souvent la conséquence, directe ou indirecte, de son apostolat auprès des pauvres et du style de vie pauvre qu'il avait choisi. Il commente ainsi la parole de Jésus : « Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il renonce à lui-même et prenne sa croix chaque jour, et qu'il me suive » (Lc 9, 23) :

Nanana anjara toerana lehibe teo amin’ny fiainan’i Mompera Chevrier ny fijaliana. Matetika dia ny apostôlà nataony teo anivon’ny mahantra sy ny fomba fiaina tanaty fahantrana nosafidiany no niavian’izany fahoriana izany, na mivantana na tsia. Toy izao ny fanazavany ny tenin’i Jesoa manao hoe : « Raha misy te- hanaraka ahy, dia aoka izy handà ny tenany, hitondra ny hazofijaliany isan’andro ka hanaraka ahy » (Lk 9, 23) :

« Quand on se fait prêtre ou religieux, disciple de Jésus Christ, ce n'est pas pour s'amuser, vivre en bourgeois, se faire une position, ramasser de l'argent, avoir du bon temps, être plus heureux que dans le monde. Non, c'est pour prendre la croix, c'est pour souffrir, c'est pour travailler, c'est pour suivre Jésus Christ : Jésus Christ flagellé, persécuté, pauvre, couronné d'épines…

« Matoa mirotsaka ho pretra na ho relijiozy ny tena, izany hoe ho mpianatr’i Jesoa Kristy, dia tsy ny hilalao velively no hirosoana amin’izany, tsy ny hampiadan-tena, tsy ny hahazo toerana tsara, tsy ny hanangon-karena, tsy ny hilamindamina, tsy ny hoe mba ho sambatra kokoa noho ny eo amin’izao tontolo izao. Tsy izany, fa ny hitondra ny hazofijaliana, ny hijaly, ny hiasa, ny hanara-dia an’i Jesoa Kristy : dia i Jesoa Kristy kapohina, enjehina, mahantra, voasatroka fehiloha tsilo…

« Prendre la croix, c'est donc prendre la vie évangélique telle que Notre Seigneur nous la donne, c'est accepter les souffrances qui sont attachées à cette vie de pauvreté, de renoncement, de sacrifice, de dévouement. Si on n'accepte pas cela, on ne peut être son disciple… » (VD, p. 330‑331).

« Ny hoe mitondra ny hazofijaliana, dia ny miaina ny evanjely araka ny anoloran’ny Tompo azy antsika ; ny manaiky hiaritra ireo fijaliana vokatr’io fiainana anaty fahantrana io, fiainana mitaky fahafoizana, fihafiana ary fanoloran-tena. Izay tsy vonona hanaiky an’izany dia tsy ho mpianatra na oviana na oviana… » (VD, p. 330-331}.

Page 82

Pejy faha-82

« Il faut porter sa croix. Il ne s'agit pas seulement de la prendre. On peut prendre une chose et ne pas la porter. On peut accepter une chose et ne pas en user. Mais Notre Seigneur met bien les points sur les i. « Quiconque ne porte pas sa croix ne peut être mon disciple. » Il faut non seulement l'accepter, mais la porter. Beaucoup acceptent, prennent la croix et ne la portent pas.

« Tsy maintsy entina ny hazofijaliany. Tsy hoe raisina fotsiny. Misy manko zavatra raisina fotsiny fa tsy entina. Saingy ny Tompontsika efa nanizingizina ny hoe : « Izay tsy mitondra ny hazofjaliany dia tsy mety ho mpianatro ». Tsy vitan’ny hoe ekena fotsiny, fa tsy maintsy entina mihitsy. Maro ny olona no manaiky ny hazofijaliany, mandray azy fa tsy mitondra tsinona.

« Porter la croix, c'est réellement supporter les souffrances de la croix. Il y en a qui prennent la croix et qui la rejettent dès qu'elle fait un peu mal. Ce n'est pas cela. Il faut la porter.

« Ny hoe mitondra ny hazofijaliana, dia ny mizaka marina ny fahoriana ambaran’izany hazofijaliana izany. Misy mba manomboka milanja ny hazofijaliany ihany, saingy akifiny izany raha vao mandre mangirifiry kely izy. Tsy izany mihitsy. Tsy maintsy lanjaina aza.

« C’est-à-dire qu'il faut porter les inconvénients de la vie apostolique. Il faut porter les souffrances qui sont les conséquences de la pauvreté, du renoncement aux créatures, à soi-même ; de la haine, du mépris du monde. Conséquence d'un règlement de vie plus sérieux ; d'une vie de détachement, de renoncement et de sacrifice…

« Izany hoe tsy maintsy zakaina ny fahasahiranana ateraky ny fiainana maha-apôstôly. Tsy maintsy zakaina ny fahoriana ateraky ny fahantrana, ny famoizana ireo zavatry ny tany, ny fandavan-tena ; ary koa ateraky ny fankahalan’izao tontolo izao sy ny fanebahana ataony. Tsy maintsy zakaina ny fahoriana ateraky ny fifehezan-tena hentitra kokoa, entin’ny fiainana tsy mifikipikitra, mihafy ary mahafoy…

« C'est en portant sa croix que Jésus Christ nous a sauvés et qu'il est entré lui-même dans la gloire…

« Ny filanjan’i Jesoa Kristy ny hazofijaliany no nentiny namonjena antsika ary nidirany amin’ny voninahiny…

« Il faut donc porter la croix et la porter avec joie et amour, en pensant que c'est par la croix que nous glorifions Dieu et gagnons des âmes…

« Koa tsy maintsy entina àry ny hazofijaliana, ary entina an-kafaliana sy am-pitiavana, eo am-pieritreretana fa izany hazofijaliana izany no hanomezantsika voninahitra an’Andriamanitra sady hamonjentsika ny fanahin’ny olona…

« Notre Seigneur ajoute en dernier lieu : « Qu'il porte sa croix chaque jour ! »

« Ary hoy ny Tompontsika mamarana azy : "Aoka izy hitondra ny hazofijaliany isan’andro vaky !"

« Comme il pense à tout ; comme il détermine bien nos devoirs !

« Akory ity fitsinjovany ny zavatra rehetra ! Akory ity fahaizany mamaritra ny adidy apetraka amintsika !

« Il faut porter notre croix chaque jour, tous les jours il faut recommencer. Quand on la quitte, le soir, il faut la reprendre le matin et la porter comme la veille et mieux que la veille. Chaque jour, sans se lasser, avec persévérance ; si on la laisse tomber, il faut la reprendre jusqu'au bout. Il ne faut pas se décourager dans la voie de la croix.

« Tsy maintsy entintsika isan’andro ny anjara hazofijaliantsika ; isan’andro isan’andro no tsy maintsy ilofosana annin’izany. Raha napetraka izy ny hariva, dia tsy maintsy raisina indray ny maraina, dia entina toy ny omaly ary tsaratsara kokoa noho ny omaly. Toy izany isan’andro, tsy ahalalana sasatra, ary tozoina am-paharetana ; raha sendra nazera izy, dia tsy maintsy raisina indray ary lanjaina hatramin’ny farany. Tsy azo atao ny kivy an-dalana raha milanja ny hazofijaliana.

Page 83

Pejy faha-83

« Il y a toujours à souffrir, jusqu'à la mort, et il faudra mourir sur la croix, se laisser attacher sur la croix comme Notre Seigneur ; tomber quelquefois, mais se relever par la prière et continuer sa marche. Il faut de la persévérance.

« Hisy foana ny fahoriana, dia fahoriana hatramin’ny fahafatesana ; tsy maintsy ekena ny ho faty eo amin’ny hazofijaliana, ekena ny hifantsika eo amin’ny hazofijaliana toy ny Tompontsika ; mety ho lavo indraindray, fa miarina amin’ny alalan’ny vavaka ary dia tohizina ny dia. Mitaky faharetana izany.

« Notre Seigneur nous dit cette parole parce que la pauvre nature se révolte souvent et que, souvent, elle se lasse et veut laisser la croix. Mais non. Quand une fois on a commencé, il faut persévérer et porter sa croix tous les jours.

« Lazain’ny Tompo antsika io teny io satria mitroatra ity nofontsika fadiranovana ity mazàna ; ary mazàna izy no trotraka ka tiany hakifika ny hazofijaliana. Tsia. Rahefa natomboka dia tokony hotozoina, ka entina isan’andro ny anjara hazofijalian’ny tena.

« Tous les jours faire le catéchisme, tous les jours supporter le prochain, le monde, résister aux lassitudes de la nature avec la grâce de Dieu…

« Isan’andro mampianatra katesizy, isan’andro miaritra ny namana, miaritra an’izao tontolo izao, miady amin’ny fahosan’ny nofo amin’ny alalan’ny fahasoavan’Andriamanitra…

« Pour moi, non, jamais d'autre titre de gloire que la croix de Notre Seigneur Jésus Christ » (Ga 6, 14).

« Raha amiko, tsia, tsy misy anaram-boninahitra hafa ankoatra ny hazofijalian’i Jesoa Kristy Tompontsika » (Ga 6, 14)

« Je porte imprimées sur mon corps les plaies de mon Seigneur Jésus » (Ga 6, 17)…

« Entiko toy ny vita fitombo-kase eo amin’ny nofoko ny ferin’i Jesoa Tompoko » (Ga 6, 17)…

« La croix, c'est l'amour des saints » (VD, p. 331-333).

« Ny hazofijaliana no anehoan’ny olomasina ny fitiavany » (VD, p. 331-333).

« Votre frère délaissé sur sa croix » …

« Ny rahalahinao tavela samirery eo amin’ny hazofijaliany »…

Au printemps de 1878, le Père Chevrier connaît une grande épreuve. Le Père Jaricot, son compagnon depuis neuf ans, abandonne le Prado pour se retirer à la Trappe d'Aiguebelle. Les quatre jeunes prêtres ordonnés à Rome l'année précédente prennent peur et songent à leur tour à quitter le Prado. Quant au Père Chevrier, déjà bien malade, il sent que ses jours sont désormais comptés. Le 5 avril 1878, il écrit au Père Jaricot la lettre suivante :

Tamin’ny lohataona 1878, dia nisedra fitsapana lehibe i Mompera Chevrier. Niala tao amin’ny Prado i Mompera Jaricot, izay niara-dia taminy nandritra ny sivy taona, ary lasa niditra tany amin’ny mônastera « traptista », tao Aiguebelle. Tetsy andaniny, raiki-tahotra ireo pretra tanora efatra mirahalahy vao nohamasinina tany Roma, herintaona talohan’io, ka nihevitra ny handao ny Prado koa. I Mompera Chevrier anefa tamin’izany dia efa tsy salama tsara intsony, fantany fa efa kely sisa andro hiainany. Ny 5 aprily 1878, dia izao ny taratasy nosoratany ho an’i Mompera Jaricot :

« Votre exemple produit des effets admirables !

« Dia nahomby fatratra tokoa ny ohatra nomenao !

Page 84

Pejy faha-84

« L'abbé Duret, depuis plusieurs jours, me dit qu'il n'est pas capable de faire le catéchisme, qu'il faut faire son salut avant tout, qu'un homme n'est pas nécessaire à une œuvre aussi belle, que Dieu saura bien le remplacer, que Dieu ne m'abandonnera pas ; qu'il sent le besoin de retraite et de travailler, qu'il faut qu'il aille à la Grande-Chartreuse ; qu'il aurait mieux fait de rester frère et de se dévouer à l'œuvre sans prendre la responsabilité du prêtre, que cette responsabilité lui fait peur et qu'il a peur du jugement de Dieu ; que, quand il aura passé quelques années à la Grande-Chartreuse, il reviendra plus fort et plus sûr de sa vocation ; que pourtant la vocation du Prado est bien belle, qu'il n'en choisira pas d'autre, mais qu'il faut qu'il s'en aille… Je ne sais si, après cette série, il ne s'en ira pas.

« Vao andro vitsivitsy lasa izay no nilazan’i Mompera Duret tamiko fa hoe tsy vitany, hono, ny mampianatra katesizy ; ny hamonjy ny tenany, hono, aloha no tokony hataony voalohany indrindra ; sady tsy hilàna olona akory, hono, ny asa soa dia soa tahaka io ataoko io ; ary raha izay izy : hain’Andriamanitra foana, hono, ny manolo azy sady Andriamanitra rahateo tsy handao ahy ; mila mihataka kely, hono, izy ary mila miasa, ka tsy maintsy hiditra any amin’ny « Grande Chartreuse » aloha ; tokony ho nijanona frera ihany, hono, izy ary niasa araka izany maha-frera izany, fa tsy nandray andraikitra ho pretra ; matahotra ny handray an’io andraikitra io, hono, izy ary matahotra ny hotsarain’Andriamanitra ny amin’izany ; rahefa avy mitoetra taona vitsivitsy ao amin’ny Grande Chartreuse, hono, izy dia hahazo hery kokoa ka hiverina, satria ho azony antoka kokoa ny fiantsoan’Andriamanitra azy ; tsara dia tsara rahateo, hono, ny antso anirahana ny Prado, ka tsy hifidy lalan-kafa izy, saingy tsy maintsy mandeha izy aloha izao… Eo anatrehan’izany zavatra rehetra tanisainy izany dia tsy haiko intsony raha mbola ho tafajanona izy…

« L'abbé Farissier a toujours l'envie d'être missionnaire et laisse, de temps en temps, percer son envie d'aller en Chine.

« I Mompera Farissier indray dia milaza foana fa te-ho misionera ary ombieny ombieny dia maneho ny faniriany te-ho any Chine.

« L'abbé Broche préfère bien Limonest au Prado et restera, je pense, avec M. Jaillet.

« I Mompera Broche moa dia aleony ny « Limonest » toy izay ny Prado, ary heveriko fa hiaraka amin-dRamose Jaillet izy.

« L'abbé Delorme n'a pas de santé et ne pourra faire seul, malgré son courage ; il aurait besoin de passer quelques mois à la campagne et le départ de ses compagnons ne l'encouragera guère.

« I Mompera Delorme dia tsy salama : tsy vitany samirery ny asa na dia eo aza ny herim-pony ; mila mijanona fotoana vitsivitsy any ambanivohitra izy, saingy tsy mitondra fankaherezana ho azy velively ny fahalasanan’ireo namany.

« Si la chose réussit ainsi, je prierai messieurs les latinistes d'aller au séminaire et je ne pourrai reprendre des enfants pour la première communion. Je ne me sens ni la santé ni le courage de faire maintenant comme autrefois. Le bon Dieu m'avait donné des aides, de bons coadjuteurs, il me les reprend : que son saint nom soit béni ! Le bon Dieu me prouve d'une manière évidente qu'il n'a besoin de personne pour faire son œuvre. Vous dites tous que le bon Dieu n'a besoin de personne, qu'il fera bien sans nous, c'est évident ; je pense qu'après nous le bon Dieu en enverra d'autres qui feront mieux que nous ;

« Raha izao no mitohy, dia hangatahiko ho any amin’ny seminera ireo efa mianatra teny latinina ary tsy afaka handray ankizy hiomana amin’ny komonio voalohany intsony aloha aho. Samy tsy ananako amin’izao fotoana izao na ny fahasalamana na ny herim-po hanaovana toy izay nataoko taloha. Nomen’Andriamanitra mpanampy sy mpiara-miasa nahafatra-po aho, noesoriny tamiko anefa izy ireny ankehitriny : isaorana anie ny anarany masina ! Ahariharin’Andriamanitra amiko fa tsy mila na iza na iza izy hanatontosa ny asany. Ianareo rehetra samy milaza amiko daholo fa tsy mila na iza na iza Andriamanitra, mahavita izy na tsy eo aza isika : marina loatra izany ! Mino aho fa, rahefa tsy eo intsony isika, dia handefa olon-kafa Andriamanitra, ary hanao tsaratsara kokoa noho izay nataontsika ireo olona ireo.

Page 85

Pejy faha-85

c'est ma seule consolation et ma seule espérance, car j'éprouverais tout de même une certaine peine de voir le Prado désert et sans enfants, lorsque, pendant dix-huit ans, il a été le lieu de tant de sueurs et de travaux et de conversions.

Izany no hany fanalana alahelo ho ahy ary hany fanantenako, satria tsy afeniko fa malahelo ihany aho mahita ny Prado lasa haolo, tsy ahitana ankizy miriaria intsony, kanefa nandritra ny 18 taona dia olo-maro no nitsemboka teto, asa maro no natao teto ary maro no nibebaka teto.

« Allez-vous en tous prier et faire pénitence dans le cloître. Je regrette de ne pouvoir y aller moi-même, car j'en ai bien plus besoin que vous, étant plus âgé et par conséquent ayant beaucoup plus de péchés que vous. Mais, si je n'y vais pas, j'irai peut-être à Saint-Fons, et j'aurai la consolation d'avoir fait des trappistes et des chartreux et des missionnaires, si je n'ai pas réussi à faire des catéchistes, quoique, ce me semble, ce doit être aujourd'hui le besoin de l'époque et de l'Église.

« Mandehana daholo ianareo mitoka-monina, mivavaka sy manao asa fivalozana, any amin’ny mônastera. Malahelo aho fa tsy mba afaka mankany, nefa izaho no mila an’izany kokoa aza noho ianareo, satria izaho be taona noho ianareo ka nahavita fahotana be kokoa noho ianareo. Fa rahefa tsy ho any ihany aho, dia angamba ho any Saint-Fons, ka ny fanalana alahelo ho ahy dia ny hoe : mba namolavola olona ho « trappistes » aho, na ho « chartreux », na ho misionera, rahefa tsy nahay nanofana olona ho mpampianatra katesizy ihany, na dia io aza ankehitriny, araka ny fahitako azy, no ilain’izao androntsika izao sy ilain’ny Fiangonana.

« A Dieu, mon cher ami, priez pour nous et pour moi surtout qui pensais avoir fait quelque chose, une œuvre, et je vois que je n'ai rien fait. Puisse cette humiliation m'instruire et expier tous mes péchés d'orgueil et autres de ma vie.

« Veloma ianao, ry sakaiza malalako, mivavaha ho anay ary indrindra ho ahy, fa nihevitra ny hoe mba nahavita zavatra aho, dia asa mivaingana, kanjo hitako ankehitriny fa tsy nahavita na inona na inona aho. Enga anie izao fahafaham-baraka izao ho anatra ho ahy ary ho fanonerana ny fahotana vitako nandritra ny fiainako, noho ny fiavonavonako na noho ny antony hafa.

« Votre frère en Jésus Christ délaissé sur sa croix. » (Lettre n°153 à Jean-Claude Jaricot, 9 avril 1878)

« Ny rahalahinao ao amin’i Jesoa Kristy, tavela samirery eo amin’ny hazofijaliany. »

« Laisser faire Dieu »…

« Mamela an’Andriamanitra hiasa »…

« Laisser faire Dieu », c'est apprendre â souffrir avec Jésus, à se laisser tailler par lui, à mourir avec lui pour avoir part à sa vie et à sa résurrection. Dans les moments d'épreuve surtout, le Père Chevrier savait conduire ceux et celles qui se confiaient à lui, sur le chemin du dépouillement complet pour une appartenance totale à Jésus Christ :

Ny « mamela an’Andriamanitra hiasa », dia ny mianatra mitondra fahoriana miaraka amin’i Jesoa, mamela azy handrantsana anao, manaiky hiara-maty aminy mba hanana anjara amin’ny fiainany sy amin’ny fitsanganany ho velona. Amin’ny androm-pitsapana indrindra no anehoan’i Mompera Chevrier fa hainy ny mitarika an’izay manankim-po aminy, ka mampianatra azy ireny hahafoy tanteraka ny zavatra rehetra, mba hahafahany manolo-tena manontolo amin’i Jesoa Kristy :

« Sainte Catherine se plaignait un jour à Jésus de la croix pesante qu'il lui faisait porter et Notre Seigneur lui répondit : « Que j'aime à te voir sous le poids de la croix, tu me glorifies plus dans un moment de souffrance avec moi que par plusieurs années de joie et de consolation. »

« Indray andro nitaraina tamin’i Jesoa i Mb Catherine fa hoe mavesatra loatra ny hazofijaliana ampitondrainy azy, dia hoy ny Tompo namaly azy : "Akory ny fitiavako mahita anao vesaran’ny hazofijaliana, fa manome voninahitra ahy kokoa ianao amin’ny fotoana iray hiaretanao fahoriana miaraka amiko, noho ny amin’ny taona maro mahafeno hafaliana ny fonao ary andraisanao fanalana alahelo".

Page 86

Pejy faha-86

« Chère enfant, vous êtes mille fois plus agréable à Jésus dans ces jours de tribulation et d'épreuve que vous ne l'avez été autrefois dans tous vos moments de joie et de bonheur. Consolez-vous, Jésus accomplit vos désirs, vous avez désiré être toute à lui ; il se charge lui-même d'effectuer vos désirs. La pauvre nature se révolte, il est vrai ; il est si dur de se quitter tout entier, mais il le faut et vous ne serez jamais à lui tant qu'il ne vous aura pas détachée de tout sur la terre.

« Anaka, mahita fitia lavitra eo imason’i Jesoa ianareo amin’ireny androm-pahoriana sy fitsapana ireny noho ny taloha, tamin’ny andro nahafaly sy nahasambatra anareo. Aza malahelo foana ianareo, fa ny fanirianareo no tanterahin’i Jesoa : naniry ny hanolo-tena manontolo aminy ianareo ; dia Izy mihitsy no manatanteraka ny fanirianareo. Marina fa mitroatra ity nofontsika mahonena ity ; mafy tsinona izany hoe mandà tena tanteraka izany, saingy tsy maintsy izay no atao ! Tsy ho an’i Jesoa na oviana na oviana ianareo raha mbola tsy nafahany tamin’izay rehetra mamatopatotra anareo eto an-tany.

« Vous savez combien le naturel agit chez vous ; eh bien ! pour le détruire, il faut du temps, il faut bien des coups de marteau ; laissez-les donner à Jésus, il se charge de tout. Voyez comme il a bien commencé et comme c'est un bon ouvrier ! Allez, laissez-le faire, il taillera bien et enlèvera tout ce qu'il y a de trop en vous. Acceptez tout avec soumission ; vos souffrances me font peine, mais je ne puis m'empêcher de remercier le bon Dieu de si bien faire son ouvrage et je demande pour vous qu'il vous accorde la grâce de le comprendre et de ne pas vous opposer à l'œuvre de Dieu en vous » (Lettre n° 297 à Madame Franchet, 1866).

« Fantatrareo ihany ny herin’ny voajanahary miasa ao anatinareo ; koa tsy mora ny mamongotra an’io fa mila fotoana, mila donina maharitra amin’ny marotoa ; avelao i Jesoa no hanao izany, dia Izy no hiandraikitra ny zavatra rehetra. Jereo fa efa tsara ny asa natombony, fa mpiasa mahay ny asany izy ! `Ndeha àry, avelao ataony ; hainy ny mandrantsana anareo ary hoesorina izay rehetra tsy ilaina ao aminareo. Toavy sy ekeo tsara ny zavatra rehetra. Malahelo aho mahita anareo mijaly, saingy tsy mety fa dia misaotra an’Andriamanitra noho ny hatsaran’ny asa ataony ao aminareo ; ny angatahako ho anareo dia ny fahasoavana hahatakaranareo izay ataony, ka tsy ho toherinareo ny asa ataon’Andriamanitra ao aminareo » (Taratasy faha-297 ho an-dRamatoa Franchet, 1866).

« Profitez toujours de vos souffrances, c'est le trésor du bon Maître ; c'est pour vous rendre conforme à lui qu'il vous met sur la croix ; c'est pour faire de vous une pierre qui doit entrer, comme dit saint Pierre, dans la structure de son édifice spirituel et céleste, qu'il vous fait souffrir. Laissez-vous donc bien tailler : il y avait tant à ôter dans cette pierre et vous ne vous en doutiez pas, et cependant cela était vrai. Dans la souffrance, vous pratiquez l'humilité, la patience, la charité, la soumission à Dieu et tout cela purifie, nettoie et perfectionne. Courage ! laissez faire le bon ouvrier céleste, il sait bien où il faut taper et il attrape bien juste le morceau à enlever.

« Mahaiza mandrakariva manararaotra ny fahoriana mianjady aminareo, io no rakitra sarobidy atolotry ny Mpampianatra anareo ; ny mba hitovizanareo aminy no ametrahany anareo eo amin’ny hazofijaliana. Ny amelany anareo hitondra fahoriana dia ny hahatonga anareo ho isan’ireo vato, lazain’i Md Piera hoe : arafitra ho trano ara-panahy any an-danitra. Avelao àry ny mpipai-bato hanao tsara ny asany ao aminareo, fa mbola be tokoa no tokony halàna amin’izany vato izany : tsy nampoizinareo izany, anefa izany no marina. Ny fahoriana no mampianatra anareo hanetry tena, hanam-paharetana, hitia ny namana, hanaiky ny sitrak’Andriamanitra ; izany rehetra izany anefa dia mandio, manasa ary mandavorary. Koa mahereza ! Avelao hanao ny asany ilay mpipai-bato mahafatra-po avy any an-danitra.

Page 87

Pejy faha-87

Vous savez bien que certaines pierres ont besoin d'être taillées davantage que les autres ; vous êtes une de ces pierres, acceptez et laissez faire » (Lettre n° 433 à Mademoiselle de Marguerie, 25 juin 1875).

Fantany tsara ny hoe aiza no tokony hopohina, ny aiza no tokony hoendahina. Fantatrareo tsara fa misy vato sasany mila pehina kokoa noho ny hafa ; iray amin’ireny vato ireny ianareo, mahaiza manaiky : avelao izy hiasa » (Taratasy faha-433 ho an-dRamatoakely Marguerie, 1875).

« La purification de votre âme est dans l'acceptation de toutes les peines, aridités ou privations qui vous adviennent… Je prie pour vous et je demande que votre âme se dégage de plus en plus afin qu'elle devienne un or pur, digne d'être offert à Dieu. C'est Dieu qui vous a mis dans le feu pour vous purifier ; il s'y entend mieux que nous, laissons-le faire, tout va à sa gloire, ne manquez pas à sa grâce et à ses bonnes inspirations, elles ne vous font pas défaut » (Lettre n° 344 à Madame Franchet).

« Ny fomba handiovana ny fanahinareo dia ny fankatoavanareo ny fahoriana sy ny hetaheta ary ny fihafiana rehetra mitranga… Mivavaka ho anareo aho ary mangataka mba ho afaka kokoa hatrany ny fanahinareo, hahatonga azy ho toy ny volamena madio, mendrika hatolotra an’Andriamanitra. Fa Izy no nandrotsaka anareo ao anatin’ny memy mirehitra mba handio anareo ; Izy no mahay an’izany kokoa noho isika, avelao hataony, dia ho voninahiny ny zavatra rehetra ; aza lavina ny fahasoavany sy ny hevitra tsara arosony fa homeny anareo mandrakariva ireo » (Taratasy faha-344 ho an-dRamatoa Franchet).

Souffrance et perfection

Fahoriana sy fahalavorariana

Les textes qui suivent dévoilent à quelle étonnante perfection peut conduire l'itinéraire du disciple tel qu'il est exprimé dans le « Tableau de Saint Fons », quand cet itinéraire est vécu dans la chair d'un apôtre comme le Père Chevrier :

Ireto lahatsoratra manaraka ireto no ahitana ny hoe mampitolagaga tokoa ny fahalavorariana mety ho tratran’ny mpianatra mizotra amin’ny lalana ambaran’ilay « Tabilaon’i Saint-Fons », indrindra raha apôstôly toa an-dry Mompera Chevrier no tena manaraka izany lalana izany eo amin’ny fiainany :

« Mercredi… J'ai un besoin immense de grâce et de lumière, d'expiation…

« Alarobia… Lehibe dia lehibe ny faniriako hahazo fahasoavana, hahita fahazavana, hanao fanoneran-keloka…

« Pour mériter la grâce, la lumière, le pardon, Jésus Christ s'est abaissé, s'est fait pauvre, a souffert. Je dois faire de même.

« Mba hahazoany fahasoavana, fahazavana, famelan-keloka dia nanetry tena i Jesoa Kristy, nanolo-tena ho mahantra izy, nijaly. Izany koa no tsy maintsy ataoko.

« Plus le dépouillement extérieur et intérieur est grand dans une âme, plus la grâce abonde dans cette âme, plus la lumière et l'esprit de Dieu y abondent. Que ferai-je ?

« Arakaraka ny maha afaka ny olona iray amin’ny fatopatotra mangeja azy, na eto ivelany na ao anatiny, no itosahan’ny fahasoavana, ny fahazavana ary ny Fanahin’Andriamanitra ao aminy. Koa inona no hataoko ?

« La conformité extérieure à Notre Seigneur est un moyen d'arriver à la conformité intérieure…

« Lalana iray hahafahana mitovy amin’ny Tompo ao anaty, ny fiezahana hitovy aminy eto ivelany…

Page 88

Pejy faha-88

« C'est par la pauvreté, l'humilité, la mort que Jésus Christ a enfanté son Église ; c'est aussi par cela que nous enfanterons » (Ms X, p. 29).

« Tamin’ny alalan’ny fahantrana, ny fanetren-tena, ny fahafatesana no niterahan’i Jesoa Kristy ny Fiangonany ; amin’ny alalan’ireo koa no ahafahantsika mamokatra » (MS X, p. 29).

« Il faut être bien humble, bien détaché, dépouillé de tout comme un pauvre mendiant. Quand est-ce que je serai bien vil à mes yeux et aux yeux de tout le monde, afin que la lumière de Dieu m'éclaire et me conduise ? » (Lettre n° 333 à Madame Franchet).

« Ilaina dia ilaina ny manetry tena marina, miala tanteraka amin’ny fatopatotra isan-karazany, manahaka ny mahantra fadiranovana tsy manana na inona na inona. Mba rahoviana ihany aho no ho tena tsinontsinona, na eo imasoko na eo imason’ny olona rehetra, ka hahafahan’ny fahazavan’Andriamanitra manazava sy mitarika ahy ? » (Taratasy faha-333 ho an’dRamatoa Franchet).

« Ce sont les souffrances et les humiliations qui font les hommes véritables. Un homme qui n'a rien souffert et rien enduré ne sait rien et n'est bon à rien » (Lettre n°130 à Maurice Daspres, séminariste, 25 avril 1877).

« Ny fahoriana sy ny fanalam-baraka no tena mamolavola ny maha-olona. Izay mbola tsy nahatsiaro nijaly, tsy mbola niaritra na inona na inona, dia tsy mahalala na inona na inona ary tsy mahavita na inona na inona » (Taratasy faha-130 ho ana seminarista iray, 1877).

« Savoir bien souffrir est toute la perfection » (Lettre n° 379 à Mademoiselle Grivet, Septembre 1877).

« Ny fahafahana miaritra tsara ny fahoriana no tena fototry ny fahalavorariana » (Taratasy faha-379 ho an-dRamatoakely Grivet, 1877).

« La souffrance est le caractère d'un véritable apôtre de Jésus Christ… C'est le grand signe de l'amour véritable… C'est le cachet des grandes âmes » (VD, p. 486).

« Ny fahoriana dia tandra vadin-koditr’izay tena apôstôlin’i Jesoa Kristy… Io no fambara lehibe ahalalana ny tena fitiavana… Io no tombo-kase iavahan’ireo manam-panahy tonga lafatra » (VD p.486).

« Toute œuvre de Dieu doit d'abord porter le cachet de la pauvreté et de la souffrance…

« Rahefa mety ho asan’Andriamanitra dia tsy maintsy mitondra tombo-kasen’ny fahantrana sy ny fahoriana…

« Ce ne sont ni les terres, ni les maisons, ni l'or, ni l'argent qui font les œuvres de Dieu. Ce sont les hommes, des hommes généreux, dévoués, qui savent souffrir, animés de l'esprit de Dieu.

« Tsy ny tany, tsy ny trano, tsy ny volamena, tsy ny vola no ahavitana ny asan’Andriamanitra, fa ny olona, dia ireo olona mafana fo, mahafoy tena, afa-miaritra fahoriana, entanin’ny Fanahin’Andriamanitra.

« Voilà ce qu'il faut pour faire les œuvres. Donnez-moi une âme qui soit généreuse, dévouée, qui sache souffrir, elle vaudra plus qu'un million ; et quand, à côté de cette âme, il s'en joint une autre du même désir et marchant vers le même but et unies ensemble par l'amour de Dieu, l'œuvre est fondée » (VD, p. 308).

« Izany no ilaina hahavitana ny asan’Andriamanitra. Omeo olona iray mafana fo aho, olona mahafoy tena, afa-miaritra fahoriana, fa hahavita mihoatra noho ny olona iray tapitrisa izy ; ary raha misy iray hafa eo anilany eo, mitovy faniriana sy tanjona aminy ary atambatry ny fitiavana an’Andriamanitra aminy, dia indro fa tafaorina eo ny asan’Andriamanitra » (VD, p. 308).

Page 89

Pejy faha-89

« Les tribulations et les croix sont les moyens les plus prompts, les plus sûrs, pour nous faire arriver à la perfection de la charité » (Lettre n° 291 à Madame Franchet, Mercredi des cendres 1863).

« Ny fahoriana sy ny hazofijaliana no fomba haingana indrindra ary mahomby indrindra, handavorariana ny fitiava-namana » (Taratasy faha-291 ho an-dRamatoa Franchet, 1863).

« Avant d'être un pain de vie, il faut passer par la Crèche et le Calvaire. Ainsi le blé : il faut le battre, le dépouiller de la paille et du son, puis le faire moudre ; il perd sa forme ; ensuite il peut devenir du pain utile à nos corps… Si l'on mangeait le blé avec son épi, il ferait mal ; avec le son, il ne serait pas mangeable. Quand il est moulu, alors il devient une nourriture. Ainsi nous nous ne pouvons être utiles au prochain pour l'âme et le corps que lorsque nous avons passé par la mort » (Notes de retraite, 1866, Ms X, p. 24).

« Alohan’ny hahatongavan’ny olona ho mofon’Aina mahavelona, dia tsy maintsy mandala amin’ny Tranon’omby sy ny Kalvery aloha izy. Movà tsy ny varimbazaha : velezina izy aloha, fotsiana hiala ny akofa sy ny apombo, izay vao totoina ho koba ; tsy hita intsony ilay endriny taloha ; saingy amin’izay izy vao azo atao mofo hahasoa ny vatantsika… Raha hanina amin’ny salohiny ny vary dia hankarary ; raha hanina miaraka ny apombo izy dia tsy ho telina. Rahefa voatoto kosa anefa izy dia zary sakafo mahavelona. Toraka izany koa isika : tsy mahasoa ny vatana amam-panahin’ny hafa isika raha mbola tsy nandalo tamin’ny fahafatesana » (Naoty nalaina nandritra ny laretirety, 1866, Ms X p.24).

« Il faut faire de notre corps une hostie vivante, porter la mort de Jésus Christ dans notre corps, afin que la vie de Jésus Christ y paraisse.

« Aoka ny vatantsika ho hostia velona ; aoka ny vatantsika hitondra ny fahafatesan’i Kristy, mbà hanehoany ny fahaveloman’i Jesoa Kristy koa.

« Nous devenons des hosties vivantes en nous consumant pour Dieu comme une victime qui s'immole chaque jour pour lui, comme un cierge qui se consume par le feu, comme l'encens qui se consume en brûlant et s'anéantit en répandant une bonne odeur devant Dieu.

« Tonga hostia velona tokoa isika raha manaiky ho levona ho an’Andriamanitra, toy ny sorona atolotra azy isan’andro vaky, toy ny labozia lanin’ny afo, toy ny emboka mihalany rahefa mirehitra, sady mihalevona no mahamendrika fofo-manitra eo anatrehan’Andriamanitra.

« Tout en nous doit répandre cette bonne odeur de Jésus Christ… De même que, lorsqu'on ouvre un vase de parfum, la bonne odeur s'échappe du vase, ainsi de nous-mêmes, quand nous parlons ou que nous agissons, la bonne odeur de Jésus Christ doit sortir de nous, c’est-à-dire sa foi, son amour, sa douceur, son humilité, sa charité » (VD, p. 197-198).

« Tokony hamerovero an’izany hanitr’i Jesoa Kristy izany ny tenantsika manontolo… Tahaka ny tavoaran-dranomanitra, rahefa sokafana izy dia mihanaka ny hanitra avy aminy, dia tahaka izany koa isika : rahefa miteny isika na miasa, dia tokony hihanaka avy amintsika ny hanitr’i Jesoa Kristy, izany hoe : ny finoany, ny fitiavany, ny halemem-panahiny, ny fanetre-tenany, ny fitiava-namana ao am-pony » (VD, p. 197-198).

Page 90

Pejy faha-90

« Ce ne sont que les âmes dépouillées qui peuvent faire du bien aux autres. Si on n'est pas dépouillé de soi-même, on ne peut pas avoir le vrai zèle, la véritable charité, le vrai esprit de sacrifice » (P 3, p. 143).

« Ny fanahy tsy miraiki-po na amin’inona na amin’inona fa mahantra tanteraka no hany afa-manao soa ho an’ny hafa. Raha mbola mifikitra amin’ny tenanao ianao dia tsy mety hanana zotom-po marina, hanana fitiava-namana marina, hanana toe-tsaina mahafoy tena marina » (P 3, p. 143).

« La sagesse est dans le dépouillement de tout soi-même, de toute créature et de toutes choses terrestres. Quand on a acquis ce dépouillement complet, alors on peut s'élever avec Jésus Christ dans les régions supérieures de son amour ; alors on n'a rien de soi, rien de terrestre ; rien ne vous attriste, rien ne vous abat, rien ne vous trouble, parce que tout ce qui est terrestre est anéanti et que l'on vit avec Jésus Christ ; et alors on le suit partout, dans toutes les régions supérieures de la charité, du zèle, de la souffrance et de la mort. Que c'est beau, un homme, un prêtre qui a pris ce chemin et, quand il le poursuit avec Jésus Christ, comme il peut faire de choses… » (Lettre n° 440 à Mademoiselle de Marguerie, juin 1876).

« Ao anatin’ny fahantrana tanteraka, ka tsy iraiketam-po amin’ny tena sy amin’ny voaary manontolo ary amin’izao zavatry ny tany rehetra izao, no misy ny fahendrena. Rahefa anananao io fahantrana tanteraka io, dia izay ianao vao afa-misondrotra miaraka amin’i Jesoa Kristy mananika ny ambaratonga ambony amin’ny fitiavany. Ka amin’izay tsy misy na inona na inona avy aminao intsony, tsy misy zavatry ny tany intsony ; tsy misy na inona na inona mety hampiferinaina anao, na handemy ny herimponao, na hampitebiteby anao, satria ny zavatry ny tany rehetra efa levona ary i Jesoa Kristy no miara-miaina aminao. Dia Izy no arahinao hatraiza hatraiza, manerana ny faritry ny ambaratonga ambony amin’ny fitiava-namana, amin’ny zotom-po, amin’ny fahoriana sy ny fahafatesana. Endrey ny hatsaràn’izay olona, na izay pretra mihazo amin’izany lalana izany, ary tahaka ny inona moa ny zava-bitany rahefa mizotra amin’iny lalana iny miaraka amin’i Jesoa Kristy izy… » (Taratasy faha-440 ho an-dRamatoakely Marguerie, 1876).

Page 91

Pejy faha-91

IX
L'Esprit de Dieu

IX
Ny Fanahin’Andriamanitra

L'Esprit de Dieu est rare

Mahalana no ananana ny Fanahin’Andriamanitra

Le Père Chevrier souffrait à la vue de la distance si grande qui existe entre l'idéal que Dieu propose à ceux qu'il appelle à la sainteté, et l'indigence de la réponse, la sienne, mais aussi celle de tant de prêtres et de chrétiens :

Nampijaly an’i Mompera Chevrier ny nandinika ny halavitry ny elanelana manasaraka ny tarigetra atolotr’Arrdriamanitra hotratrarin’ireo antsoiny ho amin’ny fahamasinana sy ny firefarefan’ny valin’izany antso izany, na ny azy na ny an’ireo pretra sy kristianina hafa marobe :

« Je vois le bien que je devrais faire et je ne le fais pas ; je sens qu'il faudrait être fort pour plaire au Sauveur et remplir avec plus de fruits ce grand ministère, et je ne fais rien ; je n'ai pas le courage d'être un insensé pour Jésus, notre bon Sauveur. Dans la prière, l'oraison, devant la sainte Eucharistie, que l'on voudrait faire des choses et, quand une fois on est à l'action, que de lâchetés et de misères ! Priez pour votre pauvre aumônier… » (Lettre n°20 à Monsieur Camille Rambaud le 15 avril 1859).

« Miharihary amiko fa zavatra tokony hataoko izany, nefa tsy ataoko ; tsapako fa tokony hatanjaka aho mba hahafaly ny Mpamonjy ary mba hahazoako vokatra bebe kokoa eo amin’io fandraharahana masina lehibe io, saingy tsy manao na inona na inona aho ; tsy sahiko ny miseho ho adala hanompoana an’i Jesoa Kristy, ilay Mpamonjy tsara fo. Eo am-pivavahana, eo anatrehan’ny Eokaristia masina, tahaka ny inona ity zavatra irina hatao, kanjo rahefa am- perinasa tokoa : ny hakanosana sy ny halemena no be ! Mivavaha ho an’ity Mompera fadiranovana mpiandraikitra anareo… » (Taratasy faha-20 ho an’Andriamatoa Rambaud, 1859).

« Le prêtre est un autre Jésus Christ : c'est bien beau ! Priez pour que je le devienne véritablement. Je sens que je suis si éloigné de ce beau modèle que je me décourage quelquefois, si éloigné de sa pauvreté, si éloigné de sa mort, si éloigné de sa charité… » (Lettre n°52 à Monsieur l'Abbé Gourdon, 1865).

« Jesoa Kristy hafa ny pretra : tsara tokoa izany ! Fa mivavaha ho ahy mba ho izany marina aho. Tsapako fa lavitra dia lavitra an’izany môdely soa izany aho, ka indraindray miraviravy tanana : lavitra ny fahantrany, lavitra ny fahafatesany, lavitra ny fitiavany… » (Taratasy faha-52 ho an’i Mompera Gourdon, 1865).

Page 92

Pejy faha-92

« Il faut bien l'avouer, vous êtes bien loin d'avoir cet Esprit de Dieu qui vous est nécessaire pour être de véritables filles de Jésus Christ, vous êtes bien loin encore de ce renoncement complet que Notre Seigneur demande pour lui appartenir entièrement et le suivre dans sa charité, son humilité, sa douceur et son dévouement… Priez Dieu que je puisse travailler à ma sanctification et à la vôtre, car je gémis dans le secret de mon âme de nous voir tous dans un état si triste et si languissant, nous qui devrions être si humbles, si fervents, si charitables, si dévoués et si pauvres, selon l'Esprit de Dieu » (Lettre n° 170 à Sœur Marie 29 juin 1869).

« Aoka ho tsorina fa mbola lavitra anareo ny Fanahin’Andriamanitra, nefa raha tsy manana an’io ianareo tsy ho zanakavavin’i Jesoa marina tokoa ; mbola lavitra anareo ilay famoizana tanteraka ny zavatra rehetra takian’ny Tompo aminareo, mba hahafahanareo manolo-tena manontolo aminy ary manaraka azy amin’ny fitiavany, amin’ny fanetren-tenany, amin’ny halemem-panahiny sy ny fahafoizan-tenany… Mangataha amin’Andriamanitra mba hahafahako miasa ho an’ny fanamasinan-tenako sy ho an’ny fanamasinana anareo, fa mitaraina mafy aho ao anatin’ny foko mangina ao, mahita antsika rehetra fadiranovana sy manjoretra toy izao, dia isika izay tokony ho feno fanetren-tena, feno zotom-po sy fitiava-namana, fahafoizan-tena sy fahantrana, araka ny Fanahin’Andriamanitra » (Taratasy faha-170 ho an’ireo masera voalohany tao amin’ny Prado, 1869).

Le Père Chevrier disait volontiers que « l'esprit de Dieu est rare » :

Hoy ny fitenin’i Mompera Chevrier : « mahalana no ananana ny Fanahin’Andriamanitra » :

« Oui, l'Esprit de Dieu est rare, parce qu'il est très difficile de quitter entièrement sa raison, sa science, sa vie naturelle, ses défauts d'esprit, pour se remplir de l'Esprit de Dieu et n'agir que selon l'Esprit de Dieu.

« Eny, mahalana no ananan’ny olona ny Fanahin’Andriamanitra, satria sarotra dia sarotra ny misaraka tanteraka amin’ny sain’ny tena, amin’ny fahaizana, amin’ny fiainana ara-nofo, amin’ny toe-tsaina mivaona, ka hahafahan’ny tena manaiky ho feno ny Fanahin’Andriamanitra ary tsy hanao na inona na inona raha tsy araka ny Fanahin’Andriamanitra.

« Il est difficile d'être tellement uni à Dieu qu'on ne fasse plus qu'un avec lui ; il est difficile d'être assez humble, assez petit, assez docile, assez silencieux, pour que l'on puisse toujours bien recevoir et suivre ses inspirations. Ses inspirations sont si douces, si fines, si imperceptibles quelquefois, pour ne pas dire toujours, qu'il est difficile de les saisir, de les comprendre et de les accepter. La science, la raison, le monde font au contraire tant de bruit autour de nous, ainsi que les habitudes de la vie, qu'il est très difficile de l'entendre et de le suivre parfaitement.

« Sarotra dia sarotra ny miombona amin’Andriamanitra ka zary hoe tena iray aminy tanteraka ; sarotra ny manetry tena marina, miaiky ny tena ho bitika, mahay manaiky ary miaina anaty fahanginana, mba hahafahana mandray sy manaraka lalandava izay atorony. Ny bitsika avy aminy dia tsy ataony amboletra, na bontolo, fa mazàna, mba tsy hilazana hoe mandrakariva, dia ataony milamina tsy re tsaika ; hany ka sarotra ny mandray sy mahazo ary mankatò azy. Etsy andaniny anefa, ny fahaizana amam-pahalalana, ny sain’olombelona mandinika, izao tontolo izao ary ny fanao mahazatra eo amin’ny fiainana, dia samy be tabataba avokoa manodidina antsika, hany ka vao mainka sarotra dia sarotra ny mandre ny bitsik’Andriamanitra ary manaraka azy antsakany sy andavany.

« Pour avoir le Saint-Esprit, il faut avoir quitté cette vie naturelle qui nous enveloppe et nous conduit. Il faut avoir lutté longtemps contre ses défauts, spirituels et charnels, il faut avoir étudié longtemps le saint Évangile, il faut avoir prié longtemps pour le demander. Combien sont rares ceux qui ont rempli toutes ces conditions.

« Raha tiana ny hanana ny Fanahy Masina, dia tsy maintsy nialana aloha ity fiainana ara-nofo manarona antsika sy misintona antsika ity. Tsy maintsy niadivana naharitra sy notoherina ny kileman’ny tena, na kilema ara-panahy na ara-nofo ; tsy maintsy efa naka fotoana naharitra nandalinana ny Evanjely masina ; ary tsy maintsy hatry ny ela no efa nivavaka nangatahana an’izany fahasoavana izany ! Tahaka ny inona anefa ny havitsian’ny olona mahafeno an’ireo fepetra rehetra ireo !

Page 93

Pejy faha-93

« D'ailleurs la vie naturelle est si forte en nous et la vie spirituelle si élevée, si opposée à notre nature, que l'on est tenté de regarder comme impossibles les inspirations du Saint-Esprit, que l'on traite souvent de chimères. Les grands enseignements de l'Évangile, les conseils, sont regardés comme impossibles et on aime mieux suivre la voie habituelle, la voie ordinaire que d'embrasser les voies élevées et souvent arides à la nature, qui viennent de l'Esprit Saint. Et puis, par le raisonnement, on détruit tout l'Évangile, on trouve toujours moyen d'arranger les choses et de garder la vie naturelle.

« Ny fiainana ara-nofo rahateo mahery vaika izaitsizy ao amintsika, ary ny fiainana ara-panahy avo dia avo, mifanohitra dia mifanohitra amin’ny toetra maha-nofo aman-drà antsika, hany ka alaim-panahy ny olona hihevitra fa tsy efan’ny olombelona hotanterahina mihitsy ny bitsiky ny Fanahy Masina, izay mazàna tondroiny ho nofinofy ihany. Ireo fampianaran-dehibe sy ireo torohevitra ao amin’ny Evanjely dia heverina koa fa tsy hay tanterahina, ka aleo manaraka ny lala-masaka efa mahazatra andavanandro, toy izay hananika ny lala-mideza soritan’ny Fanahy Masina, izay mazàna henjana ho an’ny ara-nofo. Dia avy ny saina mandrodana ny Evanjely manontoló, hita foana izay fomba handambolamboana ny resaka ka hifikirana amin’ny fiainana ara-nofo.

« Le raisonnement tue l'Évangile et détruit tout ce qu'il y a d'élevé, de grand, de spirituel, dans les préceptes et les conseils de Notre Seigneur ; comme en ce qui concerne la pauvreté, le détachement, la charité, 1e renoncement, la mortification, la pénitence.

« Ny hevitra arafitry ny sain’olombelona no mamono ny Evanjely ary mandrodana izay rehetra avo sy lehibe ary manan-kasina, ao amin’ny fampianarana sy ny torohevitra omen’ny Tompo antsika ; isan’ireny ny momba ny fahantrana, ny tsy firaiketam-po amin’ny zavatry ny tany, ny fitiava-namana, ny fandavantena, ny fampijalian-tena, ny asa fivalozana.

« Aussi, quand on trouve quelqu'un sur la terre qui a l'Esprit de Dieu, comme on le cherche ! comme on court à lui ! on vient chercher cet Esprit, ces conseils qui viennent d'en haut ; il semble alors que l'on est avec Dieu et que c'est le ciel sur la terre ; c'est rare et cependant il ne tiendrait qu'à nous de l'avoir en nous remplissant de l'Évangile et en le mettant en pratique.

« Hany ka raha misy olona iray eto an-tany manana ny Fanahin’Andriamanitra, tahaka ny inona moa ny fitadiavana azy ! Tahaka ny inona ny fihazakazahana mankany aminy ! Samy avy mitady an’izany Fanahy izany, handre azy manome ireo torohevitra avy any ambony. Ary amin’izany dia tahaka ireny hoe efa miombona amin’Andriamanitra ireny ary tahaka ny hoe efa lanitra ny eto an-tany. Zava-mahalana izany, saingy miankina amintsika ihany ny hahazoana azy, raha ekentsika ny ho vonton’ny Evanjely sy hanatanteraka azy.

« L'Esprit de Dieu ! c'est le plus grand trésor que Dieu puisse faire à quelqu'un que de le lui donner. C'est aussi le plus grand trésor que Dieu fait à la terre que de donner son Esprit à quelques hommes pour que les autres puissent le voir, le consulter et le suivre, en profiter.

« Ny Fanahin’Andriamanitra ! Izany no raki-tsarobidy indrindra azon’Andriamanitra atolotra ny olombelona. Izany koa no raki-tsarobidy indrindra azon’Andriamanitra atolotra an’izao tontolo izao : apetrak’ Andriamanitra amin’olona sasantsasany ny Fanahiny, mba hahafahan’ny hafa mahita azy, manontany sy manaraka azy ary mandray tombontsoa avy aminy.

« Demandons-le à Dieu et ne cessons de le demander pour nous et pour les autres » (VD, p. 228-229).

« Aoka hangatahintsika amin’Andriamanitra Izy, ary aza atsahatra ny fangatahana azy na ho antsika na ho an’ny hafa » (VD, p. 228-229).

« L'Esprit de Dieu, c'est tout ! »

« Ny Fanahin’Andriamanitra, io no fara fanaperana ! »

« Ô mon Dieu, donnez-moi votre Esprit, c'est la prière que nous devons faire continuellement et toujours, à chaque instant ; l'Esprit de Dieu, c'est tout ! Si nous en sommes animés, nous avons tout, nous possédons toutes les richesses du ciel et de la terre.

« Andriamanitra ô, arotsahy ato amiko ny Fanahinao ! » Izany no vavaka tokony hataontsika tsy tapaka, isan’andro, isaka ny mihetsika. Ny Fanahin’Andriamanitra, io no fanaperana ! Raha Izy no manentana antsika, dia ananantsika ny zavatra rehetra, eo an-tanantsika ny harena rehetra any an-danitra sy ety an-tany.

Page 94

Pejy faha-94

« Mais il faut le demander avec l'intention réelle de le recevoir, avec la volonté de faire tout son possible pour l'acquérir, avec la volonté de faire tous les sacrifices possibles et exigés pour l'avoir et le recevoir ; autrement, nous ne pourrons le recevoir et Dieu ne pourra nous le donner.

« Fa tsy maintsy angatahina anefa Izy, omban’ny faniriana handray azy marina tokoa, sy ny fahavononana hanao izay fara hery mba hahazoana azy, ary ny finiavana hiaritra ny mafy rehetra mety hitranga ary mety hotakina, mba hahazoana sy handraisana azy. Raha tsy izany dia tsy ho afa-mandray azy isika, ary tsy ho afa-manome azy antsika Andriamanitra.

« L'Esprit de Dieu n'est ni dans une règle positive, ni dans les formes, ni dans l'extérieur, ni dans les habits, ni dans les règlements ; il est en nous, quand il nous est donné. On entend ce son, mais on ne sait ni d'où il vient ni où il va ; il souffle où il veut. II nous vient au moment où nous nous y attendons le moins. Quand nous le cherchons, nous ne le trouvons pas ; quand nous ne le cherchons pas, nous le trouvons ; il est indépendant de notre volonté, du moment, du temps et de l'heure ; il vient quand il veut, à nous de le recevoir quand il vient. Il a la liberté d'action, et il est indépendant de nous, mais il se communique à nous quand nous y pensons le moins ; il n'est pas dans le raisonnement, ni dans l'étude, ni dans les théories, ni dans les règles ; il est le feu divin qui bouge toujours, qui s'élève en haut de manière irrégulière, il se montre et il disparaît, comme la flamme du bois ; il faut le prendre et s'en réjouir quand il se montre et le conserver toutes les fois qu'il se communique à nous » (VD, p. 511).

« Ny Fanahin’Andriamanitra dia tsy ao amin’ny hoe lalàna manan-kery, tsy ao amin’ny fomba enti-manao zavatra, tsy ao amin’ny lafin-javatra ivelany, tsy ao amin’ny fomba fitafy, tsy ao amin’ny fitsipika mifehy. Ao anatintsika Izy rahefa nomena antsika. Heno ny feony, saingy samy tsy fantatra na izay iaviany na izay alehany ; mitsoka amin’izay tiany izy. Amin’iny fotoana tsy ampoizintsika iny indrindra no ahatongavany ao amintsika. Rahefa tadiavina izy, tsy hita ; rahefa tsy tadiavina anefa : indro izy eo. Tsy miankina amin’ny sitrapontsika izy, tsy miankina amin’ny fotoana, na amin’ny andro, na amin’ny ora ; tonga izy rahefa tiany izany : ny anjarantsika dia ny mandray azy rahefa tonga izy. Afa-manao izay tiany izy, tsy miankina amintsika ; saingy mifandray amintsika izy amin’ny fotoana tsy hiheverantsika azy indrindra. Tsy ny fampiasantsika saina no ahitana azy, tsy ny fandalinana, tsy ny fandrafetana tsangan-kevitra, na fitsipika. lzy no afo avy amin’Andriamanitra tsy mitsaha-mihetsika, misandratra amin’ny fotoana tsy ampoizina, miseho dia midify, toy ny afon-kitay. Amin’izy mitranga iny no tsy maintsy hararaotina raisina ary ifaliana, ary tahirizina isaka ny miditra amin’ny fiainantsika » (VD, p. 511).

« Il nous reste encore beaucoup à prier, à recevoir l'Esprit de Dieu. Oh ! ne cessez pas de demander pour moi l'Esprit de Dieu, tout est là ! Si nous avons l'Esprit de Dieu, nous aurons tout. Si je puis l'acquérir un peu moi-même pour vous le communiquer, que je serais heureux, parce que j'aurai achevé mon œuvre. Demandons-le les uns pour les autres, ne manquons pas de réciter tous ensemble le Veni Creator chaque jour pour que nous puissions le recevoir avec abondance et que je puisse vous le communiquer » (Lettre n°117 à Claude Farissier, fin janvier 1877).

« Mbola mila mivavaka mafy isika, ary mbola mila zavatra maro mba handraisana ny Fanahin’Andriamanitra. Endrey ! aza sasatra mangataka ny Fanahin’Andriamanitra ho ahy, fa io no fanaperana ! Raha ananantsika ny Fanahin’Andriamanitra dia ananantsika ny zavatra rehetra. Raha izay aho no mba afaka nanana azy kely, mba nahafahako nizara azy taminareo, dia ho sambatra tokoa aho, satria hotontosako ny asa nankinina amiko. Samia mangataka azy ho an’ny tsirairay avy ; aza hadino ny manao ny « Veni Creator » isan’andro mba hahafahantsika mandray azy safononoka ary mba hahafahako mizara azy aminareo » (Taratasy faha-117 ho an’ireo seminarista nolieaziny, 1877).

Page 95

Pejy faha-95

« Il faut avant tout mettre
la sève intérieure… »

« Ny ilaina voalohany indrindra
dia ilay tsiron’Aina ao anaty… »

À une époque où l'on prônait surtout l'ordre et la discipline, le Père Chevrier rappelle que, dans la formation des chrétiens, c'est l'Esprit Saint qui doit produire tout l'extérieur :

Raha ny filaminana sy ny fanajana ny fitsipi-pifehezana no tena noantitranterina, tanatin’izany fotoana izany, i Mompera Chevrier kosa nampahatsiaro fa, amin’ny fanofanana ny kristianina, dia ny Fanahy Masina no tokony hibaiko ny fihetsika aseho ety ivelany :

« L'extérieur suppose l'Esprit de Dieu, mais ne le donne pas. Voici une comparaison qui peut faire comprendre ce point.

« Ny fisehoana eto ivelany no ahitana taratra fa ao ny Fanahin’Andriamanitra, fa tsy izy velively no manome ny Fanahin’Andriamanitra. Indro misy fanoharana mety hanampy hahatakarana an’izany.

« Voici deux arbres, l'un est artificiel et l'autre naturel. Ils sont parfaitement semblables.

« Indreto misy hazo anankiroa, ny iray hazo voajanahary ary ny iray voatr’olombelona. Mitovy tsisy valaka anefa izy roa.

« L'arbre artificiel a été fait de main d'homme : le tronc, les branches, les feuilles, les fleurs, les fruits sont beaux, de belles couleurs, de belles formes ; il ressemble parfaitement à l'arbre naturel, c'est ravissant d'ordre, d'arrangement, de forme, de couleur et de ressemblance ; mais cet arbre n'a ni racine ni sève ; il n'a point de vie, il est mort, il n'a qu'une vie artificielle, une vie de ressemblance.

« Ilay hazo voatr’olombelona dia asan-tanan’olona : ny vatany, ny rantsany, ny raviny, ny voniny, ny voany dia samy vita tsara daholo, sady tsara loko no tsara endrika ; tena tsisy valaka amin’ilay hazo voajanahary mihitsy : mahavariana ny filaminy, ny firindrany, ny endriny, ny lokony, ny fitoviany ; saingy io hazo io sady tsy misy faka no tsy misy tsiron-kazo ao anatiny ; tsy miaina izy fa maty ; aina voatr’olombelona no isehoany, aina nalain-tahaka.

« C'est l'homme qui a fait tout cela, Dieu n'y a rien mis de lui-même. Il est beau à la vue, mais n'a pas de vie intérieure et n'a pas de fruits véritables ; ses fruits ne sont pas bons à manger et les oiseaux du ciel ne viennent pas s'y reposer pour se nourrir.

« Olombelona no namboatra azy manontolo ; Andriamanitra tsy nikasika teo mivantana. Manaitra ny maso ny hatsarany, saingy tsy misy aina ao anatiny ka tsy antenain-kamokatra izy ; tsy fihinana ny voany, ka tsy tonga mankeo aminy ny vorona eny an-danitra mitady sakafo.

« Dans l'arbre naturel, au contraire, l'homme a fait peu de choses, l'homme a planté, taillé, arrosé, mais c'est Dieu qui l'a fait croître.

« Ilay hazo voajanahary kosa anefa, tsy nokasihin’ny tanan’olombelona firy : ny namboly no nataony, nandrantsana, nanondraka, fa Andriamanitra no nampitombo ny hazo.

Page 96

Pejy faha-96

« Il y a une sève intérieure et mystérieuse que l'on ne voit pas, mais qui vient de Dieu et qui donne la vie ; c'est cette sève mystérieuse qui a produit le tronc, les fleurs, les feuilles, les fruits ; et les fruits sont bons à manger.

« Misy tsiron’aina mahagaga ao anatiny ao, tsy hita maso, fa avy amin’Andriamanitra ary io no mitondra aina ; io tsiron’aina mahagaga io no miteraka ny vatan’ilay hazo, ny voniny, ny raviny, ny voany ; ary fihinana ny voany.

« Il y a, dans cet arbre, une vie intérieure qui vient de Dieu et qui n'existe pas dans l'autre : quelle que soit la beauté de l'arbre artificiel, il ne sera jamais qu'un arbre mort et l'autre un arbre de vie…

« Misy aina ao anatin’io hazo io, aina avy amin’Andriamanitra ary tsy ananan’ilay hazo anankiray : na toy inona na toy inona endrik’ilay hazo voatr’olombelona, dia mijanona ho hazo maty hatrany izy, fa ilay iray no hazo miaina…

« On s'occupe beaucoup plus de l'extérieur que de l'intérieur. On ne met pas la sève vivifiante, on fait des arbres artificiels, on fait des arbres morts.

« Ny maharevo mazàna dia ny endrika ivelany fa tsy ny ao anaty. Tsy iezahana ny manisy an’ilay tsiron’aina mahavelona, fa dia hazo voatr’olombelona ihany no atao, hazo tsy manana aina no amboarina.

« C'est qu'il est beaucoup plus facile de faire un arbre artificiel qu'un arbre vivant. L'arbre artificiel n'exige qu'un peu de soin, de travail, de fermeté, d'exactitude, de régularité. Tandis que pour faire un arbre vivant, il faut trouver la sève vivifiante, il faut communiquer cette sève dans les âmes que l'on instruit et, pour la communiquer, il faut l'avoir, il faut donner la grâce, la vie, la foi, l'amour vivifiant, et cela ne se donne pas si on ne l'a pas et on ne l'acquiert pas sans peine et sans Dieu. C'est un travail spirituel bien plus difficile que le travail matériel.

« Mora lavitra manko ny mikarakara hazo voatr’olombelona noho ny mampitsiry hazo manana aina. Ny hazo voatr’olombelona dia tsy mitaky afa-tsy zavatra kely foana : fikarafarana, asa, fihetsika hentitra, maty paika, ary fitozoana. Fa ny hampitsiry hazo velona kosa dia mila tsiron-kazo hamelona azy. Io tsiro mitondra aina io no tsy maintsy ampitaina ao amin’ny aty fanahin’ireo olona beazina ; mba hahafahana mampita izany anefa dia tsy maintsy ananana izy aloha ; fahasoavana, aina, finoana, fitiavana mamelombelona : izany no ampitaina, saingy ny valala tsy an-tanana tsy atolo-jaza, raha tsy ananana izany tsy hay atolotra, tsy azo koa anefa raha tsy isahiranana sy iandrandrana an’Andriamanitra. Asa ara-panahy sarotra lavitra noho ny asa ara-nofo izany.

« En nous, c'est l'Esprit Saint qui doit produire tout » l'extérieur. II faut commencer à mettre en nous l'Esprit de Dieu et, quand il y est, il fait comme la sève de l'arbre, il produit en nous tout l'extérieur.

« Ny Fanahy Masina no tokony hamokatra ny endrika isehoantsika eto ivelany. Koa ny tokony hanombohana azy dia ny fandraisana ny Fanahin’Andriamanitra ao anatintsika ; fa rahefa mbỳ ao Izy dia manao toy ilay tsiron-kazo : Izy no mamboatra ny endrika ivelany rehetra. Koa ny ao anaty no tokony hifotorana bebe kokoa noho ny fisehoana eto ivelany ; ny ao anaty no aoka homen-danja kokoa noho ny ety ivelany. Omeo ny toerana sahaza azy ao amin’ny fanahin’ny olona ny « ao anaty », fa hanaraka ho azy mora foana ny « ety ivelany » ; fa raha ny « ety ivelany » no omenao toerana mialoha dia tsy hisy vokatra velively hitsiry eo.

« Il faut s'occuper beaucoup plus de l'intérieur que de l'extérieur, attacher beaucoup plus d'importance à l'intérieur qu'à l'extérieur ; mettez l'intérieur dans les âmes, l'extérieur viendra toujours; mettez l'extérieur, vous n'avez rien fait.

Koa ny ao anaty no tokony hifotorana bebe kokoa noho ny fisehoana eto ivelany ; ny ao anaty no aoka homen-danja kokoa noho ny ety ivelany. Omeo ny toerana sahaza azy ao amin’ny fanahin’ny olona ny « ao anaty », fa hanaraka ho azy mora foana ny « ety ivelany » ; fa raha ny « ety ivelany » no omenao toerana miatoha dia tsy hisy vokatra velively hitsiry eo.

« On dira que l'extérieur est l'indice de l'intérieur ; pas toujours, il y a des gens qui peuvent mieux se contenir extérieurement que d'autres et qui sont moins agréables à Dieu que d'autres, qui ont moins d'extérieur et plus d'intérieur, qui ont plus de volonté, font plus d'efforts.

« Hisy hilaza fa taratry ny ao anaty ny eto ivelany ; tsy marina mandrakariva izany, fa satria misy olona mahay mitondra tena noho ny hafa, raha ny eto ivelany no jerena, kanefa olona tsy ankasitrahan’Andriamanitra firy noho iretsy atao hoe tsy dia manana inona loatra eto ivelany, saingy manam-be kosa ao anaty, manam-piniavana kokoa ary miezaka kokoa.

" Ne jugez pas selon les apparences, selon le visage ", dit Notre Seigneur.

"Aza mitsara ny ety ivelany, hoy ny Tompo, aza mizaha tavan’olona."

Page 97

Pejy faha-97

« Mettre l'extérieur sans l'Esprit de Dieu, c'est un corps sans âme. Commencer par l'extérieur, c'est bâtir en l'air, sans fondement, c'est faire des machines, des girouettes. Il faut, avant tout, mettre la foi, l'amour de Dieu, la sève intérieure » (VD, p. 220-221).

« Raha omena toerana ny « ety ivelany », kanefa ny Fanahin’Andriamanitra tsinona tsy ao, dia izay no vatana tsisy fanahy. Manao asa manidintsidina fotsiny, raha ny ety ivelany no aorina mialoha : asa tsy misy fototra iorenany, zary milina tsisy fanahy, movà tsy ny famataran-drivotra. Ny tokony hapetraka voalohany manko dia ny finoana, ny fitiavana an’Andriamanitra, ilay tsiron-kazo mitondra aina ao anáty » (VD, p. 220-221).

« Ne pas s'attacher trop à l'écorce ; beaucoup ne pensent qu'à l'écorce, ne voient que l'écorce, ne jugent que par l'écorce ; il faut de l'écorce pour conduire la sève, porter la sève, mais qu'est-ce qu'écorce sans sève ? un arbre mort ; il faut protéger l'écorce de l'arbre, mais il faut surtout arroser, fumer l'arbre pour avoir une bonne sève forte et vivifiante et l'arbre sera beau et magnifique. Avoir soin des racines » (VD, p. 224).

« Tsy ny hodi-kazo loatra no tokony hifotorana ; be no tsy mieritreritra afa-tsy ny hodi-kazo, tsy mahita afa-tsy ny hodi-kazo, tsy mitsara afa-tsy amin’ny fahitana ny hodi-kazo. Ilaina ny hodi-kazo handehanan’ny tsiron-kazo, hitondra ny tsiron’Aina : fa hatao inona hodi-kazo tsy mitondra tsiron’Aina. Moa tsy hazo maty ! Tsy maintsy arovana ny hodi-kazo, fa ny tokony hatao indrindra dia ny manondraka, ny manisy zezika mba hahazoana tsiron-kazo tsara, mahery, mitondra aina, dia ho tsara endrika mahafinaritra ny hazo. Karakaraina ny fakany » (VD, p. 224).

D'où ces recommandations du Père Chevrier à ceux qu'il guidait sur les chemins de la vie spirituelle :

lzany no niavian’ny torolalana nomen’i Mompera Chevrier an’ireo clona notantanany handroso ara panahy :

« Apprenez à bien faire votre oraison ; là on apprend plus que dans les livres ; si vous savez faire, le Saint-Esprit vous apprendra beaucoup » (Lettre au Père Jaricot, 1866).

« Mianàra tsara manao vavaka maharitra mangina ; hahalalanareo zavatra be lavitra noho ny mamaky boky izany ; raha mahay mivavaka ianareo dia hampianatra anareo zavatra maro ny Fanahy Masina » (Taratasy faha-61 ho an’i Mompera Jaricot, 1866).

« Rappelez-vous que le meilleur directeur, c'est l'Esprit Saint; c'est notre Seigneur qui est le plus grand directeur de nos âmes. Si vous le consultez, il vous apprendra plus que moi et bien d'autres. Sachez vous contenter un peu de lui : il vous reprochera plus de fautes dans le silence de l'oraison que je ne saurais le faire dans tous les discours que je pourrais vous tenir » (Lettre n° 388 à Mademoiselle Grivet, Septembre 1878).

« Tsarovy fa ny mpitantana ara-panahy tsara indrindra dia ny Fanahy Masina ; ho antsika dia ny Tompo no mpitantana ara-panahy lehibe indrindra. Raha izy no anontanianareo dia hampianatra anareo mihoatra noho izay ataoko sy ataon’ny hafa rehetra izy. Mahaiza mianina aminy : be lavitra ny hadisoana hokianiny ao aminareo, mandritra ny vavaka mangina ataonareo, noho izay mety ho voalazako amin’ny toriteny rehetra hataoko aminareo » (Taratasy faha-388 ho an-dRamatoakely Grivet, 1878).

Page 98

Pejy faha-98

« Le Saint-Esprit nous donne l'amour… »

« Ny Fanahy Masina no manome antsika ny Fitiavana… »

En éveillant et en faisant grandir l'amour dans le cœur des hommes, l'Esprit Saint conduit à son achèvement l'œuvre de Dieu en chacun de nous et dans l'humanité :

Ny Fanahy Masina no mampitsiry sy mampitombo ny fitiavana ao am-pon’ny olona ; izany no fomba anatanterahany ny asan’Andriamanitra ho tonga lafatra ao amintsika tsirairay avy ary ao amin’ny taranak’olombelona manontolo :

« L'Esprit de Dieu est dans la charité : c'est là le principe de vie qui vient du Saint-Esprit qui est amour par essence… L'amour de Dieu et du prochain, voilà le principe et la sève vivifiante de tout, qui doit produire tout en nous ; quand il y a cela dans une âme, il y a tout ce qu'il faut.

« Ao amin’izay misy ny fitiavana ny Fanahin’Andriamanitra : io no loharanon’Aina omen’ny Fanahy Masina, izay Fitiavana rahateo araka ny maha Izy azy… Ny fitiavana an’Andriamanitra sy ny fitiavana ny namana : ireo no loharano ary tsiron’Aina mamelombelona ny zavatra rehetra, ireo no tsy maintsy hamokatra ny zavatra rehetra ao amintsika ; rahefa misy an’ireo ao am-pon’ny olona iray dia misy ny zavatra ilaina rehetra ao aminy.

« Mieux vaut la charité sans extérieur qu'un extérieur sans charité. Mieux vaut le désordre avec l'amour que l'ordre sans amour » (VD, p. 223).

« Aleo fitiavana tsy misy fihetsiketsehana ivelany, toy izay fihetsiketsehana ivelany tsy misy fitiavana. Aleo korontana ahitana fitiavana, toy izay filaminana tsy ahitana fitiavana » (VD, p. 223).

« Le Saint-Esprit, qui est amour, produit les œuvres de Dieu. Le Saint-Esprit est le grand opérateur des choses de Dieu, le grand ouvrier du Père et du Fils…

« Ny Fanahy Masina, fitiavana, no mamokatra ny asan-tanan’Andriamanitra. Ny Fanahy Masina no ilay mpanatanteraka ikoizana, mpanao ny raharahan’Andriamanitra, ilay Mpiasa tonga lafatra mpanatontosa ny asan’ny Ray sy ny Zanaka…

« Le Saint-Esprit met en mouvement les sens intérieurs de l'âme, ouvre nos sens spirituels, l'œil de l'âme,  l'oreille de l'âme, le goût, l'odorat, le toucher, l'amour de notre cœur pour les choses spirituelles. De sorte que, quand nous avons l'Esprit Saint, nous voyons, nous entendons, nous comprenons, nous sentons, nous touchons les choses de Dieu…

« Ny Fanahy Masina no manaitaitra sy manokatra ny fandrenesana rehetra ao amin’ny aty fanahintsika ao, Izy no manokatra ny masom-panahintsika, ny sofina, ny lela, ny orona, ny tanana, ny fontsika hitia ny zavatra ara-panahy. Hany ka rahefa manana ny Fanahy Masina isika dia afa-mahita, mandre, mahatakatra, manimbolo, mahatsapa ny zavatra momba an’Andriamanitra…

« L'Esprit produit des œuvres spirituelles et étonnantes de Dieu par l'amour. Beaucoup comprennent les choses seulement par l'intelligence et non par le cœur. Ceux qui ne comprennent que par l'intelligence ne produisent rien, parce qu'il n'y a que l'amour qui produit quelque chose. Ils n'ont pas le Saint-Esprit et sont impuissants à produire quelque chose de céleste ou de spirituel…

« Ny fitiavana dia ahavitan’ny Fanahy asa ara-panahy igagàna avy amin’Andriamanitra. Ho an’ny olona maro, dia ny sainy ihany no entiny manaka-javatra, fa tsy mba ny fony. Ireo izay tsy mampiasa afa-tsy ny sainy hahatakaran-javatra dia tsy mamokatra na inona na inona, satria ny fitiavana ihany no afa-mamoka-javatra. Noho ny Fanahy Masina tsy ananan’izy ireo dia tsy afaka mamokatra zavatra momba ny lanitra na zavatra ara-panahy izy…

Page 99

Pejy faha-99

« Le Saint-Esprit est un feu qui met tout en mouvement dans nos âmes quand il y a en elles les éléments premiers qui doivent être mis en mouvement : l'existence, donnée par le Père, et la connaissance, ou lumière, donnée par le Fils, cette forme extérieure qui se montre à nous, que nous voyons, mais que nous ne pouvons comprendre et aimer que par le Saint-Esprit » (MS X, p. 123).

« Ny Fanahy Masina dia afo manetsiketsika ny zavatra rehetra ao anaty fanahintsika, raha tahiny efa ananantsika ao ny tsirin’ireo hery tokony hohetsehina, dia ny aina nomen’ny Ray antsika, ny fahalalana na hoe ny fahazavana nomen’ny Zanaka : io ilay endrika ivelany isehoan’Andriamanitra amintsika, hitantsika maso nefa tsy haintsika takarina na tiavina raha tsy ao amin’ny Fanahy Masina » (MS X, p. 123).

« Je ne laisserai pas passer cette belle semaine de la Pentecôte sans vous dire un petit mot. C'est la semaine du Saint-Esprit et vous savez combien nous avons besoin de cet Esprit pour vivre de la vie de Dieu.

« Tsy avelako handalo fotsiny ny hasoan’izao herinandron’ny Pantekôty izao raha tsy hanipazako teny kely ho anareo. Herinandron’ny Fanahy Masina ity, ary fantatrareo tsara hoe tahaka ny inona no hilantsika an’izany Fanahy izany hahafahana miaina ny ain’Andriamanitra.

« Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l'Esprit est esprit », et notre Seigneur nous dit encore que « quiconque ne renaît pas de l'eau et de l'Esprit Saint ne peut entrer dans le royaume des cieux ». Il faut donc recevoir cette nouvelle vie et opérer en nous cette seconde naissance de l'Esprit qui, seule, nous rapproche de Dieu. « Ce qui est né de la chair est chair » ; nous avons ce premier homme d'Adam avec toutes ses convoitises, ses défauts, ses misères, ses suites funestes ; tout cela est en nous comme conséquence du péché. C'est le Saint-Esprit qui vient détruire cette première nature, ce vieil homme, par sa grâce et sa puissance et mettre en nous cette vie spirituelle et divine qui nous fait ressembler à notre Créateur ; nous avons été faits à son image et à sa ressemblance ; c'est le Saint-Esprit qui rétablira cette image et cette ressemblance effacée malheureusement par le péché !

« "Izay nateraky ny nofo dia nofo, izay nateraky ny Fanahy dia fanahy", ary hoy koa ny Tompo hoe : "Izay tsy ateraka amin’ny rano sy ny Fanahy Masina dia tsy hiditra amin’ny Fanajakan iry Lanitra". Koa tsy maintsy raisina io aim-baovao io ary tanterahina ao amintsika io fahaterahana amin’ny Fanahy io, fa izany no hany ahafahantsika manatona an’Andriamanitra. "Izay nateraky ny nofo dia nofo" ; nolovantsika avy amin’i Adama io olona voalohany io, omban’ny fitsiriritany rehetra, ny kilemany, ny fahoriany sy ny tarazony rehetra ; napetraky ny fahotana ao amintsika izany rehetra izany. Ny Fanahy Masina no avy mandevona an’io toetra voalohany io, dia ilay olona tranainy, amin’ny alalan’ny fahasoavany sy ny heriny, ary apetrany ao amintsika ilay aina ara-panahy avy amin’Andriamanitra, ka itovizantsika endrika amin’ilay Mpahary antsika. Mitovy endrika aminy ary manahaka azy no nanaovana antsika. Ny Fanahy Masina no hamerina amin’ny laoniny an’izany endrika sy fanahafantsika azy izany, izay nokosehin’ny fahotana indrisy !

« Oh ! prions donc bien l'Esprit Saint, il est si nécessaire ! Pour nous faire comprendre sa nécessité, Jésus Christ disait : « Il est nécessaire que je m'en aille pour vous envoyer l'Esprit Saint. » C'est que les trois Personnes divines ont une opération à faire sur nous pour faire de nous des hommes parfaits : le Père nous crée, le Fils nous montre la vérité, la voie, il est notre lumière, mais le Saint-Esprit nous donne l'amour, nous le fait aimer, et qui aime comprend, qui aime sent, qui aime peut agir. Le Saint-Esprit achève donc ce que Jésus Christ a commencé.

« Endrey ! Aoka àry hitalaho mafy amin’ny Fanahy Masina isika, fa he izany hilantsika azy mba hahatakarantsika ny hilàna azy, dia hoy i Jesoa : "Tsy maintsy mandeha aho mba hahafahako maniraka ny Fanahy Masina ho anareo". Ny Olona telo ao amin’Andriamanitra manko dia samy manana asa atao ao amintsika, mba haha-olombelona tonga lafatra antsika : ny Ray mahary antsika, ny Zanaka manoro antsika ny fahamarinana, ny lalana : Izy no fahazavana manilo antsika, ny Fanahy Masina kosa mandrotsaka ny fitiavana ao am-pontsika, ary mitarika antsika ho tia azy, fa izay tia no mahatakatra, izay tia no mahatsapa, izay tia no afa-miasa. Koa ny Fanahy Masina no mamita hatramin’ny farany an’izay natombok’i Jesoa Kristy.

Page 100

Pejy faha-100

« Le Père donne l'existence, le Fils se découvre à nous et nous montre Dieu et la voie, et le Saint-Esprit nous le fait comprendre et aimer. Ces trois opérations de la Sainte Trinité se font sur nous et sont toutes aussi nécessaires les unes que les autres, mais l'opération du Saint-Esprit est pour ainsi dire la plus nécessaire, car que sert de voir, si on ne comprend pas ce que l'on voit ? que sert d'entendre, si on ne comprend pas ce que l'on entend ? que sert encore de comprendre, si on n'aime pas ? Puissiez-vous donc bien comprendre cette opération de l'Esprit sur nous, afin que vous puissiez lui demander d'agir sur vous et de ne mettre aucun obstacle à son action.

« Ny Ray no nahary antsika, ny Zanaka miseho amintsika ary maneho amintsika an’Andriamanitra sy ny lalana mankany, ny Fanahy Masina mitarika antsika hahatakatra izay lazain’ny Zanaka ary ho tia Azy. Ao amintsika no anaovan’ny Trinite Masina an’ireo asa telo miantoana ireo, ary samy ilaintsika daholo ireo ; azo lazaina anefa fa ny asan’ny Fanahy Masina no ilaina indrindra, satria mampaninona moa ny hoe mahita, raha tsy misy azon’ny saina tsinona izay zavatra hita ? Mampaninona ny hoe mandre, raha tsy misy azon’ny saina tsinona izay ren’ny sofina ? Ary mampaninona ny hoe saina mahatakatra, raha ny fo tsy mitempo fitiavana. Koa enga anie ho takatrareo tsara ny lanjan’ny asan’ny Fanahy Masina ao amintsika, mba hahafahanareo mangataka azy hiasa ao aminareo ka tsy hanelingelenanareo ny asany.

« Que l'Esprit Saint soit donc votre lumière et votre amour, qu'il vous fasse comprendre et aimer le Père et le Fils, et alors vous serez véritablement les enfants de Dieu qui ne sont pas nés de la chair et du sang, mais qui sont nés de Dieu par l'Esprit » (Lettre n° 93 à Jean Broche, séminariste, 6 juin 1873).

« Enga anie ny Fanahy Masina ho fahazavana hanilo ny sainareo, ho fitiavana ao am-ponareo ; enga anie Izy hitarika anareo hahazo izay lazain’ny Ray sy ny Zanaka ary hitarika anareo ho tia azy, dia ho zanak’Andriamanitra marina tokoa ianareo, zanaka tsy nateraky ny nofo aman-drà fa naterak’Andriamantra tamin’ny Fanahy » (Taratasy faha-93 ho an’ireo seminarista nobeaziny, 1873).

« C'est l'Esprit Saint qui produit en nous Jésus Christ… »

«Ny Fanahy Masina no mamolavola an’i Jesoa Kristy ao anatintsika…»

En quelques pages d'une densité étonnante, le Père Chevrier explique que la fonction du Saint-Esprit est de former Jésus Christ dans ces créatures que sont les hommes afin de les introduire dans la communion du Dieu Trinité :

Ao anatin’ny pejy vitsivitsy mafonja aok’izany no anazavan’i Mompera Chevrier fa hoe ny asan’ny Fanahy Masina dia ny mamolavola an’i Jesoa Kristy ao amin’ny olombelona aritanan’Andriamanitra, mba hahafahana mampiditra ny olombelona ao amin’ny fiombonan’ilay Andriamanitra tokana Olona telo :

… « Le Saint-Esprit, étant l'union des personnes divines, a pour office d'unir les trois personnes ensemble et, par là même, d'unir les personnes extérieures que sont les créatures de Dieu à Dieu lui-même.

…« Ny Fanahy Masina no fiombonan’ireo Olona ao amin’ny misterin’Andriamanitra, Izy no mampiombona ireo Olona telo ao amin’Andriamanitra, ka andraikiny koa ny mampiombona amin’Andriamanitra an’ireo olona hafa avy ety ivelany, dia ny olombelona ari-tanan’Andriamanitra izany.

Page 101

Pejy faha-101

« Il préparera et formera Jésus Christ sur la terre, qui est le Verbe divin et l'image du Père, ce Verbe qui ne fait qu'un avec le Père. Il travaillera ensuite à former Jésus Christ dans toutes les créatures, afin de les unir au père par le Fils, qui ne fait qu'un avec le Père. II nous fait ainsi entrer dans la Sainte Trinité par le Fils, avec qui nous ne faisons qu'un par sa formation en nous par le Saint-Esprit.

« lzy no hanomana sy hamolavola an’i Jesoa Kristy ety an-tany, i Jesoa ilay Tenin’Andriamanitra sy endriky ny Ray, ilay Teny iray tena amin’ny Ray. Izy koa avy eo no hamolavola ny fiainan’i Jesoa Kristy ao amin’ny zava-boaary rehetra, mba hampiraisana azy ireo amin’ny Ray amin’ny alalan’ny Zanaka, izay iray tena amin’ny Ray. Koa lzy no mampiditra antsika ao amin’ny fiombonan’ny Trinite Masina, amin’ny alalan’ny Zanaka, noho isika efa iray tena aminy tamin’ny namolavolana azy tao anatintsika noho ny asan’ny Fanahy Masina.

« L'office du Saint-Esprit est donc premièrement de former Jésus Christ sur la terre, de former son corps, de préparer sa venue, de préparer la terre, les peuples, les événements et les créatures à recevoir ce Verbe divin…

« Ny andraikitry ny Fanahy Masina voalohany indrindra àry dia ny mamolavola an’i Jesoa Kristy eto an-tany, mamolavola ny vatany, manomana ny fiaviany, manomana ny tany, ny vahoakam-pirenena, ny zava-mitranga ary ny voaary manontolo handray ny Tenin’Andriamanitra…

« Le Verbe ne pouvait venir au commencement du monde, il fallait que le monde fût peuplé, que le monde fût capable de le recevoir, qu'il en comprît le besoin et qu'il fût assez intelligent pour le recevoir.

« Tsy afaka tonga teto an-tany tamin’ny fiandohan’izao tontolo izao ny Tenin’Andriamanitra, satria tsy maintsy nisy mponina aloha izao tontolo izao, tsy maintsy voaomana handray azy aloha izao tontolo izao, hahatsapa ny tena hilàny azy ary hivoatra tsara ara-tsaina mba hahafahany mandray azy.

« Le monde, pour Dieu, est assez semblable à un enfant : il est petit, dans les langes ; il a son adolescence, son enfance ; son âge mûr, sa force ; sa décrépitude et sa vieillesse.

« Ho an’Andriamanitra dia mitovitovy amin’ny zaza ihany izao tontolo izao : raha mbola menavava izy dia atao ao anaty lamban-jaza ; avy eo mandalo amin’ny fahazazana sy ny fahatanorana ; dia lasa olon-dehibe tonga taona, anatin’ny heriny ; ary miafara amin’ny faharerahana sy ny fahanterana.

« Un enfant ne peut comprendre des préceptes trop élevés et une morale trop haute : il faut attendre l'âge de la raison pour lui donner des leçons en rapport avec son âge.

« Tsy mbola takatry ny zaza ny didy avo lenta loatra ary ny fitsipika môraly ambony torosy loatra : tsy maintsy andrasana izy ho vory saina mba hahafahana manome azy fampianarana mifanandrify amin’ny taonany.

« Ainsi le Saint-Esprit a agi à l'égard du monde pour l'instruire et le préparer à la venue du Verbe.

« Dia izany no nahatonga ny Fanahy Masina hiasa eo anivon’izao tontolo izao, mba hampianatra azy ary hanomana azy handray ny fiavian’ny Tenin’Andriamanitra.

« Il a eu la loi naturelle de son enfance ; dans son âge de raison, il a eu la loi écrite : loi de force et de vigueur, comme un jeune homme a besoin de force et de vigueur, de fermeté pour le tenir ; puis ensuite la loi de grâce et d'amour qui est venue à son âge plus avancé…

« Fony mbola zaza izao tontolo izao dia ny lalàna voajanahary no nomena azy ; nony vory saina izy dia nomena ny lalàna voarakitra an-tsoratra : lalànan’ny hery sy tanjaka, sahaza ny hatanorana mila hery sy tanjaka ary fahefana hifehy azy ; fa avy eo, nony tonga taona izy, dia ny lalànan’ny fahasoavana sy ny fitiavana no natolotra azy…

« Le Saint-Esprit a donc pris soin de l'enfance du monde et l'a guidé dans sa bouillante jeunesse et l'a préparé à recevoir le Messie, le Sauveur, la Lumière véritable et le Salut. Et au milieu de tous les obstacles différents, le Saint-Esprit fait marcher cependant le monde vers son but unique, vers le grand point, centre de tout événement et de toutes les choses terrestres : Jésus Christ.

« Koa ny Fanahy Masina àry no nanolokolo ny fahazazan’izao tontolo izao, nitantana azy tamin’ny fisamboaravoaran’ny hatanorany ary nanomana azy handray ny Mesia, ilay Mpamonjy, ilay tena Hazavana marina ary tena Famonjena. Teo anivon’ny vato misakana rehetra isan-karazany dia ny Fanahy Masina no nampandroso an’izao tontolo izao hitody amin’ilay hany tanjona, ilay tendro fanaperana, foibe iompanan’ny zava-mitranga rehetra sy ny voaary rehetra eto an-tany : dia i Jesoa Kristy.

Page 102

Pejy faha-102

« Voyons comment le Saint-Esprit travaille à ce grand événement et comment il travaille à faire naître Jésus Christ, à le faire connaître et à le faire aimer, à le faire désirer.

« Andeha hozahantsika hoe ahoana no ataon’ny Fanahy Masina hanomanana izany fotoan-dehibe izany ary ahoana no ataony hamolavolana ny hahaterahan’i Jesoa Kristy, hahalalan’ny olona azy ka hitiavan’ny olona azy sy haniriany azy.

« L'Esprit de Dieu est unique : il est le même partout, il est sur la terre ce qu'il est dans la Sainte Trinité, il opère de même et son action est toujours d'unir les âmes à Dieu comme, dans la Trinité, d'unir les trois personnes divines pour n'en faire qu'un seul Dieu.

« Tokana ny Fanahin’Andriamanitra : tsy miova izy na aiza na aiza ; ny toetrany ao amin’ny Trinite Masina ihany no toetrany ety an-tany ; tsy miova ny fomba fiasany ary ny asa iandraiketany dia ny mampiombona ny fanahy amin’Andriamanitra, toy izay ataony ao amin’ny Trinite Masina ihany : mampiombona ny olona telo ao amin’Andriamanitra ka maha Andriamanitra tokana azy.

« L'Esprit Saint est sur la terre ; il agit dans les âmes et les porte à Dieu : il les anime, les sanctifie, les élève et donne à toutes les mêmes aspirations d'amour, de foi, de charité, autant qu'elles en sont capables pour les unir plus intimement à Dieu par lui et le Fils divin.

« Eto amin’izao tontolo izao ny Fanahy Masina ; Izy no miasa ao amin’ny fanahin’ny olona ary mitaona azy ho any amin’Andriamanitra : Izy no mamelona azy, manamasina azy, manolokolo azy ary mampitsiry ao am-pon’izy rehetra ny fitiavana an’Andriamanitra, ny finoana ary ny fitiava-namana, araka izay zakany avy, mba hiombonan’izy ireo bebe kokoa amïn’Andriamanitra, amin’ny alalany ary amin’ny alalan’ilay Zanak’Andriamanitra.

« Ainsi sur la terre, quand il trouvera des âmes qui seront capables d'entrer dans cette union avec Dieu, il s'en emparera pour les élever jusqu'à Dieu lui-même.

« Koa ety an-tany, rahefa misy fanahy hitany fa afa-miray amin’Andriamanitra toy izany, dia alainy izany fanahy izany ary akariny hatrany amin’Andriamanitra.

« Quand il trouvera des âmes dans lesquelles il pourra faire naître le Verbe, le reproduire en quelque manière que ce soit, ou par les pensées, ou par les actions, il sera content.

Rehefa mahita fanahy mety haninteraka ny Teny izy ka haneho azy na amin'ny alalan'ny hevitra na ny asa, dia ho faly tokoa.

« Alors il agira, il remplira ce devoir avec bonheur et contentement, il glorifiera ainsi le Père et le Fils…

« Dia hiasa ao amin’izany fanahy izany izy, ary ho finaritra hanao ny adidiny ao an-kafaliana ; izany no entiny manome voninahitra ny Ray sy ny Zanaka…

« Voilà l'office du Saint-Esprit sur la terre  de reproduire Jésus Christ partout, de le faire connaître, de le montrer, d'en parler aux hommes, de le faire aimer et de le faire naître dans les âmes…

« Izany no asan’ny Fanahy Masina ety an-tany : ny hamolavola an’i Jesoa Kristy ho tonga nofo hatraiza hatraiza, ny hampahafantatra azy, ny haneho azy, ny hilazalaza azy amin’ny olona ary hanao izay hitiavan’ny olona azy ka hahateraka azy ao amin’ny fanahin’ny olona…

« Dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament, le Saint-Esprit cherche des âmes en qui il peut reproduire Jésus Christ, faire naître Jésus Christ, dans lesquelles il peut s'inviter pour reproduire Jésus Christ au monde et le faire aimer » (Ms V, p. 401-405).

« Na tao amin’ny Testamenta Taloha na tao amin’ny Testamenta Vaovao, ny Fanahy Masina dia mikaroka mandrakariva izay fanahy azony ialofana handray an’i Jesoa Kristy, azon’i Jesoa Kristy hahaterahana, ary afa-mampiantrano azy ka hahafahany mamolavola an’i Jesoa Kristy ho tonga nofo eo amin’izao tontolo izao ary manao izay hitiavan’ny olona azy » (Ms V, p. 401-405).

Page 103

Pejy faha-103

X
La Vie Fraternelle

X
Ny fiainana anaty firahalahiana

« Seul, toujours seul… »

« Irery, irery mandrakariva… »

Conscient que la grâce reçue de Dieu à Noël 1856 avait une portée ecclésiale, le père Chevrier exprime, peu après sa conversion, son désir de trouver des compagnons, touchés eux aussi par l’appel de Dieu et décidés, comme lui, à s’engager dans une vie évangélique pour le service des pauvres. Il écrit, au terme d’une retraite, en mai 1858 :

Rehefa mahatsapa fa ny fahasoavana noraisina tamin'ny Noely 1856, dia nanome hery ny Eglizy, Mompera Chevrier dia naneho, fotoana fohy taorian’ny fiovam-pony, ny hetaheta hahita namana voakasika koa tamin'ny antson’Andriamanitra ary tapa-kevitra tahaka azy, hiroso ao anatin’ny fiainana evanjelika hanompo ny mahantra. Tao amin'ny fiafaran’ny fisintonana iray, dia nanoratra izy ny volana May 1858 :

« Je promets à Jésus de chercher des confrères de bonne volonté, afin de me les associer pour vivre ensemble de la même vie de pauvreté et de sacrifice, afin de travailler plus efficacement à notre salut et à celui de nos frères, si telle est sa volonté » (Ms X, p. 10).

« Nanome toky an’i Jesoa aho fa hitady rahalahy tsara sitrapo mba hiaraka amin’izy ireo, hiara-miaina ao anatin’ny fiainana mitovy ao anaty fahantrana sy fahafoizan-tena, ka hiasa betsaka sy mahomby ho famonjena anay sy ireo rahalahinay raha izay no sitrapony. » (Ms X p. 10)

Mais la recherche sera longue et laborieuse. On le voit à la lecture de cette lettre écrite à une personne amie, en 1865, quelques années après la fondation du Prado :

Fa mila filofosana lava izany fitadiavana izany ho hita ao anatin’ity taratasy soratana ho an’ity olona namana ity izany amin'ny 1865, taona vitsivitsy taorian’ny nanorenana ny Prado :

« Je sens que je résiste toujours à la sainte volonté de Dieu, que je retarde son œuvre. Il me faudrait quelqu’un, là, constamment à côté de moi, qui me pousse et me rappelle ce que je dois faire.

« Tsapako fa maharitra foana amin'ny sitrapo masin’Andriamanitra aho, ary manatara ny asany aza. Tsy maintsy mila olona iray ho eo akaikiko mandrakariva aho, izay hanosika sy hampatsiahy izay tokony ho ataoko.

Page 104

Pejy faha-104

Que je suis malheureux, que je suis à plaindre, si je ne fais pas ce que le bon Dieu veut ! Quelle responsabilité, quel jugement, quelle condamnation pour moi ! Pendant bien des années, je disais au bon Dieu : Mon Dieu, si vous avez besoin d’un pauvre, me voilà ! Su vous avez besoin d’un fou, me voilà ! Et je sentais que j’avais la grâce pour faire tout ce que le bon Dieu aurait demandé de moi, et maintenant qu’il faudrait agir, je suis paresseux, je suis lâche. Oh ! s’il n’y a pas des âmes qui prient pour moi, qui me poussent, je suis perdu ! Si le bon Dieu m’envoyait un bon confrère qui comprît bien l’œuvre de Dieu, alors je me sentirais plus de courage, plus de force ! Mais seul, toujours seul, je sens que je n’ai pas la force… » (Lettre n° 295 à Madame Franchet, 1865).

Indrisy olomahantra aho, mampahonena aho raha tsy manao izay tian’Andriamanitra. Andraikitra izany, indrisy fitsarana sy fanamelohana ho ahy! Nandritra ny taona maro dia niteny tamin’Andriamanitra aho hoe : ‘Andriamanitra ô, raha mila olomahantra Ianao, inty aho ! Raha mila olona adala Ianao, inty aho !’Ary tsapako fa manana ny fahasoavana hanao izay angatahin’Andriamanitra amiko aho, ary izao tokony hihetsika aho, fa olona kamo sy kanosa aho. Oh ! Raha tsy misy ny fanahy izay hivavaka ho ahy, hanesika ahy, dia ho very aho ! Raha mandefa rahalahy mpiara-miasa tsara iray ho ahy izay mahazo tsara ny asa tsara ho ahy Andriamanitra, dia hanana risipò betsaka sy hery aho ! Fa raha irery na irery foana, dia ho tsapako fa tsy hanana hery aho. » (Taratasy faha-295 ho an’dRamatoa Franchet).

L’année suivante, le père Chevrier crut enfin avoir trouvé le compagnon attendu depuis si longtemps dans la personne d’un prêtre de valeur qui désirait se joindre à lui au Prado. Le projet ne devait pas aboutir. Il lui écrit cependant le 22 janvier 1866 :

Ny taona manaraka, dia nino amin’izay Mompera Chevrier fa nahita ny namana izay nandrasany hatry ny ela tamin'ny alalan’ny pretra mihaja iray izay naniry hiaraka aminy ao amin'ny Prado. Tsy tanteraka ny fikasana. Nanoratra ho azy anefa izy tamin'ny 22 janoary 1866 :

« Venez, nous méditerons ensemble ces choses et nous les mettrons en pratique. Je sens que j’ai besoin de quelqu’un qui comprenne le bon Sauveur et qui l’aime. Oh ! non, comme vous le disiez dans votre lettre, nous ne serons plus seuls, nous serons deux et Jésus sera notre Maître. Tout peut se comprendre en lui, tout peut s’unir en lui : il est le lien fort et inséparable qui unit les cœurs vraiment désireux de le suivre. Prenons-le donc avec nous : qu’il soit notre guide, notre chef, notre modèle, dans la pauvreté, dans le sacrifice et dans la charité. Réunissons-nous ensemble avec cette pensée : Sacerdos alter Christus, et faisons tout ce que nous pourrons pour le comprendre et le suivre » (Lettre n°56 à Monsieur l'Abbé Gourdon, 22 janvier 1866).

« Tongava, fa hiara-mandinika ireo zavatra ireo isika, ary hiaraka hampihatra azy. Tsapako fa mila olona mahazo tsara an’Ilay Mpamonjy tsara sy ho tia Azy aho. Oh ! Tsia, araka ny noteneninao tao amin'ny taratasinao, tsy ho irery intsony isika, ho roa isika ary Jesoa no ho Mpampianatra antsika. Afaka ho azo avokoa ny zavatra rehetra ao aminy, afaka hiaraka ny zavatra rehetra ao aminy. Izy no Ilay kofehy mafy sy tsy mahafoy izay mampitohy ny fo te hanaraka Azy marina. Andao ary horaisintsika ho ao amintsika Izy mba ho mpitarika antsika, ho lehibentsika, ho modelintsika ao anaty fahantrana, ao anaty fahafoizan-tena sy ao anaty fitiava-namana. Andao hiaraka isika amin’ilay eritreritra hoe : Ny pretra dia Kristy hafa iray dia andao hanao izay rehetra azontsika atao isika mba hahazo sy hanaraka Azy (Taratasy faha-56 ao Mompera Gourdon, 22 janoary 1866)

Page 105

Pejy faha-105

La famille spirituelle dont Jésus-Christ est le fondement

Ny fianakaviana ara-panahy ka Kristy no fototra

Dans le Véritable Disciple que le père Chevrier a écrit à la fin de sa vie, une scène de l’Evangile a particulièrement retenu son attention pour faire saisir ce qu’est une vraie famille spirituelle ou, si l’on préfère, une vraie communauté chrétienne. C’est la scène où nous voyons Jésus, entouré de ses disciples qui l’écoutent, déclarer au moment où sa mère et ses frères surviennent pour le reprendre et le ramener à Nazareth : « Qui sont ma mère et mes frères ? Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. Car quiconque fera la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère et ma sœur et ma mère » (Cf. Mt 12, 46-50 ; Mc 3, 31-35 ; Lc 8, 19-20). Le père Chevrier commente :

Ao anatin’ny bokiny hoe « Ny Mpianatra Marina » dia nosoratan’i Mompera Chevrier teo amin’ny faramparan’ny fiainany, nisy zavatra iray tao anaty Evanjely izay nihazona manokana azy mba hanazavana ny atao hoe fianakaviana ara-panahy na raha tiana kokoa dia ny atao hoe fiombonana kristiana. Io dia ny sary ahitantsika an’i Jesoa, voahodidin’ny mpianany izay mihaino azy, manambara ny fotoana ahatongavan’ny reniny sy ny rahalahiny haka azy ka hanatitra any Nazareta : « Iza moa ny reniko sy ny rahalahiko ? Ny reniko sy ny rahalahiko dia izay mihaino ny tenin’Andriamanitra ka mampihatra azy. Fa na iza na iza no manao ny sitrapon’ny Raiko izay any an-danitra dia izy no rahalahiko sy anabaviko ary reniko (jereo Mat 12, 46-50 ; Mk 3, 31-35 ; Lk 8, 19-20). Dia manazava i Mompera Chevrier :

« Comme Notre Seigneur nous fait bien comprendre par ses paroles que la famille naturelle disparaît pour faire place à une famille spirituelle, qui n'a plus pour lien ni la chair ni le sang, mais qui a pour lien Dieu, sa parole et la pratique de cette même parole. C'est là le grand lien des âmes et les liens de cette famille spirituelle sont plus intimes et plus forts que ceux qui existent dans les familles de la terre, qui ne sont que des liens terrestres et charnels.

Satria tian’Andriamanitra hahazo tsara isika amin'ny alalan’ny teniny ka ny fianakaviana tany am-boalohany dia mihafoana ary manome toerana ny fianakaviana ara-panahy ary tsy manana fifamatorana intsony na ara-nofo na ara-rá, fa manana fifamatorana kosa amin’Andriamanitra, amin'ny teniny ary ny fampiharana ny teniny. Izay no fihavanana lehibe ho an’ny fanahy, ary ny fifamatorana ao amin’ity fianakaviana ara-panahy ity dia mifanakaiky sy tena mafy noho izay misy ho amin'ny fianakaviana eto an-tany izay fifamatorana ivelany sy ara-nofo fotsiny.

Quand deux âmes, éclairées par l'Esprit Saint, écoutent la parole de Dieu et la comprennent, il se forme dans ces deux âmes une union d'esprit très intime dont Dieu est le principe et le nœud. C'est le véritable lien de la religion, le véritable lien de l'âme et du cœur.

Rehefa mihaino ny tenin’Andriamanitra ka mahazo azy ny fanahy roa hazavain’ny Fanahy Masina dia misy firaisana ara-panahy tena mifanakaiky ao amin’ireo fanahy roa ireo ka Andriamanitra no tena ivon’ny fiainana sy fampihavanana. Izay no tena fifamatorana ao amin'ny fivavahana, ny fihavanan’ny fanahy sy ny fo marina.

Cette connaissance produit d'abord l'amour de Dieu et aussi l'amour de celui qui pense comme nous et selon Dieu ; et ce lien d'esprit, fondé sur Dieu, est infiniment plus intime et plus fort que tout autre lien naturel.

Ity fahalalana ity aloha no miteraka ny fitiavan’Andriamanitra ary koa fitiavana eo amin’izay mieritreritra tahaka antsika araka an’Andriamanitra, ary io fifamatoran’ny fanahy io, izay mifototra ao amin’Andriamanitra dia tsy manam-petra sy mafy noho ny fifamatorana voajanahary.

Page 106

Pejy faha-106

Et quand à ce lien spirituel vient se joindre la pratique de cette même parole, alors se forme une famille vraiment spirituelle, une communauté chrétienne ayant Dieu pour fondement, sa divine parole pour lien et les mêmes pratiques pour but.

Ary raha miaraka amin’ny fampiharana ny tenin’Andriamanitra io fifamatorana io, ka miforona ny tena fianakaviana mandeha amin'ny ara-panahy, ny firaisana tena kristianina manana an Andriamanitra hifotorana, ny teniny masina, hofifamatorana ny fampiharana mitovy zava-kendrena.

Et il ne peut y avoir de famille ou de communauté chrétienne sans cette union d'esprit fondée sur la connaissance de Jésus Christ, de sa divine parole, et la pratique des mêmes œuvres. L'amour de Jésus Christ, le désir de garder sa parole est le fondement de toute famille chrétienne ; et nous ne serons réellement unis d'esprit et de cœur qu'autant que ce précieux fondement sera posé au milieu de nous. C'est alors que s'accomplit pour nous cette parole de Jésus Christ : « Ceux-là sont mes frères qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique »…

Fa tsy misy fianakaviana na fikambanana kristianina ka tsy misy firaisam-panahy miorina amin'ny fahalalana an’i Jesoa Kristy, amin’ny teniny masina ary amin’ny fanaovana ny asa soa mitovy. Ny fitiavana an’i Jesoa Kristy, ny faniriana hihazona ny teniny no fototra iorenan’ny fianakaviana kristianina rehetra, ary tena hiombom-po amam-panahy tahaka io fiorenana sarobidy io no hitoetra ao afovoantsika amin’izany ary dia ho tanteraka ny tenin’i Jesoa Kristy hoe : « Izy ireo no rahalahiko izay mihaino ny tenin’Andriamanitra ka mampihatra izany. »

Heureuse famille ! heureux liens qui unissent tous les membres de cette même famille dans la même charité et le même désir de faire connaître et aimer Jésus Christ !

Fianakaviana sambatra ! fifamatorana tsara izay mampiray ny mpikambana rehetra amin’ity fianakaviana ity ao anatin’ny fitiavana namana sy faniriana iray hampahafantatra an’i Jesoa Kristy sy hampitia Azy !

Et quand cette famille existe réellement, nous devons trouver dans cette famille tout ce qui se trouve dans une véritable famille : l'amour, l'union, le support, la charité, tous les soins spirituels et temporels qui sont nécessaires à chacun des membres, sans avoir besoin d'aller chercher ailleurs ce qui est nécessaire pour les besoins de l'âme ou du corps ; autrement, la famille n'est pas entière ni véritable.

Ary raha tena misy marina ity fianakaviana ity, ho hitantsika ao anatiny izay rehetra tokony hahita ao anaty fianakaviana marina : fitiavana, firaisana, fifanohanana, fitiava-namana, izany hoe ny fitandremana ara-panahy sy mandalo rehetra izay ilaina ao amin'ny tsirairay, ka tsy mila mandeha mitady any an-toeran-kafa izay ilaina ho an’ny filan’ny fanahy na ho an’ny tena, raha tsy izay dia tsy tena feno na tena izy ny fianakaviana.

C'est ce qu'expriment d'ailleurs ces titres de frères, de sœurs et de pères que nous nous donnons les uns les autres ; ces titres ne doivent exprimer que ce qui doit exister intérieurement ; autrement, ils ne sont que dérisoires et mensongers » (VD., p. 151-152).

Izany rahateo no lazain’ireo izay mitondra ny anarana hoe rahalahy na anabavy, na ray izay anarana ifanomezantsika, ireo anarana entina ireo dia tsy tokony hampiseho afa-tsy izay misy manamarina ny ao anaty, raha tsy izany mandalo sy mandainga ihany izy ireo. » (V.D. p. 151 – 152).

Page 107

Pejy faha-107

De cette famille spirituelle, Jésus-Christ est le fondement et le centre. Le père Chevrier l’explique ainsi :

Amin’ity fianakaviana ara-panahy ity dia Jesoa Kristy no fototra iorenana sy ivony. Toy izao no anazavan’i Mompera Chevrier izany :

« C’est en vain que nous chercherons à bâtir si Dieu n’est pas avec nous, s’il n’est pas l’architecte, s’il ne conduit les travaux, donne le plan, choisit ses ouvriers et ne commande tout lui-même. Tout par lui, avec lui et en lui. C’est donc Jésus-Christ qu’il faut chercher, c’est avec lui qu’il faut bâtir, c’est pour lui qu’il faut édifier ; c’est son esprit qu’il faut chercher, c’est lui qu’il faut chercher et poser comme fondement de tout… C’est donc à lui à tout faire, à choisir, à appeler, à bâtir, à rejeter, à appeler qui il lui plaira. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de montrer le chemin, de faire connaître ce que Notre Seigneur a dit lui-même, la voie qu’il a suivie, et à chacun de voir ensuite s’il veut suivre Notre Seigneur ainsi et prendre place dans la maison de Dieu… Il faut que ce soit Jésus-Christ qui choisisse les pierres de sa maison » (Ms X, p. 324-326).

« Tsy misy dikany ny hitadiavantsika hanorina raha tsy miaraka amintsika Andriamanitra ary raha tsy Izy no mpanorina ny trano raha tsy Izy no mitarika ny asa, manome ny drafitra, sy mifidy ny mpiasa, ary Izy no manome ny baiko avy aminy ihany. Aminy alalany ny zavatra rehetra, miaraka aminy ary ao aminy. Noho izany, Jesoa Kristy no tsy maintsy tadiavina, tsy maintsy miaraka aminy raha hanorina, ho azy no tsy maintsy anorenana ; ny Fanahiny no tsy maintsy tadiavina ary Izy mihitsy no tokony ho karohina ary apetraka ho toy ny fototry ny zavatra rehetra… Noho izany dia aminy no anaovana ny zavatra rehetra, ifidianana ny zavatra rehetra, iantsoana, anorenana, andavana, iantsoana izay tiany. Izay rehetra azontsika atao, dia ny manoro ny lalana, mampahafantatra izay nolazain’ny Tompontsika ihany, ny lalana izay narahiny, ary anjaran’ny tsirairay ny mahita rehefa avy eo raha te-hanaraka ny Tompontsika izy amin’izay dia mandray toerana ao an-tranon’Andriamanitra… Tsy maintsy i Jesoa Kristy no mifidy ny vato atao amin'ny tranony ». (Ms X p. 324-326)

« Dans une circonférence, il y a un centre d'où partent tous les rayons et vers lequel tous les rayons se dirigent ; il est le centre où tout se rencontre et d'où tout part. Jésus Christ est aussi le centre où tout doit se réunir et d'où tout doit partir. Pour aller au ciel, il faut passer par ce centre. La crèche, le calvaire, le tabernacle, ne sont-ils pas les centres où doivent se rendre tous les hommes pour recevoir la vie, la paix, et repartir de là pour aller à Dieu ?… Admirable fusion qui nous réunit tous en Jésus Christ, seul centre dans lequel nous devons nous fondre, tous et tout entiers » (VD, p. 104-105).

Amin'ny fari-bolana iray dia misy ivony ialana sy iverenan’ny taratra rehetra ; io no ivony ifanenana sy iaingan’ny zavatra rehetra. Jesoa koa no ivony tokony itangoronana sy iaingan’ny olona rehetra. Raha ho any an-danitra tsy maintsy mandalo amin’io ivony io. Ny tranon’omby, ny Hazofijaliana sy ny taberinakila, moa va tsy izy ireo no ivony tokony andehanan’ny olona rehetra mba hahazoana ny fiainana, ny fitsaharana, ary iangana indray raha ho any amin’Andriamanitra ?… Firaisana mahavariana loatra no mamory antsika rehetra ao amin’i Jesoa Kristy, ivony tokony handrendrika antsika rehetra, isika rehetra tsy misy ankanavaka. » (V.D. p. 104 – 105).

Page 108

Pejy faha-108

« Tous un dans un même esprit »

Ny rehetra ho iray ao anaty Fanahy iray

Qu’il s’agisse de la cellule familiale, d’une communauté religieuse, d’une paroisse ou d’un diocèse, on ne peut devenir frères et sœurs dans le Christ que si on se dépossède de son esprit propre, que si on se laisse raboter par les autres et que si on cherche à se laisser conduire par l’esprit de l’Evangile :

Na fianakaviana iray na fikambanana masina iray, na fiangonana iray, na diosezy iray, tsy ho afaka ho tonga mpirahalahy sy mpirahavavy ao amin’i Kristy raha tsy miala amin’ny fitiavan-tena, ary raha tsy manaiky vankonin’ny hafa sy raha tsy mety ho tarihin’ny Fanahin’ny Evanjely :

« Si l'esprit de Dieu est nécessaire pour soi en particulier pour avoir la sagesse et l'amour, à plus forte raison il est nécessaire dans une communauté. Avoir l'esprit de Dieu, c'est tout ; c'est tout pour soi-même ; c'est tout pour une communauté.

« Raha ilaina ho an’ny tena manokana ny Fanahin’Andriamanitra mba hananana fahendrena sy fitiavana dia noho izany indrindra ny ilàna azy ao anatin’ny fiaraha-monina. Zava-drehetra ny manana ny Fanahin’Andriamanitra, zava-drehetra ho an’ny tenanao ihany, zava-drehetra ho an’ny fiaraha-monina.

C'est l'esprit de Dieu qui forme l'unité dans une maison, qui met la fusion dans les esprits et les cœurs, qui fait que tous ne font qu'un. « Ut unum sint ». C'était la prière ardente et souvent répétée de Notre Seigneur Jésus-Christ après la dernière Cène : « Qu'ils soient tous un dans un même esprit ».

Ny Fanahin’Andriamanitra no manorina ny firaisam-po ao amin’ny trano iray, ary mametraka ny firaisana ao anatin’ny fo sy ny fanahy izay mahatonga ny rehetra ho iray. ‘Ut unum sint’. Vavaka mafana sy naverin’i Jesoa Kristy Tompontsika izany taorian’ny Fanasàna farany nataony : ‘Mba ho iray ao anatin’ny fanahy irery izy rehetra.’

La vraie unité n'est ni dans les pierres, ni dans l'argent, ni dans les maisons, ni dans les habits, ni dans la cohabitation, ni dans les titres de frères ou de sœurs qu'on se donne ; tout cela suppose l'unité, mais ne la fait pas ; tout cela n'est rien au fond. Combien ces titres de frères et de sœurs sont ridicules et mensongers souvent ! La vraie unité est dans l'union d'un même esprit, d'une même pensée, d'un même amour, et c'est Jésus Christ qui en est le centre par le Saint-Esprit.

Ny tena firaisana dia tsy ao anatin’ny vato, na ao amin’ny vola, na ao anatin’ny trano, na amin’ny fitafiana, na ao anatin’ny fiaraha-monina, na amin’ny fitondrana ny anarana maha-mpirahalahy na mpirahavavy na mpianadahy izay anarana ifanomezana ihany ; hoatra firaisana ihany izany fa tsy mahavita azy tsinotsinona izany raha alalinina. Firifiry moa ireny anarana mpianadahy sy mpirahavavy isalorana ireny no mahatsikaiky sy feno lainga matetika ! Ny tena firaisana dia ny firaisan’ny Fanahy iray, eritreritra iraisana, fitiavana iray ka i Jesoa kristy no ivony amin'ny alalan’ny Fanahy Masina.

« Demeurez en moi et moi en vous ». Que nous soyons tous, pour ainsi dire, les uns dans les autres, et qu'en voyant l'un on voit aussi l'autre. Voilà la vraie famille, la vraie communauté, la vraie union : les mêmes pensées, les mêmes vues, les mêmes inspirations en Jésus Christ.

Mitoera amiko ary Izaho ao aminareo. Mba ho ao amin’iray daholo isika rehetra raha azo lazaina izany, ka rehefa mahita ny iray dia mahita ny iray hafa. Izany no tena fianakaviana, tena fiaraha-monina, tena firaisana : mitovy eritreritra, mitovy fijery, mitovy fitiavana an’i Jesoa Kristy.

Page 109

Pejy faha-109

L'Evangile nous donne un véritable exemple de cette union d'esprit et de cœur dans les premiers chrétiens qui n'avaient « tous qu'un cœur et qu'une âme » (VD, p. 231).

Manome ny tena ohatra tsara antsika ny amin’ity firaisam-po sy fanahy ny Evanjely tamin'ny alalan’ny kristianina voalohany izay tsy nanana afa tsy fanahy sy fo iray izy rehetra. » (V.D. p. 231)

« Où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté ». Heureuse est la maison où les sujets ont renoncé à eux-mêmes ! Quand, dans une maison, règne ce véritable renoncement, on ne trouve plus des âmes qui ne s'occupent que d'elles-mêmes et des autres. Tout le monde s'occupe de Dieu et des âmes pour les porter à Dieu et les sauver. Alors règnent la paix, la joie, la charité, l'union, la force, et l'entraînement au bien, et l'amour » (VD, p. 270).

« ‘Ao amin’izay misy ny Fanahin’ny Tompo no misy ny fahafahana.’ Sambatra ny trano ka ny olona ao aminy dia nahafoy-tena ! Raha tena anjakan’ny tena fahafoizan-tena ny trano iray dia tsy ho hita intsony izany hoe fanahy tsy mihevitra afa-tsy ny tenany sy ny hafa. Hisaina an-Andriamanitra sy ny fanahy rehetra ny olona rehetra ka hitondra azy ireny ao amin’Andriamanitra ary hamonjy azy ireny. Amin’izay dia hanjaka ny fiadanana, ny hafaliana, ny fitiavana namana, ny firaisana, ny hery ary ny fazaran-tena amin'ny tsara sy fitiavana. » (V.D. p. 270)

« D’où vient que, parmi nous, il y a tant de petites misères, de susceptibilité, de jalousie, de méchanceté, de négligence ? C’est que l’esprit de Dieu n’y est pas. Quand nous aurons l’esprit de Dieu, il y aura union, charité, amour, zèle et renoncement à soi-même. Demandez-le vous-même et que toutes, parmi vous, le demandent pour tous » (Lettre n° 188 à Sœur Véronique, 16 avril 1877).

« Avy aiza moa no isian’ny fahantrana madinika maro maro, ny fahamora sosotra na tezitra, ny fialonana, ny hasiahana sy tsy fitandremana eto anivontsika ? Satria tsy ao ny Fanahin’Andriamanitra. Rehefa hanana ny Fanahin’Andriamanitra isika, dia hisy ny firaisana, ny fitiavana namana, ny fitiavana, ny fahazotoana ary ny fahafoizan-tena. Manontania tena amin’izany ianareo ary enga anie eo aminareo hisy hanontany izany ho an’ny rehetra. » (Taratasy faha-188 ho an’i Masera Véronique, 16 avrily 1877)

« Soyez unis de prière, de cœur et d’esprit, vous fortifiant de plus en plus dans l’amour de Notre Seigneur » (Lettre n°114 à Jean Broche, séminariste, Novembre, 1876).

« Miraisa mivavaka, amin’ny fo am-panahy, ao mifankahery mafimafy kokoa ao anatin’ny fitiavan’ny Tompontsika ». (Taratasy faha-114 ho an’i Jean Broche, séminarista, Novembra, 1876)

Page 111

Pejy faha-111

XI
Marie

XI
Maria

Marie dans son Immaculée Conception

Masina Maria Virjiny notorontoronina tsy azon-keloka

Le premier sermon du père Chevrier sur Marie fut prononcé le 8 décembre 1850 à l’occasion de la fête de la conception immaculée de Marie. Il s’ouvre et se conclut par une prière :

Tamin'ny 8 desambra 1850, fetin’i Maria Virjiny notorontoronina tsy azon-keloka no nanambarana ny toriteny voalohany nataon’i Mompera Chevrier momba an’i Maria. Nisokatra tamin'ny olona izy ary namarana izany tamin'ny vahoaka :

« Vierge sainte, c’est la première fois que j’annonce vos louanges et je suis heureux de parler du privilège qui fait votre plus grande gloire. Mais pour parler dignement de votre conception sans tache, il faut que vous veniez à mon aide et que, mettant dans ma bouche des paroles dignes de vous, je puisse contribuer à vous faire glorifier sur la terre par tous ceux qui m’écoutent. C’est ce que je vous demande par la prière que nous allons vous adresser. Ave Maria…

« Ry Virjiny masina ô ! Sambany manambara ny fiderana anao aho, ary sambatra aho, miteny ny tombontsoa manokana izay manome voninahitra lehibe ho anao. Nefa raha hiteny am-pahamendrehana ny maha virjiny tsy misy pentina anao aho, dia tsy maintsy ho tonga hanampy ahy ianao, hametraka ao am-bavako ny teny mendrika anao, mba ahazoako mandray anjara fiderana anao ety an-tany amin’ny alalan’ireo izay mihaino anao. Ny angatahina aminao amin'ny alalan’ny vavaka dia ny mba hiteny aminao hoe : « Ave Maria » izahay…

Vierge Immaculée, qui mieux que personne avez compris l’excellence de la grâce de Dieu, gravez bien avant dans nos cœurs la leçon que Dieu nous donne aujourd’hui dans la fête de votre conception sans tache. Faites comprendre aux justes le prix de la grâce qu’ils possèdent, afin qu’ils travaillent à la conserver. Faites comprendre aux pécheurs le prix de la grâce qu’ils n’ont pas, afin qu’ils travaillent à l’acquérir. C’est la grâce que nous vous demandons par votre conception immaculée » (Sermons, I, p. 34 et 44).

Ry Virjiny masina tsy azon-keloka, iza re no afaka hahazo ny hatsaran’ny fahasoavan’Andriamanitra, soraty tsara aloha ato anatin’ny fonay ny lesona izay omen’Andriamanitra anay androany ao anatin’ny fetin’ny nanorotoronana tsy azon-keloka anao izao. Ampahazoy amin’ny olona marina ny vidin’ny fahasoavana izay ananany, mba hiasany tsara hitahiry izany. Ampahafantaro ny mpanota ny vidin’ny fahasoavana izay tsy ananany, mba hiasa tsara izy hahazo izany. Izany no fahasoavana angatahinay amin’ny nanorotoronana tsy ho azon-keloka. « Toriteny, I, p. 34 et 44).

Page 112

Pejy faha-112

Le chapelet, chemin pour aller à Jésus avec Marie…

Ny sapile dia lalana andehanana any amin’i Jesoa miaraka amin’i Maria…

Marie a occupé une place de choix dans la vie et dans le ministère du père Chevrier. Il aimait la prier et la faire prier à l’aide du chapelet et de la méditation des mystères du Rosaire :

Manana toerana ambony indrindra ao amin’ny fiainana sy ny ministerin’i Mompera Chevrier i Maria. Tiany ny mivavaka aminy ary mampivavaka azy amin’ny alalan’ny sapile sy ny fandinihan’ny misterin’ny Rosaire :

« Aimons à réciter notre chapelet. Le chapelet, c'est le livre de tout le monde : c'est le livre du prêtre et du peuple ; c'est le livre de l'aveugle ; c'est le livre du vieillard dont l'œil se ferme aux choses de ce monde ; c'est le livre du savant et de l'ignorant ; c'est le livre de celui qui souffre. Oh! lorsque la douleur a affaibli son corps, éteint ses facultés, il lui reste encore une consolation dans son chapelet ; lorsque ses lèvres immobiles ne peuvent dire : Je vous salue Marie, il le tient encore dans ses mains pour se souvenir de sa mère ; et quand la mort lui a fermé les yeux, il emporte avec lui dans la tombe son crucifix et son chapelet pour montrer qu'il est un enfant de Jésus et de Marie » (Sermons, II, p. 37).

« Ndeha ho tiaviantsika ny manao tsianjery ny sapilentsika. Bokin’ny olona rehetra ny sapile : izay no bokin’ny pretra sy ny vahoaka ; bokin’ny jamba io ; bokin’ny antitra ka ny maso dia mikimpy tsy mijery ny zavatry ny tany io ; bokin’ny manam-pahaizana sy ny bado io ; bokin’izay mijaly io. Indrisy, rehefa nandemy ny tenany ny fanaintaninana, ka namono ny fahalalana, mbola misy fiononana ao anaty sapileny ; rehefa tsy afa-mihetsika ny molony ka tsy afaka miteny hoe : ‘Arahaba ry Maria’, mbola eny an-tanany ihany izy mba ahatsiarovany ny reniny, ary raha akimpin’ny fahafatesana ny masony, entiny miaraka aminy any am-pasana ny hazofijaliany sy ny sapileny mba anehoana fa zanak’i Jesoa sy i Maria izy. » (Toriteny II, p. 37)

« Le Rosaire a été établi pour nous rappeler la vie de Notre Seigneur Jésus-Christ et nous montrer les vertus qu’il a pratiquées lui-même sur la terre, afin que nous puissions les pratiquer nous-mêmes, puisqu’il est notre modèle… On donne ce nom à cet acte de dévotion parce que les Pater et les Ave que nous disons sont comme autant de fleurs spirituelles que nous offrons à Dieu par la sainte Vierge… La vie de Notre Seigneur se divise en trois parties : son enfance, sa passion et sa gloire dans le ciel…

« Natao ny Rosaire hampahatsiaro antsika ny fiainan’i Jesoa Kristy Tompontsika sy hampiseho amintsika ny fahamarinana nampiharin’izy tenany teto ambonin’ny tany, mba ahafahantsika koa hampihatra izany satria Izy no modelintsika… Nomena izany anarana izany amin’ity fitiavam-bavaka ity satria ny Pater (Rainay any an-danitra) sy ny Ave (Arahaba ry Maria) tonononinstika dia tahaka ny voninkazom-panahy atolotsika an’Andriamanitra sy ny Virjiny Masina… Mizara telo ny fiainan’ny Tompontsika : ny fahazazany, ny fijaliany ary ny voninahiny tany an-danitra…

Page 113

Pejy faha-113

Comme dans le premier chapelet nous honorons les mystères de l’enfance de Jésus-Christ, le premier chapelet sera pour nous comme un tableau qui nous montrera toutes les vertus de la vie chrétienne ; comme dans le second chapelet nous honorons la passion de Notre Seigneur, le second chapelet sera pour nous comme un tableau qui nous représentera toutes les vertus de la vie pénitente ; comme nous honorons dans le troisième chapelet la vie glorieuse de Jésus-Christ dans le ciel, le troisième chapelet sera pour nous comme un tableau qui nous représentera la gloire dont nous jouirons un jour dans le ciel » (Petit traité du Rosaire).

Araka ny sapile voalohany dia manaja ny zava-miafin’ny fahazazan’i Jesoa Kristy isika. Ny sapile voalohany dia ho sary ho antsika haneho amintsika ny fahamarinana rehetran’ny fiainana kristianina ; satria ny sapile faharoa kosa hanome antsika voninahitra ny fijalian’ny Tompontsika, dia ho tahaka ny sary hampiseho amintsika ny fahamarinana rehetra momba ny fiainana feno fibebahana ny sapile faharoa ; satria manaja ao amin’ny sapile fahatelo ny fiainam-boninahitry Jesoa Kristy any an-danitra isika, ny sapile fahatelo dia ho toy ny sary izay haneho amintsika ny voninahitra izay hifaliantsika andray andro any An-danitra any. » (Petit traité du Rosaire)

Marie dans la scène de l’Annonciation

Maria teo amin'ny seatran’ny Filazana nataon’ny anjely tamin’i Maria

« Peine de grâce » : ces mots expriment toutes les grandes richesses spirituelles dont la sainte Vierge est remplie. Il n’y a rien de plus beau que la grâce, rien de plus éblouissant que la grâce, rien qui nous rapproche plus de Dieu que la grâce. C’est l’exemption de tout péché, de toute tache spirituelle. C’est la beauté du ciel. C’est ce que l’ange voit en Marie, c’est ce qui l’éblouit et l’étonne, en voyant cette belle créature privilégiée de Dieu. Aussi ne peut-il dire autre chose, sinon qu’il la voit pleine de grâce, pleine de grâce dans toute la force du terme. Pleine de grâce dans son âme, dans son cœur, dans son corps. Pleine de grâce dans toute sa vie depuis le commencement jusqu’à ce jour. Ce mot exprime toute la beauté de Marie et renferme le plus grand éloge qu’il puisse lui faire. Il n’y en a pas d’autres sur la terre qui puisse égaler celui-ci.

« Feno hasoavana » ireo teny no maneho ny harena lehibe rehetra, izay nameno an’i Maria Virjiny. Tsy misy tsara tahaka ny hasoavana, tsy misy mamirapiratra tahaka ny hasoavana, tsy misy mampi-fanakaiky antsika an’Andriamanitra tahaka ny fahasoavana. Io no fanafahana amin'ny ota rehetra, amin'ny ny asa ara-panahy rehetra. Io no hatsaran’ny lanitra. Ny zavatra izay hitan’ny anjely tao amin’i Maria, izay nahasondriana sy nahagaga azy dia rehefa hitany zava-boahary nahazo tombony tamin’Andriamanitra izy. Araka izany, tsy afaka niteny zavatra hafa izy, raha tsy ny fahitany azy feno hasoavana, tena feno hasoavana araka ny fitenenana. Feno hasoavana ny fanahiny, ao anatin’ny fo amam-batany. Feno hasoavana ao anatin’ny fiainany rehetra hatramin’ny voalohany ka mandrak’izao andro izao. Ity teny ity dia maneho ny hatsaran’i Maria rehetra ary mitahiry ny fandokafana lehibe indrindra azo hatao ho azy. Tsy misy zavatra hafa afaka hitory aminy eto ambonin’ny tany.

« Le Seigneur est avec vous » : c’est la conséquence de cet état merveilleux de grâce dans lequel se trouve Marie. Là où il y a la grâce, il y a la beauté, la sainteté, la pureté, la sagesse. Là, il y a toutes les beautés intérieures.

« Aminao anie ny Tompo » : izany no vokatry ity toetra tsara noho ny hasoavana izay mitoetra ao amin’i Maria. Ao amin’izay misy ny hasoavana dia misy ny hatsaran-tarehy, misy ny fahamasinana, ny fahadiovana ary ny fahendrena. Ao amin’izay misy ny hatsarana anaty.

Page 114

Pejy faha-114

Dieu y réside, puisque nous sommes les temples de Dieu. Marie est le plus beau temple dans lequel Dieu puisse résider. Le Père y réside comme dans sa créature privilégiée, le Fils y réside comme dans une mère chérie et le Saint-Esprit comme dans son épouse bien aimée…

Noho isika no tempolin’Andriamanitra, dia Andriamanitra no mitoetra ao aminy. Maria dia tempoly tsara indrindra ary ao anatiny no azon’Andriamanitra itoerana. Monina ao aminy amin'ny maha-zavaboahary niangarana azy ny Ray, monina ao ny zanaka hoatra ao amin'ny reny malala ary ny Fanahy Masina tahaka ny ao amin'ny vadiny tiana.

Consentement de Marie : Marie ayant compris ce que l’ange lui avait expliqué, et assurée que sa pureté n’en ressentirait aucune atteinte, s’incline devant la volonté toute puissante de Dieu et dit : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole ». Marie croit à la parole de l’ange, elle croit à la toute puissance de Dieu, elle croit à ce que Dieu va faire en elle, et cet acte de foi sublime attire le Fils de Dieu en elle. La foi fait des miracles. Toutes choses sont possibles à celui qui croit. « Vous êtes bienheureuse, vous qui avez cru », dit sainte Elisabeth. Elle croit, elle accepte avec simplicité le titre de mère. Elle en accepte la charge, les conséquences, sans s’inquiéter de l’avenir, de ce qu’on pensera d’elle. Elle met sa confiance en Dieu pour tout » (Rosaire du père Chevrier, p. 76-78).

Faneken’i Maria rehefa azon’i Maria izay nohazavain’ny anjely taminy, ary rehefa nahazo toky fa tsy misy fiantraikany amin'ny fahadiovany ny zava-miseho, dia niondrika teo anoloan’ny sitrapon’Ilay Andriamanitra mahery izy ary niteny hoe : « Izaho dia ankizivavin’ny Tompo, aoka ho tanteraka amiko izany araka ny teninao. » Nino ny tenin’ny anjely i Maria, mino ny fahefana maherin’Andriamanitra izy, mino izay hataon’Andriamanitra aminy izy, ary ity fiekem-pinoana lehibe ao aminy ity no manintona ny zanak’Andriamanitra aminy. Manao fahagagana ny finoana. Azo atao ny zavatra rehetra amin’izay mino. « Sambatra ianareo izay mino » hoy Masimbavy Elizabeta. Mino izy, manaiky am-pahatsorana hitondra ny anarana ho reny izy. Manaiky ny didy amin’izany izy, ny vokatr’izany ary tsy manahy ny amin’ny ho avy, izay hiheveran’ny olona azy. Mametraka fitokiana amin’Andriamanitra izy amin'ny zavatra rehetra. » (Rosaire du Père Chevrier, p. 76-78)

Marie dans la scène de la Visitation

Maria teo amin'ny ny sehatry ny Famangiana tao amin’i Elizabeta

« Marie était pleine de grâce et depuis qu’elle portait dans son sein le Verbe éternel, cette grâce n’avait fait que s’augmenter et ses rayons de grâce et de beauté rayonnaient autour d’elle comme autour du soleil brillant. Que nous sommes beaux quand nous portons le bon Dieu avec nous et que de bons effets il produirait sur les âmes que nous approchons quand nous allons les visiter, si nous n’y mettions pas d’obstacle ! Marie porte la grâce en elle et elle la répand par tout son être : ses paroles, ses gestes, ses actions. Elle est comme un soleil qui jette ses rayons sur les eaux pures. Quelle bonne influence elle répand sur sainte Elisabeth et quelles bonnes pensées elle inspire à son cœur !

Feno ny hasoavana i Maria, ary hatramin’ny nitondrany ny Teny tao an-kibony, dia tsy nitsaha-nitombo ny hasoavany, ary ny tara-pahasoavana sy ny hatsaran-tarehy dia namirapiratra. Endrey tsara ery isika rehefa mitondra ilay Andriamanitra tsara miaraka amintsika ary dia misy koa ny vokatra tsara ataony sy omeny ireo fanahy izay akaikezintsika rehefa hamangy azy ireny isika, ka tsy asiantsika sakana. Mitondra ny fahasoavana ao aminy i Maria ary aparitany ao amin'ny tenany manontolo izany ao amin’ny fiteniny, ao amin'ny fihetsiny, sy ny asa ataony. Tahaka ny masoandro iray izay mandefa ny tanany ao amin'ny rano madio izy. Endrey ny hatsaran’ny heriny izay aparitany hatrany amin'ny Masimbavy Elizabeta ary ny eritreritra tsara alefany any amin’ny fony !

Page 115

Pejy faha-115

Ceci nous montre que nous devons porter Dieu avec nous quand nous sortons et répandre sur les autres la bonne influence de la grâce, de la foi, de l’amour de Dieu et du respect pour nous. C’est là le bon effet de la grâce en nous sur les autres. Que de fois nous apportons chez les autres, au contraire, la dissipation, la folie, la perte de temps et les petites passions, la recherche, l’orgueil ! Gardons-nous bien d’aller chez les autres si nous ne devons pas y porter, comme Marie, la foi, l’amour de Dieu, la charité et le Saint-Esprit » (Rosaire du père Chevrier, p. 82).

Izany dia mampiseho amintsika fa tokony hitondra an’Andriamanitra miaraka amintsika isika rehefa mivoaka sy hanaparitaka amin'ny hafa ny hery tsaran’ny fahasoavana, ny finoana, ny fitiavan’Andriamanitra ary ny fanajantsika tena. Izany no fiantraikany tsaran’ny hasoavana ao amintsika eo amin'ny hafa. Mifanohitra amin’izany fa imbetsaka kosa isika mitondra ny fandanilaniam-poana, ny hadalana, ny fandaniam-pitoana sy ny firehetam-po madinidinika, ny fitadiavana, ary ny avonavona ho an’ny hafa ! Aoka hitandrina ny tsy mandeha any amin'ny hafa isika raha tsy ho afaka hitondra any amin’ny finoana, ny fitiavan’Andriamanitra, ny fitiava-namana ary ny Fanahy Masina toy an’i Maria. » Rosaire du Père Chevrier, p. 82)

Marie dans la scène de la Naissance

Maria teo amin'ny sehatry ny Nahaterahan’i Jesoa

« Joie et méditation de Marie : Marie conservait toutes ces choses, les méditant dans son cœur. C’était l’occupation de Marie. L’enfant Jésus présent, couché dans cette crèche ; elle, mère de ce divin enfant ; les anges, les bergers, les voisins qui arrivaient, invités par les bergers, tout cela occupait le cœur de Marie ; elle admirait la conduite de Dieu dans toutes ces choses et ne pouvait se lasser d’adorer, d’admirer et de bénir Dieu de toutes choses.

« Hafaliana sy fandinidinihan’i Maria : « Ary i Maria dia nitadidy izany zavatra rehetra izany ary nandinika azy tao am-pony. Izay no raharahan’i Maria. Eto i Jesoa zazakely, niandry tao am-pihinanam-bilona izy ; izy, renin’ity zaza masina ity ; tonga ny anjely, ny mpiandry ondry ary ny mpifanolo-bodirindrina nasain’ny mpiandry ondry, izany rehetra izany dia nameno ny fon’i Maria ; nitolagaga ny fihetsik’Andriamanitra izy tamin’ireny zavatra rehetra ireny ary tsy afaka nitsaoka sy nijery ary nidera an’Andriamanitra ny zavatra rehetra.

Ce fait nous apprend qu’il ne faut pas se contenter de regarder, de voir, de lire, de chanter, de converser ; il faut conserver les choses dans son cœur et les méditer à l’exemple de Marie. Oh ! combien la méditation est utile et nous fait grandir dans la vertu et l’amour de Dieu ! » (Rosaire du père Chevrier, p. 95).

Izany toe-javatra izany dia mampianatra antsika fa tsy tokony hifaly hijery fotsiny, nahita, hamaky boky, hihira, hiresaka ; tsy maintsy tehirizina, ny zavatra ao am-po, ary eritreretina izy ireny manahaka an’i Maria. Oh ! tsara loatra sy ilaina ny fieritreretana ary mahalehibe antsika ao anatin’ny fahamarinana sy ny fitiavan’Andriamanitra. » (Rosaire du Père Chevrier, p. 95)

Page 116

Pejy faha-116

Marie dans la scène de la Présentation au Temple

Maria teo amin’ny sehatry ny Fanolorana an’i Jesoa tao an-Tempoly

« Glaive de douleur qui doit percer le cœur de Marie : le cœur de Marie sera affligé par les persécutions que son fils aura à endurer dans sa vie et dans sa mort : en Egypte, à douze ans et dans la Passion. Siméon ajoute que les pensées de beaucoup de cœurs seront dévoilées, c’est-à-dire : c’est dans les persécutions, les souffrances que l’on connaît la véritable foi, le véritable amour.

« Sabatra roa lela mitondra fanaintainana izay manindrona ny fon’i Maria : reraky ny fanenjehana izay hiaretan-janany eo amin’ny fiainany sy ao amin'ny fahafatesany : tany Ejipta, tamin’ny faharoa ambin’ny folo taonany sy tao anatin’ny fijaliana. Nanampy koa Simeona ka ny eritreritra tao anatin’ny fon’olona betsaka no ho fantatra, izany hoe : ao anatin’ny fanenjehana sy fahoriana no ahalalana ny tena finoana sy ny tena fitiavana.

La souffrance est le cachet auquel on reconnaît le véritable attachement, le vrai ami, le vrai chrétien… Si nous n’avons pas souffert, nous ne pouvons pas savoir si nous aimons vraiment Dieu. C’est quand on a à souffrir, qu’il y a de la peine à faire quelque chose, que l’on donne de véritables marques de l’amour et de la foi.

Tombo-kase ahalalana ny tena fifikirana ny fahoriana no ahalalana ny tena namana, ny tena kristianina… Raha tsy nijaly isika, tsy afaka hahalala raha tena tiantsika marina Andriamanitra. Rehefa misy mampijaly, izay vao misy fahasahiranana hanao zavatra, izay vao tena manome mari-pitiavana sy finoana.

Ces paroles nous prouvent que la véritable marque de la foi et de l’amour, c’est la souffrance. Ainsi ceux qui souffrent avec Jésus-Christ sont ses véritables amis, ses véritables disciples, ceux qui souffrent pour remplir leur devoir. On voit les pensées de leur cœur, c’est-à-dire leur véritable affection, leur véritable amour. Quand on s’éloigne de quelqu’un qui souffre, quand on ne prend pas la défense de ceux qui souffrent, quand on ne soulage pas ceux qui souffrent, c’est une preuve qu’on n’est pas pour eux ni avec eux, ni pour leur doctrine ni pour leurs principes » (Rosaire du père Chevrier, p. 110-111).

Ireny teny ireny no manaporofo fa ny tena mariky ny finoana sy ny fitiavana dia ny fijaliana. Araka izany izay mijaly miaraka amin’i Jesoa Kristy no tena namany, tena mpianany dia ireo izay mijaly mba hanefa ny adidiny. Hita ny eritreritra ao anatin’ny fon’izy ireo izany hoe izay tena fitiavany namany sy ny tena fitiavany. Rehefa manalavitra olona izay mijaly na rehefa tsy miaro izay mijaly, raha tsy mampionona ireo izay mijaly, dia porofon’ny tsy maha-azy ireo na miaraka amin’izy ireo, na tsy manaiky ny foto-kevitra ijoroany noho ny foto-keviny izany. » (Rosaire du Père Chevrier p. 110 – 111)

Marie dans la scène du Recouvrement de l’Enfant Jésus

Maria teo amin’ny sehatry ny Fahitana an’i Jesoa zazakely

« Anxiété de Marie et de Joseph : l’anxiété et la douleur de Marie et de Joseph se peignent dans ces paroles : « Voilà trois jours que votre père et moi, dans la douleur, nous vous cherchions ! » On peut concevoir la douleur de Marie et de Joseph par l’amour qu’ils avaient pour l’enfant Jésus.

Tebitebin’i Maria sy Josefa : ny tebiteby sy ny alahelon’i Maria sy Josefa dia voasaritra tao amin’io teny io : « Telo andro izao izaho sy ny rainao, tao anaty alahelo, nitady anao izahay ! » Azo eritreretina ny alahelon’i Maria sy Josefa noho ny fitiavany an’i Jesoa zazakely.

Page 117

Pejy faha-117

Celui qui perd ce qu’il aime, ne peut être content, et sa douleur est d’autant plus grande qu’il aime davantage. Trois jours, c’était bien long pour le cœur de Marie ! Trois jours de recherche ! Que les heures parurent longues, les jours, les nuits ! Que de pleurs versés sur cet enfant ! Ajoutez à cela les appréhensions sérieuses. Marie se rappelait le massacre des Innocents, la fuite en Egypte, le glaive de douleur prédit par Siméon. Tout cela repasse dans sa mémoire et augmente sa peine, quoique cependant résignée à la volonté de Dieu et ayant confiance, parce que l’ange lui a dit qu’il était le Fils du Très-Haut et qu’il doit régner éternellement. Elle flotte entre l’espérance et la crainte.

Izay very olona tiana, mety tsy ho faly, ary vao mainka lehibe ny alahelony rehefa mitia bebe kokoa izy. Telo andro dia tena lava ho an’ny fon’i Maria ! Telo andro nitadiavana ! Toa lava ery ny ora, ny andro, ny alina ! Ranomaso izao narotsaka tamin’ity zaza ity izao ! Fanampin’izay ny ahiahy be. Tadidin’i Maria ny famonoana ny tsy manan-tsiny, ny fandosirana tany Ejipta, ny sabatra roa lelan’ny alahelo voalazan’i Simeona. Nandalo sy niverina taon-tsainy daholo ireny rehetra ireny ary nampitombo ny fahasahiranany, na dia hoe toa mionona amin'ny sitrapon’Andriamanitra satria manana toky, ary satria ny anjely dia nilaza taminy fa zanaky ny Avo Indrindra i Jesoa ka tokony hanjaka mandrakizay. Mitsingevaheva ao anelanelan’ny toky sy ny tahotra izy.

Cette douleur de Marie nous montre combien est grande la perte de Jésus pour celui qui le connaît et qui l’aime. Jésus se cache quelquefois pour éprouver notre amour et nous permettre de nous rendre compte du degré de notre amour pour lui. Si lorsque Jésus se cache et que nous restons indifférents, c’est une preuve que notre amour est bien faible ; mais si tout de suite nous le cherchons avec douleur, c’est une bonne preuve. Sans Jésus, il n’y a que peine et douleur dans l’âme, mais avec Jésus il y a la paix, la joie, la consolation. Il vaut mieux souffrir avec Jésus que d’être content sans Jésus » (Rosaire du père Chevrier, p. 115).

Ity fitaintainan’i Maria ity dia maneho amintsika fa lehibe tokoa ny fahaverezan’i Jesoa ho an’izay mahalala sy tia azy. Miafina indraindray i Jesoa hisedrana ny fitiavantsika azy ka mahatonga antsika hahatsapa ny hamafin’ny fitiavantsika azy. Rehefa miafina i Jesoa eo toa tsy taitra isika, porofo fa mbola marefo ny fitiavantsika, fa kosa raha raha mitady azy avy hatrany ao anatin’ny alahelo isika, dia izany no tena porofo tsara. Raha tsy eo Jesoa, dia tsy misy afa tsy fahasahirana sy alahelo ao anatin’ny fanahy, fa raha miaraka amin’i Jesoa kosa dia misy ny fitsaharana, ny fifaliana, ary ny fiononana. Aleo mijaly miaraka amin’i Jesoa toy izay mifaly tsy misy an’i Jesoa. » (Rosaire du Père Chevrier, p. 115)

Marie au Calvaire

Maria tany Kalvary

Le père Chevrier vénérait volontiers Marie sous le vocable de Notre-Dame des Sept Douleurs, à qui il avait dédié la chapelle du Prado. Commentant la quatrième station du chemin de la croix, il écrit :

Nitsaoka an’i Maria amin'ny fo tsotra Mompera Chevrier amin'ny alalan’ny fitenin’ny « Notre Dame des sept douleurs », izay nanamasinany ny fiangonan’ny Prado. Eo am-panazavana ny fijanonana faha-efatra ny lalan’ny Hazofijaliana, toy izao no nosoratany :

Page 118

Pejy faha-118

« Présence de Marie. Elle vient. Ce n’est ni par curiosité, ni par compassion fausse, ni pour le délivrer, ni par ostentation. Elle vient pour être témoin des souffrances de Jésus, pour y prendre part, s’unir à Jésus. Elle avait eu si grande part au mystère de l’Incarnation ; elle veut prendre part aussi à la Rédemption.

« Ny fanatrehan’i Maria. Tonga izy. Tsy amin'ny fitiavana hijerijery, na fangorahana ivelany, na ny hanafaka azy, na fihetsiketsehana. Tonga izy ho vavolombelon’ny fijalian’i Jesoa handray anjara amin’izany, hiombona amin’i Jesoa. Nanana anjara lehibe loatra izy amin’ny misterin’ny fahatongavany ho nofo ; te-handray anjara amin'ny fanavotana izy koa.

Dans l’Incarnation, elle refuse par humilité, se déclarant indigne, parce ce que c’était une gloire ; mais là où il n’y a qu’à souffrir et à être humiliée, elle vient, elle s’avance seule. Témoin de tous les mystères de Dieu, elle vient pour être témoin de celui de notre Rédemption. Elle n’était pas sur le Thabor ; elle n’était pas à l’entrée triomphante de Jésus ; mais elle vient au Calvaire…

Teo amin’ny fahatongavan’ny Tompo ho nofo, dia novaniny tamim-panatren-tena izany tamin’ny filazana fa tsy mendrika izy satria voninahitra lehibe izany, fa kosa amin’izay hijaliana sy maha afa-baraka, dia tonga izy ary mandeha irery. Vavolombelon’ny misterin’Andriamanitra rehetra, dia tonga ho vavolombelon’ny fanavotantsika izy. Tsy teo ambon’ny Thabor izy ; tsy tao amin’ny fidirana mitalokotrokotrok’i Jesoa izy, fa tonga tany kalvary…

Elle vient offrir son fils comme Abraham. Elle l’avait déjà offert au jour de la Présentation pour obéir à la loi de Moïse, mais alors elle l’avait racheté par cinq sicles d’argent et il lui avait été rendu. Maintenant, elle ne le rachète pas. Elle ne fait aucune démarche, ni auprès de Pilate, ni des juges, ni des hommes importants de Jérusalem qui avaient été guéris par lui. Rien de tout cela. Elle l’offre volontairement…

Tonga nanolotra ny zanany tahaka an’i Abrahama izy. Efa natolony tamin'ny andro fisehoana izy mba ho fankatoavana ny lalan’i Moizy, nefa navotany tamin'ny vola farantsa-dimy iry naverina taminy izy. Tsy nanao fiangaviana na inona na inona izy, na teo amin’i Pilaty, na teo amin'ny mpitsara, na teo amin’ireo lehilahy manana ny maha-izy azy ao Jerosalema izay nositraniny. Tsy misy tambiny na inona na inona tamin’ireo. Fa natolony an-kitsim-po izy.

Marie donne à Dieu ce qu’elle a de plus cher, son fils, pour notre salut. Marie aime Jésus, son fils, pour Dieu et pour nous, et non pas pour elle-même. Savoir sacrifier pour Dieu ce que nous avons de plus cher, et pour notre prochain, et cela librement, volontairement, spontanément, voilà un acte de vertu ! Dieu le veut, cela est utile au prochain, j’y consens…

Nomen’i Maria an’Andriamanitra izay malalany indrindra dia ny zanany mba ho famonjena antsika. Tian’i Maria i Jesoa zanany ho an’Andriamanitra sy ho antsika fa tsy ho azy ihany. Ny fahaizana mahafoy ho an’Andriamanitra izay malalantsika indrindra, sy ho an’ny namantsika ary an-kalalahana, sy an-tsitrapo, fihetsika tonga ho azy, izany no tena fihetsika marina ! Tiany izany Andriamanitra, ary ilain’ny namana, ekeko izany…

Elle vient pour recueillir la grâce qui coule à flots des plaies du Sauveur. Il n’y a que Marie qui puisse la recueillir. Elle en fait provision pour les pécheurs. Elle nous a donné Jésus, l’auteur de la grâce, et maintenant elle recueille la grâce pour la distribuer aux pécheurs. Mère de la divine grâce… » (Chemins de la croix, p. 132-133).

Tonga koa izy handray ny fahasoavana izay mirotsaka avy amin'ny ratran’ny Mpamonjy. Tsy misy afa-tsy Maria irery no afaka handray izany. Nataony ho vatsin’ny mpanota izany. Nomeny ho antsika i Jesoa, ny tompon’ny fahasoavana, ary izao dia mandray ny fahasoavana izy ka mizara izany ho an’ny mpanota. Renin’ny fahasoavana masina… » (Lalan’ny Hazofijaliana, p. 132 – 133)

Page 119

Pejy faha-119

Marie dans le ciel

Maria tany an-danitra

« Marie dans le ciel prie pour les hommes ; elle répand sur la terre tous les trésors de grâces. Ce qu’elle demande ne peut lui être refusé ; c’est une loi par laquelle Dieu s’est obligé à user de miséricorde envers tous ceux pour lesquels intercède Marie. C’est par Marie que la miséricorde s’étend sur la terre de génération en génération, parce qu’elle est mère de miséricorde et Dieu étend son secours parce qu’elle est notre mère. Elle est devenue mère de tous les hommes en nous enfantant sur la croix ; devenue mère de Dieu, elle conserve toute l’autorité de sa maternité sur son Fils et Marie ne peut rien lui demander qui ne lui soit accordé. Dieu peut-il refuser à celle à qui il a demandé la vie ? Non sans doute. Nous avons donc dans le ciel une source certaine de miséricorde ; nous avons dans le ciel le gage le plus certain de la miséricorde.

« Maria an-danitra i Maria no mivavaka ho an’ny olombelona ; manaparitaka ny harem-pahasoavana rehetra ety ambonin’ny tany izy. Tsy azo lavina izay angatahiny ; lalàna voatery nataon’Andriamanitra hampiasany ny famindrampony amin’ireo rehetra elanelanin’i Maria izany. Amin’ny alalan’i Maria no itaran’ny famindrampo isan-taranaka eto an-tany, satria izy no renin’ny famindrampo ary itarin’Andriamanitra ny famonjeny satria izy no renintsika. Lasa renin’ny olombelona rehetra izy teo am-pitondrana antsika teo ambony hazo fijaliana ; ary nanjary renin’Andriamanitra, nitahiry ny fahefana rehetra mahareny izy teo amin'ny Zanany ka tsy misy na inona na inona izay angatahan’i Maria ka tsy azony. Afaka mandà an’ilay nangatahany fiainana ve izy ? Tsia, tsy isalasalana izany. Manana loharanom-pahasoavana azo antoka any an-danitra isika ; manana antoka fahasoavana azo antoka indrindra any an-danitra isika.

Ah ! si le nombre de nos péchés nous effraie, ayez confiance ! Marie est la mère de miséricorde. C’est à elle que Dieu a confié la dispensation de ses grâces. O Marie ! quand je pense que c’est vous qui, dans le ciel, dispensez toutes les grâces, lorsque je pense que c’est vous qui, au ciel, possédez les trésors de la miséricorde, lorsque je pense que, dans le ciel, vous avez le règne de la bonté, oh ! la confiance renaît ; quand on sait que vous êtes pour nous, que vous êtes notre mère et que nous sommes vos enfants, oh ! quelle douce confiance s’empare de l’âme ! on espère, on jouit du bonheur. Ah ! exercez sur moi, ô Marie, l’empire de votre miséricorde, intercédez pour nous dans le ciel, dites à votre Fils que vous voulez nous sauver, et nous le serons infailliblement » (Commentaire du Magnificat, Sermons, I, p. 468-469).

Ah ! Raha mampatahotra antsika ny isan’ny fahotantsika, manana toky ! Maria no renin’ny famindrampo. Any aminy no nanankinan’Andriamanitra ny fizarana ny fahasoavany. Ô ry Maria ! raha mieritreritra aho fa ianao no mizara ny fahasoavana rehetra any an-danitra, rehefa mieritreritra aho fa ianao no manana ny haren’ny famindrampo, rehefa mieritreritra aho fa ianao no manana ny fanjakan’ny hatsarana, ô velona indray ny fahatokisana ; rehefa fantatray fa ho anay ianao, fa ianao no reninay, ary izahay ny zanakao, e ! fitokisana mahafinaritra no mameno ny fanahy ! feno fanantenana, mifaly ao anatin’ny hasambarana ny olona. Eny, Maria ô ! miasa amiko, tovy amiko ny haben’ny famindramponao, meteza hanelanelana anay any an-danitra, lazao ny zanakao fa te-hamonjy anay ianao ary ho voavonjy tsy misy adihevitra izahay. » (Commentaire du Magnificat, Sermons, I, p. 468 -469).

Page 121

Pejy faha-121

XII
Devenir des saints

XII
Miezaha ho tonga olomasina

« L'Esprit de Dieu est dans les saints »

Mitoetra ao amin’ny olomasina ny Fanahin’Andriamanitra

Les saints ont tenu une grande place dans la vie du Père Chevrier : la Vierge Marie, à qui il avait dédié sa chapelle du Prado sous le titre de Notre-Dame des Sept Douleurs ; saint Joseph, « père des pauvres » ; Jean-Baptiste et Jean l'Évangéliste ; Pierre et Paul, en qui il voyait le « modèle des prêtres » ; Antoine, le premier ermite, son saint patron ; François d'Assise, qui imita Jésus à la lettre, par amour, dans sa vie humaine depuis la Crèche jusqu'à la Croix ; Gaétan de Thiène, qui voulut vivre la pauvreté dans l'exercice du ministère sacerdotal; François Xavier ; François de Sales ; Vincent de Paul ; François Régis ; Benoît Labre ; Jean-Marie Vianney, le curé d'Ars, son compatriote…

Nanana anjara toerana lehibe teo amin’ny fiainan’i Mompera Chevrier ny olomasina : teo i Maria Virjiny izay nofidiny ho mpiaro ny lasapelin’ny Prado, ka nomeny anarana hoe : « Maria be alahelo » ; teo koa i Md Josefa, « rain’ny malahelo» ; i Joany Batista sy i Joany Evangelista ; i Piera sy i Paoly, izay noraisiny ho « Môdelin’ny Pretra » ; i Antoine, ilay mpitoka-monina voalohany, ary olomasina mpiaro azy ; i François d’Assise izay nentanim- pitiavana ka naka tahaka ara-bakiteny ny fiainana maha olombelona an’i Jesoa, nanomboka teo amin’ny tranon’omby ka hatreo amin`ny hazo fijaliana ; i Gaétan de Thiéne, izay niezaka hiaina ny fahantrana eo am panatontosana ny andraikitra maha-pretra ; i François Xavier; i François de Sales ; i Vincent de Paul ; i François Régis ; i Benoît Labre ; i Jean-Marie Vianney, mpiray tanindrazana aminy, curé tao Ars…

Il admirait en particulier dans les saints la simplicité de leur foi et leur promptitude à répondre aux appels de Dieu

Ny zavatra tena nigagany ny olomasina dia ny fahatsoran’ny finoana niainan’izy ireo ary ny fahavononany hamaly haingana dia haingana ny antson’Andriamanitra miantefa aminy :

« Saint Antoine ne raisonne pas quand il entend dans une église cette parole de l'Évangile : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres et tu auras un grand trésor dans le ciel. » Il va, vend ce qu'il a, le donne à un pauvre et se retire dans la solitude.

« Tsy miady hevitra i Md Antoine raha nandre ity tenin’ny Evanjely ity tao am-piangonana : "Raha te ho lavorary lanao, ‘ndeha, amidio izay anananao ka omeo ny mahantra dia hanan-drakitra sarobidy any an-danitra ianao". Dia lasa izy, nivarotra izay nananany ary natolony ny mahantra izany, dia nisintaka nandeha nitoka-monina izy.

Page 122

Pejy faha-122

« Saint François d'Assise entend aussi cette parole de Jésus Christ dans une église : « N'ayez ni or, ni argent, ni souliers, ni doubles vêtements. » Il prend cela pour lui et quitte tout pour se faire le vrai pauvre de Jésus Christ dans le monde.

« I Md François d’Assise koa dia nandre an’ity tenin’i Jesoa ity tao am-piangonana : "Aza mitondra volamena, na volafotsy, na kiraro, na akanjo roa". Noraisiny ho azy izany teny izany, ka dia nilaozany ny zavatra rehetra mba hahatongavany ho tena mahantran’i Jesoa Kristy tokoa, eo anivon’izao tontolo izao.

« Voilà la simplicité d'enfant que Notre Seigneur demande de ses véritables disciples.

« Izany no fahatsoran’ny zaza angatahin’ny Tompo hananan’ireo izay te- ho mpianany.

« Que de raisonnements auraient pu faire tous les saints qui ont suivi la voie évangélique, pour les empêcher d'entrer dans une voie si élevée, si parfaite, si difficile à la nature; et s'ils s'étaient laissés prendre par tous ces raisonnements, ils ne seraient jamais devenus des saints…

« Tahaka ny inona moa ny adihevitra azon’ny olomasina rehetra natao, tamin’izy nanaraka ny lalana natoron’ny Evanjely, ka nety ho nahasakana azy tsy hiroso amin’izany lalana mideza sy lavorary ary sarotra ho antsika olombelona izany. Raha nirona nanaraka izany adihevitra rehetra izany anefa izy ireo dia tsy ho tonga olomasina na oviana na oviana…

« C'est le raisonnement qui tue l'Évangile et qui ôte à l'âme cet élan qui nous porterait à suivre Jésus Christ et à l'imiter dans sa beauté évangélique.

« Ny fiadian-kevitra no mamono ny Evanjely ary mamongotra ilay aingam-panahy izay manentana antsika hanara-dia an’i Jesoa Kristy ary haka tahaka ny hatsaràny asehon’ny Evanjely.

« Les saints ne raisonnaient pas tant. Et c'est parce qu'il y a tant de raisonneurs qu'il y a si peu de saints ! » (VD, p. 127).

« Tsy manao adihevitra maro ny olomasina. Ny hamaroan’ny mpiady hevitra no mahavitsy ny olomasina ! » (VD, p. 127).

Seuls les saints peuvent renouveler le monde

Ny olomasina no hany afa-manavao an’izao tontolo izao

Les saints ont la puissance de remuer l'univers en raison de leur union avec Dieu. Pour le Père Chevrier, « devenir des saints » par l'union au Christ et à son Père dans l'Esprit est une grâce à demander chaque jour pour soi et pour ses frères, et en même temps une tâche, la tâche la plus importante et la plus nécessaire des disciples de Jésus sur la terre :

Manan-kery hanozongozonana an’izao tontolo izao ny olomasina, noho ny fiombonany amin’Andriamanitra. Ho an’i Mompera Chevrier, ny « tonga olomasina » amin’ny alalan’ny fiombonana amin’i Kristy sy amin’Andriamanitra Ray ao amin’ny Fanahy dia fahasoavana tokony hangatahina isan’andro ho an’ny tena ary ho an’ny namana, sady lahasa rahateo, io no lahasa lehibe indrindra ary ilaina indrindra tokony hataon’ny mpianatr’i Jesoa eto an-tany :

« Dieu nous a envoyé jusqu'à ce jour du pain matériel, mais ce n'est rien. Je lui demande des âmes dévouées, des âmes généreuses, des pierres vivantes, des saints.

« Hatramin’izao aloha dia nomen’Andriamanitra sakafo ara-nofo isika, fa mbola tsinontsinona izany. Mangataka olona mahafoy tena aminy aho, olona manana zotom-po, olona mijoro ho vato velona, olomasina.

Page 123

Pejy faha-13

Soyez, chers amis, ces pierres, ces saints, ces âmes généreuses, qui doivent travailler pour Jésus Christ, avec Jésus Christ, pour continuer sur la terre sa vie de sacrifice, de dévouement et de charité » (Lettre à ses séminaristes, 1872).

Ry havako malala, aoka ho ianareo izany vato velona izany, ho ianareo izany olomasina izany, izany olona mahafoy tena izany, antsoina hiasa ho an’i Jesoa Kristy, miaraka amin’i Jesoa Kristy, mba hanohy eto an-tany ny fiainana feno fandavan-tena sy fahafoizan-tena ary fitiava-namana niainany » (Taratasy faha-89 ho an’ireo seminarista nobeaziny, 1872).

« Un prêtre saint, pauvre, est toute richesse » (VD, p. 520).

« Ny pretra masina, mahantra, no tena harena » (VD, p. 520).

« Une once de sainteté et de pauvreté vaut plus que tout l'éclat du monde » (VD, p. 521).

« Fahamasinana sy fahantrana vary iraiventy foana dia lafo vidy lavitra noho ny rentirentin’izao tontolo izao » (VD, p. 521)

« Il faut faire les actions des saints. Il faut suivre à la lettre l'Évangile… » (Paroles du Père Chevrier à Mlle Tamisier).

« Tsy maintsy iezahana hatao ny asa nataon’ny olomasina. Tsy maintsy arahina ara- bakiteny ny Evanjely… » (Tenin’i Mompera Chevrier tamin-dRamatoakely Tamisier).

« Mes chers enfants, il faut devenir des saints.

« Anaka, tsy maintsy miezaka isika ho tonga olomasina.

« Aujourd'hui plus que jamais, il n'y a que les saints qui pourront régénérer le monde, travailler utilement à la conversion des pécheurs et à la gloire de Dieu…

« Tsy misy afa-tsy ny olomasina, indrindra indrindra ankehitriny, no afa-manome aim-baovao an’izao tontolo izao, sy mahita fahombiazana amin’ny asa fampibebahana ny mpanota ary fanomezam-boninahitra an’Andriamanitra…

« Oh ! que les saints faisaient de belles choses sur la terre, comme ils étaient agréables à Dieu et utiles au prochain. Les saints sont la gloire de Dieu sur la terre, ils sont l'expression vivante de la divinité ici-bas, ils sont la joie des anges et le bonheur des hommes.

« Endrey ! tahaka ny inona moa ny zava-tsoa vitan’ny olomasina tety an-tany, nahita fitia tamin’Andriamanitra aok’izany izy ireo ary nahavita soa ho an’ny manodidina azy tokoa. Ny olomasina no voninahitr’Andriamanitra ety an-tany, izy ireny no endrika velona maneho an’Andriamanitra ety amintsika ety, izy ireny no hafalian’ny anjely ary hasambaran’ny olombelona.

« Un saint, c'est un homme qui est uni à Dieu, qui ne fait qu'un avec lui, qui demande à Dieu, qui parle à Dieu et à qui Dieu obéit. C'est un homme qui a tous les pouvoirs de Dieu en sa main, c'est un homme qui remue l'univers quand il est bien uni au Maître qui gouverne toutes choses.

« Olona miray amin’Andriamanitra ny olomasina, iray tena aminy tanteraka, afa-mitalaho amin’Andriamanitra, afa-miresaka amin’Andriamanitra ary to teny amin’Andriamanitra. Olona nomena ny fahefan’Andriamanitra rehetra ho eo an-tanany, olona afa-manozongozona an’izao tontolo izao, rahefa izy no tena tafaray marina tokoa amin’ilay Tompo mitantana an’izao rehetra izao.

« Les saints sont les hommes les plus puissants de la terre, ils attirent tout à eux, parce qu'ils ont la charité, la lumière de Dieu, la fécondité de l'Esprit Saint. Ils ont la richesse de Dieu qu'ils distribuent à tous les hommes ; ce sont les économes du bon Dieu sur la terre.

« Ny olomasina no olona matanjaka indrindra eto an-tany, voasintony hankeo aminy ny zavatra rehetra, satria ao aminy ny fitiavana, ny fahazavan’Andriamanitra, ny herim-pamokarana avy amin’ny Fanahy Masina. Ao aminy ny haren’Andriamanitra ka zarainy amin’ny olona rehetra ; izy no mpitantana ny haren’Andriamanitra ety an-tany.

Page 124

Pejy faha-124

« Et il faut, mes chers enfants, que vous deveniez des saints ; il faut que vous deveniez des lumières pour conduire les hommes dans le bon chemin, du feu pour réchauffer les froids et les glacés, des images vivantes de Dieu sur la terre pour servir de modèles à tous les chrétiens.

« Koa tsy maintsy tonga olomasina ianareo, anaka ; tsy maintsy tonga fahazavana hitarika ny olona amin’ny lalana tsara ; afo manafana ireo mangatsia-po sy ireo manao fo vato ; endrika velona maneho an’Andriamanitra ety an-tany mba ho fitaratra halain’ny kristianina rehetra tahaka…

« Oh ! mes chers enfants, travaillez à devenir des saints. On ne le devient pas tout de suite ; il faut y travailler longtemps et dès le commencement de la vie ; c'est une grande tâche à remplir, un but bien élevé à atteindre ; mais il faut y arriver pour devenir de bons prêtres. Un prêtre qui n'est pas un saint fait peu de bien parmi les âmes et il faut, vous surtout, le devenir » (Lettre n°82 aux Quatre Séminaristes, 24 janvier 1872).

« Endrey ! anaka, milofosa ho tonga olomasina. Tsy tonga olomasina avy hatrany manko ny olona ; ilâna filofosana maharitra izany, hatramin’ny fahakely ; andraikitra lehibe tokony hotanterahina izany, tanjona avo tokony hotratrarina ; ary tsy maintsy tratra rahá tiana ny ho pretra tonga lafatra. Ny pretra tsy masina dia tsy mahavita soa toy inona amin’ny fanahin’ny olona ; koa aoka ry, ianareo indrindra indrindra, ho tonga amin’izany fahamasinana izany » (Taratasy faha-82 ho an’ireo seminarista nobeaziny, 1872).

« Oh ! devenez des saints ! C'est là tout votre travail de chaque jour… » (Lettre n°105 à Nicolas Delorme, séminariste, 2 janvier 1875).

« Endrey ! Miezaha ho tonga olomasina ! Izay no hany lahasa miandry anareo isan’andro… » (Taratasy faha-105 ho an’ireo seminarista nobeaziny, 1875).

« C'est à la perfection que Jésus Christ nous appelle, à devenir de véritables disciples » (VD, p. 121).

« Ny ho lavorary, ny ho tena mpianany marina no iantsoan’i Jesoa Kristy antsika » (VD, p.121).

 

Dates de la vie du Père Chevrier

Ireo vanim-potoana nisongadina
teo amin’ny fiainan’i Antoine Chevrier

  • 1826,
  • 1826,
  • 16 avril, naissance à Lyon. Le père est un employé d’octroi ; la mère ouvrière en soie, est à la tête d’un petit atelier. La famille est encore proche de ses origines rurales, surtout par la mère, originaire du Dauphiné.
  • 16 aprily : teraka tao Lyon izy. Mpiasam-panjakana mpamory hetra ny rainy ; ny reniny mpiasa mpamoly landy ary lehibe-na orinasa fanenomana lamba. Tsy taratra ho lavitra loatra ny fiaviana maha- tantsaha azy ny fianakaviany, indrindra avy amin’ny lafin-dreniny, izay avy any Dauphiné.
  • 18 avril, baptême à l’église paroissiale, Saint François de Sales.
  • 18 aprily : natao batemy tao amin’ny paroasy Masindahy-François-de-Sales izy.
  • 1840,
  • 1840,
  • Antoine Chevrier faisait jusqu’alors ses études chez les Frères des Ecoles chrétiennes. A la rentrée d’octobre, il devient élève de l’école cléricale de la paroisse.
  • Nianatra tao amin’ny sekolin-dry Frères des Ecoles Chrétiennes i Antoine Chevrier. Tamin’ny fidiran’ny sekoly, tamin’ny volana oktobra, dia nilatsaka ho mpianatra tao amin’ny sekolin-dry mompera[5] tao amin’ny paroasy izy.
  • 1843,
  • 1843,
  • octobre, il entre comme interne au séminaire de l’Argentière (diocèse de Lyon).
  • volana oktobra : tafiditra ho kilasimandry tao amin’ny Semineran’i Argentière izy (diôsezin’i Lyon).
  • 1846,
  • 1846,
  • octobre, entrée au séminaire de théologie à Lyon
  • volana oktobra : niditra tao amin’ny seminera fianarana teôlôjia, tao Lyon izy.
  • 1850,
  • 1850,
  • 25 mai, Antoine Chevrier est ordonné prêtre.
  • 25 mey : nohamasinina ho pretra i Antoine Chevrier.
  • 28 mai, il est nommé vicaire à Saint-André de la Guillotière, faubourg populeux de Lyon. Il se dépense sans compter dans ce ministère.
  • 28 mey : notendrena ho vikera tao Saint-André de la Guillotière izy ; faritra be mponina teo amin’ny manodidina an’i Lyon io. Tsy niroa fo izy tao, nanatontosa ny asa nankinina taminy.
  • 1855,
  • 1855,
  • Décembre 1855, épuisé, il doit s’absenter pour quatre mois de repos. Dès cette période, il a une attention privilégiée pour les pauvres et il souffre de voir que son ministère ne porte pas assez de fruit.
  • Ny volana desambra 1855, reraka loatra izy, ka voatery nisintaka niala sasatra, nandritra ny efa-bolana. Efa hatramin’izany fotoana izany izy no voatarika manokana hifantoka amin’ny fitsinjovana ny mahantra, saingy nampaory ny fony ny nahita fa tsy nahitam-bokatra firy ny asa nataony.
  • 1856,
  • 1856,
  • 31 mai, inondations catastrophiques sur la rive gauche du Rhône où est situé la Guillotière. Le clergé de la paroisse Saint André est au premier rang des sauveteurs et la réputation de dévouement de l’abbé Chevrier s’accroît.
  • 13 mey : nisy tondra-drano nahatsiravina namaky ny fefiloha ankavia tamin’ny reniranon’i Rhône, izay faritra nisy an’i la Guillotière. Ny pretra tao amin’ny Paroasy Saint-André no isan’ny lohalaharana tamin’ny famonjena ny traboina, ka nanjary nihafanta-daza i Mompera Chevrier, noho ny fahafoizan-tenany.
  • Juin, Antoine Chevrier, a l’occasion de rencontrer Camille Rambaud. Celui-ci est un jeune bourgeois lyonnais qui s’est converti et s’est mis au service des pauvres en vivant comme eux et avec eux. Camille Rambaud est en train de fonder la Cité de l’Enfant Jésus. C’est une entreprise à la fois religieuse et sociale. On y construit des logements pour les ouvriers et on y fait le catéchisme pour les enfants pauvres. L’abbé Chevrier est très frappé par l’exemple de Rambaud.
  • volana jiona : nifanojo tamin’i Camille Rambaud i Antoine Chevrier. Zanaky ny mpanana tao Lyon ity tovolahy ity ; rahefa nibebaka izy, dia nanokan-tena hikarakara ny mahantra : naka ny fomba fiainan’izy ireo ary niara-niaina taminy mihitsy. Vao avy nanorina ny Tobin’i Jesoa Zazakely i Camille Rimbaud tamin’izay. Fikarakarana ara-pinoana sy ara-tsôsialy no natao tao. Araka izany, dia nisy trano naorina ho an’ny mpiasa tao, ary fampianaram-pinoana ho an’ny zanaky ny mahantra. Nanaitra an’i Mompera Chevrier mafy ny ohatra hitany tamin’izay nataon’i Rambaud.
  • Noël, la « conversion » d’Antoine Chevrier. Il médite devant la crèche la parole de l’Evangile : « le verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous ; il comprend alors l’appel spécial que lui adresse le Christ à une vie plus parfaite, plus évangélique, plus apostolique ; il se décide à suivre Jésus-Christ dans sa charité infinie pour les hommes, dans ses abaissements, son humilité et dans son amour de la pauvreté.
  • Noely : tamin’io i Antoine Chevrier no « nibebaka ». Nandinika ny tenin’ny Evanjely teo anatrehan’ny Tranon’omby izy : tonga nofo ny Tenin’Andriamanitra ary nonina tety amintsika ; tsapany tamin’izany ny antson’i Kristy miantefa aminy manokana ary manasa azy ho amin’ny fiainana lavorary kokoa, mifanaraka kokoa amin’ny Evanjely, ary maniraka azy ho apôstôly bebe kokoa. Tapak’hevitra izy fa hanaraka an’i Jesoa ka hitia ny olombelona amin’ny fitiavana tsisy fetra, hanaraka azy amin’ny fanetre-tenany ary amin’ny fitiavany ho mahantra.
  • 1857,
  • 1857,
  • consultations diverses et notamment auprès du Curé d’Ars. On l’encourage dans ses projets. Cependant, son curé et le clergé de l’entourage n’approuvent pas ses idées.
  • naka hevitra tetsy sy teroa izy, ary indrindra tamin’i Curé d’Ars. Namporisihin’ny olona izy hitozo amin’ny fikasany. Saingy ny mompera Curé-ny sy ireo pretra niaraka taminy no tsy nankatò ny heviny.
  • Août, il quitte la paroisse et devient aumônier de la Cité de l’Enfant Jésus. C’est là qu’on prend l’habitude le l’appeler le Père Chevrier. Sa mère, très autoritaire, est fort mécontente de cette orientation ; elle ne désarmera guère jusqu’à la mort de son fils. Des personnes qu’on nomme sœurs, se dévouent au service de la Cité. Cette année-là, entre Marie Boisson, jeune fille de 22 ans, ouvrière en soie, qui deviendra la première supérieure des Sœurs du Prado, sœur Marie. A la Cité, le Père Chevrier rencontre aussi Pierre Louat, dit Frère Pierre, qui sera le co-fondateur du Prado mais n’y restera pas.
  • Volana aogositra : niala tao amin’ny paroasy izy ary lasa « aumônier », pretra mpiara-dia, tao amin’ny Tobin’i Jesoa Zazakely. ao no nahazatra ny olona niantso azy hoe Mompera Chevrier. Olona jadona izay reniny, ka tsy faly tokoa teo anatrehan’io fanapahan-kevitra io ; niziriziry tamin’izany heviny izany izy mandra-pahafatin-janany. Nisy olona nantsoina hoe masera, nanolo-tena nikarakara ny Tobin’i Jesoa Zazakely. Tamin’io taona io no tonga i Marie Boisson, tovovavy vao 22 taona, mpiasa mpamoly landy ; izy io no tonga Masera Marie, ary lehiben’ny fikambanan’ny Maseran’ny Prado voalohany. Tonga tao amin’ny Tobin’i Jesoa Zazakely koa i Pierre Louat, izay nantsoina hoe frera Pierre : izy no niara-nanorina ny Prado tamin’i Antoine Chevrier, saingy tsy naharitra izy.
  • 1859,
  • 1859,
  • janvier, premier séjour à Rome.
  • volana janoary : ny nandalovany voalohany tany Roma.
  • Dans les mois suivants, le Père Chevrier saisit nettement la divergence d’orientation entre Rambaud et lui-même. Il faudra se séparer mais le Père Chevrier reste à la Cité en attendant que Camille Rambaud reçoive les ordres et puisse y assurer le ministère sacerdotal.
  • Ny volana vitsivitsy nanaraka an’io no nahatsapan’i Mompera Chevrier fa tsy mitovy ny tanjona nokendren’izy sy Rambaud. Voatery hisaraka ry zareo ; mbola nijanona tao amin’ny Tobin’i Jesoa Zazakely ihany anefa aloha i Mompera Chevrier mandra-pahatongan’ny fotoana nanamasinana ho pretra an’i Camille Rambaud, ka nahafahany niantsoroka ny raharaha maha-pretra azy tao.
  • 1860,
  • 1860,
  • 10 décembre, le Père Chevrier entre en possession d’un local situé à la Guillotière. C’était, jusque là, une salle de danse mal famée qu’on appelait le bal du Prado. Le nom du Prado restera à la maison et à la famille spirituelle du Père Chevrier. Dans ce bâtiment, le Père installe une œuvre de catéchisme pour les enfants pauvres. Dans les années suivantes, divers collaborateurs se présentent. Le plus convaincu, c’est l’abbé Jaricot qui sera ordonné en 1869, mais il n’aura pas la tête assez solide et le Père ne pourra guère s’appuyer sur lui.
  • 10 desambra : nahazo efitrano anankiray tao la Guillotière i Mompera Chevrier. Trano fandihizana izy io hatramin’izay, tsy dia tsara laza firy, ary nantsoina hoe « trano fandihizana Prado ». Dia tsy afaka tamin’ilay trano sy ny fianakaviambe ara-panahy naorin’i Mompera Chevrier ny anarana hoe Prado. Fampianarana katesizy ho an’ny zanaky ny mahantra no nataon’i Mompera tao. Ny taona vitsivitsy nanaraka dia nisy mpiara-miasa isan-tsokajiny tonga nanome tanana. Ny nafana fo indrindra, dia i Mompera Jaricot izay nohamasinina ho pretra tamin’ny taona 1869, saingy tsy dia natanja-tsaina firy izy ka tsy azon’i Mompera Chevrier nianteherana.
  • 1864,
  • 1864,
  • septembre, deuxième voyage à Rome. Le Père Chevrier veut Présenter au Pape une supplique. Il nous en a donné le texte dans le Véritable Disciple[6]
  • volana septambra : nandalo fanindroany tany Roma izy. Nisy fangatahana nentiny teo amin’ny Papa. Hitantsika voarakitra ao amin’ny Mpianatra Marina (Véritable Disciple) ny rija tenin’izany fangatahana nataony izany.
  • 1865,
  • 1865,
  • naissance de l’école cléricale du Prado. En fait, il faut envoyer les élèves sur la rive droite du Rhône.
  • tafajoro ny sekolin-dry mompera tao amin’ny Prado. Mbola tsy maintsy nalefa nandranto fianarana tany amin’ny sekoly Saint-Bonaventure ihany anefa aloha ny mpianatra, paroasy teny am-pita ankavanan’ny reniranon’ny Rhône io.
  • 1866,
  • 1866,
  • octobre, le Père Chevrier a trouvé un professeur pour ses élèves, l’école cléricale fonctionne au Prado.
  • volana oktobra : nahita mpampianatra ho an’ireo mpianany i Mompera Chevrier ; nanomboka nisahana ny sekolin-dry Mompera tao amin’ny Prado.
  • 1867,
  • 1867,
  • Le Père Chevrier est nommé curé de la paroisse du Moulin à Vent. Cette paroisse du diocèse de Grenoble était à proximité du diocèse de Lyon et de l’agglomération lyonnaise. Il était entendu que le Père résiderait au Prado et se ferait remplacer à la paroisse par les prêtres qui vivaient avec lui. C’est surtout l’abbé Martinet qui s’occupera de cette paroisse. Pour le Père Chevrier, c’est un précieux terrain d’expérience pour son but principal, l’œuvre des Prêtres pauvres pour les paroisses ;
  • Voatendry ho « curé »-n’ny paroasy tao Moulin-à-Vent i Mompera Chevrier. An’ny diôsezin’i Grenoble io paroasy io, saingy nifanila tamin’ny diôsezin’i Lyon sy ny tanànan’i Lyon. Nifanarahana fa ao amin’ny Prado ihany no hipetraka i Mompera Chevrier andavanandro, ary ny iray amin’ireo pretra miara-mipetraka aminy ao no misolo azy eny amin’ny paroasy. I Mompera Martinet no tena niandraikitra an’io paroasy io araka izany. Ho an’i Mompera Chevrier, dia sehatra sarobidy izy io hampiharana ny ezaka momba ilay tanjona tena tiany ho tratra, dia ny hoe : Asa ilofosan’ireo Pretra mahantra eo anivon’ny paroasy.
  • mais en juin 1871, il apprend que l’abbé Martinet est nommé curé à sa place.
  • Saingy ny volana jona 1871, na dia tsy nilazana tamin’ny fomba ofisialy aza izy, dia reny fa i Mompera Martinet no notendrena ho « curé » misolo azy.
  • 1874,
  • 1874,
  • fin mars, grave maladie qui demande le repos jusqu’à mai.
  • faran’ny volana marsa : narary mafy izy ka voatery niala sasatra hatramin’ny faran’ny volana mey.
  • Novembre, dans la campagne proche de Lyon, à Limonest, installation d’une petite communauté : le Père Jaricot, 4 sœurs et une vingtaine d’enfants du catéchisme.
  • Volana novambra : nisy « communauté » kely nosokafany tao Limonest, tanàna ambanivohitra tsy lavitra an’i Lyon. I Mompera Jaricot no napetraka tao, niampy masera efatra ary ankizy mpianatra katesizy tokony ho 20.
  • 1875,
  • 1875,
  • mai, troisième voyage à Rome. A cette époque, on conseille au Père Chevrier d’organiser sa maison en congrégation religieuse. L’archevêché de Lyon est opposé à ce projet et le Père Chevrier n’insiste pas.
  • volana mey : dia fanintelony nataony tany Roma. Tamin’izany fotoana izany no nanoroan’ny olona hevitra azy hanangana an’ireo ankohonany ho fikambanan-drelijiozy. Tsy nankatò an’izany anefa ny Arsevekan’i Lyon, i Mompera Chevrier koa tsy nisisika rahateo.
  • 1876,
  • 1876,
  • 25 juillet, 4 août : le Père est en très mauvaise santé et le médecin lui ordonne un séjour à Vichy.
  • 25 jolay – 15 aogositra : ratsy dia ratsy ny toe-pahasalaman’i Mompera, nasain’ny dokotera nipetraka tany Vichy izy.
  • Octobre, l’archevêque a autorisé l’envoi à Rome de quatre séminaristes du Prado. Ils sont diacres et vont former une petite communauté autonome pour vivre, autant que possible selon les directives du Père Chevrier.
  • Volana oktobra, nanaiky handefa seminarista efatra avy amin’ny Prado hiofana any Roma ny Arseveka. Efa diakra izy ireo, ary araka ny sori-dalana nomen’i Mompera Chevrier dia hiara-miaina anatina « communauté » kely mahaleo tena izy ireo any.
  • 1877,
  • 1877,
  • 14 mars, quatrième voyage à Rome du Père Chevrier. Pendant deux mois, il va vivre avec les quatre séminaristes en leur expliquant le Véritable Disciple.
  • 14 marsa : dia fahefatra nataon’i Mompera Chevrier tany Roma. Roa volana no nijanonany tany, niara-nipetraka tamin’izy efa-dahy seminarista izy, ka nivaofy ny « Véritable Disciple » tamin’izy ireo.
  • 26 mai, ordination sacerdotale à Saint Jean de Latran.
  • 26 mey : fanamasinana ho pretra tao Saint-Jean-de-Latran.
  • 20 juin, retour à Lyon. L’archevêque a promis au Père de lui laisser ces quatre nouveaux prêtres.
  • 20 jona : niverina tany Lyon izy. Nanome toky azy ny Arseveka fa havelany ho azy izy efa-dahy pretra vaovao.
  • 1878,
  • 1878,
  • au printemps, le Père Jaricot part pour le monastère et deux des nouveaux prêtres parlent aussi de s’en aller, tandis que le Père Chevrier est de plus en plus malade. Le Père Jaricot revient cependant au Prado en juin.
  • tamin’ny lohataona, lasa niditra any amin’ny monastera i Mompera Jaricot, ary ny roa tamin’ireo pretra vaovao dia efa nilazalaza ny handeha koa ; etsy andaniny, nihombo ny aretin’i Mompera Chevrier. Niverina tao amin’ny Prado ihany anefa i Mompera Jaricot, ny volana jiona.
  • Le 31 octobre, le Père Chevrier célèbre la messe pour la dernière fois. Il sera désormais alité jusqu'à la fin.
  • 31 oktobra, tamin’io andro io ny Sorona masina farany natolotr’i Mompera Chevrier. Tsy afa-niala teo am-pandriana intsony izy mandra-pahafatiny.
  • 1879,
  • 1879,
  • le 6 janvier, le Père Chevrier donne sa démission et le Père Duret, l’un des quatre prêtres de 1877, devient supérieur du Prado.
  • 6 janoary : nametra-pialana i Mompera Chevrier, ary i Mompera Duret, iray tamin’izy efa-dahy pretra tamin’ny taona 1877, no lasa lehiben’ny Prado.
  • Le 2 octobre, au Prado, mort du Père Chevrier. Il sera enterré dans la chapelle du Prado le 6 octobre.
  • 2 oktobra : nodimandry tao amin’ny Prado i Mompera Chevrier. Tao amin’ny lasapelin’ny Prado ihany izy no nalevina, ny 6 oktobra.

 

 

 

 

 


[1] Les citations du Véritable Disciple (VD) se réfèrent à l'édition critique présentée et annotée par P. Berthelon : Le prêtre selon l'Évangile ou le véritable disciple de notre Seigneur Jésus Christ, Prado Éditions Librairie, Lyon 1968.

[2] On signalera le plus souvent les correspondants auxquels s'adresse le Père Chevrier, ainsi que les années où ont été écrites les lettres.

[3] Le sigle Ms I, II, III, etc., indique le volume des manuscrits du Père Chevrier d'où provient le texte.

[4] Le sigle P 1, 2, 3 et 4 renvoie aux divers tomes du procès de béatification dans lesquels on a consigné les dépositions des témoins.

[5]      Ny antsoina hoe « sekolin-dry Mompera » eto, dia sekoly anomanana ny ankizy alohan’ny tena hidirany any amin’ny seminera.

[6] P. 305

août 26, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *